Likoud-Hamas: 0-0. L’horreur joue les prolongations.

Dans la guerre qu’Israël mène contre les Palestiniens, Netanyahou dispose de toutes les armes. Une démonstration impressionnante : 87% des roquettes tirées depuis Gaza sur Israël (par le Hamas, le Jihad islamique ou d’autres groupes armés) seraient arrêtées par le système de protection Dôme de Fer. Des 13% qui restent, très peu atteignent une cible quelconque, si l’on en juge par le décès d’un (1) seul Israélien sur des milliers de tirs de roquettes. Bien sûr, cet assassinat d’un civil, lâchement, à distance, est un crime de guerre. Honteux. Scandaleux. Inacceptable. Si l’on en croit les organisations internationales présentes à Gaza, israël en serait aujourd’hui à quelque 200 crimes de guerre et le compte ne cesse de monter. Des crimes à ajouter aux milliers de civils palestiniens tués lors des précédents coups de nerfs israéliens, tous disproportionnés, tous entérinant une association d’intérêt entre les politiciens extrémistes présents dans les gouvernements des deux bords.

Deux gouvernements (Israël, Gaza). Enfin, c’est une façon de parler. Parce que, bien sûr, une enclave de 360 km2(1) saturée par 1,8 million d’habitants, sans accès à la mer ni à la terre, sous blocus depuis des années, dépendant de l’aide internationale ou de la bonne volonté de l’ennemi régulier, n’est pas gouvernable. Bien sûr, on me répondra que laisser voyager le Hamas, ouvrir les frontières, reviendrait à laisser les armes entrer en flux tendu dans Gaza. Admettons. Sauf que voilà, les armes y sont bien présentes, jusqu’à plus de 15.000 roquettes tirées sur l’année écoulée, lis-je ici et là ! Au final, le blocus n’a qu’un effet : amener les militaires des deux bords à s’envoyer des scuds de temps en temps, ce qui se conclut toujours par l’une de ces offensives d’Israël dont la disproportion n’a cessé de croître au point de devenir complètement caricaturale.

Disproportion morale aussi. Dans l’opinion publique mainstream israélienne, 270 Palestiniens tués, c’est un chiffre. Mais un [soldat] israélien tué, c’est un drame, une catastrophe, la fin de l’humanité. Dans l’opinion hamassienne, ce soldat tué est en revanche une magnifique victoire, Allah Akbar ! Parenthèse fondamentale pour qui veut aborder la question : je dis bien mainstream parce que comme dans toute population, celle d’Israël ou celle de Gaza est à la fois très variée et soumise elle-même à la propagande ultranationaliste du gouvernement Netanyahou (une copie à peine plus radicale que celle des gouvernements précédents) et des sbires du Hamas fascisto-religieux. Raison pour laquelle on ne peut cibler «les Israéliens» ou «les Palestiniens» dans nos critiques sans dériver vers la xénophobie. Les responsables sont les gouvernants. Encore moins, bien sûr «les Arabes» et «les Juifs». 

« Sioniste devrait disparaître du jargon propalestinien »

Même «sioniste» devrait disparaître du jargon des opposants à la politique israélienne. Le sionisme prône à l’origine l’établissement d’un foyer juif en Palestine. Je trouve cette idée incongrue, étant athée, mais le sort que la chrétienté a réservé aux Juifs depuis l’aube du christianisme (et le terme «peuple déicide» n’a été aboli par l’Église qu’en… 1965) ne peut que nous rendre empathique envers le besoin de havre d’une population discriminée, persécutée, et enfin victime du seul génocide perpétré en Europe. À ce titre, je suis sioniste au sens où je pense qu’une immigration limitée et non-nationaliste aurait peut-être permis la création d’un État mixte en terre palestinienne. Aujourd’hui, le sionisme peut être mille chose, du souhait de maintenir l’État israélien dans les frontières de 67, en créant un État palestinien viable à ses côtés (ce qui est mon cas), à l’éradication de toute présence palestinienne sur le moindre centimètre carré de l’Israël historique. Ce n’est dont pas «le sioniste», indistinctement, qui cause le malheur du Palestinien, pas «les Israéliens», dont une proportion non-négligeable résiste à la politique israélienne, encore moins «les Juifs», qui ne soutiennent pas forcément Israël et ont le droit d’aimer Israël jusqu’à l’aveuglement : dans notre pays, être pro-israélien irréductible est une opinion, pas un crime. Et cette opinion a le droit d’exister et doit être respectée, tout comme la mienne doit l’être, tout comme celle qui prône le retour des Palestiniens parqués dans des camps de réfugiés, et tout comme le boycott des produits israéliens. 

Ce ne sont donc pas les Israéliens, ni les sionistes qui sont responsables de ce qui se passe aujourd’hui — pour ceux qui pensent qu’Israël est responsable — c’est bien précisément le gouvernement israélien en place, seule cible légitime de critiques, pour ceux qui pensent qu’il y a lieu d’être critique. 

Dont je fais partie. Car aujourd’hui, la propagande et l’action de ce gouvernement sont devenus des caricatures de ce qu’elles étaient. Apparemment, il n’y a plus aucune limite à son délire de persécution et à sa soif de vengeance. Je précise avant tout que l’assassinat de trois jeunes colons israéliens était un crime, peut-être un crime de guerre (selon qu’il a été commandité ou non par des autorités). Il en va de même pour le jeune Palestinien que des extrémistes israéliens ont forcé à boire de l’essence pour y mettre le feu ensuite. Israël a ses pacifistes, ses résistants à la politique gouvernementale, mais a aussi son Ku Klux Klan (je ne vois pas d’autre comparaison).

Caricature, parce que lorsqu’on voit un correspondant depuis Gaza, en gilet pare-balles, et à côté, un correspondant «sous les bombes» à Tel Aviv, en polo Ralph Lauren, lunettes de soleil Ray Ban, et bien détendu, on est confronté à la dissonance fondamentale du «conflit» : Israël est une enclave riche entourée de pauvreté. Israël, c’est la Californie enclavée dans l’Algérie. Mais ce n’est pas tout : lorsqu’on parcourt les twits de gamines israéliennes appelant à la mort des Arabes, toutes en petite tenue, poses sexy, exposant leurs charmes avec une impudeur et une franchise qui étonne même en Europe, on perçoit le gouffre qui les sépare de leurs sœurs palestiniennes qui, au mieux, s’habillent en jupe, mais franchement longues, ou alors, au pire, en niqab.

Rien n’est plus frustrant que de voir deux grandes cultures s’entretuer.

Si là n’est pas la source du «conflit», bien sûr, on trouve dans ce contraste ahurissant un parallèle frappant au déséquilibre tragique entre les deux sociétés. L’une a conquis sa terre, l’a enrichie (au besoin en pillant l’eau de l’autre), a construit une société démocratique et brillante from scratch. Elle en est fière ; de cela, elle peut l’être. L’autre fut chassée de la sienne sans espoir de retour au prétexte qu’elle n’existait pas (un peuple sans terre, une terre sans peuple). Des pays arabes ont tenté de la défendre, ce qui était tout aussi légitime que le droit des Israéliens de vivre dans un État qui assure leur tranquillité. Puis vient le plus triste : les deux sociétés sont terriblement attrayantes. Elles ont des atouts formidables et une culture passionnante. Elles vivent sur une terre splendide et au cœur du territoire historique des religions du Livre. La frustration de les voir s’entretuer n’en est que plus grande.

Caricature — j’y reviens : la propagande israélienne, qui tourne en rond depuis des décennies avec les sempiternels mêmes thèmes, a fini par intégrer une xénophobie radicale, aidée par les exactions de groupes de résistance palestiniens qui ont déshonoré le mot résistance en s’en prenant systématiquement à des civils. Ceci mérite un commentaire. Je ne soutiendrai jamais l’assassinat de civils (déjà pas l’action militaire, c’est vous dire). Mais mon observation des logiques guerrières des deux camps me mène à la réflexion suivante : dès lors que toute atteinte à des soldats israéliens entraînent des rétorsions aussi radicales de la part des gouvernements israéliens successifs que lorsqu’il s’agit de civils, et dès lors que ces civils israéliens sont plus faciles à atteindre, l’État d’Israël ne peut se prévaloir d’une supériorité morale en affirmant que, contrairement à lui, le Hamas utilise des «boucliers humains». Oui, le Hamas le fait (mais non, je n’ai pas encore vu passer de preuve que c’était systématique). Mais de facto, la quasi-impossibilité d’atteindre des cibles militaires de la part des Palestiniens implique que, logiquement, les groupes armés de Cisjordanie et de Gaza qui veulent continuer l’action militaire (ce qui est légitime dès lors qu’Israël continue à occuper et à coloniser la Cisjordanie, et à bloquer Gaza) s’en prennent forcément à des civils. 

Heureusement, Israël a réussi à rendre les attentats kamikazes quasi-impossibles sur son territoire stricto sensu. Restent les attaques de roquettes à l’aveugle, qui tuent et surtout blessent des Israéliens, presque toujours civils (hélas, les journaux ne nous parlent presque jamais des blessés), et les autres crimes de guerre qui consistent, par exemple, à enlever et assassiner des adolescents, à aller poignarder un bébé dans son lit, etc. De par sa politique de surprotection de ses militaires (une maladie dont souffrent aussi les Américains), et de par la disproportion entre son armement et celui des Palestiniens, Israël a donc été amenée, de facto, à rendre ses civils plus vulnérables que ses soldats. Ça aussi, c’est un bouclier humain de facto, qu’on le veuille ou non : pour atteindre Israël, les militants armés propalestiniens sont forcés d’en passer par des assassinats froids de civils. La grande différence entre les « boucliers humains » israéliens et ceux du Hamas, c’est que ces derniers se trouvent disséminés dans Gaza alors que ceux d’Israël sont plus limités, et uniquement là où ils sont atteignables, c’est-à-dire aux frontières (à portée de roquette de Gaza, dans les colonies cisjordaniennes, à portée de roquette du Sud-Liban, etc.) 

À décharge très partielle du Hamas, je rappelle aussi que la résistance palestinienne n’ayant pas le droit d’être armée, et étant face à une armée technologiquement hyper-supérieure, elle doit bien évidemment cacher ses armes, et comme toute résistance, elle ne va pas les planquer dans un dépôt marqué « Tsahal, tire ton missile ici, ma cocotte ». Mais dans les maisons privées, des écoles, voire des hôpitaux. 

Israël a aussi son bouclier humain.

Le problème, c’est qu’aujourd’hui, Tsahal se sert largement de cette dissémination pour justifier la mort « collatérale » de civils dans une propagande qui n’a plus peur de rien. Mais ces morts civils ne correspondent pas à la nécessité israélienne de stopper les tirs de roquettes gazaouites, le prétexte à l’assaut actuel : ces roquettes sont en effet stoppées à près de 90% par Dôme De Fer, une arme de défense pacifique qui à elle seule offre une efficacité 1000 fois supérieure à l’attaque par drones sur des cibles « chirurgicales ». 

J’en veux pour preuve qu’aucune opération israélienne n’a jusqu’ici réussi à interrompre les attaques palestiniennes. Au contraire, elles tuent et blessent de plus en plus aveuglément (les quatre gosses qui jouaient au foot sur une plage ne sont que le sommet d’un iceberg fait de petits corps démembrés — la présence de journalistes a rendu cet assassinat-là plus crédible et médiatique que tous les autres), de plus en plus rageusement. Il en va de même pour les abattages de maisons « de terroristes ». Si Israël appelle réellement les habitants par téléphone avant de tirer, et s’il y a bien des tirs d’avertissement qui laissent aux habitants 1 à 2 minutes (!) pour sortir en abandonnant toute leur vie, à quoi servent-ils ? Les victimes ne sont presque jamais des «activistes» de haut niveau du Hamas (qui sont bien planqués, eux — tout gouvernant se planque du reste en cas de guerre) et si ce sont eux qui sont visés, pourquoi donc les prévenir avant de tirer ? En espérant qu’ils envoient leurs enfants dans un abri, attendant pour leur part que le missile n’écrasent qu’eux ? Seriously ?

Sachant donc que ces opérations n’ont ni queue ni tête, et aucune efficacité, et connaissant de surcroît le potentiel de décès de civils lors de tels bombardement, et le nombre de blessés déjà hallucinant (plus de 2.000) depuis une dizaine de jours, sans le moindre effet sur les tirs «du Hamas», j’en suis venu à considérer que le gouvernement israélien tue et blesse délibérément des civils. Les quatre mômes sur la plage n’étant que la démonstration la plus évidente de cette réalité.

Non, le Hamas n’a pas le droit de planquer des roquettes dans des écoles ou des lieux publics. Mais sachant cela, Israël n’a pas le droit de tirer sans la certitude qu’aucun innocent de sera tué de sa main. C’est celui qui déclenche le tir qui est coupable au premier degré. Israël est déjà plus de 200 fois coupable au premier degré depuis de début des bombardements « ciblés ».

Le droit de se défendre, c’est surtout le Dôme de Fer.

Bien sûr, Israël a le droit de se défendre. Mais le Dôme de Fer sert à ça, d’une part, et se défendre contre l’assassinat de trois ados en arrêtant 600 personnes, dont 11 parlementaires (!) et en tuant 2 autres, c’était déjà totalement disproportionné. Mettez-vous à la place du Hamas, on arrête 600 des vôtres, vous n’avez qu’une réponse possible sous la main, des roquettes, que faites-vous ? Ah oui : moi, je ne tire pas, je proteste. Sauf que voilà, les USA ne m’écoutent pas, l’Europe est molle, et l‘Egypte ne me soutient plus parce que je suis proche des Frères musulmans qui ont essayé d’établir une dictature religieuse au Caire (l’actuelle n’étant pas mieux jusqu’à nouvel ordre). Alors, j’émigre. Mais bon, je ne suis pas islamiste. Plus sérieusement, je suis à la place du Hamas, je fais quoi ? Eh bien, logiquement, j’utilise les armes que j’ai, et les seules qu’il me reste, ce sont les roquettes. Je ne justifie pas leurs actes, je montre qu’ils étaient 100% prévisibles. 

Israël a le droit de se défendre, je le répète : sa population y est née en grande majorité et n’est pas responsable des déplacements de populations de 1948. Mais auparavant, Israël a le devoir de prendre ses responsabilités. En les fuyant, en les niant systématiquement, le gouvernement israélien se rend coupable de terrorisme d’État. En le soutenant, nos gouvernements sont complices.

Jamais, Israël n’a cessé d’amplifier la colonisation d’une terre qui ne lui appartient pas au sens du droit international. C’est un acte de guerre. Jamais, Israël n’a proposé de solution pour les millions de Palestiniens chassés de leur pays pour permettre l’établissement d’un état « hébreu ». Ni dédommagement, ni aménagement, ni excuses, rien. Jamais un gouvernement israélien n’a accepté les premiers pas indispensables pour l’établissement de deux États côte à côte. Or, c’est Israël qui détient la clé de tout ça. 

Militairement, l’occupation israélienne des territoires palestiniens, et le blocus de gaza, rendent la résistance armée légitime. Pas les assassinats de civils. Ceci modifie la perception que l’on diffuse de la situation sur place : non, ce n’est pas Israël contre des terroristes en masse (du moins pas que contre des terroristes), mais bien Israël contre des résistants, dont des terroristes. Mais bien sûr, humainement et stratégiquement, cela fait belle lurette que les Palestiniens auraient dû passer à une résistance passive : provoquer, sans arme, les exactions israéliennes, et les diffuser ; filmer toute atteinte aux libertés fondamentales par Tsahal envers des Palestiniens, et elles sont quotidiennes ; emmerder les journalistes en leur donnant des infos vérifiées, précises, démontrées par l’image, plutôt qu’abreuver le monde de propagande «antisioniste», incluant des images antisémites, à laquelle plus personne ne croît et dont chaque rédaction se méfie. Autrement dit, révéler la honteuse politique du Likoud et de ses alliés, plutôt qu’envoyer des décérébrés islamistisés se faire exploser parmi des femmes et des enfants, plutôt que de tirer à l’aveugle sur tout et n’importe quoi, plutôt que permettre à Israël de mener une propagande anti-Hamas en l’alimentant stupidement — propagande qui, au final, englobe tout ce qui n’est pas israélien à moins de 5.000 km de Jerusalem.

De ce fait, une fois encore, le gouvernement de Mahmoud Abbas, en jouant le good cop et en laissant le Hamas jouer le bad cop fait un calcul extrêmement cynique, et aussi contreproductif que meurtrier. Attaquer Israël ou des Israéliens n’a jamais rendu le moindre bout de terre aux Palestiniens. On me brandira l’exemple de Gaza. Mais Gaza n’a pas été rendu aux Palestiniens, l’enclave a été transformée en zone de rétention soumise à la politique fasciste d’un groupe islamiste qui prend la population en otage de ses ambitions territoriales, militaires, théologiques. Le Gazaoui est victime de son propre gouvernement autant que d’Israël. Mais c’est bien Israël qui a libéré les têtes pensantes du Hamas et les a renvoyées à Gaza, après avoir « libéré » l’enclave de colonies israéliennes devenues financièrement insoutenables et éthiquement sulfureuses, ne fût-ce que par l’interdiction faite aux Gazaoui d’aller sur les belles plages réservées (apartheid quand tu me tiens) aux Israéliens. 

On ne m’ôtera pas de l’idée que la réimportation du Hamas à Gaza permettait surtout de faire durer le conflit ad vitam æternam, ce qui permettra aussi, petit à petit, de continuer à grignoter l’espace palestinien en Cisjordanie, pour l’israéliser. Bête comme ses pieds (mais tactiquement logique), le Hamas pense encore avoir une chance d’obtenir quelque chose par les armes. Oui, bête, vu le déséquilibre de l’armement. Quand on n’a pas le dessus côté militaire, on laisse les armes de côté et on peaufine sa communication, on soigne son image, on tâche de ressembler à Enhada plutôt qu’à Al Qaeda. On prône l’égalité des femmes. La liberté d’expression… mais bon, en Europe, ETA vient seulement de déposer les armes aussi… passons. 

Les morts de ces derniers jours sont donc bien dus aux fait que de part et d’autre, le nationalisme radical (sous forme d’islamisme à Gaza) l’emporte toujours sur l’humanisme, la résistance pacifique, l’examen du droit de l’Autre, les plans de paix et les concessions. Le ultrasionistes, comme je les appelle, ne lâchent pas la Judée-Samarie (Cisjordanie). Les islamistes ne lâchent pas la population qu’ils veulent soumettre à leurs préceptes. L’OLP ne lâchera pas les droits du « peuple » palestinien. De ces trois radicalités, seule la dernière est légitime. Encore faut-il mener ce combat avec honneur, humanité, et intelligence.

(1) j’avais d’abord écrit 360 m2, ce qui a fait rire pas mal de gens. Ayant une petite maison de 180 m2, je ne vois en effet pas le moyen d’y loger 900.000 habitants 🙂



Catégories :Monde

Tags:, , , , , ,

37 réponses

  1. Je lis juste le début, 360 m2 ?

    J'aime

    • Quand un gouvernement tire ses références d’un nationalisme exacerbé, et en tire son succès, la seule solution logique pour lui et des pousser ce nationalisme le plus loin possible: surtout s’il s’oppose à un « identique en repoussoir » en face de lui. Aucune « marche arrière » possible. Les foules, les peuples se laissent hélas trop facilement manipuler.
      Et les « colombes » en sont les premières victimes.

      J'aime

  2. À mon avis le k est resté dans le clavier.
    Très bel article, mais attends-toi aux foudres de ceux que tu dénonces. Je me demande si on osera aller jusque : antisémite ou mécréant.

    David

    J'aime

  3. gaza est un ghetto. Punt aan de lijn.

    peut-on communiquer la dette israélienne, celle qui s’accroit vachement à chaque intervention militaire?

    J'aime

  4. Tout lu et bravo, tres, tres beau texte, tres bien expliqué, tres bien rendu, et tout et tout, reflete bien ce que j’en pense aussi. Merci

    J'aime

  5. « Des crimes à ajouter aux milliers de civils palestiniens tués lors des précédents coups de nerfs israéliens, tous disproportionnés, tous entérinant une association d’intérêt entre les politiciens extrémistes présents dans les gouvernements des deux bords. »

    Cette phrase-là suffit à tout résumer. La situation est donc bloquée. Pas d’issue en vue. La loi du talion joue à plein, le cercle vicieux tourne à plein régime. Jusqu’à quand ? La destruction totale de la région ? Mais qu’est-ce qui pourrait les sortir de là ?

    J'aime

  6. 360 m2. Les Palestiniens font le pied de grue.

    J'aime

  7. Pendant ce temps-là, les derniers chrétiens d’Irak fuient Mossoul et le Califat, qui leur a promis la mort s’ils ne se comportaient pas en bons dhimmis.

    Indignez-vous !

    J'aime

  8. Les seuls Juifs de Palestine sont les Juifs palestiniens. La majorité des Juifs israéliens n’ont rien à voir avec la Palestine, ils viennent des nombreux pays qui ne peuvent plus nourrir toutes leurs populations. Plus grave: une grande partie des Israéliens colonisateurs n’est pas juive mais elle est composée de citoyens polonais, russes, français, américains etc, qui ont choisi, pour des raisons économiques, pour fuir la pauvreté dans leurs pays d’origine, ou parce qu’ils ont fui les anciennes colonies libérées, ou parce que leur famille avait été victime de l’horreur nazie, d’immigrer en Palestine occupée, dominée par une force soutenue par des pouvoirs européens et par les Etats Unis. Certains, bien que laïques et non croyants se réfugient derrière la Bible, d’autres ont proclamé leur judaïsme pour obtenir des terrains, une place sociale, voire certains gains économiques de la part du gouvernement israélien. Ces migrants quitteront probablement ce pays quand ils verront que la guerre des opprimés palestiniens commence à menacer leur vie. Ils ne sont pas de cette terre, ils ne l’aiment pas: ils l’exploitent et la contrôlent. Décider d’un état sur une prétendue base religieuse, c’est faire un grave précédent pour d’autres religions… Quand à l’agression israélienne actuelle, c’est une tentative pour empêcher l’éclatement de cette inévitable guerre de libération de la Palestine. Comment le colonialisme se survit-il à lui-même, anachronique et dépassé? Comment le Monde regarde-t-il cette invasion? Comment peut-on parler de « conflit » en niant l’évidence de cette occupation – invasion? Comment, à notre époque, construit-on un état factice sur le meurtre et le mensonge?

    J'aime

    • Les israéliens sont là pour rester. C’est leur pays. Mais la reconnaissance mutuelle n’est pas pour demain, visiblement. Un jour, de guerre lasse …

      J'aime

    • Les Pays Arabes ont expulsé 850.000 juifs après leur debacles (guerres perdus) gênants de 1948, 1967, 1973.
      On ne parle jamais de ces refugiés (pourquoi paq ?), seulement des Arabes qui ont été expulsées en 1948 et 1967 par les Israéliens. Les refugiés Juifs sont restés dans l’Orient. Ils ont renforcés Israel.
      Les 850.000 expulsés forment la vraie base – avec les immigrants des années ’20-’60 de la population Israélienne.
      Si les Pays Arabes avaient accepté la solution de 1948 (ONU), un étât pour les Palestiniens et Jerusalem comme ville Internationale,les Palestiniens auraient leur propre pays depuis 66 ans.
      On a déjà oublié que la Jordanie a occupé le West-Bank de 1948 à 1967.
      Aujourd’hui , Israel est la seule démocratie dans la Proche Oriënt. Le reste : des dictatures. Les seul Arabes libres (droit devôte, droit d’expression) sont les Arabes qui vivent en Israël, qui ont l’identité nationale d’Israélien.

      J'aime

    • @Ali Khedher
      votre vision est fausse
      si les israëliens occupent des territoires qu’ils ne peuvent tout de même jamais justifier malgré tout les aspects biaisés ailleurs… au bout du compte il n’y aura plus par leur faute qu’un seul État où les ‘philistins’ aujourd’hui discriminés retrouveront des droits comme les noirs en afrique du sud

      J'aime

      • Si Israël est l’Afrique du Sud (je crois, hélas, que c’est beaucoup plus compliqué que cela), vous conviendrez, Uit’, que la solution est venue quand l’ANC a renoncé à la lutte armée.

        J'aime

        • je peux en convenir avec vous Pfff, c’est plus compliqué en israël qu’une discrimination suivant la couleur de peau, la guerre entre les parties qu’il a fallut cesser en sud-afrique n’avait rien à voir avec celle servie par la surpuissance militaire d’israël, les blancs de sud-afrique n’étaient pas en nombre suffisant, n’avaient qu’un soutien marginal de l’empire et n’ont pas zigouillé tous les leaders opposants convenables…
          à côté du côté colon/colonisé, les religions entretiennent les haines, dieu veut toujours gagner et personne ne veut jamais perdre

          J'aime

  9. au sol à gaza : 200 mort , au vol mh17 : 289…. l’extrême droite russe en ukraïne à pour le moment l’avantage (2 -3 )sur celle du ministère des affaires étrangères de netanyahu

    J'aime

    • Auquel il convient d’ajouter environ 300 Ukrainiens enlevés, torturés et « disparus » lors de la révolution ukrainienne.

      Quant aux chrétiens irakiens, il est vrai que cela ne concerne plus que 5.000 personnes sur les 100.000 chrétiens qui maintenaient vaille que vaille la foi chrétienne en Irak depuis … bien avant l’invention de l’Islam. On ferme.

      J'aime

      • EI vient d’ ÉGORGER 300 personnes, d’autres minorités (chiites, kurdes, …), histoire que les chrétiens comprennent à qui ils avaient affaire.

        Les organisations « anti-racistes » belges prévoient un rassemblement monstre à Schaerbeek, dans la mouvance de ceux qui avaient suivi les meurtres du Sablon, aux cris de « A mort l’EI ! » et « Le Califat ne passera pas par moi ! », qui résonnent aussi bien à Paris qu’à Bruxelles ! Le Pape envoie ses félicitations. (ironie)

        J'aime

        • La jizya (impôt que les chrétiens doivent payer pour rester en vie) en Irak et en Syrie s’élève à 250 dollars par moi, par tête de pipe. Sinon, décapitation.

          Le salaire moyen était de 218 dollars en 2010, mais la guerre n’a pas arrangé les choses.

          Certains chrétiens ont des fins de mois difficiles : lequel de ses enfants choisir.

          J'aime

        • J’exagère : tous les six mois, pas tous les mois.

          J'aime

        • Et l’essence est gratuite si vous êtes sunnite.

          L’EIIL donnera-t-il des idées pour une septième réforme de l’Etat ? « Un développement différencié pour adresser des priorités différentes dans le respect de nos différences de situtations familiales et culturelles. »

          « Sorti le 16 juillet, le premier numéro de Dabiq, le magazine officiel de l’État islamique destiné à l’étranger et donc traduit en anglais et en français, fait sa une sur « le retour du califat ». Avec une belle maquette, digne d’un grand hebdomadaire, dont les pubs auraient été remplacées par des photos d’exécutions. »

          On refuse de s’interroger sur les exécutions. Mais toute communauté humaine se fonde sur un meurtre sacrificiel, c’est vrai pour les chrétiens (ultra-lucides là-dessus, infiniment plus que ces ignorants d’avançistes – ils ont un meurtre sous le nez depuis leur enfance), comme pour toute communauté humaine.

          Darius, ou I know what you did last summer.

          J'aime

    • 48morts samedi à gaza et en israel
      gaza a un sérieux avantage sur le vol mh17 : les chiffres augmentent de jour en jour.

      J'aime

      • avantage…
        bien sûr il reste sans doute plus d’arabes palestiniens en occupation israélienne que d’ukraïnophone en zone occupée par les arrogants russophones… puisqu’ils doivent même trouver des victimes chez les touristes NL, plus proche de nous, combien de musulmans parmi eux…

        tout ça n’est pas du sport, seules les catastrophes ouvrent les yeux, arrachent les paupières

        perso j’ai pas de remarque sur ceci:

        http://www.monde-diplomatique.fr/2012/12/HALIMI/48469

        l’ukraïne et la naqba m’indiffère, plomb fondu sur tout ça, le triangle des bermudes et de thai airways aussi

        J'aime

  10. Excellente analyse, qu’on peut prolonger au niveau psychologique et/ou sémantique. Jerusalem se nomme aussi Al-Qods pour les musulmans, l’expulsion de 1948 des territoires arabes s’appelle nakba. En référer implique immédiatement une émotion pour les palestiniens: nostalgie, revanche, retour,… Le fatalisme arabe permet de passer outre pour une majorité de la population, certainement pour les déplacés des pays riverains. Mais ces termes sont fédérateurs pour Hamas ou Hezbollah, en français ardeur et le parti de Dieu

    De plus, lorsqu’on parle d’israëliens, on pense juifs alors qu’une grande partie de la population est arabe. Les flambées de violence ne doivent pas occulter la compétition démographique, qui sous-tend les colonies de peuplement. Celles-ci sont destinées à une frange traditionaliste juive qui compte plus d’enfants et qui est surreprésentée au sein de Tsahal.

    J'aime

  11. Très bon texte sur un sujet extrèmement polarisant.
    Difficile de garder l’équilibre.
    Ici, c’est réussi.

    Une remarque seulement: avant de parler de morale, il faut regarder comment fonctionne la justice, qui devrait être la concrétisation de la morale d’une société.
    .
    Et ici on ne peut que s’étonner qu’au sein de la même société israéllienne les suspects palestiniens de l’enlèvement et le meurtre de trois adolescents juifs ont vu leur maison détruite, tandisque les suspects juifs qui ont brulé à vif un gamin palestinien et qui ont avoué leur crime n’ont pas vu leur maison détruite.

    Une telle différence de traitement préjusticiel (= une sorte de lynchage avant sentence) met à nu un disfonctionnement fondamental d’une société, qui, en suivant ce chemin, ne peut aller qu’à sa perte.

    En tous cas, je ne me rappelle pas d’une société qui a tenu longtemps le coup avec un tel système déséquilibré.

    J'aime

    • @schoon’

      « disfonctionnement fondamental d’une société, qui, en suivant ce chemin, ne peut aller qu’à sa perte »

      perso j’ignore si ce que vous déclarez sur une « différence de traitement préjusticiel » est exact, mais detruire la maison de la famille d’un coupable est de toute façon une démonstration de la nature criminelle d’israël forme particulière et survivante du colonialisme européen

      J'aime

    • « disfonctionnement fondamental d’une société, qui, en suivant ce chemin, ne peut aller qu’à sa perte »

      Le Hamas, après avoir officiellement félicité « les petites mains » qui se sont occupées des trois adolescents juifs, envoie un feu d’artifice de 100 missiles, dont quelques-uns en direction des centrales nucléaires d’Israël. Narmol, comme disent les djeuns, les djins et les djinns.

      J'aime

  12. merci, je suis d´accord avec vous.

    J'aime

  13. Mr Sel,

    It will not be easy, but I will try to remain courteous and polite.

    Your recent, numerous, tweets have convinced me that you are biased, prejudiced and bigoted (« having or revealing an obstinate belief in the superiority of one’s own opinions and a prejudiced intolerance of the opinions of other »).

    Your recent blogposts (« Likoud-Hamas: 0-0. L’horreur joue les prolongations » and « Israël, la guerre sur papier glacé ») confirm my opinion about your bias and your prejudices. They also confirm that you are manipulative (Israël, la guerre sur papier glacé) and, in the case of this present blogpost, sexist.

    I will address your manipulations in a comment I will submit to your  » la guerre sur papier glacé ». Let me here address your sexism.

    You write « lorsqu’on parcourt les twits de gamines gamines israéliennes … toutes en petite tenue, poses sexy, exposant leurs charmes avec une impudeur et une franchise qui étonne même en Europe, on perçoit le gouffre qui les sépare de leurs sœurs palestiniennes qui, au mieux, s’habillent en jupe, mais franchement longues, ou alors, au pire, en niqab. »

    Wow. One would think one is reading André-Joseph Léonard. Wow indeed.

    You do not say where you found those tweets, so we’d have to take your word for it unless one tries and find out what inspired that rather silly comment of yours . Your statement is, I believe, inspired from David Sheen’s story at

    https://storify.com/davidsheen/israeli-army-the-next-generation

    (Google « David Sheen » to learn more about that guy)

    So guys, if you want to see a few pictures of young girls whose looks seem to titillate Marcel Sel, you know where to look (thanks, Miyovo. De nada, guys). Now if anybody here agrees with Marcel that the girls’ pictures shown by David Sheen « étonne même en Europe » then, frankly, you guys are real old farts.

    You will note (and probably protest) that I edited out a few words from your sentence (replace … above with « appelant à la mort des Arabes, » and you’ll have your full, original sentence). I edited it out because whether the girls are en petite tenue or en jupe franchement longue should not change anything to the fact that « appeler à la mort des Arabes » is rather gross. So linking in one sentence, as you do, the call for killing Arabs and the fact that it is done by scantily clad adolescent girls is simply, sorry to say, an absurd, ridiculous, sexist non sequitur, insulting for women at that.

    If he had tried, I am certain David Sheen would have found as many tweets from plain, ugly, old, fully dressed Israeli women carrying the same message. So bloody fucking what ? What have the physique, the dress code, the looks got to do in this story ? Highlighting the cultural divide, is that it ? « On trouve dans ce contraste ahurissant un parallèle frappant au déséquilibre tragique entre les deux sociétés », is that the point you are trying to make ? If you have been to Israel (which I doubt) you know that this argument does not hold: conservative, orthodox Jewish girls dress as conservatively (including headgear) as their « soeurs palestiniennes ». And in some parts of Jerusalem, and elsewhere in Israel, there are MANY conservative orthodox Jewish girls. Arguing that cultural, or religious, divide is illustrated, fueled, exacerbated or worsened by the dress code of young Israeli girls is just plain absurd. Did you know that Palestinian gay men AND WOMEN traveled to Tel Aviv to take part in the Gay Pride there ? What about that cultural divide then ?

    « Impudeur ». Really. That takes the biscuit. What sort of moral code do you have, to use such vocabulary ?

    In any event, if you have (had) adolescent children, I pity them. Poor kids. Their Dad looks rather psycho-rigid. Or rather ignorant about their likely behaviour behind his back. This being said, if you need cheap sheitls, mitpachats or tichels for your daughters or the girlfriends of your sons, just ask, I know where to get them at a discount (we Jews, you know, we always know better than goyims where good deals can be had).

    In the meantime, please meditate the following and discuss with Mrs Sel, if there is one:
    « men who respect and admire beautiful women are the best kind of men. If their hands, eyes, tongue and mind respect and admire them too, even better. »

    miyovo

    J'aime

    • Dear Miyovo, I don’t think I am being sexist when I describe teenage girls who show themselves in bikini kissing each other (this part is not a problem) in a voluptuous posture (there is not a critic) on twitter the way I did. I was not criticizing what they do or wish to show of themselves, it is their choice. I know few girls though who do it in Europe, simply because they would be harassed in DM. It all begun with a tweet I read by David Sheen, then I explored the friends of these girls and the friends of friends and I saw the same : girls in very short shorts, skirts or in bikini, « dans des poses lascives ». I’m used to read tweets of many, many girls and women in Europe, and most of them do not even show their faces. What people show of themselves, i don’t care. I just stressed that these girls, and the girls they know, and the girls who know the girls they know are all dressed very lightly and are all seemingly showing how sensual they are. I do not judge, but I haven’t seen such freedom on ANY of the palestinian accounts I know. So this seems to show clearly to me that there is a gap between both societies (and of course, I don’t deny that there are also gaps within the Israelian society, but that was not my point).

      My children dress the way they want and believe me, they are quite audacious. I just recommend them not to show too much of their bodies on the internet, at least if they go on facebook or so discuss political matters rather than to show people how sexy they are. The thing is, they rather discuss politics than show off. I myself do not expose half nude pictures of my late nice body (that is, very old photos of when I was a handsome thin guy, I am no sadist) because I wouldn’t see why it would interest anyone. Gender has nothing to do with it.

      J'aime

  14. Darius en son char – retour sur un cadavre

    Darius avait seize ans. Courageux, maladroit, tenaillé par la misère, il s’était introduit seul dans un appart d’une cité, par la fenêtre, de plein jour, pendant que la famille était au salon. Il avait seulement pu mettre la main sur des bijoux de fantaisies, en plastoc, probablement achetés dans une grande surface, avant d’être découvert et de s’être enfui par où il était venu.

    Le scandale a rameuté les jeunes des cités. Ils se sont décidé à agir. Ils se sont présentés, cagoulés, dans le camp de rom et se sont emparé de sa personne. Sa grand-mère, qui tentait de les en empêcher, a été rouée de coup, laissée à terre.

    Sans vouloir préjuger de la personnalité de ses bourreaux, il est fort probable qu’ils aient eu affaire à la justice française précédemment, et, qu’à ces occasions, ils aient pleinement bénéficié de la mansuétude de la justice française et aient pu prendre la mesure de cette mansuétude.

    Ils l’ont emmené à l’écart, près d’une grande surface. Ils ont commencé à le battre. Plus il suppliait, plus ils frappaient. Lorsqu’il fut à terre, larmoyant, ils continuèrent. Jusqu’à ce qu’il ait perdu forme humaine, jusqu’à ce qu’il fut méconnaissable, jusqu’à ce que son visage ne fut plus qu’une baudruche ridicule et pathétique, un hématome géant, une figurine bizarre et répugnante. Et là, poussiéreux, dégueulasse, à force d’avoir été roulé, battu, jeté de gauche et de droite dans la poussière du terrain vague, ils l’ont abandonné dans le caddie d’une grande surface, son corps, brisé de partout, replié dans une posture grotesque, comme une poupée jetée dans un coin. Il ne suffisait pas de le battre, il fallait encore l’abandonner, le ridiculiser, lui faire sentir toute la dérision de sa condition de rebut humain. Son caddie comme un avant-goût de son cercueil, comme une dernière cage, ridiculement trop petite.

    Sa famille, son camp de roms, s’enfuirent comme une volée de moineaux. Les gens interrogés par les journalistes dans les cités, dont certains anciens taulards, se félicitèrent tous de ce « retour à l’ordre ».

    Son décès, après des semaines de calvaire et de coma, n’a pas fait une ligne dans la presse. Dois-je préciser pourquoi ?

    Darius, comme la plupart des roms, était sans doute chrétien. Son cadavre a probablement commencé à pourrir, à moins qu’on l’ait incinéré. Par précaution ?

    Il paraît que les derniers mots d’Halimi furent « je suis juif, je suis juif, je suis juif ».

    Est-ce que Darius a dit « je suis rom, je suis rom, je suis rom » ?

    Pas sûr. De rom à roumi, il n’y a qu’un coup de pied.

    J'aime

  15. Au fait Marcel, la région bruxelloise fait 160 km2 pour 1,1 million d’habitants! Nous sommes donc relativement à l’étroit par rapport à Gaza.

    J'aime

    • vous avez raison FRlâtre

      c’est ce que je me dit chaque matin et soir lorsqu’au check point de la petite espinette je dois expliquer au fonctionnaire flamand dans sa langue de dominant que je dois respecter mon contrat de travail dans la région de sa capitale et au retour refaire la file pour expliquer que je quitterai ma maison familiale (tolérée) dans sa terre sainte dès le matin suivant pour travailler dans sa capitale (à statut spécial) la journée suivante

      ps(wallon): FRlâtre n’appellez pas jules gheude au figaro c’est pas encore tout à fait comme ça que ça se passe 🙂

      ps(flamand) la flandre est un pays de fonctionnaire (y en a bien plus que de chômeurs en wallonie)

      J'aime

    • parqué qu’on est !…et en plus ici le grand patron des israliens nous bousille la météo 🙂

      J'aime

    • Sauf que Gaza n’est pas une ville… Enfin, pas uniquement une ville.

      J'aime

  16. Bonjour, j’aimerai réagir quant à cette phrase:

    « Jamais un gouvernement israélien n’a accepté les premiers pas indispensables pour l’établissement de deux États côte à côte. »

    Pourtant le parti Travailliste ayant gagné les élections législatives en 1992 avec Yitzhak Rabin a décidé d’ avancer des pourparler de paix avec les Palestiniens jusqu’à la signature des Accords d’Oslo.

    Merci

    J'aime

Commentez. (Les commentaires sont modérés et n'apparaîtront pas immédiatement !)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :