Négationnisme au PS : y’a un Turc qui cloche.

La Belgique, démocratie turque ? Enfin, c'est du moins à ça que ça ressemble.

La Belgique, démocratie turque ? Enfin, c’est du moins à ça que ça ressemble.

Trois députés bruxellois ont été félicités par un journaliste turc pour avoir empêché le Parlement bruxellois de respecter une minute de silence en mémoire du génocide des Arméniens. L’un de ces députés, Sevket Temiz a même affiché les félicitations de Selim Eryaman — le journaliste en question — sur sa page Facebook. « Grâce » à eux, le Parlement n’a pas consacré son instant de recueillement au génocide arménien, mais bien à l’ensemble des victimes de la Première Guerre mondiale, s’enthousiasme Eryaman. Or, l’anniversaire célébré la semaine passée n’était pas celui de la Première Guerre mais bien du génocide des Arméniens, mais aussi des Araméens et Syriaques par l’Empire ottoman. De 800.000 à 1,5 million de femmes, enfants, bébés, grand-mères, grands-pères et hommes. Comme je dis toujours : votre mari ou votre femme, vos enfants, vos parents.

Le parti socialiste est désormais joliment emberlificoté dans ses contradictions pour avoir laissé monter des négationnistes dans le cénacle qui représente 1,2 million de Bruxellois — à peu près le nombre d’innocents chrétiens tués par l’Empire ottoman entre 1915 et 1917. Il a dû expliquer qu’il reconnaissait le génocide, comme s’il était possible, avec les informations dont nous disposons aujourd’hui, de ne pas le faire. André Flahaut, qui était interviewé dimanche par Pascal Vrebos, a également affirmé qu’il reconnaissait la chose, mais sans prononcer une seule fois le mot « génocide ». Il a néanmoins terminé l’interview en condamnant à demi-mot l’attitude des trois députés d’origine turque. Ceci rappelle l’attitude du CDH quand la jeune députée Manihur Özdemir fut accusée de négationnisme pour avoir évoqué le « soi-disant génocide arménien » dans la presse turque.

Turc, turc, d’êt’ socialo
Il faut dire que les trois députés turcs ont mis le PS dans une position délicate. Il a donc dû adopter une communication à deux tons. D’un côté, il s’agissait de montrer patte blanche vis-à-vis des valeurs humanistes en affirmant que le PS reconnaît le génocide arménien (un parti qui a besoin de l’affirmer a tout de même un sérieux problème). D’un autre, de laisser les élus d’origine turque faire du clientélisme à la petite semaine en ne froissant pas leur électorat. Le statut Facebook de Sevket Temiz semble avoir disparu depuis…

Cela dit, que des citoyens belges d’origine turque refusent d’admettre que le gouvernement nationaliste ottoman de l’époque a commis un génocide, on peut le comprendre. La liberté d’expression et d’opinion, c’est ça aussi — hélas. Après tout, le parti coupable de ces « massacres » s’appelait « jeune-turc ». Beaucoup de Turcophones s’identifient de ce fait à cette épouvante et ne peuvent admettre d’y prendre une part de responsabilité (qu’ils n’ont bien sûr pas). Ils ne nient pas les massacres, mais la qualification de génocide. 

Ils ne font en cela que reprendre la théorie fumeuse du gouvernement turc et de ses prédécesseurs : la cause de ce meurtre de masse est la guerre que « les Arméniens » menaient contre l’Empire. Une explication qui ne tient pas la route, les révoltés arméniens étant trop peu nombreux pour expliquer l’exode forcé des civils et le tragique bilan qui s’en est suivi.

Belgationnisme
Mais ce refus de Belges d’origine turque de regarder la réalité en face n’est pas si difficile à comprendre : combien de Belges reconnaîtraient la culpabilité de la Belgique dans les massacres congolais, et combien admettraient, si les historiens l’établissaient, la qualification de « génocide » pour les actes infâmes de Léopold II ? Combien feraient du négationnisme ? Lorsqu’Arte a diffusé un documentaire accablant sur les crimes du roi barbu, qualifiant son action de « génocidaire », la chaîne s’est pris une volée de bois vert pas piquée des vers depuis notre petit pays, qui a donc aussi sa pudibonderie à lui dès qu’on met le doigt où ça fait mal. Mais là, le génocide n’est pas établi, les historiens étant plus que divisés sur la question. Anglo-saxons parlent volontiers de « génocide », les Belges étant plus enclins à parler de calculs erronés dans le chef des Anglo-saxons.

On peut aussi se demander quand la Belgique reconnaîtra, comme l’Allemagne vient de le faire par la voix de son président pour le génocide arménien, sa responsabilité indirecte dans le génocide rwandais — pour avoir créé une inégalité entre Hutus et Tutsis et notamment des cartes d’identité ethniques à l’époque du protectorat belge au Ruanda-Urundi. Sous certains aspects, la Turquie a d’ailleurs fait mieux que la Belgique, puisqu’elle a, dès 1919, condamné à mort par contumace les principaux responsables du génocide des Arméniens, reconnaissant de facto une organisation criminelle visant à éliminer un peuple. Détail piquant, ces criminels s’étaient préalablement réfugiés en… Allemagne. Le chef de bande, Talat Pacha, y fut même abattu en pleine rue par un Arménien, qui fut ensuite acquitté tant sa description des « massacres » fut insoutenable.

Ankara de problème, appelez les Anglais
Une centaine d’autres responsables présumés du génocide furent transférés en 1919 par les Anglais à Malte pour y être jugés mais ils furent échangés contre quelques soldats britanniques et se réinsérèrent dans la société et l’administration turque — avec succès puisque deux d’entre eux deviendront même premiers ministres. Ils participèrent donc à la création de la République turque actuelle et sont une des raisons du négationnisme : reconnaitre le génocide reviendrait à entacher les fondements même de la Turquie moderne. À cela s’ajoute le fait qu’une reconnaissance pourrait, du point de vue turc, entraîner des demandes de réparations de la part de l’Arménie. On peut donc imaginer que si les Anglais n’avaient pas relâché les génocidaires en 1919-20, la Turquie aurait moins besoin de negationniser aujourd’hui.

Par comparaison, en Belgique, sur les crimes contre l’humanité commis au Congo belge, seul a droit de cité le révisionnisme, visant à blanchir le roi Léopold, notamment pour ne pas salir la famille royale, toujours à la tête de l’État. Quand ce n’est pas carrément la négation de tout excès par ceux qui ne veulent en aucun cas reconnaitre que nous ayons apporté autre chose au Congo que la civilisation. Celle des mains coupées, suppose-t-on. La Belgique s’est excusée pour son rôle dans l’assassinat de Patrice Lumumba, mais jamais encore pour les atrocités de l’État indépendant du Congo, dirigé par son roi de l’époque, ni pour l’Apartheid qu’elle a organisé ensuite dans le pays, et pas plus pour l’interdiction faite aux Noirs, jusqu’à l’aube de l’indépendance, de suivre des études universitaires. À ma connaissance, aucun homme politique belge n’a jamais inscrit ce genre d’excuses dans son programme, et pour cause, il y perdrait des électeurs.

Istanboude
Notons au passage qu’évoquer un génocide arménien est un délit en Turquie, passible de deux ans de prison en vertu de l’article 301 du Code pénal. Toutefois, le procès de l’écrivain Oran Pamuk, poursuivi pour avoir reconnu le génocide, finit en eau de boudin, probablement grâce à d’intenses pressions internationales. Il fut plus sérieusement l’objet de menaces de mort de la part des nationalistes turcs. Dans une communauté restée très proche de son pays d’origine, disons que c’est compliqué d’aller contre le vent quand il est si menaçant.

Les élus d’origine turque ne font au final rien d’autre que les élus d’origine belge par rapport au Congo : refuser de reconnaître ce que leurs électeurs auraient du mal à digérer. Par intérêt personnel. On peut difficilement les critiquer sans au moins évoquer la compromission assez fabuleuse d’une très large majorité de gouvernements, y compris en Europe, qui ne reconnaissent le génocide que du bout des lèvres, et rarement officiellement. D’ailleurs, si l’on a peu entendu les autres partis s’offusquer après l’épisode du Parlement bruxellois, c’est aussi parce que même le MR est mal placé pour le faire : Sevket Temis fut 5e suppléant à la chambre pour le MR, où il était arrivé via le… FDF avant d’entrer au PS. Un retournement de veste qui n’améliore pas son cas. Et il ne serait pas le seul MR à avoir un jour refusé de reconnaitre le génocide arménien.

Fort de café turc
Quant au gouvernement belge lui-même, il est atteint d’une étrange torpeur, n’ayant toujours pas reconnu officiellement le génocide des Arméniens (seul le Sénat l’a fait, votant une résolution — une sorte de souhait bien noble mais sans effet), pour ne pas fâcher l’allié de l’OTAN qu’est la Turquie d’Erdogan. Avec exactement le même niveau de lâcheté que les USA, Barack Obama en restant au seul terme de « massacre », lui qui s’était engagé pendant sa campagne à reconnaître le génocide.

Côté belge, on n’a guère fait mieux. Pas de reconnaissance dans le chef du premier ministre. Quant à Didier Reynders, il a bien été au mémorial d’Erevan, mais il a pris soin de ne pas participer aux cérémonies du centenaire. Je répète : du centenaire ! Ce jour-là, notre pays a timidement envoyé l’ambassadeur de Belgique à Moscou. On n’aurait pas pu faire plus minable.

Quant au porte-parole de la diplomatie belge, Hendrik Van De Velde, ses propos n’ont absolument rien à envier à ceux de la diplomatie turque, puisqu’il a tenu exactement le même discours que l’ambassadeur de Turquie en France, expliquant que le terme « génocide » a « une signification juridique spécifique » et qu’il « appartient aux tribunaux de se prononcer ». Un calque de la position d’Erdogan, pour un pays qui affirme son attachement aux valeurs européennes (le Parlement européen a pour sa part reconnu le génocide) c’est tout de même fort de café, non ? Oui, turc, bien sûr.

Le pompon du grand écart revient toutefois à Israël, qui ne cesse de se réclamer de la Shoah, et exige de tous qu’on reconnaisse l’État hébreu comme le dépositaire de la Mémoire. Dans le même temps, le président Reuven Rivlin a bien reçu les représentants de la petite communauté arménienne en Israël, mais il a évoqué les « massacres », refusant de parler de « génocide ». Et exactement comme la Belgique, Israël n’a envoyé que des sous-fifres aux commémorations d’Erevan et ce, pour des raisons stratégiques : préserver ses alliés turcs et azéris. Notons tout de même qu’Israël a une meilleure excuses que nous : la Turquie et l’Azerbaïdjan sont grosso modo ses seuls alliés dans une région qui lui est globalement hostile, le second partageant une longue frontière avec un adversaire commun : l’Iran. Mais tout de même. Le grand écart entre l’insistance à brandir un génocide comme valeur suprême de l’État tout en niant pratiquement un autre crime contre l’humanité est comme qui dirait déplacé.

Gauck pas glauque
Face à ce bal des faux culs, l’Allemagne tire brillamment son épingle du jeu. Son président, Joachim Gauck, a non seulement évoqué le génocide, mais il a de plus reconnu la coresponsabilité allemande dans la destruction programmée des Arméniens de Turquie. L’Allemagne était en effet l’alliée de l’Empire ottoman au moment des faits et lui a offert son assistance militaire. Elle a également hébergé les plus hauts responsables de la shoah arménienne et chrétienne, condamnés par contumace chez les Ottomans.

Les élus turcophones de Belgique ne font donc pas pire que nos dirigeants lorsqu’ils évitent d’évoquer un génocide. Notons au passage qu’on a besoin de traducteurs turc-français (ou néerlandais) pour comprendre ce qu’ils publient sur les réseaux sociaux, exclusivement en turc pour certains ! Un communautarisme inacceptable dans le chef d’élus de la nation : un minimum serait de proposer aussi une traduction en français de leurs publications. L’intégration n’a jamais été ma tasse de thé, mais il y a tout de même des limites, ce que des élus disent doit être compréhensible dans au moins une langue nationale. Mais passons.

Parlement turc-xellois
Que ces édiles ne soient pas capables de reconnaître le génocide arménien, on peut donc éventuellement encore le comprendre (mais pas l’admettre). En revanche, qu’ils manœuvrent pour empêcher Bruxelles de montrer son respect aux victimes d’un génocide centenaire, c’est ignominieux. Qu’ils s’en vantent ensuite montre la mollesse indigne des partis qui les héberge. Les laisser faire revient à livrer l’ensemble de la démocratie bruxelloise à trois élus d’une seule origine, agissant au bénéfice d’une seule communauté.

Non, je vais dire mieux : ce qu’ils ont commis là ne bénéficie pas à la « communauté turque » de Belgique, mais jette au contraire le discrédit sur l’ensemble des Belges d’origine turque. Non seulement ils projettent l’image d’une communauté qui refuse encore cent ans après d’admettre que l’ancêtre de la Turquie moderne a commis l’irréparable, mais en plus, ils les assimilent à l’État turc actuelle, offrant aux populistes le spectre de citoyens qui refusent l’intégration ! Une question se pose : ces députés bruxellois d’origine turque sont-ils des représentants des autorités turques en Belgique, ou des représentants de la population belge ? Une autre, brûlante : quand vont-ils se rappeler que la pédagogie est l’une des fonctions fondamentales des politiciens ? Qu’ils sont aussi là pour donner l’exemple ?

Cure distante
Oui, ils devraient être aussi là pour rappeler que la Belgique n’est pas la Turquie (reconnaissons que nos ministres n’aident pas, cela dit). Que si là-bas, reconnaître le génocide est éventuellement punissable, ici, ne pas le reconnaître est immoral. Parce que c’est aussi l’absence d’intérêt pour le génocide des Arméniens qui a permis le génocide nazi. Parce que l’Histoire ne peut se lire avec des lunettes politiques, au risque de la trahir et de permettre ainsi les pires exactions. Parce qu’au contraire de salir ceux qui font cet exercice, reconnaître le génocide des Arméniens par un parti disparu d’un empire aujourd’hui éteint, les libère et les désolidarise de l’ombre maléfique de Talat Pacha, l’Hitler ottoman. Les Turcophones qui décideront d’emprunter cette voie feront alors preuve d’un courage supérieur à celui de la Belgique elle-même. Très supérieur aux minables manipulations de trois députés, et à la lâcheté ahurissante du parti socialiste qui ont, de facto, pris la démocratie bruxelloise pour l’otage de leurs convictions, de leur révisionnisme, de leur négationnisme.

Les citoyens d’origine turque se plaignent souvent qu’on les harcèle avec le génocide arménien. Il y a une façon simple de parvenir à la fin d’un tel « harcèlement » : reconnaître le génocide. Et donc, s’en détacher définitivement.

Nous n’avons cependant pas de jugement à porter sur les citoyens d’origine turque qui ne parviendront pas à accepter ce débat et continueront à user de l’expression « soi-disant génocide ». Des années de désinformation, jusque dans les écoles (depuis 1993, le sujet est abordé dans le sens de « massacres ») ne s’effacent pas d’un coup de baguette magique. La négation du génocide (non pas de sa réalité, mais de la terminologie) fait aujourd’hui partie de l’être turc. Exiger de citoyens qu’ils renoncent à leurs racines est indigne d’un État libéral. Plus encore de ceux qui luttent contre le négationnisme : c’est l’intolérance envers les différences qui a provoqué les génocides.

Il faut donc à la fois comprendre, inciter, et débattre. Dans un pays où l’homme politique le plus puissant a un jour comparé l’occupation nazie à l’occupation israélienne en Palestine, et refusé de reconnaître la complicité de l’administration anversoise dans l’arrestation de familles juives en vue de leur déportation et de leur élimination, ce serait un comble de fustiger les citoyens turcs qui ne font en fait que donner crédit aux théories imposées dans leur pays d’origine. Mais nous devons exiger des élus qui basent leur succès électoral sur le communautarisme de cesser de se prendre pour des ambassadeurs de la Turquie en Belgique et d’assumer leur citoyenneté en embrassant les valeurs des partis pour lesquels ils se présentent. Et à ma connaissance, le négationnisme n’est pas une valeur socialiste.



Catégories :Belgique, Bruxelles, Monde

Tags:, , , , , , ,

49 réponses

  1. Bel effort, Marcel, de ne pas réserver pour cette fois vos flèches au seul Bart De Wever ou à la Droite. Mais que de précautions oratoires avec les inévitables allusions à Leopold II, au Rwanda et à la Palestine! Pensez-vous que si la colonisation belge du Congo était assimilable à un génocide, l’ONU, avec sa majorité de pays du Tiers-monde, se serait déjà privée de le reconnaitre?

    J'aime

    • Francolâtre, ce ne serait pas une première pour l’ONU. Sur le génocide arménien, hormis la qualification de génocide par une obscure sous-commission du comité des Droits de l’Homme, elle ne s’est pas manifestée vigoureusement non plus. Par ailleurs, aucune précaution oratoire, juste une mise en perspective avec des exemples que nous connaissons bien.

      J'aime

      • Oui, mais pour la droite ou la N-VA jamais aucune mise en perspective, ni de « il faut cependant avouer que … « , ni de circonstances atténuantes.

        Vous êtes tellement prévisible.

        Je pense d’ailleurs qu’une majorité de flamands trouve que Léopold II a comis une génocide. Et ce ne sont pas les belges qui doivent indemniser les congolais, ce sont les Saxe-Cobourg.

        J'aime

  2. Napoléon a mis l’Europe ã feu et à sang. C’est aux francais de faire leur mea culpa et pas à nous.
    De même pour les turcs descendants de l’empire ottoman. Comme vous le dites tres bien, les belges n’ont ils pas ã faire plutot leur mea culpa des excès de la colonisation, comme les autres nations occidentales, chacune pour leur part, notamment vis ã vis de la Chine dans les siècles passés. On ne refera pas l’histoire malheureusement. Essayons d’en tenir compte dans la politique d’aujourd’hui pour construire un monde meilleur. Çà c’est plus difficile que de pleurer sur le passé.
    Évidemment, il y a un enjeu financier, si les turcs reconnaissent le génocide, ils devront indemniser les arméniens…

    J'aime

  3. … Quand on ajoute du nationalisme au socialisme, on obtient quoi ?

    J'aime

  4. Concernant l’ex Congo belge, Monsieur Gui Verhofstadt n’a-t-il pas présenté des excuses officielles comme le fit le Président Chirac à l’Algérie (alors qu’il s’agissait, en Algérie, d’une guerre où personne ne se fit de quartier. Il suffit de se rappeler le sort des Harkis et des Pieds noirs !)
    Politiquement cela demeure un non sens car en Histoire personne ne revient sur le passé, il faut rester logique, mais humainement parlant il ne faudrait pas oublier ce geste.
    Quant aux représentants politiques d’origine turque qui jouent sur la double nationalité, ne serait-il pas plus simple de prévoir un texte de loi ou un article nouveau dans la Constitution prévoyant l’interdiction de cette double nationalité si l’on souhaite briguer un poste politique ?

    J'aime

    • Ce serait une discrimination, les Marocains ne peuvent pas, en pratique, perdre leur nationalité.

      J'aime

      • De ce fait là les Belges et tous les Européens doivent s’aplatir devant les Constitutions du Maroc et de la Turquie ! Elle est bonne celle-là. Où est-il écrit en droit international et en droit interne que notre Constitution doit s’adapter aux constitutions étrangères ? Il n’est écrit nulle part qu’un Etat européen ne peut pas imposer dans sa constitution des règles d’accession aux postes politiques, que cela dérange ou non des candidats issus de l’immigration.

        J'aime

  5. Rien à redire !
    Un post qui a toute sa pertinence et même … sa nécessité.

    Les têtes des Améniens d’un côté, les mains droites des Congolais tranchées de l’autre … pas de quoi être fiers d’être humains.

    J'aime

    • C’est en reconnaissant les erreurs des ancêtres qu’on retrouve cette fierté. Après, on peut hardiment se prévaloir de l’héroïsme d’autres ancêtres.

      J'aime

      • Avec tout le respect que je porte à vos idées, laissez-moi remarquer que l’Afrique, des quatre points cardinaux, ne se soucie pas de ses actions passées depuis la nuit des temps puisqu’elle continue de plus belle. L’Histoire contemporaine de l’Afrique nous éclaire, nous explique et nous excuse, nous Européens( blancs et méchants) de beaucoup de maux que l’on nous colle sur le dos !

        J'aime

      • mon nom est personne…

        J'aime

      • Sauf que parfois, pour certains, les erreurs d’illustres ancêtres sont assimilables à leurs yeux à des actes d’héroïsme !
        Pour nombre de Serbes aujourd’hui encore, Mladic est un héros ! Et le pire, c’est que s’il a été le héros que l’on sait, c’est parce qu’avant lui, son père fut la victime de qui l’on sait !
        Le mythe d’Œdipe a la vie dure, mais l’histoire des Atrides, un mythe au sens fort en soi, est encore plus terrible. À vrai dire, c’est la guerre de Troie qui, depuis maintenant près de 2800 ans, n’en finit pas de resurgir, de se décliner sous d’autres formes, encore, encore et toujours, incessamment !

        J'aime

      • pour les mains coupées, les crimes contre l’humanité probables dans l’entreprise privée de léopoldeux, pas sûr que les belges ont à s’y identifier,… mais pour la prédation de la société générale, le paternalisme raciste des bwana-mon-père, l’apartheid, l’umumba qui chasse la forêt, il n’y a aucun doute.

        J'aime

  6. Bel article, très synthétique. Il faut reconnaître que le problème n’est pas nouveau, les élus turcs négationnistes sur les listes socialistes, libérales, et centristes existent depuis longtemps. Je suis Belge d’origine assyrienne, mes parents ont quitté le fascisme turc des années 70 pour se réfugier en Belgique, à Saint-Josse dans un premier temps – une commune actuellement dirigée par un négationniste, vous imaginez le paradoxe …

    ps : Les Assyriens sont d’expression « arameophone » ou plus exactement « syriaque », cela ne fait pas d’eux des « Araméens ».

    J'aime

  7. D’accord avec l’essentiel de votre position, Marcel. Deux choses cependant: je pensais qu’au Congo, nous nous étions rendus coupables d’atrocités, pas de génocide. Il manquait une volonté systématique d’annihiler une race (annihilation qui nous aurait privés de main d’oeuvre.) Génocide ou atrocités à grande échelle, peut importe finalement. Cela mérite des excuses et une reconnaissance officielle, pour le moins. Un autre point de potentiel désaccord: je ne suis pas si sûr qu’une telle reconnaissance des atrocités belges au Congo (ou d’un génocide, laissons l’Histoire ou la sémantique décider) porterait un tel préjudice électoral au parti qui s’en ferait le champion. Ou suis-je trop confiant dans la nature des électeurs?

    J'aime

  8. peu importe! Toujours se relire!

    J'aime

  9. « Ils ne font en cela que reprendre la théorie fumeuse du gouvernement turc et de ses prédécesseurs : la cause de ce meurtre de masse est la guerre que « les Arméniens » menaient contre l’Empire. Une explication qui ne tient pas la route, les révoltés arméniens étant trop peu nombreux pour expliquer l’exode forcé des civils et le tragique bilan qui s’en est suivi.. »

    « On ne m’ôtera pas de l’idée que, pendant la dernière guerre mondiale de nombreux Juifs ont eu une attitude carrément hostile à l’égard du régime nazi. » Desproges

    En fait, ces Turcs n’ont aucun humour, ce qui leur permet de dire les pires horreurs sans rire.

    J'aime

  10. Ils n’ont pas encore compris nos valeurs. Dommage.

    J'aime

  11. Il y a une différence avec la colonisation du Congo.
    Il y avait une propagande coloniale mais il y avait aussi des belges opposés à la colonisation même s’ils étaient minoritaires.
    Les deux partis pouvaient s’exprimer, il y avait un débat démocratique en Belgique.
    Tintin et le Lotus Bleu dénonce le colonisateur par exemple.
    En Turquie le gouvernement a imposé son mensonge pendant plusieurs générations en punissant les opposants.
    Au Congo sous la domination belge la population indigène a augmenté, elle était éduquée et soigné
    C’était aussi pour qu’elle soit une bonne force de travail et c’était dans un esprit paternaliste relativement humain et bienveillant

    En Turquie les populations persécutées n’existent plus ou quasi plus.
    Il y a de l’inhumanité dans les deux cas mais les Turcs sont bien plus forts.

    J'aime

  12. Ce serait intéressant d’évoquer, dans un autre article peut être, ce qu’on entend par « génocide ». Y a-t-il une définition qui fasse consensus?

    J'aime

  13. Marcel, même César était coutumier du fait. N’a t-il pas par exemple massacré le peuple Éburon, entre autres. Et notre Charlemagne (né à Herstal) a souvent taillé les Saxons en petits morceaux….Que je sache, ni les Italiens, ni les Wallons n’ont demandé pardon. Pourtant, si Elio l’avait fait quand il était Premier, nous aurions fait coup double. Bon, hier au JT, il a dit que le secrétaire général du PS allait remonter les bretelles au fils du chanoine K…

    J'aime

  14. Eh oui, nous ne sommes pas tous égaux faces à la souffrance humaine. Certains élus PS aimeraient d’ailleurs que dans le cadre du ‘truc bidule’ arménien, qu’on parle plutôt de massacre, ou d’exécutions…
    On croit rêver. Le monde politique, PS en tête, s’étonne de ce fait. On condamne à demis mots, on tergiverse. Il faut dire que le PS n’a pas intérêt à perdre son puissant électorat turc. La situation actuelle justifie bien un petit génocide à la trappe. Pourtant, l’épisode d’un député PS œuvrant sournoisement pour le retrait d’un monument dressé en l’hommage des victimes et ses piètres explications au parlement sont connues de toute la classe politique de ce pays et certainement d’Elio 1er.

    http://suffrage-universel.be/be/kirxl.htm

    Reconnaissons une fois de plus, que finalement, l’homme n’a de limite que sa capacité à justifier ses actes. On assiste ici encore à un merveilleux championnat de la victimisation. Certains génocides étant plus porteurs que d’autres, certaines communautés méritant plus notre humanité. Il y a les intouchables protégés par des lois et les autres à qui on donnera éventuellement la petite piécette. Il est certain que leur poids économique ou politique définira leur crédibilité. J’irai jusqu’à dire que la vérité s’achète. Comme tout le reste.

    Pourtant, le génocide arménien est tout ce qu’il y a de réel, il a une histoire, des événements, des photos. Étrangement, une fois de plus, ce sont les méchants russes qui libèrent les camps. Un peu comme d’autres camps que l’histoire a changé de mains suivant les besoins.

    Pour rappel et info:

    http://www.imprescriptible.fr/photographies/massacres-genocidaires

    ou encore

    En tant que belge ayant des amis arméniens, j’aimerais exprimer ici tout mon dégout face à l’attitude une fois de plus tiède de ce gouvernement « autoproclamé ».

    J'aime

  15. Qu on reconnaisse avant tout les génocides .

    J'aime

  16. le cours d Histoire est il bien enseigné dans nos écoles?

    J'aime

  17. @ Marcel,

    décidément, je te considère déjà comme le Ground Zero moral et tu creuses encore…

    « Nous n’avons cependant pas de jugement à porter sur les citoyens d’origine turque qui ne parviendront pas à accepter ce débat et continueront à user de l’expression « soi-disant génocide ». Des années de désinformation, jusque dans les écoles (depuis 1993, le sujet est abordé dans le sens de « massacres ») ne s’effacent pas d’un coup de baguette magique. La négation du génocide (non pas de sa réalité, mais de la terminologie) fait aujourd’hui partie de l’être turc. Exiger de citoyens qu’ils renoncent à leurs racines est indigne d’un État libéral. Plus encore de ceux qui luttent contre le négationnisme : c’est l’intolérance envers les différences qui a provoqué les génocides. »

    quelle arrogance, quel sentiment de supériorité, c’est vraiment la lumière humanistique qui se permet de sermonner et pour dire quoi? on doit la fermer? et entendre dire que s’opposer à un déni de génocide est indigne? Ah oui, tiens, les Israéliens n’y sont pour rien à ce qui arrive aux Palestiniens, sauf qu’ils votent pour à chaque fois?

    Et quoi si 57% des répondants turcs ne veut pas d´une famille athée comme voisine? Peu importe! Ce n’est pas de leur faute! ça fait partie de leur racines!

    Et en plus dans le cas concret, on ne demande pas de renoncer à ces racines, mais simplement d’accepter la réalité de la notre, ah non parce que si on a la double nationalité on peut dire tout et n’importe quoi et c’est le petit belge qui doit s’écraser parce qu’il doit se rendre compte qu’il détient quand même la supériorité morale?

    ton dédain de supériorité humaniste non seulement fait preuve d’aveuglement, mais équivaut à du racisme

    mais soit, utilisons des arguments de jésuites pour justifier l’injustifiable; indigne d’un Etat libéral, tu parles, ce qui est indigne est jusqu’où tu veux te baisser pour accomoder tout ce qui va à l’encontre de nos racines, ton humanisme y compris.

    car oh oui, avec toi l’humanité avance, eeuh, vers quoi? l’extinction?

    joli Marcel vraiment joli

    VV

    J'aime

  18. É »Le pompon du grand écart revient toutefois à Israël, qui ne cesse de se réclamer de la Shoah, et exige de tous qu’on reconnaisse l’État hébreu comme le dépositaire de la Mémoire. Dans le même temps, le président Reuven Rivlin a bien reçu les représentants de la petite communauté arménienne en Israël, mais il a évoqué les « massacres », refusant de parler de « génocide ». Et exactement comme la Belgique, Israël n’a envoyé que des sous-fifres aux commémorations d’Erevan et ce, pour des raisons stratégiques : préserver ses alliés turcs et azéris. Notons tout de même qu’Israël a une meilleure excuses que nous : la Turquie et l’Azerbaïdjan sont grosso modo ses seuls alliés dans une région qui lui est globalement hostile, le second partageant une longue frontière avec un adversaire commun : l’Iran. Mais tout de même. Le grand écart entre l’insistance à brandir un génocide comme valeur suprême de l’État tout en niant pratiquement un autre crime contre l’humanité est comme qui dirait déplacé. »

    chapeau bas, Marcel,vous l’avez dit
    [paragraphe effacé, trop sulfureux. Note du censeur Sel. Nettoyage ethnique oui, mais le procès d’intention d’un genocide, ça ne passe pas par moi. ]

    J'aime

    • ce n’était pas mon intention de vous emmerder avec un paragraphe trop sulfureux, aucun procès d’intention, haut la kippa si vous la préférez à mon côté bas de chapeau… je pense, comme vous pense-je, que nettoyage ethnique et génocide est bien qu’apparenté, pas du tout au même niveau… mais ça peut rapprocher des États qui construisent leur nation d’excités

      J'aime

  19. Curieux que vous parliez d’erreur, c’est le mot qu’utilise Bart pour ceux pour lesquels la Flandre demande l’amnistie. Il récuse le terme faute… Interpellant.

    J'aime

  20. D’un côté de la balance il y a un génocide et de l’autre, une compassion illimitée pour préserver des intérêts électoraux. On mélange le tout et on discute pendant des jours, des semaines, des mois, des années …Et pour justifier ce négationisme d’Etat on évoque d’autres massacres ??? Décidément la conception de l’horreur est très relative en politique. Celle de l’étique aussi.

    J'aime

    • Tiens donc, vous qui traitez les Flamands de racistes bruns, avez vous lu la presse internationale? Que pensez-vous des articles relatant les « soucis » des Ethiopiens de confession juive en Israël ?

      J'aime

  21. Est-ce que M. Kir reconnait l’holocauste, le génocide des juifs pendant la 2è guerre mondiale? Peut être pense-t-il que le 11 septembre est une machination?

    J'aime

  22. @Marcel Sel
    D’accord de ne pas verser dans le jugement en ce qui concerne les citoyens turcs éduqués et socialisés en Turquie…Mais il me semble que les négationnistes dont nous parlons ici ont été éduqués, socialisés et politisés ici, au cour même de notre chère vieille Europe qui a enfanté la démocratie, la citoyenneté, et tant d’autres concepts humanistes qui certes n’auront pas empêché le génocide des juifs d’Europe et l’esclavagisme mais qui auront eu le mérite de faire naître un semblant de sentiment de culpabilité qui aura permis de reconnaître les barbaries et atrocités perpétrées…Acte fondateur d’une rédemption nécessaire pour que les générations suivantes (dont vous faites partie) puissent entamer la re construction d’une mémoire personnelle et intime fondée sur l’humanisme et la tolérance…Le pardon étant un acte moral tellement intime…A mes yeux n’aura de valeur qu’une condamnation ferme devant les tribunaux internationaux…Avant cela, évitons par notre propension à ne pas juger à encourager l’avènement d’autres Arturo Ui…Faruk, Citoyen belge en phase de re construction…Merci

    J'aime

Rétroliens

  1. Blog à part » Responsable mais pas coupable !

Commentez. (Les commentaires sont modérés et n'apparaîtront pas immédiatement !)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :