Bart et les Berbères : depuis quand stigmatiser n’est plus raciste ?

Capture d’écran 2015-03-30 à 17.20.27Lundi dernier, dans Terzake (VRT) Bart De Wever a assimilé les Nord-Africains, les Marocains et les Berbères à des gens de « mauvaise immigration » (verbatim en français), inactifs, communautaristes fermés, avec des parents violents, des pères absents, fondamentalistes en puissance, volontiers criminels, et potentiellement terroristes. Pourtant, hormis quelques personnes qui ont crié au racisme, beaucoup se sont abstenus.

Ainsi, le représentant des Amazigh en Belgique (et dans le monde), Mohamed El Battiui ne parle pas de racisme. Abdel Adnan, un éducateur molenbeekois, dira dans le même reportage que, tout au plus : « ça frôle le racisme ». Pour mon poteau Luc Delfosse, dans Le Vif, ce n’est pas « formellement » du racisme. Alors que le MR a immédiatement protesté par la voix de son président Olivier Chastel, pour Denis Ducarme, les propos de De Wever sont « une erreur » mais pas du racisme. Pour Patrick Charlier, du Centre pour l’Égalité des chances et contre le racisme, c’est du tout cuit : ce n’est pas du racisme au sens de la loi parce qu’on ne peut pas parler « d’incitation à la haine, à la violence ou à la discrimination à l’égard […] d’un groupe ».

Pour qu’ils soient délictueux, il faudrait [démontrer] une volonté de nuire. Bon, jeter l’opprobre sur un groupe humain dans une émission de télévision de la chaîne publique ne montre donc pas une volonté de nuire… je note ! Pire encore, le CECR (désormais interfédéral) présente les dires de Bart De Wever comme de simples opinions. « On peut dire qu’on n’est pas d’accord et on peut répondre autrement que par des procédures judiciaires », affirme Patrick Charlier, qui deux minutes plus tôt notait pourtant que « Bart De Wever renforce une vision négative du groupe […] qui est dangereux, menaçant […]. » 

Si décrire un groupe humain comme menaçant n’est pas une incitation à le haïr, jusqu’où faut-il aller ? À quoi sert la loi ? Si expliquer les discriminations envers les « Marocains » par les décapitations en Syrie (comme Bart De Wever l’a fait dans Terzake), le tout après avoir affirmé que cette population était sensible au jihadisme, si ça ne jette pas l’opprobre sur un groupe humain, merde ! Qu’est-ce qu’il vous faut ?

L’article 21 de la Loi Moureaux a peut-être échappé au Centre de l’Inégalité de la Malchance et contre l’Antiracisme (je rebaptise, hein…) : « quiconque […] diffuse des idées fondées sur la supériorité ou la haine raciale est puni d’un emprisonnement d’un mois à un an […] » Or, décrire une ethnie comme inférieure, moralement inepte ou fondamentalement dangereuse est, il me semble, une idée « fondée sur la supériorité ou la haine raciale ». En comparant les Berbères aux « Asiatiques », Bart De Wever a bien établi une hiérarchie entre groupes humain.

Pourquoi ne le perçoit-on pas ? Parce que la société s’est laissé dériver, s’ouvrant à de nouvelles détestations ouvertes, admises, instituées. C’en est au point que stigmatiser une population n’est plus raciste, alors que critiquer celui qui le fait relève du « pogrom », selon le président de la Chambre des représentants, Siegfried Bracke ! (« Il y a eu un pogrom contre Bart De Wever » dans De Morgen, ce samedi.)

De Wever, l’Einstein du nationalisme.

Ce glissement n’est pas fortuit, il est organisé par les néoconservateurs et l’extrême droite. Ainsi, en brandissant le concept de « racisme relatif », Bart De Wever tisse le même macramé que celui que nous ont langoureusement tricoté les Éric Zemmour et autres crucificateurs de « l’antiracisme », jetant le discrédit sur toute action ou attitude antiraciste au point que le terme est devenu une insulte. Faire de l’antiracisme une tare revient à reconsidérer le racisme et la xénophobie comme des attitudes tolérables. Force est de constater qu’ils sont bien, à nouveau, largement tolérés.

Depuis le refus du premier ministre de tancer à la Chambre son secrétaire d’État aux migrations, et le président du parti le plus important de sa coalition, cette tolérance est même entrée dans la norme.

L’attitude de Siegfried Bracke, le président de la Chambre, qui a qualifié les déclarations de Bart De Wever de « braves », enlaidit encore le tableau : c’est le sommet de l’État belge qui établit de facto les nouveaux standards en matière de discrimination. Et la société s’incline. La loi n’est déjà plus très souvent appliquée, les bonnes raisons de ne pas intervenir étant plus nombreuses au CECR que les fourmis dans la Forêt de Soignes : aucune des innombrables provocations racistes du Vlaams Belang n’a été poursuivie depuis 2004 ! Pourtant, en 2006, elles ont abouti à l’assassinat de deux personnes et une tentative d’assassinat d’une troisième, handicapée à vie, parce qu’elle portait le voile. Lorsque Luc Trullemans a publié un texte raciste sur sa page Facebook, le CECR s’est une fois encore défaussé, et c’est RTL qui a été condamnée à payer un euro symbolique !

À la tribune de notre parlement, jeudi, Charles Michel a pourtant bien affirmé que le racisme était un délit. Mais en ne récusant pas les termes utilisés par Bart De Wever, en refusant même d’aborder la question, il a rendu ce délit légitime. CQFD. Ce Qu’il Faut pour Discriminer.

Anvers, la ville où l’antisémitisme est relatif

Le racisme relatif ressemble à un concept intellectuel mûrement réfléchi. En réalité, c’est une excuse, une fumisterie. Pour le justifier, Bart De Wever explique dans Terzake que « tous les -ismes sont relatifs ». Faisons l’essai. L’humanisme ? Le colonialisme ? Le communisme ? Le socialisme ? (Bon, là, je reconnais qu’en ce moment, les partis socialistes pratiquent un socialisme très relatif). Ou alors, l’antisémitisme ? Ah, c’est sûr que si l’antisémitisme devient relatif, Dieudonné va se frotter les mains ! Bref, la phrase « tous les -ismes sont relatifs » est complètement bidon.

Ce racisme relatif n’a qu’une utilité : relativiser le racisme lui-même, en tant que crime ou délit et en faire une attitude humaine banale, inoffensive. Dans cette logique, le racisme qui vise les « Marocains » à Anvers, n’est au fond pas très différent de celui des Arabes du Maroc envers les Berbères (ceci m’a été expliqué par un militant N-VA). Et la discrimination (au logement, à l’emploi, etc.) envers les populations maghrébines est rapidement justifiée par une « relativisation » : il arrive bien qu’un « Arabe » insulte un « autochtone », non ? Ben alors, est-ce si anormal que des « autochtones » ne veuillent pas louer à des « Arabes » ou les engager ?

Plus gros encore, Siegfried Bracke, du haut de son perchoir, peut-être, retwittait complaisamment un commentaire d’un entrepreneur flamand qui affirmait que les entrepreneurs d’origine turque, eux, ils discriminent, et qu’on ne s’en occupe pas. Ben voyons ! Quand des hypothèses servent de démonstration, tout est envisageable.

Il reste que ce sont là des façons commodes d’annihiler doucement toute idée de lutte contre les discriminations, au prétexte qu’elles ne serviraient à rien et seraient même contreproductives. Ces idées ne sont pas neuves à la N-VA, l’abolition de la Loi Moureaux  et du CECR est l’un des chevaux de bataille du parti depuis sa création. Une illustration de l’objectif de cette suppression de toute lutte contre le racisme est donnée par Bart De Wever dans l’émission, lorsqu’il explique qu’en interdisant aux propriétaires de discriminer, ils vont finir par ne plus vouloir louer leurs appartements du tout ! Et il le leur dit à l’antenne ! On n’est franchement pas loin d’une autorisation à discriminer.

Le racisme de Bart De Wever est-il relatif ?

Le racisme relatif est aussi un atout rhétorique. Il amène l’observateur, le critique, l’opposant, mais surtout l’électeur flamand à poser la question « Le racisme est-il relatif ? » Nous éloignant de celle qu’il faut poser en réalité : « De Wever a-t-il tenu des propos racistes » ? Intégrer la notion de relativité lui permet à son tour de vous répondre : « comment pouvez-vous m’accuser d’avoir été raciste, puisque le racisme est relatif ? » Ça donne même le vertige.

Pour qu’on ne puisse toutefois pas répondre « oui » à la deuxième question, Bart a pris soin de donner des preuves du fait qu’il n’était pas raciste. D’abord, il l’a dit à deux reprises : « je ne suis pas raciste » ! Étrange. Quel besoin a-t-il de le dire ? Y aurait-il un doute ?

Ensuite, il a rappelé que sa ville employait 18% « d’allochtones ». Le chiffre est impressionnant. On ne sait pas s’il est réel. Mais notons que selon le Service d’Études du Gouvernement flamand, il est en soi insuffisant : la population d’origine étrangère à Anvers en 2012 était de 37%. Dont 12% d’origine marocaine. Difficile de confronter De Wever aux vrais chiffres sans une étude approfondie, mais voyons ce qu’il en est de ce pourcentage au niveau politique. Sur l’ensemble des cabinets d’échevins de la ville d’Anvers (bourgmestre et échevins inclus), il y a 8 personnes sur 70, soit 11,4%, qui pourraient être issues de la diversité, si l’on s’en tient à leur nom de famille. À comparer aux 37 % d’habitants d’origine étrangère. À peine trois sur 70 semblent être d’origine arabe. Soit un petit 4,3 %. On est loin, très loin, des 18% annoncés par Bart De Wever, dont il ne précise par réellement l’origine, mais qui lui permet de conclure qu’il donne sa chance aux « Marocains » et aux « Turcs » qui ont du talent… Sous-entendant qu’il y aurait près d’un cinquième de gens de telles origines dans ses services !

Si c’était le cas, il faudrait supposer que plus on descendra dans la hiérarchie, plus la proportion « d’allochtones » augmentera. Et ce que Bart De Wever n’a pas dit, c’est quel genre d’emplois ces 18% peuvent espérer occuper dans cette ville. Il y a aussi des balayeurs, des techniciens de surface et des éboueurs à la commune…

Ce qui fait passer le discours de Bart De Wever pour intellectuel et subtil, c’est le soin apporté à la couche explicative. Mais c’est un simple vernis sur une série d’engrenages grossiers qui ne servent qu’à dissimuler la xénophobie du discours.

Racisme anti(la)rousse.

Le racisme est, selon Larousse, soit « une idéologie fondée sur la croyance qu’il existe une hiérarchie entre les groupes humains, les ‘races’, soit un comportement inspiré par cette idéologie » mais aussi une « attitude d’hostilité systématique à l’égard d’une catégorie déterminée de personnes ».

Selon cette définition, ce que Bart De Wever a dit lundi, sur Terzake, est bien raciste. Car pour mieux fustiger une communauté (« berbère »), il l’a comparée à une autre (« asiatique ») dont il n’a au contraire dit que du bien. Ce faisant, il a classifié des gens en groupes hiérarchisés en leur attribuant une qualité inférieure ou supérieure : il a déclaré qu’il ne voyait pas les asiatiques « apparaître dans les chiffres de la criminalité », contrairement aux « Berbères » qui, selon lui, sont des criminels-nés : « voyez qui est dans nos prisons ». Et des chômeurs de naissance : « voyez les chiffres d’activité ».

Bart De Wever n’a donc absolument pas rendu hommage aux Chinois (quand il dit « asiatique », il ne pense pas aux Syriens, aux Tchétchènes, aux Mongols ou aux Pakistanais, hein !), il les a simplement utilisés pour mieux jeter l’opprobre sur les « bruns », comme on dit dans son arrière-ban. Et c’est d’autant plus facile qu’en Flandre, Chinois et Japonais constituent une communauté bien plus réduite, 5 à 6 fois moins nombreuse que les « Marokoanen ». Ce serait un comble qu’ils causent autant de « problèmes » qu’eux !

Bart De Wever a ensuite chargé la barque en conférant une liste impressionnante de défauts ataviques aux « Nord-Africains, et en particulier les Marocains, et plus particulièrement les Berbères ». Cette énumération montre qu’il ne s’en prend pas réellement aux seuls Berbères, mais bien à toute immigration nord-africaine anversoise. De Wever accuse ce groupe humain d’être une communauté fermée, de favoriser l’apartheid, d’être sensible au radicalisme (entendez au terrorisme). Tout cela dans une seule et même phrase. Il s’agit bien de propos hostiles à l’égard de la catégorie déterminée de personnes — comme dit Larousse. Donc, racistes. Et là, on ne tient pas encore compte de toutes les autres associations qu’il a faites indirectement (attentat des Twin Towers, décapitations, criminalité, inactivité, mauvaise immigration, etc.)

En France, Éric Zemmour a été condamné pour avoir déclaré que les patrons avaient le droit de discriminer, et également pour avoir dit que les dealers étaient tous noirs ou arabes. Bart De Wever a été plus subtil sur la discrimination, présentant la lutte contre ces inégalités comme inutile et contreproductive, mais sans engager ouvertement les gens à discriminer — même s’il a implicitement légitimé la discrimination à la location. En revanche, il été plus radical sur l’incrimination des Nord-Africains : c’est toute la population qui a été visée, associée au terrorisme, « passive » économiquement, criminelle, de « mauvaise immigration ». C’est de l’incitation à la haine raciale et ça doit être poursuivi.

Les politogues relatifs

Je suis aussi choqué quand je vois des politologues ou journalistes éluder la question du racisme en affirmant que ce n’est qu’un jeu politique, qu’il n’est parti sur ce terrain mouvant que pour attirer les voix des électeurs du Belang, un parti qui semble retrouver des couleurs depuis le dernier sondage. Mais un parti ne devient pas raciste juste pour prendre les voix d’un autre. Il faut pour cela que la xénophobie soit compatible avec son ADN. C’est ce qui empêche l’Open VLD ou le CD&V de jouer cette carte.

La N-VA, elle, est un parti nationaliste identitaire. Bart De Wever a beau tenter d’expliquer que son nationalisme est démocratique et ouvert à la différence, depuis toujours, la N-VA s’en prend à l’immigration massive, mauvaise, incontrôlée et cherche à la remplacer par une immigration ultra-intégrée, flamandisée, sans grumeaux et tem-po-rai-re : les documents de la N-VA d’avant 2012 recommandaient une immigration économique limitée à cinq ans. Après, buiten. L’exemple des quatre Yézidies venues parler au Parlement européen du « génocide » dont leur communauté a été la victime en Iraq, et interdites de visa en Belgique, montre que pour l’administration de Theo Francken, même les victimes des ennemis déclarés (l’Organisation État Islamique) sont non grata quand elles sont trop colorées.

En 2006, Bart De Wever l’a dit lui-même : la N-VA, c’est le Vlaams Belang sans la culture de l’insulte. Il ne va donc pas dire que les immigrés sont nocifs, il va habiller ce discours pour qu’il soit le plus digeste possible. Mais il distend l’élastique jusqu’au delà du supportable. Dans son interview de lundi, il a excusé le racisme des Anversois « de souche » : « Si on gère mal [l’immigration] [à savoir, si on ne la limite pas drastiquement NDLA], la mauvaise réponse de la population peut être que le racisme apparaît (sic). La somme de toute une série de mauvaises perceptions et expériences (sic) — à juste titre ou non — fait alors qu’on se dirige vers une culture de défiance. »

Ce faisant, il ne dit pas seulement que les Flamands « de souche » ne sont pas responsables de leur propre racisme, il sous-entend clairement que les immigrants y sont souvent pour beaucoup : « une série de mauvaises expériences » justifiant tout de même qu’on s’en défie. À cela, il ajoute le « 9/11 » (l’attentat contre les Twin Towers) pour justifier le racisme envers les musulmans. Le rôle d’un homme politique est à l’inverse de rappeler qu’il n’y a pas de rapport entre le terrorisme et la population immigrée.

Le Larousse associe la deuxième définition du racisme à une systématique. Est-ce le cas ? Oui. Ces propos nouveaux de Bart sont tout à fait en phase avec ceux de Theo Francken sur sa page Facebook (« puis-je douter de la valeur ajoutée des Marocains, Algériens et Tunisiens ? ») où ils étaient, là aussi, opposés aux Asiatiques ! Auparavant,  Liesbeth Homans, l’âme damnée de Bart, avait inventé le « racisme relatif », qui visait lui aussi l’immigration nord-africaine. Siegfried Bracke n’a pas vu de problèmes dans le discours de Bart De Wever. Bref, ça se passe comme ça à la N-VA

Les femmes, c’est du chinois (relatif)

Enfin, s’il fallait une preuve de l’efficacité de ce discours et de l’indolence de nos intellectuels, on la trouvera dans le quotidien de gauche De Morgen qui a publié la carte blanche d’une certaine Yumi Ng, « chinoise de 44 ans, de deuxième génération [qui a] la nationalité belge ». Chinoise, donc, et puis… belge. Elle y dit que De Wever a un peu (pas) raison, nous apprend le titre. Ben oui, son père, immigré chinois lui a toujours expliqué qu’elle devait être reconnaissante envers la Belgique, écrit-elle. Un peu comme si les autres immigrés ne le faisaient pas. Elle a connu le racisme, mais en a tiré la volonté d’avancer, elle ! Un peu comme si ça n’était pas ce qui avait aussi motivé Ahmed Laaouej, Fadila Laanan, le conteur Hamadi, Hakima Darmouch, Hadjah Lahbib et tant d’autres Belges d’origine nord-africaine, marocaine, ou berbère, connus ou anonymes. Mais Yumi Ng nous a gardé le meilleur pour la fin, où elle « explique » ce que Bart De Wever a, selon elle, voulu dire, et là, on se rend compte que le nationalisme attire le nationalisme :

« Mais puis-je ajouter que les Chinois ont en effet moins de problèmes de racisme […], qu’ils n’ont pas de culture machiste ? Qu’ils s’occupent surtout de travailler dur pour acheter une Mercedes ? Qu’ils trouvent la séparation de l’Église et de l’État normal ? Qu’ils ne traitent pas les filles en minijupe de prostituées ? Qu’ils en font une question d’honneur de ne jamais chômer ? Et que c’est ça qui fait que les Chinois trouvent leur voie plus facilement dans le monde et font effectivement moins souvent l’objet de discrimination ? »

Une belle démonstration du deuxième effet racist cool de Bart : une personne de la « bonne minorité » se fend d’un rare étalage d’autosatisfaction ethnique chauvine et d’autant d’attaques en règles contre la même cible que celle de Bart de Wever, que Yumi Ng ne nomme pas, mais que tout le monde pensera reconnaître. Culture machiste, paresse, fondamentalisme, plaisir de chômer, mauvaise intégration… Mais ce sont tous les défauts attribués précédemment par Bartounet aux « Berbères » !

La relativité générale

Quand l’homme politique le plus fort du pays incite au racisme, il trouve des gens pour le suivre, y compris dans les minorités, sans que grand monde ne s’en inquiète. Et De Morgen, bien sûr, publie. Et le premier ministre, bien sûr, dit que ce n’est pas son affaire. Et le président de la Chambre, évidemment, approuve grossièrement. Et nous, rien à signaler ?

La xénophobie est devenue à ce point la norme, y compris entre communautés désormais, que plus personne n’ose dire les mots. On se prend immédiatement un contre-feu nourri, jusqu’à cette invraisemblable édito de Béatrice Delvaux qui commence par « celui qui critiquera cette sortie fera la pub de la N-VA et accroîtra la popularité du parti et de son chef. » Seriously ? Chuut, Bart De Wever a tenu des propos racistes, mais il ne faut pas le dire trop fort parce que ça le sert. Déjà, j’aimerais bien en avoir la preuve. Les Flamands ne sont pas des imbéciles. Ils peuvent aussi entendre un discours de raison. Près de 70% d’entre eux ne se sont pas laissés séduire par la N-VA.

Chère Béa, il y a deux mois, tout le monde était Charlie et l’on célébrait la liberté de critiquer la plus totale, indispensable, contre toute oppression. Qu’est-ce qu’il en reste ? Bart De Wever serait-il l’exception qui requiert qu’on s’autocensure ?

Non, ce qui se tapit derrière cette autocensure, ce refus de dire les mots, ce n’est rien d’autre que la peur née de 500 jours sans gouvernement, de son ascension fulgurante que l’on peine toujours à expliquer. Mais la devise du Canard, est là, qui doit nous occuper l’esprit en permanence : « la liberté ne s’use que si l’on ne s’en sert pas ». Écoutons-la. Mettons la peur de côté. Disons les mots, fièrement. Ne laissons pas les politiciens s’en emparer et les tintamarrer à notre place pour grignoter quelques points dans les sondage. Parce que sinon, un jour, on n’aura plus besoin d’avoir peur : ce sera le jour où nos dirigeants nous dirons ce que nous avons le droit de penser, de dire, ou d’écrire.



Catégories :Asile et immigration, Populismes

Tags:, , , , ,

124 réponses

  1. le racisme ne veut visiblement pas dire la même chose au nord et au sud
    http://ericvanrompuy-archief.be/ee/site/evr/clash_eric_van_rompuy_philippe_geluck/index.html
    ça avait énomément choqué les flamands.

    le racisme au nord de gembloux est clairement différent de celui au sud de gembloux (on peut rire là?)

    J'aime

  2. « Les Flamands ne sont pas des imbéciles. »

    N’est-ce pas pousser le refus de la stigmatisation un peu loin ?

    J'aime

  3. ……. »Parce que sinon, un jour, on n’aura plus besoin d’avoir peur : ce sera le jour où nos dirigeants nous dirons ce que nous avons le droit de penser, de dire, ou d’écrire.  »

    Trop tard Marcel !!!

    ….à Anvers, c’est fait !

    ….« Le PTB a pris connaissance d’un document révélant les conditions imposées par la Ville d’Anvers à l’ACOD (CGSP flamande) pour pouvoir manifester le mardi 24 mars dernier. La lettre révèle que le syndicat devait informer à l’avance la police des noms des personnes qui allaient prendre la parole lors de la manifestation, ainsi que des « slogans qui allaient être scandés et du message qui allait être délivré ». La Ville interdisait également de « porter de banderoles ou pancartes provocatrices » et de « scander de slogans provocateurs ».
    Peter Mertens, président du PTB et chef de groupe PTB au conseil communal d’Anvers, a réagi : « Pour la première fois dans notre histoire sociale d’après-guerre, un bourgmestre impose des conditions de contenu à une manifestation. La liberté d’expression est un Droit de l’homme fondamental, censé rendre possible l’expression d’avis contradictoires, de voix qui, pour l’establishment et son discours traditionnel, peuvent paraître provocatrices ou blessantes. Que les organisateurs d’une manifestation doivent renseigner à l’avance les slogans qui seraient scandés et le message qui serait annoncé, c’est inédit. Ces conditions sont manifestement en contradiction avec la Constitution belge et le Traité européen des Droits de l’homme (TEDH). Il semble qu’on est occupé à instaurer une sorte de police de la pensée censée évaluer le message de fond de toute manifestation. »………..
    Lire la suite sur :

    http://ptb.be/articles/document-exclusif-que-reste-t-il-du-droit-de-manifester-anvers

    Aimé par 1 personne

    • Je vous renvoie aux études sur les raisons.

      J'aime

      • Sur votre blog vous affirmez depuis plus de 5 ans que les flamands se replient sur eux-mêmes.

        J’ai toujours pensé que c’était une incitation à l’autoréflexion pour la communauté flamande, dans le but d’améliorer le vivre ensemble.

        Mais maintenant je comprends donc que, selon vos propres définitions, c’était du racisme.

        J'aime

        • Je ne pense pas avoir affirmé que « les Flamands » se replient sur eux-mêmes, mais qu’un certain nombre de Flamands sont dans le repli. C’est plus qu’une nuance. Qu’on dise qu’il y a des Belges d’origine méditerrannéenne qui ont tendance à se replier sur eux-même est une chose. Qu’on vise en particulier une communauté en lui attribuant tous ces défauts est différent. Mais les flamingants ont l’habitude, ayant traité depuis longtemps « les Francophones » d’oppresseurs, de paresseux, de rats… ben oui, ça, c’est du racisme. Autant que de prétendre, comme le font certains francophones, que les Flamands sont oppresseurs, arrogants, ou pire : « nin des dgins ».

          J'aime

        • [Ce commentaire contient un amalgame raciste, présenter le « peuple flamand » comme manquant d’humanité l’est incontestablement. Je le laisse à titre d’information : le racisme antiflamand existe bel et bien (tout comme l’inverse) Note du censeur Sel]
           » Autant que de prétendre, comme le font certains francophones, que les Flamands sont oppresseurs, arrogants, ou pire : « nin des dgins ». »

          Je n’ai jamais dit cela : j’ai dit que le peuple flamand (cette vache sacrée) est un oppresseur modeste, mais très efficace, à qui manque la plus élémentaire humanité.

          J'aime

        • 25 ans de sous-financement de l’enseignement francophone, allocations familiales au rabais pour les wallons (Wallonie où un enfant sur quatre vit en dessous du seuil de pauvreté) , scission de la sécurité sociale, des impôts, fin de la solidarité interpersonnelle : si je parlais yiddish, je dirais que tout cela n’est pas très Mensch.

          J'aime

        • Marcel,

          Alors votre message est que « un nombre plus que raisonnable » de flamands est dans le répli, parce que sinon le problème ne se poserait pas et vous n’écririez pas des centaines de billets à ce sujet.

          Donc ne stigmatisez pas ceux qui trouvent qu’un nombre plus que raisonnable de gens d’une certaine communauté pose tel ou tel problème, parce que vous faites la même chose avec la communauté flamande.

          Vous osez appeler un chat un chat dans le but de résoudre des problèmes, donc ayez l’honnêteté d’avouer que ceux que vous accusez de racisme poursuivent en fait le même but quand ils mettent le doigt sur un autre problème, même si dans vos yeux subjectives ce problème ne se pose pas.

          Il y a des gens qui, contrairement à vous, trouvent que le problème du racisme ne se résoudra que si d’abord TOUT le monde balaye devant sa porte.

          Et ne pensez surtout pas que vous êtes le porte-parole de tous les belges d’origine étrangère, vous vous tromperiez lourdement.

          J'aime

        • La différence étant que je n’ai jamais lié le repli au fait d’être flamand mais au fait d’être nationaliste. Il en va de même pour des Wallons, des Bruxellois. Par ailleurs, je ne crée pas un lien entre être flamand et être ceci ou cela. C’est toute la différence entre l’observation et l’amalgame. Quant aux Belges d’origine étrangère, ce que je suis tout de même pour moitié, je n’en suis pas le porte-parole, je demande qu’on respecte l’État de droit. C’est très différent.

          J'aime

        • Il y a dans ce débat 4 catégories de gens:

          1. Les vrais racistes incorrigibles (ça existe dans tous les pays, et certainement pas plus chez les belges « de souche » que chez les autres communautés, voir http://www.washingtonpost.com/blogs/worldviews/wp/2013/05/15/a-fascinating-map-of-the-worlds-most-and-least-racially-tolerant-countries/)

          2. Les belges « de souche » non-racistes et de bonne volonté, qui aimeraient résoudre les problèmes du vivre ensemble, mais qui osent penser que parfois le problème se situe des deux côtés, et que le problème doit être attaqué sous ce jour-là.

          3. Les belges d’origine étrangère qui partagent le point de vue de la catégorie 2.

          4. Les gens qui trouvent que tout est à attribuer aux méchants, racistes belges de souche. Ils mettent les catégories 1 et 2 dans le même sac pour imposer le silence à la catégorie 2, et ils trouvent que la catégorie 3 sont des naïfs ou des traitres.

          Les catégories 2 et 3 ont le clé pour résoudre les problèmes, les catégories 1 et 4 ne font qu’aggraver les problèmes.

          J'aime

        • « le racisme antiflamand existe bel et bien »

          Arme Vlaanderen !

          J'aime

        • « La différence étant que je n’ai jamais lié le repli au fait d’être flamand mais au fait d’être nationaliste. »

          Et si on remplace dans votre phrase le mot « flamand » par « marocain », et le mot « nationaliste » par « musulman », ça devient sans doute raciste pour vous?

          J'aime

        • Nationaliste est un choix politique. Il n’y a pas de discrimination pour choix politique. Vous cherchez vraiment n’importe quoi pour excusez le racisme.

          J'aime

        • @thomas

          votre classement en 4 types de racistes ne ressemble à rien, juste une tentative de faire croire que la n-va est normale… il est pathétique de croire qu’elle est plus présentable qu’elle ne paraît

          J'aime

        • Une religion n’est pas moins inviolable pour moi qu’un choix politique.

          Je ne cherche pas à excuser le racisme, je dis que vous faites la même chose: votre core business c’est de mettre le doigt sur quelque chose que vous trouvez nuisif au sein de la communauté flamande, parce que vous trouvez que c’est nécessaire que quelqu’un le dise. Je suppose que vous le faites en partie dans l’espoir que votre cible s’interroge. Et c’est votre droit, ce n’est pas du racisme. Et c’est le droit de De Wever de faire pareil, il le fait avec le même motif que vous.

          J'aime

        • Helas, lisez svp le Traité de Lisbonne qui nous gouverne, il n’y a pas de discriminations our choix politique. Punt aan de lijn.

          J'aime

        • erratum: pas plus inviolable

          J'aime

        • Marcel Sel dit:

          « Nationaliste est un choix politique. Il n’y a pas de discrimination pour choix politique. »

          Pourtant sur le site web du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale on peut lire:

          « La loi générale tendant à lutter contre certaines formes de discrimination prohibe la discrimination en raison de l’âge, de l’orientation sexuelle, de l’état civil, de la naissance, de la fortune, des convictions religieuses ou philosophiques, des CONVICTIONS POLITIQUES, de la langue, de l’état de santé actuel ou futur, d’un handicap, des caractéristiques physique ou génétique et de l’origine sociale. »

          http://www.emploi.belgique.be/defaultTab.aspx?id=23570

          J'aime

        • Je voudrais bien voir qu’on m’oblige à engager un militant du Vlaams Belang. Par ailleurs, critiquer les socialistes ou les nationalistes n’est pas du racisme dès lors qu’il s’agit d’un choix personnel. On ne naît pas liberal, mais on nait bien catholique ou musulman, en général (même si on ne le reste pas).

          J'aime

        • Même la Consitution belge est discriminatoire, parce que:

          « La loi générale tendant à lutter contre certaines formes de discrimination prohibe la discrimination en raison de l’âge, de l’orientation sexuelle, de l’état civil, DE LA NAISSANCE, de la fortune, des convictions religieuses […] »

          La Constitution stipule qu’aucun membre de la famille d’Oranje-Nassau ne peut accéder au pouvoir en Belgique. Donc un cousin du Roi des Pays-Bas peut s’installer en Belgique, acquérir la nationalité, mais il ne peut pas devenir échevin p.e., à cause de sa naissance.

          C’est donc discrimination en raison de la naissance.

          Curieux de voir si vous auriez la cohérence d’être d’accord avec crux qui veulent effacer cet anachronisme.

          J'aime

        • Très habil, cette stratégie de réfuter les arguments d’un message en publiant votre réponse AVANT et AU-DESSUS le message en question.

          ce n’est pas la première fois, c’est un peu infantil pour un adulte je trouve.

          J'aime

        • vous ne pensez pas que Jean-Jacques De Gucht est né libéral? Bruno Tobback et Onckelinx ne sont pas nés socialistes? Charles Michel n’est pas né libéral?

          J'aime

        • C’est exceptionnel. Je peux vous donner autant de cas contraire. Ainsi, mon père était CDH (PSC, en fait) et mes enfants ne votent pas comme moi. Par ailleurs, on peut parfaitement tenir ses convictions politiques secrètes. Bref, la discrimination pour convictions politiques est une hérésie.

          J'aime

        • Ils sont tous les deux aussi répréhensibles.

          Pour l’un il y a les bons et les étrangers, pour l’autre il y a les bons et les kuffar. Nous et les autres.

          Le fait que pour le dernier cette xénophobie cadre dans une religion ne le rend pas plus sympa que le premier.

          J'aime

    • c’est quoi schoon’, le but ?
      dire que les marocains sont des gens de nationalité belge comme vous et moi?

      J'aime

      • Ben Uit, c’est clair non?
        Si un certain groupe, issu de l’immigration constitue 10% de la population incarcérée, c’est une situation anormale (1% aurait été une proportion « normale »), donc il y a un problème.
        Un problème qu’on doit résoudre. Il faut d’abord poser le problème, l’analyser et y rémédier.
        Mais si le fait de signaler que problème il y a, constitue déjà un acte de racisme, tout s’arrête. On quitte alors le domaine de la logique pour se lancer dans un univers « marcelsellien » où les mots ont leur propre vie en dehors de tout contexte.

        J'aime

        • ben non pas autant pour moi que pour vous

          « Eén gedetineerde op tien is Marokkaan » pour moi arrogant FR du rand flamand d’entre chez le bxl-capitaliste add et chez qbla le vvallifornicateur ça veut dire 10% des détenus ont la nationalitéït marocaine, ces 10% ne représentent que des types condamnés à la double peine (être banni après avoir payé) , combien de % de détenus sont d’origine berbère aurait eu plus de sens pour un type qui assume un discours raciste…

          soyons simple : combien de prisonnier ne sont pas des blonds-yeux-bleux plus ou moins que la proportion des enfants de ces compatriotes présents dans les classes de nos propres enfants ?

          du même ordre que le nombre de noir dans les prisons américaines, ya donc pas plus de problème que de poisson d’avril

          J'aime

  4. Merci pour ce remarquable texte. Important comme les propos de J.M.G. Le Clezio sur le même sujet. L’Histoire ne repasse peut-être pas les plats, mais en tout cas elle bégaie: que de parallèles a faire, mutatis mutandis, avec le climat délétère des années 30, sur fond de crise économique et de dépérissement de la démocratie!

    J'aime

  5. Enfin !

    Enfin, quelqu’un qui est à la fois Belge de souche et qui n’a pas une poutre dans l’œil face au racisme qui ronge la société belge de plus en plus, en commençant par sa « tête ».

    C’est qu’à force de voir des « non-Belges de souche » hurler au racisme quotidien et à l’injustice, et de se voir systématiquement rétorquer qu’il n’y a pas de racisme et que donc tout se passe dans leur tête, on finissait par désespérer…

    Merci donc à Marcel de mettre cette cruelle vérité en lumière et, même s’il est le seul du royaume à le faire de la sorte, cela fait enfin du bien de se faire comprendre par au moins une personne…

    Les allochtones ne sont ni des fainéants ni des meurtriers en puissance. Ils ne sont que le résultat de la façon dont on les traite.

    Je repose donc la question que je pose ailleurs: pourquoi Marcel est-il le seul à mettre cela en évidence dans un pays de 11 millions d’âmes, alors que les voix identiques à la sienne sont nettement plus nombreuses en France par exemple, qui compte par ailleurs une extrême droite bien implantée et visible ?

    Cela en est extrêmement choquant. Si Marcel a poussé un coup de gueule mémorable contre son pays face au cas de la petite Dipika, le mien est tout aussi le même dans la présente situation.

    J'aime

    • « Je repose donc la question que je pose ailleurs: pourquoi Marcel est-il le seul à mettre cela en évidence dans un pays de 11 millions d’âmes, alors que les voix identiques à la sienne sont nettement plus nombreuses en France par exemple, qui compte par ailleurs une extrême droite bien implantée et visible ? »

      L’antiracisme et le racisme se portent moins bien en Belgique francophone qu’en France.

      Que fait le gouvernement ? Nous aussi, nous voulons le progrès, des banlieues françaises, et des algériens arabes du FLN à la place des berbères marocains. Comme cela, tout ira beaucoup mieux.

      Certes, l’ULB a fait beaucoup d’effort pour renforcer le sentiment victimaire et structurer le discours vindicatif des immigrés d’origine maghrébine, en prenant grand soin de ne pas les confondre avec les revendications des chinois, par exemple, qui semblent se foutre de Bourdieu comme d’une guigne, ce qui est social-traître et immigrés-fourbe (ces chinois). Mais les efforts de l’ULB en vue de favoriser un vivre-ensemble vraiment interactif et (inter-)pellant ne sont pas suffisants.

      Il n’est pas juste que toute la lutte nationaliste/antifasciste ait lieu en France, alors que la Belgique manque de problèmes et de distractions.

      J'aime

  6. merci Marcel

    il n’y a pas l’épaisseur d’un papier de cigarette entre n-va et vb mais on ne doit pas le dire puisqu’ils sont au gouvernement ou plutôt ils sont le gouvernement fédéral… comment les belges pourraient admettre qu’ils se sont bien fait mettre par bdw, le marine lepen flamand, et qu’attendre du mr ses bouffons FR, ces sarkozies chauves avec du belgo à la place de l’égo ?

    analyse raciste relative perso 🙂 je trouve :
    qu’il faudrait expliquer aux chinois que la sinophilie de bdw est relative, en effet il aurait autant pu prendre la supériorité de la communauté juive d’anvers, mais s’il s’y trouvent quelques sépharadim qui sont précisément aussi des berbères…
    bdw, notre einstein, plutheo franckenstein, est « brave » pour bracke (ssigfrite et pas zzig- aub!) dont la vrt est délivrée du mâle qui a jeté son dévolu sur la cuvette de l’Entité « le fédéral »
    bdw, c’est un malin dans un m’honte de lâches crétins

    J'aime

  7. http://www.lesoir.be/837627/article/actualite/belgique/2015-03-30/abou-jahjah-depose-plainte-pour-racisme-contre-wever

    La justice est saisie ; elle devra se prononcer. Voilà donc qui clarifiera les choses et qui devrait mettre un terme à la controverse.
    Pour mémoire, la justice se fonde en droit sur les articles du code pénal et, ici par ailleurs, sur les textes de la convention européenne des droits de l’homme. Il ne sera donc plus à ce stade question d’appréciations plus ou moins teintées de racisme ou, à l’inverse, de dérives gauchisantes. Le droit s’appuie sur des textes, dont l’interprétation est réglée en grande partie par la jurisprudence.

    J'aime

    • Oui, mais le justice a aussi ses modes. J’ai retrouvé un cas similaire à celui de BDW, « blogueur » condamné fin du XXe siècle pour des déclarations similaires. je pense toutefois que depuis, on est beaucoup moins sévère. De même, les prudhommes sont plus enclins à favoriser les entreprises en temps de crise, par exemple. Bien sûr, en revanche, on peut penser que certaines lois ne sont pas bonnes. La justice et la loi disent bien le droit, mais aussi quelque chose sur l’état de notre société.

      J'aime

      • Certes, Marcel, mais c’est le fondement même de l’esprit de la démocratie. Le miracle du droit n’est pas qu’il rende une justice parfaite, mais tout simplement qu’il rende la justice. L’institution juridique est une institution d’hommes, donc par nature imparfaite. De cela, même les juristes sont convaincus. Le plus important n’est pas là. L’enjeu véritable est qu’une fois que le droit a été dit, il vide toute source de conflit, de violence. Même si l’on n’est pas parfaitement heureux des conclusions d’un procès, une fois que l’on est arrivé au terme de la procédure, il importe qu’on en respecte les conclusions. D’ailleurs, l’organisation même de la justice, sa logique à trois étages de recours successifs, première instance, appel et, éventuellement, cassation, sont précisément conçues pour donner au droit sa plus grande légitimité et crédibilité.
        Ne pas respecter ce que dit le droit, ne pas accepter la sanction d’un tribunal, sont potentiellement dangereux car, ce faisant, ce sont les fondements de notre démocratie que l’on mine. Raison pour laquelle d’ailleurs la dérive procédurière que nous connaissons depuis une vingtaine ou une trentaine d’années, sous l’influence du modèle américain, n’est pas sans danger pour notre « vivre ensemble ». Pour rappel, l’esprit du droit, c’est aussi, une fois qu’a été purgée la peine, l’effacement de la faute aux yeux de la société. « Il a payé, il est donc maintenant en règle avec la société ». Ce principe intègre donc la double notion de la responsabilité, mais aussi du pardon, c’est-à-dire la possibilité de se racheter, de recommencer à zéro une fois que la dette envers la société a été payée. Ce principe est clairement inspiré de la morale chrétienne d’inspiration catholique, là où au contraire, chez les protestants, prime pour l’essentiel la notion de responsabilité personnelle, avec les risques de dérives « prédestinatoires » que cela suppose (cfr le prédestinatianisme augustinien, repris notamment par les Calvinistes). Et je trouve personnellement que sur le fond, ce principe est le meilleur qui soit. « Il peut arriver à chacun de se tromper, de faire erreur, mais tout un chacun a la possibilité de se racheter, ce rachat ayant néanmoins un prix à payer envers la société ».
        C’est pour cela qu’en l’espèce, je trouve une excellente chose qu’Abou Jajah ait porté l’affaire en justice. Puisque d’un point de vue politique, l’affaire ne peut à l’évidence être réglée par suite de l’hypocrisie des uns et de la complaisance des autres, et bien, c’est le droit qui donnera ses conclusions. Et qu’on le veuille ou non, il faudra que l’on s’y conforme. Personnellement, je suis confiant.

        J'aime

        • « cfr le prédestinatianisme augustinien, repris notamment par les Calvinistes »

          Et les luthériens, Tourn »

          J'aime

        • @ Pfff
          Non, justement, entre le luthéranisme et le calvinisme existent des différences doctrinales fondamentales, dont l’une des plus importantes est précisément la dimension prédestinatianiste que l’on retrouve chez Calvin et non chez Luther et Melanchton (en tout cas pas de façon aussi radicale). Ce qui explique d’ailleurs que les épisodes les plus douloureux du protestantisme allemand ont été liés précisément à l’anabaptisme, issu du calvinisme des Pays-Bas (cfr l’épisode de la république anabaptiste de Münster), alors qu’ailleurs dans l’Allemagne protestante, la confrontation a été beaucoup moins brutale.

          J'aime

        • Pas oublier que les germains avant d’être de bons aryens furent de bons ariens. Que les vandales se frottèrent aux berbères. Les allemands « mal baptisés » selon Nietzsche. En fait, les wallons ont veillé pendant des siècles sur les flamands pour éviter la tendance lourde, disciplinaire protestante, communautaire, au nom de la Foi instituée et personnelle. Maintenant, nous jetons l’éponge. Fini de se les coltiner aux collines de Rome. Basta ya. Et que le clergé flamand aille aux enfers, mille fois mérités.

          J'aime

        • La prédestination existe aussi chez les catholiques, mais dans des cas exceptionnels. Elle est déjà beaucoup plus prégnante chez Luther. Bien sûr, il n’est pas dans l’intérêt du catéchisme progressiste de faire savoir que les catholiques se battaient au nom de la liberté de conscience et du libre arbitre.
          Saint Augustin, qui était berbère, était d’abord arianiste avant de se convertir au catholicisme. Il en est resté quelque chose dans ses écrits. Luther s’est principalement appuyé sur Augustin pour déclencher son schisme, en insistant sur les points de divergence avec la doctrine catholique, dont la prédestination.

          J'aime

    • [Jusqu’à obtention de la source, l’affirmation que Jahjah ait reconnu être arrivé en Belgique par un faux mariage est à prendre au conditionnel.Note du censeur Sel.]
      Aangeklaagd worden door marginalen zal de populariteit van Bart De Wever enkel doen stijgen. En als justitie wil ingrijpen kan ze beginnen met Abou Jah Jah te deporteren. Hij heeft zelf toegegeven dat zijn oorspronkelijke verblijfsvergunning in Belgie op een schijnhuwelijk gebaseerd was. Dat soort misdadigers voelt zich geroepen autochtone Vlamingen de les te spellen.

      J'aime

  8. « La liberté de la presse ne s’use que si on ne s’en sert pas » a disparu depuis tant de temps de la dernière page du Canard. Dommage.

    J'aime

  9. Als de uitspraken van Bart de Wever rascistisch waren, dan lijkt het mij hoog tijd om de definitie van rascisme te herzien en de strafbaarheid ervan op te heffen ! Want blijkbaar moeten we van Marcello allemaal Charly’s zijn … de enige die dat niét mag zijn is Bart de Wever … n’est-ce pas ?

    J'aime

  10. Le problème vient en partie du fait que l’ascenseur social fonctionne beaucoup moins bien que dans des pays plus libéraux comme la Grande Bretagne ou les Etats-Unis. Il faudrait que le travail soit mieux récompensé et les entrepreneurs valorisés. Le plus souvent on présente ceux qui parviennent à améliorer leur statut social comme des exploiteurs. C’est d’ailleurs parfois le cas. Je suis très sceptique sur l’honnêteté d’un politicien qui retire des sommes d’argent importantes en liquide au Luxembourg.

    J'aime

  11. Monsieur DeWever tient des propos qui stigmatise un groupe à savoir les Arabes dans son ensemble : c’est injustifiable. Personnellement, je ne connais pas de groupe, je ne connais que des personnes et chaque personne se comporte bien ou mal quelque soit les groupes.

    J'aime

  12. Ce qui est vrai c’est qu’il y a des problèmes avec l’islam quant celui ci a le pouvoir politique et militaire. Dans les pays où la majorité étaient chrétiens et où la conquête musulmane à eu lieu on a vu la disparition progressive des non-musulmans par divers méthodes plus ou moins violentes. Demander aux Arméniens ce qu’ils ont subi. Ce qui fait que la minorité musulmane est devenue la majorité dans ces pays.

    Un point sur lequel le pape insiste est la liberté de conscience qui permet à chacun de pratiquer ou non la religion de son choix sans contrainte. Ce n’était pas le cas au temps de Vatican 1 au 19è siècle. Heureusement l’église prône la conversion par le discours et surtout par l’exemple et non par l’épé ce qui est conforme aux évangiles.

    Les musulmans en Europe sont-ils discriminés ? Les études montrent que oui par exemple pour un travail. Mais ils ne sont pas persécutés au point de désirer partir sauf les fanatisés qui gobent les discours extrémistes. C’est le contraire il y a des millions de non-européens qui risquent leur vie pour avoir une chance de vivre en Europe.

    J'aime

    • Je vous ai vu. Vous êtes en train de relativiser le bonheur de vivre dans la région des Grands Lacs par rapport à celui de vivre à Anvers ! Impérialiste ! Paternaliste ! Suprématiste ! Vous feriez mieux de vous repentir, délinquant ! Expiez vos crimes de mâle hétérosexuel blanc européocentriste ! Historiques ! Innombrables ! Indescriptibles ! Imprescriptibles !

      Police ! Shanan Kairi ! J’en tiens un !

      J'aime

    • « Ce qui est vrai c’est qu’il y a des problèmes avec l’islam quant celui ci a le pouvoir politique et militaire. »
      on comprend mieux pourquoi les champions de l’ascenseur social sont tant à la colle avec les riches émirs de la péninsule arabique…

      J'aime

  13. La stigmatisation et le racisme sont inhérents à la « race noir-jaune-rouge ».

    Il n’est qu’à voir la stigmatisation permanente et institutionnalisée entre « Belges » pour le comprendre: par quel miracle les « nouveaux Belges » y échapperaient-ils?

    Mais ce pays de µê®∂ê sera maintenu coûte que coûte. Armand peut dormir tranquille. Les pros de l’indignation aussi. Il y aura toujours un os à ronger et de quoi organiser des « ateliers », « petits-déjeuners » bien-pensants, G 25689, tout autre chose, etc.

    C’est comme les États qui doivent emprunter aux banques: un business garanti à vie.

    J'aime

    • Le racisme n’est pô grave, c’est la base du vivre ensemble. Flamands et Wallons se charrient depuis des siècles, et c’est ce qui fait ce pays. C’était quand même mieux quand les gantois conchiaient les anversois, par exemple, au lieu de se croire bêtement tous flamins identiques et identitaires au rabais, et de délaisser nos vieilles haines recuites et constitutives pour un roman nationaliste kitsch, pleurnichard et minteu, dont ils ne se sont même pas dégoutés au constat de l’après-guerre.

      J'aime

  14. Entre con frères et soeurs… Les propagandistes sont des menteurs… Berbères envers Soi, et interdits alimentaires… https://laguenon.wordpress.com/2015/03/31/berbere-envers-soi-et-interdits-alimentaires/

    J'aime

  15. Un fait certain, c’est que le Berbère n’est pas un Wallon, et par conséquent pas un mouton: nous Wallons, depuis des décénies entendons que nous sommes des feignants ,assistés, trop bas du plafond pour apprendre la merveilleuse langue de Bartounet, ils viennent nous gordeliser , repétitivement , chaque années et quoi? Nous réagissons? Que nenni, on fait le gros dos on attends que ça passe , car « on aime la belgique » qu’on dit, en fait, on aime surtout la tranquilité, à n’importe quel prix, des moutons, c’est sans doute pour ça qu’on nous tond si souvent…. Vivent les Berbères, dommage qu’ils n’ont aucune raison d’exiger la scission de ce pays de cons

    J'aime

  16. Lu en diagonale et vite fait: le repas à préparer, hein, Marcel! Mais je bous depuis des jours z’et des jours!

    Bdw est ce qu’il est: manipulateur pervers. D’extrême-droite, pour ne rien gâcher. Ça, on le sait depuis longtemps (et e.a. grâce à vous, qu’il n’a toujours pas poursuivi en justice!).
    Discours soigneusement travaillé pour être toujours juste à « la » limite: cela lui permet d’affirmer tout et son contraire, de clouer le bec aux journalistes qui laissent alors passer par ignorance, paresse intellectuelle, complaisance, complicité (barrer la mention inutile).
    Par contre, la « belle » découverte, c’est l’extraordinaire talent du fils Michel et consorts pour la compromission et l’indignité. Mais je suppose qu’il doit y avoir quelque intérêt, le fiston…

    Et une question me taraude: au cœur du MR, ‘y a personne qui dit kékchose??? Sont tous d’accord avec les circonvolutions de langage du 1er et ses ronds de jambe de larbin???

    J'aime

  17. Perso, je considère la Flandre et Brussel comme des pays étrangers mais puisqu’on m’a dit qu’officiellement, ils étaient les miens et qu’ils allaient le rester de force sauf si l’armée chinoise débarque pour réorganiser le continent, je trouve que ça la fout assez mal qu’on en soit réduit à voir que c’est un rastaquouère comme Abou Jahjah qui monte au front.

    Un modèle de lutte contre le racisme, ce Abou Jahjah… Un bon Belch, finalement. Il a su adopter toutes les bonnes habitudes de racisme ordinaire et bas de gamme à la belch. Vous voyez que ça marche…

    On devrait l’engager comme « envoyé spécial suddupéïs à radio Bruksel officiel ou à la Vrije Belgiek ou à De Avond: il surpasserait largement tous les meilleurs déverseurs de fiel antiwallon. On mettra dans la description de fonction du contrat : « le salarié veillera à faire un maximum d’amalgames et à attiser la stigmatisation de la Wallonie en tout temps. Il fera l’objet d’évaluations régulières et rendra compte de ses résultats sur ce point. »

    J'aime

    • « sauf si l’armée chinoise débarque pour réorganiser le continent »
      très amusant votre idée de wallonie, tibet du continent européen

      J'aime

      • J’essaie de ramener les choses à leur juste proportion.

        Situer le cadre. Comprendre les proportions. Identifier les forces, les hiérarchies, relations de cause à effet, etc.

        On a désormais de l’Europe (Brussel et Vlaanderen incluses) dans le monde à peu près l’idée qu’on a des Wallons à Brussel.

        Le traitement en conséquence suivra.

        C’est pas parce que l’on pas dit à la télé que c’est pas vrai.

        J'aime

  18. Là, j’ai tout lu, et bien! Travail rigoureux et juste sur le sens du mot « racisme ».

    Perso, face à des propos de ce tonneau-là, je n’ai pas ce souci de la dialectique: un être humain = un être humain. Point barre.
    Rien à expliquer ni à justifier.
    Le refus catégorique de toute classification, qui n’est jamais que l’antichambre de la hiérarchisation et donc de la discrimination, est non négociable. Et d’abord parce que chaque individu en est le bénéficiaire.

    Parce que, oui, demain, vous, moi, pouvons être le « différent » de l’autre.

    J'aime

    • « Perso, face à des propos de ce tonneau-là, je n’ai pas ce souci de la dialectique: un être humain = un être humain. Point barre.
      Rien à expliquer ni à justifier. »

      « Dieu s’appelle « Je suis » et toute créature s’appelle « Je suis cela ». »

      Un homme, Christ excepté, cela n’existe pas. Il n’y a que des auvergnats, (ou des wallons (au maximum 🙂 ) ).

      J'aime

  19. les diables rouges ont gagné preuve est faite que les belges sont antisémites 🙂

    Aimé par 1 personne

  20. Bart De Wever considère que Charles Michel est un grand Monsieur.
    Ca en dit long sur le Monsieur.

    (Je n’entends plus Louis…)

    pour rappel en 40:
    « Le seul geste que la puissance occupante consentit à faire fut purement symbolique : le retour en France des cendres du duc de Reichstadt, le fils de Napoléon, le 15 décembre 1940. La preuve que la mainmise allemande sur Vichy était à peu près totale »

    J'aime

    • « …purement symbolique : le retour en France des cendres… »

      positivons : le début d’un axe franco-allemand du traitement des déchets…

      bien sûr les allemands furent chez nous plus constructifs pour libérer le peuple cousin de l’oppresseur latin

      J'aime

  21. Comme toute loi pénale, la loi contre le racisme et la xénophobie impose un dol dans le chef de l’auteur de l’infraction pour qualifier un comportement de raciste (in casu, le dol devrait être l’incitation à la haine ou des actes racistes nuisant à autrui). Ce qui, apparemment, n’est pas le cas ici. Vous citez le Larousse, mais la loi pénale définit les termes qu’elle utilise et les comportements qu’elle vise. Le sens ‘commun’ des mots ne s’applique pas, il faut se référer aux définitions de la loi pénale. Heureusement d’ailleurs, sinon, toute parole, quelle qu’elle soit (y compris certaine caricature et histoires drôles), serait passible d’être poursuivie. Etre Charlie veut également dire que l’on refuse le politiquement correct.
    Quant au relativisme, personnellement, je suis une femme et je ne m’offusque pas quand quelqu’un dit que les femmes ne savent pas conduire ou qu’elles sont moins compétentes que les hommes. Premièrement, je ne me sens pas visée par les généralisations. Deuxièmement, je laisse juste la personne qui pense cela faire comme elle veut, c’est elle qui se prive des compétences de la moitié de la population mondiale. Certains aiment vraiment se poser en victime, relativiser la situation aide à avancer dans la vie.

    J'aime

    • Pour moi, il y a bien incitation à la haine dans ce discours. Par ailleurs, je ne vois pas en quoi cela concerne, par exemple, l’article 21.

      J'aime

    • « Etre Charlie veut également dire que l’on refuse le politiquement correct. »

      Tout juste. Le Soir qui se prosterne devant la réthorique vengeresse et victimaire d’Abou Jahjah et lui donne une plateforme pour exposer ses thèses communautaire sans jamais oser lui porter la contradiction est essentiellement immonde. On voit bien l’alliance progressiste-islamiste. Valls peut aller manger du foie de veau.

      J'aime

      • « exposer ses thèses communautaire sans jamais oser lui porter la contradiction est essentiellement immonde. »

        @Pfff
        sans même savoir de quoi il s’agit (il ne s’agit pas de rhétorique vengeresse) je m’étonne car vous êtes à mes yeux le type le plus communautariste de ce blog
        ceci dit sans haine pour votre communauté (qui mérite mieux) que vous présentez sans cesse comme pauvre petite victime plutôt que comme porteuse de sens

        J'aime

        • De quelle communauté ? Les Wallons ? Les Wallons ne sont pas « porteurs de sens », Dieu merci. Ils se définissent en creux, par tout ce dont ils se dispensent. Ils sont par nature réfractaire à toute définition positive et nationaliste. Ils laissent cela aux « génies » français et flamands.

          J'aime

  22. «J’aurais mieux fait de ne pas désigner un groupe de la population», admet Bart De Wever…
    Un modèle de discours paradoxal!

    J'aime

  23. Hallucinant de voir que le PS refuse l’application de la loi de financement pour le budget de la RW et la RBC, loi qui a été instauré par le gouvernement Di Rupo.

    Ils n’ont pas un grand estime du niveau intellectuel de leur électorat alors. Une telle incohérence flagrante ne passerait pas inapercu chez les électeurs des autres partis.

    J'aime

    • Erreur: il admettent la loi de financement, mais réfutent la méthode de calcul: ils présentent LEUR méthode de calcul, qui donne d’autres résultats et demandent des éclaircissements sur la méthode de calcul employée par le Fédéral.

      Bref, le jour où les chiffres seront définitifs, la vérité sera peut-être quelque part entre les deux: chacun aura eu tort et aura eu raison, et tout le monde sera content… et dans l’embarras.

      Car le manque à « gagner » global risque bien d’être quand même là.
      Là mais où?

      J'aime

    • pas si « Hallucinant de voir que le PS refuse l’application de la loi de financement pour le budget de la RW et la RBC, loi qui a été instauré par le gouvernement Di Rupo. »…. vu les trahisons des alliés du gouvernement dirupo…

      et le ps semble soudain avoir enfin « un grand estime du niveau intellectuel de leur électorat »… puisque le parti pour lequel il a voté n’a pas évalué le flamingantisme du cd&v ni le niveau d’arrivisme des FR du mr, qui est forcément un obstacle à toute continuité d’action

      J'aime

  24. Kenya, encore les ravages de la culture Angry Birds : http://gloria.tv/media/v5RvDSWhhwa . Les ravages des jeux video sur le cortex des zivaslamistes. Encore un qui n’a pas lu Le mythe du steak, de Roland Barthes.

    NVB propose que les repas contenant du cochon soient désormais considérés comme étant des repas confessionnels. On sent bien que c’est une impasse. Il y eu un temps, pas si lointain, où le jambon était du jambon.

    Je vois bien une voie, digne des Lumières, mais il va nécessiter quelques minutes de courage gustatif.

    #Parmentier #Patate

    J'aime

  25. Tiens, le Pape parle de nous, européens athées et très respectueux de la terreur islamiste : silence complice. Mais, cher François, ils se réjouissent dans le secret de leurs coeurs de la fin du christianisme. Un peu de logique.

    J'aime

    • Il faut bien voir que toutes ces impertinences envers la religion catholiques sont un appel assez pathétique, une envie de fessée, un besoin éperdu de se trouver un maître crédible. Ils ont trouvé, mais ils frémissent encore, comme des génisses au champ, à l’approche du taureau. Pan-pan cul-cul, va leur dire Mahomet, et ils vont pleurer de joie, car ils se rendront compte que c’est ce qu’ils ont attendu toute leur vie.

      J'aime

  26. Ce soir, Messe de Pâques. À chacun son maître, à chacun sa fidélité. Je sais déjà de quoi les intentions parleront. Pour les chrétiens, c’est là que cela se joue.

    La politique anti-jésuite de notre évêque (mais est-ce que l’inspiration de cette politique ne vient pas d’un échelon supérieur ?) me scandalise. C’est d’un mesquin ignoble, de refuser aux jésuites de réintégrer l’Église Saint-Loup, témoignage de leur génie, pour y prêcher comme ils le souhaitent. Une odeur de moisi caractéristique flotte autour de toute cette affaire. Je tenais à partager mon indignation.

    J'aime

  27. Tiens, il paraît que les shebabs qui ont zigouillé les étudiants chrétiens se sont d’abord foutu de leur gueule, en leur pronostiquant d’excellentes vacances de Pâques. Encore une petite blague sur les vacances de P., Marcel ? C’est de circonstance.

    J'aime

  28. Identité de la balle et de la cible

    Donc, le shebab a demandé à une fille de téléphoner à sa mère, puis, il a pris le téléphone, et il a dit « Je vais tuer votre enfant ; c’est la dernière fois que vous entendez sa voix. » et puis, il a immédiatement tiré. [Mise en cause de la religion dans l’acte de violence censurée. Note du Censeur Sel].

    J'aime

    • Les shebabs ont aussi forcé les jeunes filles chrétiennes à « nager » dans le sang de leurs condisciples, à se rouler dans leur sang. Les premiers secours les ont pris pour des mortes.

      J'aime

    • Comme l’on dit un politicien Ennahdha, supporter des assassins de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi, « nos jeunes ne viennent pas de Mars, ils sont musulmans ». Il n’y a qu’ici qu’on préfère se mettre la tête dans le sable.

      Tiens, le Primat de Belgique rappelle le caractère sacré de la vie (pour les catholiques, y en a d’autres qui prennent de plus en plus de libertés) dès sa conception ; la RTBF a choisi son thème pascal.

      J'aime

  29. Bon, je vous laisse, bientôt trois heures, c’est à dire neuf. Je sens que cela va stigmatiser sec.

    J'aime

  30. Piscine publique à Namur. Les musulmanes ont obtenu des horaires séparés. Hélène de Troie pourra barboter en burquini (alors qu’à Namur, le slip et le bonnet sont obligatoires) dans les bassins. Retour du lamentin dans la Meuse pour bientôt. Ce sont les baigneuses de Rops qui seront surprises.

    Longtemps, ce sont les Femmes Socialistes qui ont veillé à ces baignades séparées. Encore une contribution éclairée de nos ALSB au vivre-ensemble.

    Tout cela ne pourra que très bien finir.

    J'aime

  31. Antisionisme enragé, de quoi es-tu le nom ?

    Les écologistes français ont pris nettement position en faveur du … nucléaire iranien. Là où y a de la gêne, il n’y a pas d’uranium.

    J'aime

    • Youp-la-boum

      Il est bien certain que quand les iraniens auront la bombe ; les saoudiens feront tout pour l’avoir. Et puis tous leurs voisins. Le tout avec DAECH dans la région, qui détient un territoire équivalent à celui de la Grande-Bretagne.

      J'aime

      • Prosper al Saoudi et Youp-la-boum Al Pakistani

        Il n’aura pas fallu attendre longtemps, dites donc. Les saoudiens sont en train de demander de l’aide aux Pakistanais, des chars, des avions. Et des bombinettes ? Une chtite bombinette atomique di-rien-di-tou ? Allez, Prosper a les moyens.

        J'aime

      • Le PIB hors pétrole de la péninsule arabique est inférieur à celui du Danemark. Homo Faber, cela ne se dit pas, en arabe. Heureusement, il reste la guerre, comme distraction. C’est quand même plus exaltant qu’un après-midi à traîner au shopping mall. Surtout qu’avec le boum démographique, les cheikhs risquent de réduire le nombre de billets par personne.

        J'aime

  32. Au Nigéria, home sweet home de Boko Haram, c’est un « islamisto-démocrate » qui a pris le pouvoir. Son principal fait d’arme, en dehors de son passé de dictateur ? Avoir voulu imposer la charia dans tout le Nigéria, y compris aux provinces chrétiennes (il a réussi à l’imposer dans certaines provinces musulmanes). Il en faudrait quand même beaucoup plus pour que le Monde cache sa joie. Le moto de son camp ? Le changement, c’est maintenant. Le Prince de ce monde est socialiste.

    J'aime

  33. Ce n’est pas du racisme mais une forme de pensée sectaire qui peut être assimilée à de la liberté d’expression, laquelle est autorisée à outrance en Belgique.
    Si on devait attaquer pour xénophobie tous les gens qui ne supportent pas les arabes ou confondent les islamiques (musulmans pacifistes) avec les islamistes (musulmans terroristes) il faudrait pousser les murs des prisons ! Il n’est pas donné à un politique d’avoir la science infuse en toutes choses ni l’obligation d’exceller en culture !
    Des dérives comme celles ci existent en Belgique et notamment parmi la presse ou plutôt une certaine presse qui diffame et calomnie autrui en relatant de fausses informations . là, curieusement, on ne parle pas d’atteintes à la dignité humaine du citoyen belge…

    J'aime

    • « Ce n’est pas du racisme mais une forme de pensée sectaire qui peut être assimilée à de la liberté d’expression, laquelle est autorisée à outrance en Belgique. »

      J’ai plutôt l’impression qu’on ne peut plus rien dire dans ce pays sans être taxé, ou suspect, de ceci ou de cela, ou justiciable de milliers d’ayant-droits, geignards professionnels. Que des tas d’associations se dévouent pour incriminer quiconque remettrait en cause l’omerta islamiste. L’Islam a déjà gagné un grande bataille contre la liberté d’expression, contre laquelle il mène une lutte au finish.

      J'aime

    • « la liberté d’expression, laquelle est autorisée à outrance en Belgique ».

      Ce genre de propos fait extrêmement peur. En effet, la liberté d’expression se doit d’être totale dans une démocratie. Si vous voulez vivre dans un régime qui limite votre liberté d’expression, libre à vous d’essayer quelques contrées (il y en a encore malheureusement plusieurs sur la planète) mais ne limitez pas notre liberté d’expression.

      J'aime

  34. @ Marcel : « Helas, lisez svp le Traité de Lisbonne qui nous gouverne, il n’y a pas de discriminations our choix politique. Punt aan de lijn »

    L’article 21 du charte des droits fondamentaux de l’Union (qui fait partie intégrante du Traité de Lisbonne) vous contredit:

    « Article 21

    Non-discrimination

    1. Est interdite toute discrimination fondée notamment sur le sexe, la race, la couleur, les origines ethniques ou sociales, les caractéristiques génétiques, la langue, la religion ou les convictions, les opinions politiques ou toute autre opinion, l’appartenance à une minorité nationale, la fortune, la naissance, un handicap, l’âge ou l’orientation sexuelle.
    2. Dans le domaine d’application des traités et sans préjudice de leurs dispositions particulières, toute discrimination exercée en raison de la nationalité est interdite. »

    J'aime

    • En effet, la charte me contredit, du moins sur la discrimination. Or, je ne visais pas la discrimination dans mon article mais la stigmatisation. Autrement dit, le fait que dire « les socialistes sont de dangereux criminels » n’est pas de même nature que « les Berbères sont des dangereux criminels ». La critique politique doit être plus tolérante que la critique ethnique, religieuse, pseudo-raciale, etc. Sinon, j’imagine qu’on pourra mettre toute notre classe politique en tôle, en commençant par la N-VA.

      (Cela dit, le traité lui-même ne mentionne curieusement pas les opinions politiques.
      Article 10 : Dans la définition et la mise en œuvre de ses politiques et actions, l’Union cherche à combattre toute discrimination fondée sur le sexe, la race ou l’origine ethnique, la religion ou les convictions, un handicap, l’âge ou l’orientation sexuelle.
      De même à l’article 19.)

      J'aime

      • (au passage, il me semble que le militant N-VA qui a recommandé que tous les socialos soient noyés dans le canal n’a pas été poursuivi pour racisme alors que celui qui ferait de même envers les musulmans, les catholiques, les juifs, les Juifs, les Arabes, les Wallons ou les Flamands, pourrait sans problème être poursuivi).

        J'aime

        • puisque le chef de l’n-va,
          le parti qui de la majorité relative de l’ethnie majoritaire de ce pays
          et de surcroît maire d’anvers la plus grande ville de cette misérable ethnie majoritaire,
          peut tout dire sur tout et tous, et prétendre en misérable hitler flamand que son parti national-solidariste rebaptisé nouvelle-alliance vont, eux, faire mieux que tout les autres…
          ils ont l’armée, la justice, la police, l’intérieur, la recherche, etc etc…
          les vrais coupables ne sont pas les magistrats mais les collabos FR du mr…. misérables en minorité absolue partout dans ce pays

          J'aime

        • Punt aan de lijn.

          J'aime

        • Le fond du problème : qu’est-ce qu’une discrimination ? Le début du discernement ? Il faudra interdire la parole, la réflexion ? Parce que discriminer, c’est réfléchir. We think in prejudice. Qui veut faire l’ange fait la bête.

          J'aime

    • Toute discrimination fondée sur la naissance est interdite selon le Traité de Lisbonne et la loi belge.

      Pourtant notre constitution exclut tout membre de la maison d’Orange-Nassau d’exercer une fonction de pouvoir en Belgique.

      J'aime

      • pauvre thom’
        se phantasmant aristo frustré de pouvoir

        J'aime

        • J’ai toujours fait mon mieux d’apprendre la langue de mes concitoyens et de la pratiquer tous les jours, mais je dois avouer que je n’arrive pas à comprendre le langage et les arguments d’un hyper intellectuel unilingue francophone du rand comme vous.

          J'aime

        • « hyper intellectuel unilingue francophone du rand »

          case retrouvée…merci thom’ pour cette vile flatterie qui me fait un grand bien tout relatif

          J'aime

  35. Bart fait comme Lepen ,il dit le pire pour qu’on parle de lui ,un procès ne lui fait pas peur ,la justice est politisée a souhait.

    J'aime

  36. @ Marcel,

    « depuis quand stigmatiser n’est plus raciste ? »

    Ben, depuis le Grand Jacques Bres à chanté « les Flamandes »…

    prenons le texte et changeons un peu…

    « Les Berbères dansent sans rien dire
    Sans rien dire aux vendredis sonnants
    Les Berbères dansent sans rien dire
    Les Berbères ça n’est pas causant.
    Si elles dansent, c’est parce qu’elles ont dix-huit ans
    Et qu’à dix-huit ans il faut se fiancer
    Se fiancer pour pouvoir se marier
    Et se marier pour avoir des enfants
    C’est ce que leur ont dit leurs parents
    L’Imam et même son Mufti
    Le Mufti qui prêche à la télé.
    Et c’est pour ça, et c’est pour ça qu’elles dansent
    Les Berbères, les Berbères,
    Les Ber, les Ber, les Berbères. »

    Est-ce acceptable? Est-ce qu’il y aurait un artiste francophone engagé qui prendrait sa guitare pour la chanter? non bien-sûr, ce serait tout à fait raciste d’oser prétendre que c’est acceptable…
    pourtant toute la francophonie la trouve tout à fait acceptable que cette chanson passe à la radio…

    joli Marcel, vraiment joli

    VV

    J'aime

    • Les Flamandes n’étaient pas une minorité quand il a chanté la chanson. De plus, il ironisait sur la population (autochtone) de son propre pays.

      J'aime

      • Les noirs n’étaient pas une minorité à l’époque de l’apartheid

        J'aime

      • La famille Brel est d’origine « flamande » mais francophone, càd issue de la bourgeoisie flamande.

        Brel se moque donc des défauts « bourgeois » liés à un catholicisme bien-pensant…. de son propre pays.
        Un berbère pourrait en faire autant dans son propre pays en se moquant de certains défauts de ses compatriotes.

        Mais sans doute, pour Walli, un francophone de Flandre est un étranger dans son propre pays. C’est d’ailleurs pour cela que Brel chante « le plat pays » 😉

        J'aime

      • là on touche le fond du raisonnement humaniste de gauche, parce qu’on est la majorité on doit accepter de se faire insulter

        donc j’imagine que trouves que les propos des colonialistes étaient acceptables, puisque les coloniaux étaient une minorité?

        une minorité où et d’après quel critère géographique? je parie que dans les milieux de la bourgeoisie bruxelloise dont Brel était issu, les Flamandes étaient plutôt minoritaires, ne parlaient pas bien la langue des maîtres, faisaient des tâches ménagères ingrates et avaient une famille nombreuse…

        pour in finé revenir sur une distinction « autochtone » et « allochtone », tiens, le Sel conservateur, je pensais qu’il n’y avait plus lieu de distinguer entre autochtone et allochtone?

        mais je sais, si un francophone emblématique dit qq chose d’un Flamand c’est certes stigmatisant mais pas raciste, si BDW dit qq chose c’est forcément raciste et pas que stigmatisant

        ah, oui, sinon on devrait admettre qu’on a érigé un musée pour un raciste et qu’on donne une place publique le nom d’un raciste… non, cela va à l’encontre du préformattage du gauchiste conservateur francophone

        joli Marcel, vraiment joli

        VV

        J'aime

      • @ marcel

        ik vind dit wel een hilarische redenering.. toen de journalist van Le Soir « ironiserend » voorstelde om alle NVAers op een boot te zetten en die boot in het midden van de zee te laten zinken, was dat allemaal maar om te lachen…

        maar een gerant van een Delhaize die een tweet verstuurt waarbij hij « ironiserend » voorstelde dat andere rooien het voorbeeld van Steve zouden volgen, is dat ineens een ongelooflijk schandaal..

        ik ben het volledig eens met Walli dat de zogezegde progressievelingen, en daar reken ik jou bij, meester zijn in het « deux poids, deux mesures »…

        ik weet één ding heel zeker en dat is dat de meeste « autochtone » burgers het spuugzat zijn om heelder dagen te horen wat voor een racisten ze wel zijn… en daar reken ik mezelf ook bij…

        J'aime

        • In Le Soir zelf heb ik geschreven dat de ironie van Pierre Bouillon te ver was gegaan. Maar het gebeurde niet net een dag na een zelfmoord van een N-VA’er. Als je het verschil niet begrijpt heb jij een probleem.

          J'aime

    • oui mon gars c’est totalement acceptable et même intégrant

      walli t’as vraiment un complexe caricatural de flamingant…
      je peux te refiler l’adresse d’un bon psy qui parle l’NL comme toi

      J'aime

    • Très bon exemple, Walli. Les flamand(e)s ne sont pas en sucre (sauf les nationalistes à la manque) ; les berbères ne sont pas en sucre (sauf les communautaristes/antiracistes professionnels). Faut arrêter avec les indignations. Sinon, le vivre-ensemble entre immigrés et belges sera comme le vivre-ensemble wallons-flamands.

      Vous remarquerez qu’en dehors d’une frange de la bourgeoisie wallonne qui s’est lancée, éperdue de bilinguisme, dans le « modèle flamand », le choix du flamand comme seconde langue est en chute libre en Wallonie. Malgré le matraquage belgicain médiatique, les wallons ont compris que la langue flamande était à la fois la langue de l’oppresseur et le moyen d’oppression : salukes en de kost, comme on dit chez les brusseleer.

      Vous partagerez votre culture avec des yankees en manque de racines. Vive le futur Vlaamse Disneyland, avec zangfeest en parade, Siegfried Bracke en vieux sourcier, De Wever en crapeau magique et Wouter Beke en fée clochette. Ce qu’on s’en fout !

      J'aime

      • @Pfff

        « le choix du flamand comme seconde langue est en chute libre en Wallonië »

        Si la chute libre de la Wallonie se limitait à la méconnaissance du flamand on ne serait pas où on est maintenant.

        J'aime

        • Ah-ah ! De fait, nous chutons. Nous nous relèverons (nous ou ceux qui nous aurons succédé) bien un jour. Mais le plus loin de vous possible.

          J'aime

        • @schoon’

          je m’en doutais vous manquez de confiance, messieurs les NL,… « la méconnaissance du flamand » (des FR)devrait suffire à expliquer les manquements de cette engeance

          J'aime

Commentez. (Les commentaires sont modérés et n'apparaîtront pas immédiatement !)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :