Les Belges s’accommodent très bien de l’extrême droite au gouvernement.

Koen Dillen avec Léon Degrelle. Qui se ressemble…

Koen Dillen avec Léon Degrelle. Qui se ressemble…

Mise à jour à 21h27

Le gouvernement Michel/De Wever (puisque ce dernier tire au moins quelques ficelles depuis Anvers) ne choque déjà plus grand monde. C’est statistique. Si l’article sur les dernières révélations sur Jan Jambon est toujours le plus consulté sur La Libre, la même info dans Le Soir n’entre même pas dans le top 5. La mort de Béatrice Berlaimont, la hausse du plafond des transactions en liquide, le foot ou encore l’incident nucléaire en Ukraine sont passés devant. Petit à petit, l’info est reléguée.

Sur mon blog, même phénomène. Alors que mon article sur la justification de la collaboration par Jan Jambon et le silence de Charles Michel avait intéressé plus de 35.000 lecteurs, mon dernier papier sur la présence de Bart De Wever et de Jan Jambon dans le directoire du Vlaams-Nationale Debatclub peine à dépasser les… deux mille lecteurs. Il n’est même pas dans le top-50 de mes articles des six derniers mois !

Pourtant, on est dans le fondamental : toute la politique belge va se droitiser radicalement !

Pourtant, l’information est plus qu’importante, elle est fondamentale. Retrouver le « premier ministre de l’ombre » Bart De Wever et le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon, dans le directoire d’un club fondé par le bras droit du Führer flamand Staf De Clerck, et savoir d’avance que nous n’aurons même pas des excuses, ni des regrets, permet de conclure que, dans le top-5 de la N-VA, nous n’avons pas affaire à de simples nationalistes, mais à des gens qui ont, pour le moins, sympathisé avec des néo-nazis, si pas des nazis.

À cela, Jan Jambon répond : « et alors ? » Autrement dit « où est le problème ? » Il ne dit pas qu’il regrette ce passé, il ne le critique pas. Il n’a aucun mot dur pour les partisans de Staf De Clerck qu’il a côtoyés et pour ceux qui traînent toujours dans la N-VA (comme Bob Maes). Non, il vous prie de trouver ça normal, et il a un excellent argument : en Flandre, « tout le monde » trouve ça normal.

Involontairement, et de bonne foi, certains opinionistes francophones  ont préparé le terrain.

C’est de cet argument que partent Christian Laporte, Alain Destexhe ou encore mon adversaire préféré, Charles Bricman, pour enjoindre aux médias francophones d’accepter Bart De Wever malgré toutes les casseroles qu’il traîne, au nom d’une compréhension du buikgevoel flamand, suite à l’oppression des Flamands et du néerlandais par « les Francophones ». Laporte et Bricman ne sont pas de stupides « idiots utiles » du nationalisme-flamand d’extrême droite. Ils sont au contraire parmi les rares Francophones à avoir très tôt montré une empathie nécessaire pour ce Mouvement flamand. Mais ils sont tombés dans le même panneau qu’une partie de la presse flamande elle-même, sans compter l’électorat : en même temps que le mouvement nécessaire et légitime d’émancipation flamande, on leur servait toute une mythologie qui n’avait pour but que de justifier les dérives de cet autonomisme, de 1917 à 1945 voire au-delà. Il fallait impérativement considérer la N-VA comme un parti démocratique, sinon, on provoquait la fin de la Belgique. Je caricature un peu, mais on n’en est pas loin.

De même, j’ai été halluciné de voir que Terzake, émission sérieuse de la VRT, utilise mes propos qui ne visaient que des travers précis de la N-VA pour insinuer que je traitais tous les Flamands de nazis (alors que dans le texte incriminé, je faisais exactement le contraire). J’ai ensuite reçu insultes et lettres de menaces, mais aussi des messages de Flamands qui me disaient que j’avais touché à un problème fondamental en Flandre.

Les victoires du Vlaams Belang ont transmuté la presse flamande.

C’est en fait l’invraisemblable score du Vlaams Blok à Anvers en 1994 (28 %), puis en Flandre en 2004 (24 %) qui a achevé de changer la donne au Nord. Avant cela, des gens tout à fait respectables débattaient volontiers avec les fascistes, c’est vrai. Mais la raison était que ceux-ci avaient réussi à incarner le flamingantisme. Ainsi, même Herman De Croo s’est plié à l’exercice. C’est une culture du débat que nous n’admettons pas en Belgique francophone, mais avons-nous raison ? trente ans après avoir coorganisé un débat entre les libertaires et le Front de la Jeunesse sur Radio Plus en 1982, je n’ai toujours pas de réponse à la question. Mais il y a une différence entre débattre dans des cercles privés et désinformer le public.

Avant 2004, même un certain Siegfried Bracke n’hésitait pas à tancer les têtes du Vlaams Blok à la télévision. Trois ans plus tard, l’accueil devenait convivial sur les mêmes chaînes ! Le Vlaams Belang avait réussi à faire passer l’idée que quand on a 1 million d’électeurs, on a droit à un traitement égal à celui des démocrates, fut-on fasciste radical. C’est exactement l’argument de l’extrême droite suédoise aujourd’hui qui brandit ses 800.000 électeurs pour justifier sa Salonfähigkeit. Dans les années 80, les commémorations sulfureuses du VMO et autres provoquaient encore des haut-le-cœur dans les médias flamands, et elles étaient sévèrement réprimées par la gendarmerie. En 2004, en revanche, lorsque 3.000 à 5.000 personnes ont commémoré Staf De Clerck à l’Ijzerwake (pèlerinage radical, opposé à celui de l’Yser), on peut parler d’un véritable silence radio : seul De Morgen a consacré un (tout petit) article à l’événement.

La meilleure arme des extrémismes de droite : la lassitude.

Petit à petit, par lassitude, par habitude, les fascistes flamands ont réussi à tout faire passer en Flandre et ont profondément modifié la conscience politique de beaucoup de journalistes en vue. Du coup, quand Jan Peumans, N-VA, président du Parlement flamand a raconté que les résistants étaient des crapules de rue, seul le magazine Humo a pensé à lui répondre. C’en était fini de la résistance de la presse flamande. Même les plus à gauche avaient abandonné la partie.

Le même phénomène est particulièrement visible en France, où Marine Le Pen est devenue numéro un des matinales sur les diverses chaînes de radio. Pourtant, les casseroles du FN sont tout aussi grosses que celles du Vlaams Belang (quoique contrairement à celui-ci, le FN ne commémore ouvertement ni Pétain, ni Laval, si ce n’est dans certains prénoms). En Hongrie, le parti d’Orban, qui côtoie le CDH et le CD&V dans le groupe PPE du Parlement européen, a lui aussi grignoté petit à petit la résistance des démocrates et l’immobilisme de ceux qui siègent à côté de ses représentants au à « l’Europe ». Le drame des nationalismes radicaux et des fascismes, c’est qu’on s’y habitue très bien. Contrairement au communisme qui requiert une révolution, le fascisme s’insinue dans la vie des gens de façon presque indolore.

C’est ce qui a aussi permis à l’hitlérisme de prendre, petit à petit, des parts de respectabilité dans une société allemande pourtant libérale : les journalistes qui s’y sont opposés radicalement et sans relâche étaient rares et peu diffusés. Il n’y a pas lieu de craindre une expérience comparable à celle du nazisme en Belgique, mais néanmoins une perte sèche de liberté, qui est déjà en train de se concrétiser pour certaines classes de la population. Je pense aux « assistés sociaux », aux étrangers (bientôt sommés de payer pour entrer dans le pays), aux entrepreneurs « bruns » (les tenanciers de night shops pakis, de kébabs, de bars à chichah à Anvers, bientôt surtaxés) et ne croyez pas que la N-VA ait le monopole de ce genre de mesures, au contraire, la mode s’étend vite au reste de la droite voire parfois à la gauche.

Ces mots que Jan Jambon et Bart De Wever ne veulent ou ne peuvent pas prononcer…


Aujourd’hui, c’est, pour la première fois depuis la guerre, un parti libéral qui se soumet à une vision néoconservatrice de la société dont les principaux ténors ont adhéré à des cercles d’extrême droite et refusent de renier clairement ce passé, voire de critiquer ces cercles. Il suffit pourtant à Jan Jambon et Bart De Wever de dire quelque chose comme « oui, j’ai fait partie de ces cercles, mais c’est un passé sur lequel j’ai totalement fait une croix, et que je réprouve ». Une réponse qu’on n’obtient décidément pas. On nous répond sur le ton : « Les Flamands ne nous embêtent pas, pourquoi les Wallons font un tel cirque ? » C’est évidemment oublier qu’il y a toujours, en Flandre, une résistance aux idées de la N-VA, même si elle passe rarement dans les médias et si ces résistants préfèrent s’en prendre au programme économique du parti qu’à ses fréquentations extrêmes — ambiance aidant.

Le drame, c’est que la fatigue a aussi gagné les Francophones. Plus on en apprend sur Jan Jambon ou Bart De Wever, moins cela fait de l’effet. Si j’ajoute au dossier déjà très épais — et qui amènerait tout journaliste allemand ou français à conclure que la N-VA n’est pas seulement nationaliste, mais aussi fasciste — que selon Filip Dewinter, Bart De Wever aurait approché le Vlaams Blok en 2004 pour y entrer, ou que Jan Jambon a été à la base de la fondation du Vlaams Blok de Brasschaat, on me dira : oui, bon, ça va, on a compris. Et très vite, « il y a quand même des problèmes plus importants ».

La stratégie du pourrissement de la démocratie libérale, la nouvelle droite, va changer l’Europe.

Et voilà, la boucle est bouclée. La stratégie de la pénétration de la démocratie libérale par la fatigue, et une dureté progressive, est achevée. C’est la stratégie décrite par le mouvement de nouvelle droite, qui prétend amener les théories xénophobes et ultranationalistes de l’extrême droite en les distillant lentement dans la société. Une stratégie qui date des années 70 et qui est en train de se réaliser sous nos yeux, un peu partout en Europe. Celle adoptée par Marine Le Pen comme Geert Wilders. Et, au vu des mesures annoncées une à une par le gouvernement Michel ou à Anvers par la N-VA, on peut difficilement nier que cette dernière amène une radicalisation de la société. Allons-nous vers une société fasciste ? Ce n’est guère certain. Mais ce qui l’est, en revanche, c’est que nous allons vers une société plus dure. On ne peut pas avoir fréquenté des cercles d’extrême droite sans en avoir subi l’influence. Il est difficile de dire si les ténors de la N-VA sont des fascistes pur jus ou des droitistes radicaux, mais il est clair que leurs fréquentations doivent être évoquées clairement face au citoyen et que ce dernier a droit à une réponse, qu’il doit exiger s’il ne l’obtient pas.

Aujourd’hui, il ne l’obtient pas. Et il se fatigue déjà à force de la demander. Il y a donc deux issues : soit toute la société belge se radicalise, soit la Belgique se brise en deux.

Alexis de Tocqueville disait — et cette phrase m’obsède : « Ce qui met en danger la société, ce n’est pas la grande corruption de quelquesuns, c’est le relâchement de tous. »

Jan Brans, un nazi resté nazi.

À présent que je sais que vous ne vous relâcherez pas (du moins, ceux qui continuent à lire), revisitons un peu ce fameux Vlaams-Nationale Debatclub. Déjà, l’un de ses deux fondateurs n’était autre que Jan Brans, le rédacteur en chef de la version « intellectuelle » de Volk en Staat, le Je suis partout ou le Völkische Beobachter (organe du parti nazi) flamand. À ce titre, il s’était même rendu plusieurs fois à Berlin. Dans le Volk en Staat de novembre 1940, six mois à peine après l’invasion de la Belgique par les nazis, on pouvait lire à la une : « L’empoisonnement de notre vie publique par les Juifs et la possibilité d’éliminer cet empoisonnement », où l’on planifiait déjà l’éradication des Juifs de la fonction publique, de la justice et de la presse, ou encore, l’interdiction de tout retour des Juifs réfugiés. Après le départ du premier convoi de Malines vers Auschwitz, le journal de Jan Brans se réjouissait de pouvoir « mieux respirer » dans le quartier où se trouvait la rédaction, grâce à l’absence de Juifs. Je sens chez vous un haut-le-cœur. Attendez, ce n’est qu’un début. Pour Herman Van de Vijver (in België in de 2de Wereldoorlog), « Jan Brans était particulièrement brutal […] Le 25 octobre, il écrivait « Le Juif doit partir. C’est une question de santé publique. » Et le 1er décembre 1940, il touchait au thème connu :  » comment les Juifs deviennent riches dans un quartier sale ». Après une première razzia en France, il se demandait « Quand connaîtront-nous aussi ce bonheur ? Paris libéré de 5.000 Juifs » (22 mai 42). Dans presque chaque numéro du journal, on retrouve ce genre d’articles. […] Peu avant les déportations  l’Est, un article prophétique paraissait : « Dans l’attente de la disparition des Juifs »/

Il faut dire que pour Volk en Staat, Adolf Hitler était le Führer incontesté, et Staf De Clerck, son (gau)leiter local. Les stars en étaient Pétain, Mussolini, Franco, Laval. L’on se moquait de la brigade juive anglaise et de leurs énormes pifs crochus et l’on affirmait que Churchill voulait affamer les Flamands. Bref, du nazi pur jus.

Jan Brans était aussi un très proche collaborateur de Staf De Clerck. Lui aussi, un fieffé nazi, qui a encouragé les occupants à appliquer une politique rigoureuse envers les Juifs, qui polluaient le « corps national sain » flamand. Dès le début de l’Occupation, il remettait à l’État-major nazi un « Manifeste » cosigné avec un autre héros du nazisme flamand, Raymond Tollenaere. C’est étonnamment Bruno De Wever, frère de Bart qui a largué le nationalisme-flamand après l’avoir bien connu, qui reprend ce manifeste dans son livre Greep naar de Macht. Il est adressé au « Führer du Peuple allemand. » Il y est dit que dès lors que « l’Ordre européen est entre les mains du Führer du Peuple allemand, le Peuple flamand se soumet avec confiance à ce Führer ». Le VNV y déclare être né en 1933, « dans l’esprit de la pensée national-socialiste ». Nazi, donc. Et jusqu’au bout des ongles, dès lors que le patron direct de Jan Brans s’émerveillait de « la préservation du Corps populaire, dans la défense de la race contre les éléments étrangers et en première ligne contre l’immigration juive, ainsi que la protection de la pureté de la race et de sa santé »

Déporter les Wallons en France, une idée du VNV !

Mais les Juifs n’étaient pas les seuls « parasites » pour le corps sain flamand, puisque le mémorandum aurait aussi suggéré, d’après l’un de ses rédacteurs, la nécessité de l’expansion du Lebensraum (espace vital) flamand par, tenez-vous bien, une flamandisation de la Wallonie, d’une part, par la reflamandisation d’un tiers des Wallons qui seraient « d’origine flamande » (un chiffre encore très en vogue dans les milieux néoflamingants de nos jours — tiens, tiens) et par la déportation, oui, j’ai bien dit la déportation, « des Wallons ethniques vers la France » !

Bien sûr, on vous dira que Jan Brans a changé après-guerre et est devenu un simple nationaliste flamand. Eh bien non ! En 1979, c’est lui qui a permis de retrouver les ossements de Staf De Clerck, lors de l’opération Delta lancée par le Vlaams Militante Orde, milice nazie et nostalgique. À la libération, le corps du Leider avait été enterré, apparemment par des résistants, dans une fosse anonyme afin d’éviter tout futur hommage à l’ancien Führer des Flandres. Le VMO décide alors de retrouver la tombe de Staf De Clerck, de le déterrer et de le réenterrer dans un caveau familial. L’action est appelée Delta (l’équivalent VNV du svastika) et réussit en quelques semaines, sous la direction de Bert Eriksson. Jan Brans donnera des indications précieuses pour retrouver le corps et assistera à la commémoration du leader nazi en octobre 1979 avec, notamment, Karel Dillen et Bert Eriksson.

Fréquenter Eriksson est en soi une forme d’adhésion au nazisme. Celui-ci ne faisait pas mystère de son engagement total. Il a ainsi pensé tout haut dans une interview à Humo que les Juifs ont attaqué Hitler en 1934, qu’il était donc normal que celui-ci les « neutralise », qu’il n’est pas croyable que 6 millions de Juifs soient morts dans les camps et que le national-socialisme n’est pas xénophobe, il est juste pétri « d’amour pour le peuple blanc ». D’ailleurs, Mein Kampf d’Adolf Hitler, est un livre qui, toujours selon Bert Eriksson, « contient la vérité, tout ce qui y a été dit est bien arrivé, non ? (sic multiples et variés pour tout ce paragraphe.) » 

Quand juste après, Jan Brans fonde alors le Vlaams-Nationale Debatclub, il est difficile d’avoir le moindre doute sur ses convictions. Commémorer un homme entaché de nazisme et d’antisémitisme comme l’est Staf De Clerck peut-il être autre chose qu’une commémoration du nazisme ? Que penserait-on de quelqu’un qui commémorerait Léon Degrelle ? Ou Laval ? Ou Pétain ? Ou, bien sûr, Adolf Hitler ?

Bart et Jambon sous la présidence de deux jolis nostalgiques, avec plein d’autres autour…

Ensuite, Jan Jambon, puis Bart De Wever se mettent à fréquenter assidûment ce club au point d’en devenir membre du directoire aux côtés de membres du Vlaams Blok, sous la vice-présidence de la veuve de Jan Brans, et la présidence de Koen Dillen, député Vlaams Belang, surtout connu en Belgique francophone pour avoir passé un peu de temps en Espagne avec Léon Degrelle et trinqué avec lui — eh oui, avec le boss des SS Wallons. Comme dit dans mon article précédent, Koen Dillen est aussi le digne héritier de Karel Dillen, le traducteur du négationniste Bardèche, fondateur de leur parti commun, le Vlaams Blok/Belang, un monsieur qui aimait saluer le bras tendu, et un participant actif au Congrès de la refondation du nazisme, à Malmö, en 1951.

L’autre fondateur du Vlaams-Nationale Debatclub était Rudi Van Der Paal, bailleur de fonds de la Volksunie, puis du Vlaams Blok, et enfin de la N-VA. Quelques temps après son décès, une cérémonie fut organisée, en 2010. Les orateurs du jour étaient Koen Dillen et un certain… Bart De Wever.

Connaissez-vous un démocrate convaincu qui entre dans la direction d’un cercle de débats dont le président, la vice-présidente et les deux-tiers des autres dirigeants sont tous d’obédience néofasciste, sinon nazie ?

Une affaire de famille. Et alors ?

Encore un mot sur la veuve de Jan Brans. Ils se sont rencontrés sur le tard. Elle avait auparavant fréquenté la crème du nazisme flamand, de Cyriel Verschaeve (le curé nazi qui voulait devenir le pape du nazisme et a tenté de convaincre Himmler de renoncer au paganisme) à Karel Dillen, en passant par le père de Bart De Wever ! Mais c’est au moment d’organiser l’hommage à Staf De Clerck qu’elle a rencontré son futur mari, Jan Brans. Il avait demandé à Karel Dillen l’adresse de quelqu’un qui pourrait l’aider à organiser le sulführeux hommage. Le fondateur du Vlaams Blok lui a volontiers donné le nom de Mia. Ils se sont vus, ils se sont plus, ils se sont épousus. Un joli cercle d’amis !

Et tiens, ça me revient, le beau-frère de Jan Jambon est aussi député Vlaams Belang. Là, pas de reproche à lui faire : il est bien obligé de le fréquenter ! Au fond, le nationalisme(-socialisme) en Flandre, c’est surtout une affaire de famille !



Catégories :Belgique, Fascismes

Tags:, , , , , ,

226 réponses

  1. « Terzake, émission sérieuse de la VRT, utilise mes propos qui ne visaient que des travers précis de la N-VA pour insinuer que je traitais tous les Flamands de nazis »

    Accusations graves. Où, quand, comment Terzake a-t-il fait ça ? Mettez les propos tenus à votre encontre en ligne, que nous jugions sur pièce.

    Merci.

    J'aime

    • Je précise que cette émission faisait suite à ma lettre à Philippe Geluck où je lui reprochais de qualifier le néerlandais de « petite langue » et de mettre tous les Flamands dans le même sac nationaliste. Mais j’y reconnaissais aussi qu’il fallait s’attaquer au nationalisme. Quand j’ai vu les extraits lus avec une voix très grave, je me suis demandé quand j’avais écrit ça. J’ai failli tomber de ma chaise. Le texte original de ma lettre est ici. Osé, certainement. Mais je ne crois pas avoir assimilé les Flamands à des nazis, mais plutôt avoir fait exactement le contraire.

      http://oldblog.marcelsel.com/marcelsel/lettre-ouverte-a-philippe-geluck.html

      J'aime

      • Marcel, c’est vrai cette histoire produit par je ne sais qui ? : « « … les Nations Unies ne sont qu’une couverture pour l’infiltration d’opinions organisée par la RTBF, Le Soir, La Libre Belgique et toute la presse francophone. (…) La télévision espagnole et le Washington Post, alimentés par ces médias francophones, tentent de faire passer les Flamands pour des racistes qui organisent la discrimination. Ils [Les Francophones] considèrent les Droits de l’Homme comme étant leur droit de parler français où ça leur chante et d’exporter leur soi-disant culture. Tous ceux qui ne sont pas d’accord avec ça sont ensuite accusés de racisme !».
        C’est hallucinant qu’il propage des propos pareils ! C’est de la propagande anti francophone !
        Il n’y a pas de journaux flamand pour discréditer cela ? Comment osent-il ?
        Je le ramène ici, pour ceux qui n’aurait pas lu la lettre ouverte à Philippe Geluck.

        J'aime

        • Oui, c’est vrai, c’est un texte d’Eric Van Rompuy, frère d’Herman, qui a été dit, si je me souviens bien, en public, dans l’enceinte du Parlement flamand (commission ou séance plénière, je ne sais plus – à vérifier). À l’époque, il s’est plaint sur son blog que je l’aie comparé à Gœbbels, mais depuis, il est devenu antinationaliste ou presque (il y a encore des choses à améliorer, mais il a fait un sacré parcours déjà).

          J'aime

    • Merci Marcel d’empêcher de penser « en rond » – c’est réjouissant de te lire (on se sent moins seul!)
      🙂

      J'aime

  2. Sur l’ensemble de l’article je suis plutot d’accord, mais je trouve la remarque sur le beau-frère de Jan Jambon déplacée. On ne choisit pas sa famille et encore moins celle qui ne dépend pas de nous-même.

    J'aime

  3. Un premier ministre qui banalise, « Charles Michel dénonce une « tentative de déstabilisation orchestrée par le Parti socialiste » c’est pitoyable et ça ne peut pas passer
    Ce gouvernement doit démissionner

    J'aime

    • la mission du mr de mettre l’n-va au pouvoir fédéral (en copiant celle du cd&v de mettre l’n-va au pouvoir flamandal)
      l’mr michel ou l’objectif = la mission, donc la dé-mission n’est pas envisageable
      où allons-nous nier qu’il a atteint haut la main l’objectif?

      J'aime

    • C’est assez simpliste comme solution ne trouvez-vous pas ? Le gouvernement doit démissionner. Ca n’apportera que d’autres problèmes, et qui estimez-vous meilleur pour envoyer au 16 rue de la Loi? Le PS? Vous-même peut-être? ( pas que je ne doute de vos compétences pour diriger un pays bien sur)

      J'aime

  4. Monsieur Sel,

    Non seulement vous avez  » touché à un problème fondamental en Flandre » mais vous oubliez un détail primordial: « Il faut sauver le soldat Ryan ». Remplacez soldat Ryan par société belge. Comme le disait le Prince Charles:  » J’ai sauvé le brol ».
    Et pour atteindre le but d’un royaume pour mille ans, il est nécessaire d’atteindre l’effet suivant :« Ce qui met en danger la société, ce n’est pas la grande corruption de quelques-uns, c’est le relâchement de tous. »
    Si cela ne fonctionne pas, vous donnez vous-même la réponse : Il y a donc deux issues : soit toute la société belge se radicalise, soit la Belgique se brise en deux.
    CQFD. Excellent article, Monsieur Sel.

    J'aime

  5. Dessine-moi un fourgon

    « Au fond, le nationalisme(-socialisme) en Flandre, c’est surtout une affaire de famille ! »

    Bart De Wever, le petit prince du national-socialisme

    J'aime

  6. Ne vous en faites pas pour ceux que vos articles dérangent. Il n’y a que la vérité qui blesse ceux qui sont ou se croient visés. Quant aux autres, il est plus facile de ne pas se mouiller, on ne sait jamais. De toute façon, ils pourront toujours retourner leur veste du bon côté, si les choses changent. Vous avez une opinion et c’est cela que j’apprécie, pas la langue de bois. Un bel exemple, Philippe méprisé par Bart et moqué par média. Il devient roi et la presse devient dithyrambique. La majorité silencieuse et sans a priori attendait de voir et a conclu qu’il est très bien dans sa fonction. La presse ne fait pas toujours l’opinion, il reste donc de l’espoir.

    Bruxelles est une ville ouverte et les « dansaertvlamingen » l’ont découvert, malgré tout ce qu’on leur avait dit en Flandre. C’est pourquoi ils sont mal perçus en Flandre ghettoïsée. Il nous faut donc attendre que toute la Flandre decouvre que les habitants de leur capitale ne meritent pas la haine qu’elle leur porte.

    Coluche se servait du belge comme le roi des cons comme dans le dîner du même nom. Finalement la France de Michel Drucker a revu sa position et a découvert que le belge n’est pas plus con qu’Hercule Poirot.

    Je n’attends plus que le moment où tous les belges oseront dire avec fierté « notre » pays au lieu de « çe » pays. Cela ne les honore pas et les fait passer pour des cons à l’étranger.

    J'aime

  7. Charles Michel est un lâche, lors de sa sortie de la Chambre cet après-midi, interrogé sur ce sujet, il a simplement dit que la Nva était un parti démocratique, et RIEN sur Jan Jambon et ses mensonges. Il a dit que l’opposition, le PS, bien sûr (il n’a pas cité les autres partis flamands dans l’opposition aussi), sabotait ce gouvernement. Il a tellement peur de perdre son poste de 1er, qu’il en devient idiot et aveugle.

    J'aime

    • Oui, c’était pathétique, populiste, dramatique, faible, bref, totalement hallucinant. Je n’ai jamais vu une telle attitude en politique belge, jamais. Le MR va finir par devenir un micro-parti tant son impuissance est devenue flagrante.

      J'aime

      • Parce que la sixième réforme de l’État, qui a consisté à retraduire toutes les demandes de la NVa dans la Constitution belge (sans même qu’elle participe au gouvernement), c’était une démonstration de puissance ? En matière de téléguidage, je trouve que la NVa a alors établi un record qu’il va être difficile de battre.

        Que dire du PS, qui aurait pu demander à Jambon de s’expliquer mais qui préfère tenter de déstabiliser le gouvernement ?

        Le MR ne sortira pas affaibli de cette histoire.

        C’est l’attitude du PS qui tente de toutes les façons d’instrumentaliser le débat contre le MR, au lieu de s’adresser aux fautifs, qui est parfaitement abjecte et irrespectueuse de l’intérêt du pays.

        On « découvre » que la NVa est un nid de nazi-nostalgiques ?

        Quelle blague, quelle imposture, quelle instrumentalisation lamentable de la collaboration, quel opportunisme !

        Il faut cesser de croire que l’on peut réchauffer l’actualité à la demande, pour servir des vues populistes. Le PS ne défend pas la démocratie : il montre à tous qu’il est au bout du rouleau de ses impostures.

        Et cela n’aura pas échappé à grand-monde.

        J'aime

        • Breaking news : la gauche olfactive puerait en fait des pieds et de la tête

          Sondage : un belge sur cinq soutient le gouvernement fédéral.

          Mais le gouvernement wallon n’arrive même pas à avoir un wallon sur cinq en sa faveur !

          Si cela sent le faisan en Flandre, n’est-ce pas parce que l’on a laissé depuis longtemps passé la date de péremption du PS en Wallonie ?

          J'aime

        • « …la NVa est un nid de nazi-nostalgiques ?
          Quelle blague, quelle imposture, quelle instrumentalisation lamentable de la collaboration, quel opportunisme !
          Il faut cesser de croire que l’on peut réchauffer l’actualité à la demande »

          n-vazi imposture? posture opportuniste ps?
          si on réchauffe l' »actualité » à la demande lorsqu’on instrumentalise (lamentablement, donc normal puisse con est entre belges) la « collaboration » avec les nazis… où est la flandre : pro-néo-post-nazie? pas par là… alor pourquoi le tiers de crétin que compte la flandre vote n-va

          sûr Pfff que personne n’est au bout du rouleau ni ps ni n-va juste les cathos (sauf degrelle en VL, comme dieu en RF)

          J'aime

        • [NOTE DU CENSEUR SEL : je me désolidarise totalement de l’idée que la seule civilisation fût catholique, c’est un point de vue qui me semble mépriser toutes les autres. Je laisse le message à titre informatif]
          Si c’est le bout du rouleau de Patmos, vous pourrez découvrir à vos dépens que la seule civilisation, hormis sa sœur chinoise, était catholique. Ce n’est pas vraiment une nouvelle que celle de notre chute : regardez Saint Augustin à Hypone. Nous avons déjà été tellement souvent consolé de notre disparition, que ce n’est plus un sujet d’étonnement.

          On voit déjà la bestialisation à l’œuvre, dans le langage, dans la politique, dans les comportements. Il faut observer les indignés flairer le cul de la meute, tenter, attendre de voir comment la bêtise va s’engoufrir dans la brèche, pour pouvoir gueuler en cœur, et réclamer des têtes, des réformes. Et leurs frères jumeaux de la crèmerie d’en face, pas mieux. Je ne vous dis pas combien vos indignations m’indignent, votre « tolérance » m’est intolérable et vos hauts-le-cœurs me laissent froid.

          J'aime

        • S’engouffrer, pour le même prix

          J'aime

        • Et Hippone, Pfff.

          J'aime

        • Je n’ai pas dit que la seule civilisation fut catholique. J’ai dit qu’il y en a eu deux, la catholique et la chinoise. C’est juste un question d’importance relative, de masse critique, de durée et de réalisations. C’est une opinion partagée de dangereux fascistes méprisants comme Sollers ou Leys, pour ne citer que des exemples récents (mais on peut aussi citer les Lumières (pour une fois que je suis d’accord), les premiers jésuites, Marco Polo (13e siècle), Claudel, entre mille qui ce sont intéressés à ce concept. Certains conservateurs allemands faisaient, comme vous, ou Jack Lang, primer la Culture (ou Kultuur) sur la civilisation : on a vu le résultat.

          J'aime

      • « MR va finir par devenir un micro-parti tant son impuissance est devenue flagrante »

        Deze uitspraak ga ik onthouden. We zullen zien bij de volgende verkiezingen.

        J'aime

      • Oui, vous avez parfaitement raison. Le drame c’est que tout le monde finit par trouver normales les dérobades de notre Premier imposé.
        Je suis écoeuré : j’avais voté MR en confiance puisque tous leurs ténors avaient tous affirmé que jamais le MR ne s’allierait à la NVA.
        Je suis abasourdi : j’avais voté MR en sympathie avec son concept de « libéralisme social ». Voir à ce titre le manifeste libéral (Rendre Confiance, éd.Luc Pire). Il s’y trouvait cependant quelques énormités, mais je constate que le MR a enterré ce manifeste.
        Enfin je suis malade d’entendre constamment que l’état déplorable dans lequel se trouve « ce » pays est dû au PS. (le MR est aux affaires fédérales depuis 1999, non ?)
        Quelle intelligence, quelle grandeur, quelle classe : et entendre les 20% (?) de belges qui ont voté pour des partis, ou des politiciens, qui ont rendu possible cette lamentable suédoise, clamer qu’ils travailleront le 15, eux, pendant que d’autres s’amuseront à faire grève.
        Voilà, nous y sommes : cette liberté d’expression est à remettre en question puisque ce sont des fainéants qui profitent de toutes les occasions pour s’amuser.
        Le relâchement de tous permettra encore pour longtemps à d’autres de continuer à réaliser des optimalisations fiscales, formule quand même plus sympa que fraude légalisée.
        Ah oui, mais c’est vrai, tant que les autres le feront, il n’y a pas de raison que « ce » pays montre l’exemple.
        Vos articles sont tous remarquables, Monsieur Sel, n’avez-vous pas peur, avec « ce » ministre de l’Intérieur, de vous exposer à une censure, voire pire ?

        J'aime

        • Non, je n’ai pas peur. Une fois les choses publiées, tenter de les censurer serait à leur détriment.

          J'aime

        • « Enfin je suis malade d’entendre constamment que l’état déplorable dans lequel se trouve « ce » pays est dû au PS. »

          La première chose que les socialistes ont fait, dès que la régionalisation l’a rendu possible, fut d’engager 75.000 fonctionnaires d’un coup, au nom de la relance, du partage du travail, du soutien de la demande, du pouvoir d’achat, comme d’habitude. More of the same, more of the Keynes. Maintenant, il faut les payer. Même si pour eux, le 15, c’est relâche.

          J'aime

    • Comment pourrait-il répondre le Charlot ? Il s’est compromis jusqu’au coup, mentis comme un arracheur de dents, fait pleurer papa pour sa première place…. Alors faut bien assumer et justifier… SI, SI, absolument Si la NVA est démocratique de la moitié du CD&V jusqu’à l’extrême droite du Belang, vous voyez que ça c’est démocratique…SI, Si… Je crois qu’il va rêver « SI ». Il n’as pas le choix, lui et ses sbires… Déjà que la parité pour l’exécutif 7/7 n’est pas 7/7 mais 11/7 pour les flamands, mais en plus avec un premier qui a une double casquette être premier plus faire partie des 7 pour faire le nombre. Pauvre Charlot, il faudra bien qu’il se fasse une raison, la trahison a un prix..

      J'aime

      • Je n’aime pas le mot trahison. On n’est pas en guerre. Mais si vous parlez de la trahison de ses propres idéaux, là, je vous suis.

        J'aime

        • Non mais, vous rigolez, ou quoi ?

          Et quand Di Rupo a vendu les droits des francophones contre un cornet de pasta et hypothéqué toutes possibilités d’avenir pour leurs enfants en signant cette reddition en rase campagne que fut la sixième réforme de l’État, il avait ses raisons ?

          Tout le monde était avec lui ?

          Comme Pétain, alors ?

          J'aime

      • je ne dirais pas que c m a trahi ses idéaux, les libéraux n’ont pas d’idéaux,
        juste des envie de petit commerce politique

        J'aime

        • Il est clair que ceux qui poussent la porte des permanences socialistes de Charleroi et du Hainaut sont mûs par un idéalisme irréprochable. Ce n’est pas comme si les trente dernières années du socialisme wallon ne nous avait pas édifiés moralement. Pour tout dire, je ne comprends pas comment on peut être d’un autre parti, au vu du succès éclatant des politiques mises en œuvre.

          J'aime

        • « Il est clair que ceux qui poussent la porte des permanences socialistes de Charleroi et du Hainaut sont mûs par un idéalisme irréprochable. Ce n’est pas comme si les trente dernières années du socialisme wallon ne nous avait pas édifiés moralement. Pour tout dire, je ne comprends pas comment on peut être d’un autre parti, au vu du succès éclatant des politiques mises en œuvre. »

          Pfff vous m’épatez votre ironie équivaut à l’épiphanie de la Vérité réal-socialiste pas pire qu’une autre en fait

          J'aime

        • Remarquez le nombre de appréciations négatifs que je me chope avec ma copine ironie. Les socialistes ET les trolls nationalistes. Je ne sais pas où commence le manque d’humour et où finit le manque d’esprit, chez ces braves gens.

          J'aime

  8. la seule façon de faire tomber ce gouvernement, ce n’est pas hélas en seulement dénonçant, mais c’est en touchant à l’économique: grève générale du 20 décembre au 5 janvier.

    ban dans les baskets des électeurs versatiles du MR: les petits indépendants.
    but faire passer de 43% les électeurs qui soutiennent le MR aux derniers 15% intouchables (càd les rentiers ou hauts managers)

    mais je suppose qu’en temps qu’indépendant vous n’êtes pas d’accord marcel?

    tiens, je sens un certain relâchement chez vous, là…:-)

    chacun son relachement.

    chacun son NIMBY

    pas touche ma bagnole de soc!

    J'aime

    • Je n’ai aucun problème avec les bagnoles de société, vous savez 🙂

      J'aime

      • ça m’avait échappé.

        remarquez que si des indépendants font faillite, leurs employés iront au chomage.

        NIMBY = prise d’otage?

        tout le monde prend en otage tout le monde. Résistant ou terroriste? Char ou anti-char?

        comme je le disais de nombreux grecs n’ont plus rien à perdre. Ils peuvent enfin inventer du neuf.

        visiblement après la guerre 40 on a mis en place un système relativement juste (en occident) parce que quasi tout le monde était fauché.

        inévitablement le niveau de vie s’est élevé, maintenu, entretenu jusqu’il y a peu grâce à l’évolution technique (qui devient nettement plus cosmétique maintenant ou bien alors le « progrès » actuel aide au non-emploi : cfr la robotisation!)

        bah, la droitisation vient de cette élévation du niveau de vie: cela entraine la destruction progressive du système relativement juste (puisqu’une majorité ne ressent plus sa nécessité, une grande partie par suite à la propagande médiatique par ailleurs)

        ça va pas changer le monde,
        Il a trop tourné sans nous.
        Il pleuvra toujours sur Londres…
        ça va rien changer du tout.
        Qu’est-ce que ça peut bien lui faire,
        Une porte qui s’est refermée?
        On s’est trompés, n’en parlons plus,
        Et la vie continue.

        ça va pas changer le monde
        Que tu changes de président.
        Il va continuer, le monde,
        Et il aura bien raison.
        Les poussières d’une étoile,
        C’est Ça qui fait briller la voie lactée…
        On s’est trompés, n’en parlons plus,
        Et la vie continue.

        ça va pas changer le monde,
        Ça va pas le déranger.
        Il est comme avant, le monde,
        C’est toi Charles qui as changé.
        Moi, je suis resté le même,
        Celui qui croyait que tu l’aidais…
        c’était pas vrai, n’en parlons plus,
        Et la vie continue.

        Joe Dassin revisité

        J'aime

      • « qui devient nettement plus cosmétique maintenant ou bien alors le « progrès » actuel aide au non-emploi : cfr la robotisation! »

        Je ne vous le fait pas dire. Ce blog, après Cloclo et les claudettes, c’est Daens et les luddites. Je vais finir par me citer : c’est l’augmentation de la productivité qui crée la richesse des nations, depuis qu’on a entrepris de la mesurer*.

        *c’est d’ailleurs lié, le progrès technique étant, aussi, une production conditionnée de la modernité

        J'aime

    • Gève générale du 20/12 au 5/1/15 ? Vous me faites rire. Cela ne fera que dégoûter encore plus les gens des syndicats, du PS et autres… et ne fera que renforcer le MR !

      J'aime

  9. Merci Mr Sel de nous renforcer dans nos certitudes avec des points d’histoire vérifiables et une analyse lucide. Vous avez raison, il gaut LUTTER CONTRE LA LASSITUDE ENVERS L’EXTRÊME-DROITE

    J'aime

  10. Un nazi aime sa famille mais la vomit si elle ne correspond pas à son idéologie.

    J'aime

  11. Tout cela me révolte profondément et j’aimerais agir concrètement pour lutter contre cette banalisation du fascisme (je le fais en tous cas au quotidien autour de moi). Mais que faire ? Comment agir ?

    J'aime

  12. On s’accommode de tout ici.

    La maison ne recule devant aucun sacrifice.

    J'aime

  13. Juste merci. Le brun est une couleur inacceptable.

    J'aime

  14. Monsieur Sel. Je comprends vos sentiments. Mais si les gens ne lisent plus votre dernier article à propos du NVA , c’est peu-être à cause du continu de l’avant-dernier article à propos du NVA…

    J'aime

  15. Marcel,
    Merci … merci pour ce travail de conscience et de mémoire. Merci aussi pour la touche d’humour finale (« l’affaire de famille ») qui m’a fait éclater de rire (je n’aurais sans doute pas dû … mais bon !).
    Marcel, ne vous a-t-on jamais dit d’être prudent. Sincèrement, faites gaffe. Car vous touchez de plus en plus au cœur sensible, et je ne serais pas plus étonné que cela que la « bête » commence à trouver la démangeaison peu à son goût. Il ne faudrait pas que vous soyez un nouveau Julien Lahaut.

    J'aime

    • Je ne suis pas inquiet. La N-VA pense toujours qu’énerver les Francophones est le meilleur moyen d’en finir avec la Belgique…

      J'aime

      • @Marcel

        « La N-VA pense toujours qu’énerver les Francophones est le meilleur moyen d’en finir avec la Belgique »

        perso je trouve cet avis très pertinent, et comme pour vous cela serait plutôt le contraire d’un sujet d’inquiétude… pour notre pays pas pour l’avenir de la connerie à la n-va

        J'aime

  16. De Vlaamse beweging is een grote ijsberg waarvan nva maar het topje is. Ze heeft een geschiedenis van conservatief katholicisme, anti-communisme en anti-socialisme. Het heeft allemaal al lang niets meer met taal te maken sinds de Vlaamse bourgeoisie eieren voor haar geld heeft gekozen. Die Nederlandse taal trouwens dat is helemaal de moedertaal van de doorsnee Vlaming niet.

    J'aime

  17. C’est vraiment du n’importe quoi !!

    J'aime

  18. Le problème des francophones n’est pas tant la lassitude que la confusion. Entre un BeGov prêt à dépecer la Belgique pendant que le PM regarde ailleurs et un WalGov décidé à brûler le pays pour retrouver son pouvoir, ce scandale supplémentaire ne fait que s’ajouter à la marée noire.
    A dire vrai je crois que ces révélations n’étonnent personne, on s’y attendait.

    J'aime

  19. « Ze heeft een geschiedenis van conservatief katholicisme, anti-communisme en anti-socialisme. »

    Ce n’est pas ce que je lui reproche. S’il y avait un gramme d’honnêteté chez les Wallons, ce ne serait pas ce qu’ils devraient lui reprocher non plus, surtout quand on voit ce que le socialisme a fait de la Wallonie (bien aidé par un flamingantisme pervasif dans la vie publique « belge » de ces trente dernières années (pervasif n’est pas français, mais va surement le devenir)).

    J'aime

  20. « …que selon Filip Dewinter, Bart De Wever aurait approché le Vlaams Blok en 2004 pour y entrer, ou que Jan Jambon a été à la base de la fondation du Vlaams Blok de Brasschaat, on me dira : oui, bon, ça va, on a compris. Et très vite, « il y a quand même des problèmes plus importants ».

    Ben oui, le problème plus important que leur passé, c’est leur présence actuelle au pouvoir (et la soumission de Charlot l’ahuri lèche botte public)

    « …la nécessité de l’expansion du Lebensraum flamand par une flamandisation de la Wallonie, d’une part, par la reflamandisation d’un tiers des Wallons qui seraient « d’origine flamande » et par la déportation des Wallons ethniques vers la France ! »

    Mais ce n’est pas un choix ça monsieur : ce serait tout aussi horrible d’être flamandisé que françaicisé !

    J'aime

  21. @pff
    Vous touchez à l’essentiel, la sixième réforme de l’Etat et 70% des mesures d’économie initiée avec Elio se passait dans le calme pcq il y a la manière de s’adresser aux citoyens. Elio les respecte. Charles et certains ministres les méprisent. Cela se voit au ton avec lequel ils s’adressent aux habitants de « ce » pays comme ils disent. Je ferais une exception pour mr Reynders qui se comporte comme un gentleman. Dommage qu’il ait dit que les socialistes sont infréquentables. Il ne faut jamais généraliser. Depuis il va de défaite en défaite, à commencer dans son propre parti, c’est injuste pour lui et cela montre la médiocrité générale de la politique.
    Si ce gouvernement ne revoie pas sa méthode, il mènera « ce » pays à la casse.

    J'aime

    • « Elio les respecte. »

      Les respecte en vendant leur droits, en hypothéquant leur avenir ? Ne serait-ce pas le respect que l’on sert aux caves ? Et, dans le chef de certains wallons (pas la majorité, tout de même), une forme de servilité volontaire ?

      J'aime

  22. Je trouve dommage que l’histoire du nazisme et de la seconde guerre mondiale reste aussi lacunaire. si certes l’antisémitisme fut le ciment idéologique fondamental, non seulement beaucoup d’autres catégories étaient ciblées et bien des futurs étaient au programme.
    Je crois qu’il faudrait reprendre cette époque de beaucoup plus haut pour éviter justement un bis repetita
    par une opinion publique certes leurrées mais qui finalement se sent tout autant grugée par les autres parties (et on reviendra alors au syndrome de Niemöller).
    En réalité le premier carburant de l’extrême-droite, ce n’est même pas le racisme, la haine ou autre, c’est simplement la médiocrité de politiques classiques et modérés mais qui lassent la population par leur incompétence,frasques, délires, abus, … D’autant que beaucoup de nazis étaient plus des opportunistes que des idéologues, ils ont profité des conditions pour s’envoler puis se sont très bien reconvertis à l’Est comme à l’Ouest.

    Regardez le PS, mettre di Rupo, cela allait encore d’autant qu’il a bénéficié d’une période délicate ou finalement il a surtout pu faire du Chirac, c’est tout ce qu’on lui demandait. Mais imaginez si demain le PS présentait des spécimens aussi hallucinant que Laurette ou Fadia pour des charges nationales voire le rôle de premier ministre.
    Au MR, ils ont au moins compris que Reynders n’a pas le charisme ni le sens de l’Etat suffisant que pour être mis en pointe mais il se sont alors trouvé en carence d’hommes d’Etat et Charles à défaut du reste fit l’affaire.
    Mais si ce gouvernement tombe trop vite ou que le PS s’obstine à mettre en ligne des fous furieux en plus englués dans des relations pas très nettes, ça votera encore plus à droite.
    Cher Marcel, vous fustigez beaucoup mais pas les bons si les politiciens classiques étaient dignes et compétents, même en temps de crise, l’extrême-droite n’aurait même pas un siège mais dans la mesure où les actuels, malgré leurs déboires verrouillent leurs places et limitent l’accès aux élections, ils ont une part de responsabilité fondamentale.

    Je comprends votre déception d’autant que le tort de la population c’est de ne voter que pour les grands partis « pour que leur voix serve à quelque chose » et par peur du désordre ou du changement venant d’inconnus mais, ici, vous nous avez écrit une fameuse salade assez déstructurée et qui mélange beaucoup de choses. Attention, à force de regarder la N-VA, vous finissez aussi par utiliser des techniques d’amalgames capables de noyer un poisson.

    Maintenant aussi, la N-VA est un miroir désagréable qui si nous voulions vraiment l’éradiquer nous impose de d’abord nous regarder nous-mêmes or, et c’est là une des forces de la N-VA, elle surfe sur des discours et des concepts que la majorité des gens acceptent inconsciemment ou aimeraient voir mis en place sans accepter de la dire. La culture de la peur qui a été instaurée par la gauche se retourne alors contre elle car elle rend coupable éternellement tout contact avec tout cela, elle a réhabilité le concept de péché mortel.

    Or tout pécheur définitif n’a pas plus d’intérêt à la morale ou à suivre les intérêts du groupe or comme la majorité sait très bien qu’elle a péché, elle redoute les foudres et donc va donner le pouvoir à ce qu’elle pense le protéger.
    Vous-mêmes avez une part de responsabilité dans le succès de la N-VA par vos carences en humanisme, sociologie et ouverture d’esprit.

    En effet, vous aviez oublié que même un N-VA reste avant tout un humain et vous en êtes à un discours déshumanisant et condamnant pour l’éternité.
    Vous dénoncez le fait qu’ils n’expriment ni regrets ni recul?

    Hypocrite! Vous seriez le premier à les crucifier en prétendant que ce n’est que de l’hypocrisie ou de l’opportunisme.

    Seulement voilà, quand les moralisateurs qui gèrent la société ne réalisent pas que toute la société est plus ou moins corrompues mais en plus dénient leurs propres travers alors c’est l’immoral qui va gérer la société.

    Vous-mêmes, n’êtes-vous pas certain que certains de vos textes ne sont pas presque des appels à la haine car ces gens ont droit à leur opinion et c’est ce déni qui a créé progressivement leur force et leur reconnaissance?

    Oui la situation est grave mais la faute à qui après tout? À ces délirants fachos ou à bien à celle de ces délirants qui nous gouvernent en nous mentant sans cesse?

    Maintenant, quand je relis votre conclusion, sommes-nous encore dans le politique ou dans « Voici », ce sont des liens indéniables mais nous savons tous que la majorité des cathos épousent des cathos, des musulmans des musulmans, des nobles, des nobles, des gauchos épousent aussi de préférence des gauchos, …
    C’est un travers de la nature humaine et certains sont les fils de leurs pères.

    En attendant, si les politiques avaient fait leur travail à temps, limité les abus, évité les dettes, n’avaient pas accumulés les affaires et les conflits d’intérêts; la population n’éprouverait pas le besoin de prendre le risque d’une cure d’extrême-droite pour nettoyer un situation que l’on a laissé pourrir sur pied.

    Et si nous étions réellement dans un état d’extrême-droite et que la gauche y croyait vraiment, ils n’oseraient pas faire les délits à répétition lors des manifestations actuelles que si di Rupo était encore premier ministre, lui aurait fait charger certains blocages sur les voies publiques par les forces publiques.

    Or, avons-nous des charges policières contre les syndicats? Des emprisonnements? Des gels des avoirs financiers? Des détentions à la chaîne? Des limites à la liberté de la presse?

    Hé bien non, il semblerait que sous cette suédoise nous soyons plus libres que nous ne l’ayons jamais été sous les gouvernements de gauche qui n’ont jamais hésité à user de tous ces instruments puisque étant « du bon côté », cela lavait automatiquement leurs actes. C’est peut-être un leurre.

    Mais c’est peut-être aussi le début d’une libération de la parole et de la fin du calvaire moralisateur qui pèse depuis 20 ans.

    Alors, oui au multiculturalisme et à l’ouverture mais malheureusement très peu de gens savent vivre là-dedans, la majorité veut être protégée et pouvoir se cantonner à ce qu’elle reconnaît.
    Vous-mêmes admettez que vous ne pourriez cohabiter avec un N-VA donc disqualifie aussi tout votre discours, ces gens ont aussi le droit de vivre comme bon leur semble dans les limites de la Loi et on ne peut ni les criminaliser, ni les discriminer même si ils commettent des infractions, ce rôle est réservé à la Justice après tout …

    Alors, que faire?
    Discuter, voir ce que ces populations qui ont été harcelées, insultées et discriminées pendant tant d’années veulent. Et il y aurait des lois discriminatoires et inhumaines à abroger simplement parce que les gens sont humains, elles étaient inapplicables dans la réalité sans créer des traumas et des drames à répétition.

    Sinon? Hé bien, ça continuera à monter, ils réussiront à prendre la majorité absolue et, ce jour-là, ils vous feront vivre pendant de longues années ce que vous leur avez fait subir depuis près de 30 ans.

    Aujourd’hui, nous sommes sur un point de bascule et il serait plus intelligent de maçonner un point d’équilibre au lieu de sottement pousser à gauche quitte à se prendre violemment la planche dans la gueule par un adversaire qui ne sort que renforcé par de l’opposition.

    Et si nous réussissons, vous découvrirez alors que pour convertir à l’humanisme un intolérant, un sourire ou lui tendre la main est quand même plus efficace que de le couvrir d’ordures …

    J'aime

    • Évidemment, si vous ne lisez pas mes autres articles, vous pouvez voue permettre de prétendre que je ne m’intéresse pas à la base de la N-VA. Pour votre gouverne : http://blog.marcelsel.com/2014/10/30/un-militant-n-va-ce-gouvernement-tiendra-5-ans/ Vous trouverez aussi sur ce blog une interview d’Anne-Laure Mouligneaux, porte-parole francophone de la N-VA.

      Enfin, sur le fait de « vivre » avec un-e N-VA, sachez que j’ai des relations excellentes avec des électeurs de la N-VA. Je ne crois pas avoir jamais dit qu’il m’était impossible de les côtoyer, ce qui me serait impossible, ce serait d’entrer dans un gouvernement avec eux. Et pour ce qui est de la dette et de la malgouvernance, allez vous promener en Allemagne ex-RDA, et vous verrez que ça ne va pas bien là-bas non plus. La faute au PS, je suppose…

      J'aime

    • « Or tout pécheur définitif n’a pas plus d’intérêt à la morale ou à suivre les intérêts du groupe or comme la majorité sait très bien qu’elle a péché, elle redoute les foudres et donc va donner le pouvoir à ce qu’elle pense le protéger. »

      Le grand tour de magie de la NVa fut de faire croire à la Flandre qu’elle fut majoritairement collaborationniste, et que critiquer la collaboration revenait à critiquer la Flandre. Or, non.

      J'aime

  23. @Leyn en @Marcel Sel
    Vragen van een doorsnee Waals : in deze ijzige contekst, waar zijn de vlaamse antifascisten ? Springen ze van ijsplek tot ijsplek net als eenzame poolberen die verdrinken en verdwijnen ?
    Is er iemand ?
    Marcel, hebt u over een antifasciste beweging in Vlaanderen al iets geschreven – als het bestaat ?

    J'aime

    • De Vlaamse antifascisten bestaan en zijn actief, oa. de het AFF (op internet), een meer journalistieke approach is te vinden bij Apache.be. De Morgen is ook niet altijd mals tegen de nationalisten en, tja, een aantal Open VLD’ers, waaronder Verhofstadt, maar helaas hebben ze recent aan realpolitiek gedaan… 

      J'aime

  24. Deux désaccords malgré tout : ce n’est pas principalement la lassitude qui ouvre la voie de l’extrême-droite, c’est le durcissement de la crise, qui pousse au faux bon sens du genre « C’est la faute aux immigrés », « La peine de mort, c’est ce qu’il nous faut contre la montée de la délinquance » etc… Bien sûr, l’entrisme des Zemmour, GRECE & C° dans les salons de l’intelligentsia n’est pas à négliger, mais ce n’est pas lui qui fait que des pans de la classe ouvrière basculent dans la gibecière du FN. Deuxièmement, on ne peut exiger que la presse fasse le black-out sur des mouvements qui connaissent un grand succès, et qui n’ont pas eu besoin d’ailleurs de la presse pour ce succès. Ce fut vrai pour le VB au temps de sa gloire, comme pour J.M. Le Pen au temps de sa présence au second tour de la présidentielle. Au contraire, le black-out sert d’argument : « Nous comme vous sommes des victimes du système ». Et passer sur antenne ne suffit pas pour cartonner, Mélenchon (qui n’avait pas à se plaindre de ne pas aller de plateau en plateau, malgré ses affirmations) en sait quelque chose.

    J'aime

    • Merci pour cet éclairage nuancé. Sur ce qui ouvre principalement la voie à l’extrême droite, je n’ai pas parlé je pense de cause « principale ». Il est évident qu’il y a de multiples causes et que la crise en est une. Cela étant dit, en Flandre, le Vlaams Belang a « fait » 24% à un moment où la Flandre allait plutôt bien.
      Ensuite, je n’ai pas dit que la presse devait faire un black-out sur les mouvements qui ont du succès. Mais le white-in (Marine Le Pen est la personnalité invitée le plus souvent dans les matinales radio en France ; la N-VA omniprésente et Bart De Wever encensé dans la presse flamande à partir de 2007…) aide évidemment à faire grossir les mouvements populistes en tout genre. Si Modrikamen se plaint de ne jamais être invité en radio et télé, c’est parce qu’il sait ce que ça lui fait perdre en nombre d’électeurs…

      J'aime

    • Merci pour cet éclairage nuancé. Sur ce qui ouvre principalement la voie à l’extrême droite, je n’ai pas parlé je pense de cause « principale ». Il est évident qu’il y a de multiples causes et que la crise en est une. Cela étant dit, en Flandre, le Vlaams Belang a « fait » 24% à un moment où la Flandre allait plutôt bien.
      Ensuite, je n’ai pas dit que la presse devait faire un black-out sur les mouvements qui ont du succès. Mais le white-in (Marine Le Pen est la personnalité invitée le plus souvent dans les matinales radio en France ; la N-VA omniprésente et Bart De Wever encensé dans la presse flamande à partir de 2007…) aide évidemment à faire grossir les mouvements populistes en tout genre. Si Modrikamen se plaint de ne jamais être invité en radio et télé, c’est parce qu’il sait ce que ça lui fait perdre en nombre d’électeurs…

      J'aime

  25. La jeune fille espagnole à l’accordéon

    La reine Fabiola est morte.

    La mâchoire d’Uyttendaele claque dans le vide ; il va hululer à la lune toute la nuit.

    Elle était drôle, intelligente, généreuse, attentionnée, tendre, aimante.

    Elle jouait de l’accordéon, lorsqu’elle était jeune fille, en Espagne.

    J'aime

    • c’est fabuleux cette nièce de franco et d’autre archevèque a toujours été l’antidote à la testostérone de bwana kitoko… perso j’aimais bien cette petite vieille capable d’avoir supporté le prince riri, la dernière fois que je l’ai rencontrée de manière rapprochée, elle terminait sa visite d’une expo de bouquet de fleurs présent dans l’oeuvre d’f khnopff,, j’étais ailleurs, je ne l’avais pas remarquée j’ai failli la piétiner sans le faire exprès, « failli » est vraiment prétentieux de ma part puisque j’ai été instantanément maîtrisé par ses très professionnels gardes du corps… mea culpa je ne l’avais même pas remarquée derrière le bouquet quelle devait porter comme une pauvre petite fleur parmi le bouquet…
      et elle jouait même de l’accordéon mon cher Pfff !

      snif

      J'aime

  26. Fabiola est morte.

    Mince.
    La Belgique entre dans la post-modernité.

    J'aime

  27. Comme d’autres l’avaient déjà dit il y a une quinzaine d’années : « Il y a de quoi se faire du souci quant au devenir de l’homme sur la planète. A commencer par ce pays dans lequel je vis, où l’on cultive la différence, laissant l’unité dans l’oubli. »
    Plus d’actualité que jamais…

    J'aime

  28. Cher Monsieur,
    Je partage votre avis sur la nécessité de lutter contre cette lassitude qui s’installe au profit de l’extrême droite . Je pense que chaque contre vérité doit être relevée et une réponse argumentée et factuelle publiée par des journalistes qui font leur travail critique . Sous couvert de mesures d’austérité imposées par l’Europe, le gouvernement NVA/MR procède à un démantèlement insidieux de l’Etat en sous finançant des départements clefs de l’Etat comme par exemple la Justice, la Défense, l’Intérieur .
    Bartje aura bientôt atteint ses objectifs ( et même au delà de ses espérances ): outre la prise d’Anvers, de la région flamande, du gouvernement fédéral …il a réussi (sans grand effort) à diviser les partis francophones et bientôt le peuple belge (les grévistes tueraient l’économie..). Sa conclusion sera simple … : impossible de gouverner la Belgique et donc allons à la scission au plus vite .
    De tout temps, la richesse relative d’une région est liée à sa position géographique, à ses ressources naturelles et à ses cerveaux. La Flandre possède beaucoup d’atouts . Citons par exemple le port d’Anvers (et ses diamantaires), le port de Zeebrugge (où arrive l’approvisionnement gazier ) , les parcs éoliens en mer du Nord …. Bientôt la Wallonie devra négocier son approvisionnement en gaz ou en énergie renouvelable avec Bartje …. comme les Ukrainiens avec Poutine.
    C’est peut-être un scénario catastrophe, mais il est temps de réagir pour ne pas avoir à y faire face.
    Cordialement and keep fighting!

    J'aime

  29. Je me demande si les personnes qui ont voté pour la NVA comprennent leur décision de voter pour ce parti!
    Beaucoup de citoyens votent sans savoir ,sans se renseigner,sans comprendre,sans sympathie,sans connaissance,juste comme ça……..en plus après avoir pris parti pour ou contre,ils sont souvent tellement déçus qu ils sont gênés d avouer leur erreur.

    J'aime

  30. « Oublier le passé, c’est accepter son retour. » Sir W. Churchill.

    Nombreux sont ceux qui ont oubliés, ou pire, s’ en accommodent.
    Lentement mais sûrement, le bruit des bottes se rapproche.

    J'aime

  31. La Wallonië se fixe sur les liens avec la droite du nva, c’ est une guerre qui est d’ avance perdue.

    De nva is eerst en vooral geobsedeerd door het slijk van deze aarde.
    De schuldenberg oplossen en de geldstroom zowel van links naar rechts als van zuid naar noord autoritair verleggen dat is zijn core-business.
    Si tu penses nva, il faut penser:
    NV-argent, NV-avare, NV-antismossenentisdeschuldvandesossen.

    Cherchons la dedans quand-même quelque chose de bon?

    J'aime

  32. Connaissez-vous le nv-Aulularia: vraiment une pièce pour rire!!!!!!

    J'aime

  33. Je partage votre analyse. On ne peut céder à la lassitude ni à la banalisation.
    J’avais réagi brièvement à un article du Vif du 15/11:
    https://bernardrentier.wordpress.com/2014/11/15/le-ventre-est-encore-fecond-dou-a-surgi-la-bete-immonde/
    Bernard Rentier

    J'aime

  34.  ET MERCi POUR LES CD : qUEL pLAISIR! le pc déConne qq peu….

    J'aime

  35. Marcel Sel, continuez à dénoncer la situation. Des voix comme la vôtre, comme celles des dites « hystériques » de la Chambre ne doivent pas s’éteindre.
    Je vous entendais souvent dans l’émission de débat de La Première avant l’été; vous n’avez plus droit de cité?

    J'aime

    • En fait, l’émission a cessé d’exister sous sa forme précédente et je suis en revanche régulièrement dans On Refait le Monde sur BelRTL (de 19h à 20h). Je passe aussi dans Les Experts, sur Télé Bruxelles (disponible en ligne) où l’on parle de politique bruxelloise mais aussi de politique belge. Ce sont deux excellentes émissions 🙂

      J'aime

  36. La Marmite ou L’Aululaire (en latin : Aulularia) est une pièce de théâtre de Plaute (poète comique latin, 254–184). Elle va fortement influencer L’Avare de Molière.

    Résumé

    Euclion, a découvert dans sa cheminée une marmite pleine d’or qu’avait déposée secrètement son grand-père. Depuis ce jour, il vit dans la crainte d’être volé. Il soupçonne sa vieille servante Staphyla de l’épier pour s’emparer du trésor. Il accueille avec méfiance son riche voisin Mégadore, qui vient lui demander la main de sa fille Phaedra. Pourtant il finit par consentir au mariage, mais en stipulant qu’il l’épousera sans dot et qu’il paiera seul tous les frais de la cérémonie.

    J'aime

  37. De fait, cela fait depuis le début des années ’90 qu’on nous prépare à l’arrivée de l’extrême-droite au pouvoir. Qu’attendre d’autre alors que tant le discours politique que médiatique nous a abreuvé pendant si longtemps de « il n’y a pas de mauvaise question », « on ne peut ignorer ni condamner les électeurs d’extrême-droite », « les immigrés posent problème, c’est faire le jeu de l’extrême-droite que de ne pas le dire », « l’électeur d’extrême-droite a raison dans ses constats mais ce trompe de solution » et autres compromissions ? Et qu’attendre d’autre qu’une relative indifférence de citoyens infantilisés ?
    Cet affaiblissement de la condamnation morale de la société envers l’ignoble est consternante. D’autant plus qu’il ne s’agit pas ici d’extrémistes « déguisés » mais de véritables néo-nazis. On a l’impression qu’aujourd’hui si un de ses ministres prenait la pose avec un pins en forme de croix gammée, Charles Michel réagirait par un « Et alors ? L’extrême-droite ? Mais ça n’a rien à voir voyons ».
    Tous les citoyens qui sont légitimement choqués par ces compromissions doivent le faire savoir. Faire savoir que, non, cela n’est pas un « non-événement ». Cela n’est pas « sans importance » ou de la « politicaillerie ». En conscientisant leurs proches. En inondant les médias et les boîtes de messageries des responsables MR. En n’hésitant pas à signifier leur mépris envers tout ceux qui légitimisent ce gouvernement. En n’hésitant pas à dire qu’un néo-nazi n’est que vermine, fut-il vêtu d’un beau costume de ministre ou de chef d’entreprise.

    J'aime

  38. Je n’ai qu’une seule question après la lecture de votre article. Pourquoi les partis « traditionnels » n’ont pas mis en place un cordon sanitaire autour de la NVA comme cela a été fait, il me semble, pour le Vlaams Blok ou le Vlaams Belang ?

    J'aime

    • Ça, il faut le leur demander. La N-VA n’est pas caractérisée par un racisme ouvert comme le Vlaams Belang. Il est donc plus difficile de savoir où les situer. Je les suis depuis longtemps et je ne suis toujours pas fixé, ce qui montre aussi qu’ils ne sont pas très clairs. De fait, je m’étais déjà insurgé quand le PS avait négocié avec eux. À mon avis, ça n’aurait jamais dû arriver sans des explications claires et un rejet tout aussi clair de leur passé. Et ça fait beaucoup.

      J'aime

    • parce que le programme de la NVA, à l’inverse de certains de ces membres, n’a rien de raciste.

      J'aime

      • La fin de la solidarité interpersonnelle entre citoyens d’un même pays, pour la remplacer par un système de solidarité ethnico-culturel-nationaliste n’est pas raciste ? Ce n’est pas parce que TOUS les partis francophones (à l’exception du FDF) ont avalé cela, et que TOUS les partis flamand l’ont soutenu ou ont laissé faire, que cela change quelque chose à la réalité. Expliquez cela à n’importe quel ressortissant de n’importe quel autre pays, la situation est facilement transposable, et observez les réactions : autre chose que l’aboulie francophone.

        J'aime

  39. Marcel, tant qu’il y aura le foot, la bière, les selfies et le shopping…

    J'aime

  40. Qui peut croire que la NVa met innocemment en avant la personnalité de Jan Jambon ?

    Il s’agit de salir le MR et le gouvernement. Dans cette histoire pourrie, le PS répond point par point à la définition d’allié objectif de la NVa, dans toute l’acceptation du terme.

    J'aime

  41. Pour mieux comprendre il faut aussi lire Erich Fromm et son « Peur pour être libre ».

    J'aime

  42. Avec le vent du nord, écoutez-le craquer, le plat pays qui est le mien…

    J'aime

  43. On peut se demander s’ ils ont commis des actes criminels ou pas. Si c’est le cas il seront poursuivis. Le reste et surtout répéter coup à coup des insinuations et des raccourcis ressemblent à du bourrage de crâne et du populisme.

    J'aime

  44. Nos amis Francophones devraient relire un peu l’ histoire. Le Verdinaso et le VNV étaient des mouvements très répandus avant WO II. Pas la collaboration les mouvements ont temporairement disparus, mais la manière de penser les choses a toujours resté dans les esprits. Petit à petit les mouvements se sont réveillés: Volksunie, Vlaams Blok/Belang, nva en coalition avec CD&V, et maintenant NVA qui « dirige » CD&V et son ancien ennemi Open VLD. Donc: arrêtez de crier que NVA a des liens avec l’ extrême droite, le NVA et le gouvernement Flamand c’ est l’ extrême droite. Mais il a appri à parler comme un conservatif classique. Et une grande partie du peuple Flamand pense (pour le moment) comme ça.

    J'aime

    • correction:

      1. paR la collaboration les mouvements

      2.Et une grande partie du peuple Flamand pense (pour le moment) comme ça. ET SURTOUT: se sent bien avec cela. Donc faire attention de ne pas trop l’ insulter parce cela aggrave ses pensées antisocialistes.

      J'aime

    • Je dois préciser qu’une « grande partie », c’est tout au plus 15% (résultat du VNV avant-guerre en Flandre). Ensuite, il y a environ 5 à 20% qui ne sont pas dérangés par la rhétorique radicale. Ça fait beaucoup, mais heureusement pas une majorité de Flamands.

      J'aime

      • Il y a quand-même déjà longtemps qu’ une majorité Flamande, en étant « assez catholique » a une tendance anticommuniste, antisocialiste, antisyndicaliste, antilibrepenseur, pour une société hiérarchique d’ ordre et loi…….

        J'aime

      • « Ensuite, il y a environ 5 à 20% qui ne sont pas dérangés par la rhétorique radicale. »

        Enfin, il y en a encore 20 % qui font un grand effort pour ne pas laisser ceux-là tout seuls les jours d’élection, en votant pour l’extrême-droite en feignant l’ignorance ou la balourdise, pour ne vexer personne.

        Depuis Sardou, on sait que la première cause de fascisme, c’est la Grande Solitude.

        À ces flamands au grand coeur et mal compris, il faut encore ajouter une bonne moitié du CVP, qui ne stigmatiserait pas Hitler, s’il revenait parmi nous, preuve qu’elle est meilleure chrétienne que moi.

        J'aime

    • La NV-A réunit environ 30% des suffrages en Flandre (soit 20% des suffrages belges). Il faut également rappeler que si leur distribution entre partis varie au fil du temps, le vote d’extrême-droite a depuis longtemps été de cet ordre. Les scores de la NV-A dans les grandes villes flamandes sont à comparer à ceux, tout à fait comparables, du Vlaams Belang à l’époque où il s’appelait Vlaams Blok, avant qu’il ne se fasse siphonner par la NV-A.

      Je ne pense pas qu’on puisse dire pour autant que « une grande partie du peuple Flamand pense (pour le moment) comme ça », formulation porteuse de confusion. 30% représente une minorité à laquelle on ne peut certainement pas assimiler le « peuple flamand ».

      J'aime

      • Il faut surtout regarder à ceux qui s’ expriment. Parce que la mjorité est plutôt « suiveur ». Psychologie des masses de Sigmund Freud…Lisez LIJMEN (1924) de Willem Elsschot et vous comprenez un peu le danger de ce qui se passe….

        J'aime

        • Vertaling in het Frans en Engels beschikbaar:

          Willem Elsschot

          L’embrouille

          The novellas, Lijmen (Soft Soap, 1924) and Het been (The Leg, 1938) are two highlights of Elsschot’s fiction, linked by a common narrative and featuring the tragicomic Keatonesque character of Frans Laarmans, a little man reaching for the stars, who also appears in Het dwaallicht (Will-o’-the-Wisp, 1946).

          J'aime

        • Leyn: « Il faut surtout regarder à ceux qui s’ expriment. Parce que la mjorité est plutôt « suiveur ».  » Inderdaad! Pour beaucoup, « l’air du temps » a plus d’influence que leur propre sens critique.
          et il faudrait commencer par un sens de l’analyse.

          Un bon homme politique devrait avoir un bon sens de l’analyse, et « sentir » vers où porteraient les décisions x ou y.

          Quand vous-même percevez ce qui vous semble un aveuglement, il y a de quoi douter de leur qualité.
          Et pour le moment, « douter » est un mot faible!

          Un exemple frappant a été l’accueil de la NV-A au sein du CDNV. Le loup dans la bergerie. Le mouton a bel et bien été dévoré. Et si le premier (ou le 2ème?) parti de Belgique n’a pas été capable de sentir les bonnes décisions, de sentir le danger, que penser du Petit Poucet MR?
          Il en a même oublié de semer quelques cailloux sur son chemin, pour guider un éventuel sauveteur! lol

          D’ailleurs, en politique, il n’y a JAMAIS de « sauveteur »!

          J'aime

      • dès que le gouvernement des cryptofaschistes caressé par les « libéraux » et les z’hyperdiscrets du cathoflamingantje cd&v sera tombé on en reparle promis

        J'aime

  45. En quoi avoir des amis ou avoir des connaissances d’extrême droite est-il répréhensible? Je n’aime pas particulièrement la NVA (ou la droite en général au demeurant) mais ni De Wever, ni Jambon n’ont eu de propos racistes ou d’extrême droite (sauf sur le plan économique où ils se situent très très à droite). Si on doit éliminer de tout mandat public toute personne ayant des liens avec quelqu’un (où mettre la limite? amis facebook, followers sur Twitter? Photos de classe? Amis d’amis? Réunion de famille?) qui a un jour eu des propos controversés, je crains qu’on ne trouve plus personne. On peut fréquenter des personnes de tout bord politique sans adhérer à leurs positions
    Pour en revenir au manque d’intérêt de la population pour ces articles, ne pensez-vous pas que la presse devrait plus investiguer sur les conséquences économiques de l’action du gouvernement plutôt que sur ce qu’ils font pendant leur temps libre ou ce qu’ils ont fait il y a 15 ans?

    J'aime

    • Il ne s’agit pas d’avoir des amis d’extrême droite mais d’être dirigeant dans un cercle d’extrême droite. Quant aux déclarations de De Wever, il y en a quelques unes qui auraient valu une condamnation en France.

      J'aime

    • LilAngel,

      En matière de délit d’opinion, ce sont les théories socialistes qui devraient tomber sous le coup de la loi. Si vous aimez investiguer, mon cher Watson, je vous livre trois indices : quelle région, au sein de la banane bleue (région la plus prospère d’Europe), a un taux de chômage proche de 20 %, un habitant sur cinq en dessous du seuil de pauvreté et un enfant sur quatre en dessous du seuil de pauvreté, auquel on offre un sécurité sociale de deuxième catégorie depuis peu et un enseignement de deuxième catégorie depuis 1990. Mais nous ne manquons pas de fonctionnaires, pour sûr.

      Vous avez parfaitement raison, c’est un crime.

      J'aime

  46. Le nva c’ est pas la peste mais c’ est le Cheval de Troie pour la Flandre et la Belgique. Même Yves Leterme et son cd&v savent (maintenant) que se marier au nva c’ était une grosse erreur!

    J'aime

  47. C’ est vrai que c’ est important de regarder surtout les « élites » de la société Flamande. Parfois on penserait que Bart Dewever est un élève de Antonio Gramsci. La gauche et la droite se touchent si on parle de stratégie pour venir au pouvoir?

    J'aime

    • @leyn

      perso j’aimerais une explication le truc du cheval de troie why not (que leterme pense avoir fait une erreur…hahaha)
      « Bart Dewever est un élève de Antonio Gramsci »
      surtout sur « La gauche et la droite se touchent » hahahaha intéressant le n’importe quoi

      J'aime

      • Pour être plus précis, certaines méthodes de l’extrême gauche et de l’extrême droite, je suppose que c’est ce qu’a voulu dire Leyn.
        Mais que les extrêmes se touchent (dans le vice) c’est évident, puisque in medio stat virtu 😉

        J'aime

      • Faut étudier Gramsci et tu verras que la stratégie est prèsque une copie….
        Mais le chef du Verdinaso était un admirateur de Gramsci, peut-être que ça c’ est la raison?
        Le nva a été le cheval de Troye pour le cd&v. Malheureusement le VB va être le cheval de Troye pour le nva….

        J'aime

        • « le chef du Verdinaso » était juste jaloux d’henri de man plus en intelligence que lui avec gramsci

          ok, ik kan het begrijpen, « cheval de troye » dans ta version NL c’est « kifkif bouricot » en FR clair

          J'aime

  48. Avez-vous entendu à la radio ce matin Bernard Delvaux, patron de la Sonaca? Voilà une réflexion dont tous feraient bien de s’inspirer.
    Grâce à la trahison de Charles Michel, la Wallonie se retrouvera plus vite que prévu dans un État confédéral comme le veut la NVA, mais çe sera peut-être mieux pour la Wallonie qui va se redresser par elle-même et plus soi-disant avec des transferts financiers venant de la Flandre.
    En attendant, ce gouvernement fédéral d’amateurs prétentieux va vers la clash que vous aviez prédit, mais çe i n’empêchera pas les régions devenues complètement independantes de mettre en œuvre une nouvelle coopération. L’Etat n’existera plus dans les faits. Çe sera comme le roi des belges qui règne, mais ne gouverne pas. Ce sera mieux comme cela pour la Wallonie, mais quand donnera-t-on plus d’autonomie à Bruxelles qui ne doit pas devenir une région cogérée par les deux autres.

    J'aime

    • J’aimerais encore ajouter que la politique y gagnera: les partis au pouvoir et leurs travaux seront évalués après une législature par les électeurs. Il ne faudra plus faire des compromis avec des régions qui souvent votent de manière diamétralement opposée afin de constituer un gouvernement.

      J'aime

  49. Il a tourné casaque et est allé voir Poutine. Espérons que cela aura servi à quelque chose.

    J'aime

  50. « Lorsque les nazis sont venus chercher les communistes,
    je n’ai rien dit,
    je n’étais pas communiste.

    Lorsqu’ils ont enfermé les sociaux-démocrates,
    je n’ai rien dit,
    je n’étais pas social-démocrate.

    Lorsqu’ils sont venus chercher les syndicalistes,
    je n’ai rien dit,
    je n’étais pas syndicaliste.

    Lorsqu’ils sont venus chercher les juifs,
    je n’ai rien dit,
    je n’étais pas juif.

    Lorsqu’ils sont venus me chercher,
    il ne restait plus personne
    pour protester. »

    J'aime

    • La gauche olfactive au rapport !

      Niemöler était AUSSI un antisémite féroce.

      « What is the reason for [their] obvious punishment, which has lasted for thousands of years? Dear brethren, the reason is easily given: the Jews brought the Christ of God to the cross! »

      Par ailleurs, quand Hitler a « protesté » contre « Mit brennender Sorge » (1937) en envoyant 1100 prêtres catholiques en prison et 304 à Dachau, il n’a rien dit.

      Après non plus, d’ailleurs.

      J'aime

    • lorsqu’il sont venu me chercher j’ai protesté,tout seul, pourquoi moi qui suis le seul que perso je connais qui les aime
      et en fait j’étais tout seul à me parler

      J'aime

  51. Bruxelles est déjà désignée par la Flandre comme sa capitale. Je me souviens que Bart a dit qu’ils accorderaient des facilités aux francophones de Bruxelles. Depuis il a aussi dans la logique du confédéralisme que Bruxelles serait cogéré par la Flandre et la Wallonie. Cela promet. De toute façon, Bruxelles a déjà connu beaucoup d’occupations dans le passé, la dernière fois, c’étaient les nazis, ils n’ont tenu que quatre ans.

    J'aime

    • Bruxelles a déjà connu beaucoup d’occupations… les flamingants pas une minute !!

      J'aime

    • Si mon souvenir est exact, l’ancien ministre Tindemans avait déjà affirmé quant au sort de Bruxelles qu’elle ferait partie intégrante de la Flandre et quant aux Bruxellois, ils pourraient toujours parler français mais les ordres seraient donnés en néerlandais. En fait, Bruxelles dans la Belgique présente reçoit depuis longtemps les ordres en néerlandais et les politiciens responsables « francophones » se plient à apprendre le néerlandais. De plus, les mêmes politiciens francophones souhaitent changer les lois de la Communauté Wallonie – Bruxelles et imposer lourdement le néerlandais obligatoire à tous les niveaux de l’enseignement bruxellois.
      Si le Roi Guillaume d’Orange s’avait çà il se retournerait dans sa tombe 184 ans après le carnaval du Parc de Bruxelles !

      J'aime

      • « imposer lourdement le néerlandais obligatoire » est impossible car le NL est un truc léger voire sans intérêt, sauf pour l’intégration des FR non-européens…

        le NL serait une langue sympa sans les flamingants

        J'aime

  52. @capucine
    Vous serez étonné lorsque les bruxellois bilingues forcés de choisir voteront NVA. Ce parti a été légitimé par le MR et dirige à présent notre pays. Alors pourquoi voter encore MR, votons plutôt pour les nouveaux maîtres de la Belgique. Ils seront peut-être plus efficaces pour Bruxelles. C’est ce qui nous manque, une fédération Flandre-Bruxelles, deux régions fortes en Europe, peu importe les langues qu’on y parle. Fini le communautaire, place à l’économique. C’est la devise du MR, alors faisons comme eux votons NVA et plus MR.

    J'aime

    • 1. Vous êtes un flamand de Bruxelles qui prend ses fantasmes pour des réalités, ou,
      2. vous êtes un véritable électeur de la NVa, qui s’est trouvé une excuse bien pathétique, pour faire un truc pas bien, mais « cestlafôtauMR » (on croirait entendre Onkelinkx)

      1 et 2 n’étant pas exclusifs

      J'aime

    • la flandre n’a pas de maître sauf dans les rêves des flamands d’extrême droite qu’on laisse rêver

      J'aime

  53. Maroun Labaki, dans le Soir, aujourd’hui.

    L’Europe et la Belgique sont pourries parce qu’elles ne respectent pas les droits des terroristes.

    http://www.lesoir.be/731170/article/debats/editos/2014-12-11/scandale-cia-derape-et-pas-nous : À lire et à se taper le cul par terre.

    État Islamique, aujourd’hui

    Manuel d’esclavage : Un bon musulman doit réduire ses prisonnières non musulmanes à l’état d’esclaves sexuelles, mais il faut systématiquement tuer les mâles adultes. Sinon, c’est immoral.

    J'aime

    • La conclusion, impayable : « Il n’y a pas de petits droits de l’homme et de grands droits de l’homme. Les droits de l’homme, c’est tous les jours, au coin de la rue comme à l’autre bout du monde. »

      J'aime

    • Pfff
      si vous êtes le curé que je crois, vous êtes excusé pour votre haine sexuelle un peu pourrie…

      J'aime

      • Ah bon. Quand il devient plus grave de dire que de faire, Uit’, on a passé un nouveau stade dans la soumission. En êtes-vous là ? Vous avez raison sur un point, avec Montesquieu, il s’agit bien de sexualité.

        J'aime

        • Avec Montesquieu, et Houellebecq !

          J’ai hâte de voir la gauche lâcher la meute contre Houellebecq.

          Comment ils vont être obligé d’y aller doucement, au départ, genre « jèmepô » et « jèmeplû ». Comment ils vont s’enhardir, une fois qu’ils se seront mis d’accord : Félon Fénélon ! Traître ! Mal-baisé ! Sous-homme (là, on reconnait le Nietzschéen socialiste et saint-simonien, entre deux ateliers « poterieS et philosophieS » du Club Med) !

          J’aime bien Houellebecq, pourtant. La ringard-attitude, posture d’avenir !

          Mais je m’emmerde tellement, à cause de vous, c’est effroyable.

          Vivement le 7 janvier ! Vous pouvez commencer à japper !

          J'aime

  54. Bon, avec Rachida Dati, que j’apprécie de plus en plus, je vole au secours de la Borgnesse – une fois n’est pas coutume – je ne sais toujours pas la piffer – et en plus elle est revenue sur ses cafouillages, la lâche.

    Sur l’Inquisition et la CIA.

    On sait sur ce blog tout le bien que je penserais de la plus Très Sainte Inquisition, si seulement le Vatican le permettait encore.

    Je me dois néanmoins de protester contre l’appellation waterboarding qui, sous des airs avenants de surfer hawaïen, cache la véritable origine de cette pratique, et, de ce fait, occulte les douloureux tâtonnements, les fronts soucieux et attentifs penchés sur les supplices, et dépossède des générations d’artisans méticuleux de leur mérite dans l’élaboration d’un savoir-faire raffiné à travers les siècles.

    Car, oui, et je sens que je vous l’apprends, cette pratique, pas encore reconnue par l’Unesco au patrimoine de l’humanité, mais qui a déjà reçu l’imprimatur du DoD, du gouvernement et des chambres réunies des États-Unis, a été mise au point par l’Inquisition, dans les moindres détails.

    C’était le moyen commun d’appliquer la question, loin des fantasmes gores et SM qui tiennent lieu de culture générale à nos avançistes, qui ont la charge de perpétuer le kitsch et la vulgarité anti-catholique, les romantiques étant morts de l’ennui qu’ils suscitèrent.

    Le département de la Défense a fait mieux que de reconnaître l’utilité de cette pratique ; il en a fait son moyen de question privilégié, tout comme l’Inquisition, dont il a repris le flambeau de la lutte contre le fanatisme.

    Ce signe de connivence, entre deux institutions vénérables et attachées à notre conservation (La plus noble des causes ! Et celui qui en doute ne mérite pas plus de vivre que de jouir de cette protection !), par delà les siècles, m’émeut plus que je ne saurais le dire.

    Elle qui a tant servi contre l’ignoble fanatisme protestant, la voilà qui resurgit d’un passé injustement noirci dans l’esprit de nos contemporains, pour servir contre le fanatisme islamiste.

    Que c’est beau !

    J'aime

    • Trabelsi outragé, mais Trabelsi libéré !

      Allez, Marcel, au turbin.

      Je commence pour vous :

      « Monsieur le Premier Ministre, cher Charles,

      Me permettez-vous, dans ma gratitude pour le bienveillant accueil que vous m’avez fait un jour … »

      Vous reprendrez bien cent kilos de souffre dans vos 60 kilos d’acétone ?

      J'aime

    • Pfff
      si vous êtes le curé que je crois, vous êtes moins excusé pour votre admiration pour la question,
      je vous admire néanmoins pour votre capacité naïve à croire que ça peut servir une quelconque cause

      J'aime

      • puisque ce blog est lent a réagir, entre nous Pfff, avouez que c’est bougnasse que vous entendiez derrière borgnesse

        J'aime

        • vous qui par ailleurs n’aimez pas que l’on donne des noms sexy à la torture

          J'aime

        • Torture ?
          Je reviens de Münster (Nordrhein-Westfalen) et j’y ai vu quelque chose d’absolument délicieux : les Wiedertäufer-Käfige (les cages à anabaptistes).
          Nous sommes en janvier 1536. La ville de Münster, aux mains des anabaptistes depuis plusieurs mois, est reprise par Franz von Waldeck, comte-évêque d’Osnabrück et de Münster, et évêque-coadjuteur de Minden et de Cologne, marié et en charge de huit merveilleux bambins. Les instigateurs du régime réformé, dont Jan van Leyde, sont alors livrés aux mains de l’inquisition locale ; ils sont enfermés nus, exposés aux intempéries et au froid, sous les yeux de la foule ébahie, dans trois énormes cages de fer forgé, suspendues dans le vide au sommet de la tour de façade de la Lambertikirche (les originales y sont toujours, quand bien même la tour de l’église aurait été reconstruite). L’histoire rapporte qu’une fois morts, après quatre ou cinq jours d’une agonie plus douce que du miel, les corbeaux se disputèrent leurs lambeaux de chair.
          Qu’en dites-vous ?

          J'aime

        • Oui et non. L’adoption du waterboarding a été justifiée parce que c’était la méthode la plus humaine, celle qui laissait le moins de séquelles.

          J'aime

        • Tourn’,

          « La ville de Münster, aux mains des anabaptistes depuis plusieurs mois, est reprise par Franz von Waldeck, comte-évêque d’Osnabrück et de Münster, et évêque-coadjuteur de Minden et de Cologne,  »

          Il y a deux ans, j’ai passé mes vacances à Briele. Connaissez-vous l’histoire des gueux des mers, des martyrs de Gorcum, dont les restes sont pieusement conservés dans l’église Saint Nicolas, à Bruxelles, les débuts forts sadiques des Orange ? Croyez-vous que l’on se soit attaqué aux corps des prêtres catholiques par hasard ? On les a mis en charpie, profanés, comme Marcel réclame benoîtement qu’ils « cougnent » (les Bulgares, qui ont pratiqué les deux à la fois sur les corps de leurs prêtres catholiques, lors de la période « soviétique » ont réussi à avoir un taux de catholique de 3% – record battu).

          Rien de tel qu’un bon supplice, mais cette fois sur le mode hilare et profanateur, pour détruire notre religion.

          On ne va pas apprendre à deux catholiques comme nous à faire la grimace à Georges Bataille.

          Figurez-vous que de nombreux wallons émigrèrent vers cette petite ville, au cours de la guerre de 80 ans, et que leur langue y fut bientôt interdite, de culte comme de cité.

          Les anabaptistes sont vraiment mes préférés. On n’a jamais fait mieux dans l’histoire de la sociopathie. L’anabaptisme en Flandre, c’était un (ou plusieurs) Charles Manson dans chaque village, qui prenai(en)t le pouvoir, et qui donnai(en)t libre cours à leurs créativités en manière ingénierie sociale.

          Un histoire édifiante là-dessus, que vous devez absolument lire, est Les Naufragés du Batavia de l’immensément regretté Simon Leys – sauf par les maoïstes – un livre fort court. Vous ne regarderez plus jamais une peinture de Jérôme Bosch du même œil.

          Lorsque j’ai lu les éloges et l’enthousiasme de mon* Baltasar pour la peinture de Bosh, son contemporain, je me suis dit que la distance géographique et la distance temporelle troublaient pareillement la vue et le jugement.

          Vous croyez pouvoir condamner l’Inquisition, Tourn’, au nom de ce rasoir d’Ockham (perso, j’utilise le Wittgenstein double-lame, qui rase de plus frais), mais je ne crois pas que vous ayez pris la mesure de l’attaque de la civilisation à cette période de l’histoire, de la portée du schisme (secte, sexe, c’est toujours la même racine – « diabállô » – celui qui divise), portée par l’envie du pillage et du goût prononcé pour le satanisme, et de la foi dans le Mal, qui a soudain pris le pouvoir dans de nombreuses têtes.

          Le protestantisme, c’est l’Amok occidental.

          Il est bien retombé, ce mauvais vent – je ne m’en soucie guère – celui qui combat le mal s’éloigne du chemin – le mal retourne de lui-même au néant – le mal ne compose pas.

          « marié et en charge de huit merveilleux bambins. »

          Cela vous choque ? Lazoziétéévolue. vous n’étiez pas au courant ?

          « L’histoire rapporte qu’une fois morts, après quatre ou cinq jours d’une agonie plus douce que du miel, les corbeaux se disputèrent leurs lambeaux de chair. »

          Vous connaissez le proverbe chinois, Tourn’. De temps en temps, il faut égorger une poule pour faire grimper les singes aux arbres.

          « Qu’en dites-vous ? »

          J’en dit que vous êtes prof d’unif, et que je ne suis qu’un très immodeste incompétent. Si vous vouliez me faire l’honneur d’une bonne disputatio, sur le sujet de l’Inquisition et de la torture, de catholique à catholique, vous ne devriez pas me craindre. Je sais déjà où j’irais me fournir la plupart de mes arguments : du côté de Saint-Pétersbourg.

          *le mien, car, à part moi, tout le monde s’en fout, il me semble

          J'aime

      • « si vous êtes le curé que je crois »

        Si cela peut vous amuser, appelez-moi Père Jacques. Père Jacques Bauer.

        « votre capacité naïve à croire que ça peut servir une quelconque cause »

        Vous vous demandez si on n’exagère pas un petit peu, sur l’Inquisition, alors que nous nous permettons la même chose. Et pas il y a cinq siècles, aujourd’hui.

        J'aime

  55. Le gouvernement Michel-De Wever. Bien-sûr. Je vois que tu as déjà bien internalise les orders de marche. On dirait qu’on y avait insere une piece de 2 euro’s, tellement que Di Rupo repetait le gouvernement MR/N-VA ce WE a la tele. Question de preparer sa base a une coalition avec le VLD et CD&V, on est pret a tout pour le pouvoir.
    Ah oui, un club d’extreme droite. Et c’est a l’extreme gauche qu’on demande ca. Du grand Sel. On demande a des opposants politiques de salir qq et on vend ca comme opinion d’experts. sur le site de resistances je lis debat entre de winter et de croo, diner avec Hugo de ridder, Luc Vanden Brande. Mais la, on n’en parle pas. Cela ne rentre pas dans la strategie de diabolisation.
    C’est Vlaams et c’est nationalistisch, c’est suffisant pour la francitude d’etre horrifiee.
    Joli Marcel, vraiment joli

    J'aime

    • Vous interprétez les pensées des autres à travers votre prisme partisan et perdez tout sens commun. Le nationalisme, qu’il soit flamand, irlandais, basque, canaque, palestinien ou zoulou, ne pose pas problème en soi. Il a été à l’une des conditions d’émergence de nos Etats modernes puis de la libération des colonies de leurs assujettissements politiques et économiques.

      Mais il a été également une des conditions nécessaires des pires idéologies imaginées par l’homme. Car quoi qu’en dise la « nouvelle droite » qui va aujourd’hui jusqu’à réhabiliter Pétain, il n’y a pas d’équivalent dans l’immonde au projet nazi et ses dérivés.

      La NVA veut créer sont Etat-nation flamand ? Quel francophone en a cure ? Je regrette ce qui divise mais… sans plus. Et puis après plus de 20 ans qu’on nous fait chier avec ces querelles communautaires. Que la Flandre s’en aille si elle le veut. Le Bruxellois que je suis ne s’en portera pas plus mal et ça nous fera des vacances. En tant qu’Homme et citoyen (bon d’accord, sujet), je ne peux par contre accepter les liens organiques que ses dirigeants ont noué avec des mouvements néo-nazis fondés par d’anciens collaborateurs. Il y a des limites séparant le désaccord de l’abominable. La NVA se situe du côté de l’abominable.

      Par ailleurs, je pense que qualifier Abramovicz, ancien jeune PS, « d’extrême-gauche » ne démontre que votre vision biaisée de la réalité. Et même si cela était… cela ne changerait rien aux faits mis à jour dont personne ne nie la véracité.

      J'aime

    • « C’est Vlaams et c’est nationalistisch. » En un mot, Volkish. En un adjectif, barbant.

      J'aime

  56. @pfff
    Le « grand tour de magie de la NVA » … J’ajoute rais: … Et de ses prédécesseurs y compris cvp mené par feu Wilfried Martens (« Walen buiten » relayé par « België barst » et par « franse ratten, rol uw matten »), est d’avoir persuadé les flamands de Flandre (pas ceux de Bruxelles) qu’ils luttaient contre les oppresseurs francophones, alors qu’en réalité, la Belgique est dirigée depuis longtemps par des politiciens flamands qui en tirent tous les avantages pour eux-mêmes et pour leur région. On finit par se demander si ce ne sont pas plutôt les wallons qui sont sous l’oppression de la Flandre et Bruxelles sous l’oppression des deux autres régions. Un système pareil ne peut que mener la Belgique à la casse. S’il faut un changement, il viendra peut-être de la NVA dont les ministres du gouvernement actuel me semblent faire meilleure figure que les pâlots du MR . Conclusion à Bruxelles s’il faut choisir, votons plutôt NVA que MR. Ils seront plus efficace que le MR pour tout réorganiser. Tendons leur la main. On n’a plus rien à perdre.

    J'aime

    • Je partage votre analyse, pas votre conclusion. La NVa est pleine de mauvaises surprises pour les francophones. Si vous n’avez pas aimé cinquante années de domination, d’agression et de malhonnêteté CVP, je crois que vous n’aimerez pas plus ce que vous réserve la NVa.

      Ce n’est pas parce que vous ne voyez pas comment ces cochons-là pourraient vous pourrir la vie davantage, qu’eux, ils ne le voient pas non plus.

      Ils ont un avantage : ils s’entraînent depuis le berceau.

      La malveillance anti-francophone est leur seconde nature.

      J'aime

  57. C’est après avoir lu votre article qu’on a décidé de créer cette page…Le nombre ridicule de personnes ayant liké ne fait que renforcer la pertinence de votre article. Bien à vous. https://www.facebook.com/pages/Jambon-D%C3%A9mission/749429875136524

    J'aime

      • le passé a du mal à passer
        et le présent à suivre

        pourquoi reprocher aujourd’hui aux flamingants ce qu’ils ont toujours été
        comment reprocher aujourd’hui aux flamingants ce qu’ils ont toujours été

        J'aime

    • La question n’est pas tant la démission de Jambon ou Francken que de l’ensemble du gouvernement. Bart De Wever dirige la NVA et les rappels de Résistances.be le concernent tout autant que Jambon. Sans parler du débauchage des cadres du Vlaams Belang par son parti. Remplacer Jambon par un autre mandataire NVA ? Racisme, homophobie, autoritarisme, négation de la liberté syndicale, culte du chef sont autant d’éléments indissociables de l’histoire et du présent de ces mouvements.

      Un gouvernement comprenant un parti politique lié à la mouvance néo-nazie est pour moi illégitime.

      J'aime

      • Shanan Khairi

        Vos raisonnements sont toujours aussi implacable. Dans le même registre, je vous fais remarquer que dans la barbe de Charles, on peut déceler un petite moustache, qui rappelle celle de son homonyme Chaplin. Indissociable, vous dis-je.

        J'aime

  58. En tout cas, même sur RTL, François Pirette ne s’accommode pas, lui, des bruits de bottes…
    respect.

    (Sauf celles apportées à Baudouin par Fabiola ;-))

    J'aime

  59. si le soir est acquis au PS depuis des siècles et on peut y reconnaitre une certaine propagande.
    pour ceux qui pronent l’équité c’est triste.

    peut-on analyser la une du journal internet la libre à 13h27 ?
    article 1 : europa league!!

    l’objectivité y a EGALEMENT complètement disparu.
    pour des libéraux, c’est triste.

    J'aime

  60. Les grèves : un grand succès, avé l’accent de Marc Goblet.

    S’ils sont contents, on ne va pas se plaindre.

    Examens des étudiants, traitements des malades, rien à péter !

    Sur la RTBF, un salarié se voit refuser l’accès à son travail. Un commerçant pleure. Goblet commente. Il y en a qui veulent pas comprendre : c’est la SO-LI-DA-RI-TÉ. Avec Di Rupo,qui souuuuuuffffre dans l’opposition. Soyez humains, donc socialistes, ou, au minimum, degôche, merde !

    J'aime

    • Selon Goblet et la RTBF, la grève est suivie dans le privé.
      Selon le Vif, il s’agit d’une infime minorité.
      Qui croire ?
      Pouf-pouf.

      J'aime

    • Goblet : La FGTB ne manifestera pas contre le gouvernement wallon.

      Parce qu’il est encore plus impopulaire que le gouvernement fédéral et qu’on ne tire pas sur une ambulance ? Ou est-ce une tentative désespérée pour masquer le fait que les mesures prises par le gouvernement wallon coûteront plus cher aux wallons ? En orientant et égarant la colère des gens ? L’agitation comme dernière cartouche du socialisme wallon. Est-ce exagéré que de penser qu’ils souhaitent le pire ?

      Une stratégie parfaitement irresponsable de Di Rupo. La course à l’abîme.

      J'aime

  61. Assassins’ creed (le credo des assassins du Vieux des Alpes, ou le feu au Lac)

    Australie, terrorisme islamiste.

    Et la Suisse ? Et la Nouvelle-Zélande ? Planqués, va. Ceci dit, les islamistes suisses recyclent (ah, les bobos helvètes !) : le drapeau de DAECH, avec inversion des couleurs. Ch’est ici : http://youtu.be/46DVrVGP9nw

    En Thaïlande, terrorisme islamiste au Nord et terrorisme islamiste au Sud. Deux mouvances qui n’ont rien à voir entre elles. Sauf l’Islam et le terrorisme. Surtout, ne pas confondre les terroristes du Nord et du Sud ! Épais mystère et poudre de perlinpin. Bonne nuit !

    J'aime

  62. Hitler, le retour (signe incontestable de la fin du Monde)

    Après le hipster, le twee, L’icône du twee : Mickey Mouse. Régression maximale. Fuite éperdue dans le néant de la petite souris. Gentillesse pénible et anxiogène, nippon ni mauvais: guimauve écoeurante. Premier degré de Neverland, dont on ne s’échappera plus.

    Or, la seule chose dont on puisse être sûr, en ce bas monde, comme le disait Bukowski, est que « Mickey Mouse est nazi ».

    J'aime

  63. Walkowiak :

    « mais le FMI, qui n’est pas vraiment un repaire de marxiste de la pire espèce »

    Cela se discute.

    DSK est un keynésien et sa perception du libre-échangisme est tronquée de la première moitié de l’expression.

    Christine Lagarde a appris l’économie en France (et pas à Toulouse (qui n’existait pas de son temps), ni HEC), au cours d’études en Science-Po, en Anglais et en Droit Social. C’est tout dire. Autant essayer d’apprendre le ski alpin à Torremolinos.

    Comme quoi, à la RTBF, même les meilleurs finissent par reprendre la doxa Di Rupienne.

    Delvaux :

    « Mais le nombre de dérapages inhabituel hier montre aussi le risque pour les syndicats de jouer avec un feu qu’au tour suivant, ils ne pourraient plus maîtriser et qui ferait basculer l’opinion contre eux. »

    Je pense que c’est déjà fait. Pourquoi utiliser le conditionnel ?

     » Il a devant lui l’occasion unique de se forger une stature de rassembleur, au-dessus de la mêlée, en même temps que de chef d’orchestre unique du gouvernement, qui assume ses responsabilités de façon courageuse mais inclusive : toutes choses qu’il n’a pu incarner depuis les débuts tour à tour sulfureux et chaotiques de son équipe. »

    Prenons de la hauteur. Avec la mêlée en contrebas. Soyons inclusifs. Assumons. Incarnons. Ne soyons pas sulfureux (c’est olfactif).

    Ou pas. Le Non-Agir. Laisser pisser la vache. Avec des syndicats qui passent pour ce qu’ils sont : les gros bras d’un PS aux abois.

    Quel intérêt de discuter avec des gens qui, de toutes façons, ne voteront jamais pour le MR. Oh, je vous entend d’ici. Ce n’est pas parce qu’elles sont pauvres qu’elles ne voteront pas MR. Ceux qui manifestent, ce ne sont pas les travailleurs pauvres, ni les chômeurs, ni les petites pensions : ce sont ceux qui savent très bien qu’ils sont les clients privilégiés de la vache à lait des impôts.

    Conclusion : le Soir, la RTBF, passent sous silence la véritable division de la Belgique, la division qui court entre la Belgique qui vit de l’argent public (comme Walkowiak et Delvaux), et la Belgique qui vit de l’économie réelle, de l’entrepreneuriat, et qui en a plus que marre que la deuxième parle en son nom, lui fasse la morale, et lui dise quoi penser.

    Se forger une stature ? En fer blanc ?

    La stature de rassembleur ? -« No, vecchio infatuato »

    J'aime

  64. Je Vais aller voir le film :La famille Bélier .UN jour ,j ai dit que le langage des signes devrait être utilise par les politiques car avec cette langue ,il est difficile de tricher.Dire et surtout écrire ce que l on pense avec les mots qui nous viennent naturellement en son nom propre peuvent être nefaste a notre vie privée.
    Un avocat,un policier,un médecin ,un technicien ,un fonctionnaire etc…peuvent vous nuire aisément.On vit dans une société ou la peur d être viser est réelle,croyez moi!

    J'aime

    • En gros, vous êtes partisane que tout le monde la ferme, de trouille. Vous êtes terrifiante.

      J'aime

      • ne pas avoir la trouille de tricher, un truc de catho

        J'aime

        • Ne pas avoir la trouille de dénoncer les tricheurs, un truc de catho.

          Thomas More, Guillaume Repin, Clemens August von Galen, Solidarnosc,

          « que la religion soit libre »

           » Nous ne souhaitions, ni Nous rendre coupable, par un silence inopportun, de n’avoir point clarifié la situation, ni endurcir par une excessive sévérité le cœur de ceux qui sont placés sous Notre responsabilité pastorale, bien qu’actuellement, ils s’éloignent de nous… »

          J'aime

        • « que la religion soit libre »

          ne pas avoir donc la trouille de tricher,

          J'aime

  65. Flamands et wallons n’ont plus rien en commun. Les wallons ne connaissent pas la championne du monde de boxe parce qu’elle est flamande, mais de l’autre côté les flamands ne connaissent pas non plus les stars wallons, comme Raymonde Le Lepvrier.

    J'aime

  66. La phrase qui me tue

    Pour justifier n’importe quoi, dites « la société évolue ».

    L’esprit critique est mort, sous le poids du nombre et de la connerie.

    J'aime

    • Muray, ne reviens pas.

      Nietzsche : la gageure sera de ne pas détester les hommes.

      De Maistre : le peuple se rue dans l’abjection, se roule dans la fange, s’avilit avec passion, tant il lui est insupportable d’être méprisé par des gens méprisables.

      J'aime

  67. Summer of Hamas. Y a islamophobie, et puis, il y a soumis.

    Les pays de l’Union européenne reconnaissent la Palestine, sans plus rien exiger comme contrepartie des Palestiniens en matière de renoncement à la lutte armée. La Cour de Justice européenne exige que le Hamas soit retiré de la liste des organisations terroristes par le Conseil de l’Union européenne. Une grande victoire de la démocratie contre l’islamophobie. Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour ne pas se faire regarder de travers par son épicier arabe ?

    Je disais « idiots utiles du Hamas », cet été ; j’étais loin de me douter que j’étais encore en dessous de la vérité.

    J'aime

  68. @ Hansen
    Vous osez me dire pour qui voter,il y a un bon moment que les partis ne m intéressent plus,j essaie de tout mon cœur de rester libre de mes opinions
    bonjour chez vous !

    J'aime

  69. plus de nouvel article depuis le 4 décembre. Marcel, tout va bien? 🙂

    J'aime

  70. D’un point de vue « international », je dirais surtout que le fascisme dans les petits pays intéresse beaucoup moins que le fascisme dans les grands pays, et en tout cas fait moins peur. Si ce qui se passe en Belgique ou en Hongrie se passait en Allemagne ou en France, ça aurait un impact et un effet de résonance beaucoup plus fort, et ça donnerait des sueurs froides au reste du monde. Là, c’est juste en Belgique, petit pays « insignifiant » (entre gros guillemets), donc tout le monde s’en fout.

    Aussi, il faut voir que ces dernières années les francophones ont cédé sur toutes leurs lignes rouges (par exemple la scission de BHV), donc on se dit qu’au fond (je vis en France), les Belges francophones s’accommodent très bien de la situation actuelle, et que tout ça n’était que des cris d’orfraie.

    J'aime

    • « et que tout ça n’était que des cris d’orfraie »

      Non, non. La Belgique est bel et bien fichue, à plus ou moins long terme (10 ans grand max).

      « les Belges francophones s’accommodent très bien de la situation actuelle »

      Ils ont accepté ce qu’ils n’auraient jamais du accepter, maintenant, ils vont boire un bouillon bien aigre à base de cigüe pendant 5-10 ans (on peut compter sur Marcel and the likes pour crier que, tout cela, c’est la fôt au grand méchant capitalisme international, ce qui évite 1. de voir notre responsabilité dans notre déconfiture et de prendre la mesure de notre lâcheté 2. de blâmer la Flandre et les flamands, pour leur malveillance envers les francophones – autre réflexe belgicain conditionné). Inutile de dire que les médias reprendront cela en coeur, ce qui est tout de même moins déplaisant que la sordide réalité.

      J'aime

Rétroliens

  1. Bart De Wever a approché le Vlaams Belang en 2003. | UN BLOG DE SEL

Commentez. (Les commentaires sont modérés et n'apparaîtront pas immédiatement !)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :