« Ce qui nous fait si mal, c’est que pour la première fois de l’histoire, on a tué des clowns ».

10917029_10152629019425949_3752149675059246511_o

La vérité sort de la bouche de l’enfant.

On est ivres. Mauvais vin. On a envie de vomir. On est tout désemparés. On ne nous a pas laissés mener le deuil des 12 victimes de l’attentat de Charlie Hebdo. On a assassiné gratuitement une policière. On a assassiné des gens parce qu’ils se rendaient tranquillement dans un magasin juif. Parce qu’ils étaient — ou qu’on croyait qu’ils étaient — juifs. Ce qui revient exactement au même. Et immédiatement, nous avons été invités à parler de choses si différentes qu’on ne savait plus où on en était. On ne le savait déjà plus, d’ailleurs. On tue des journalistes parce qu’on a décidé que ce qu’ils avaient écrit était passible de mort. On tue des dessinateurs, des humoristes, parce qu’on a décidé que ce qu’ils avaient dessiné était passible d’assassinat. On a assassiné un agent d’entretien parce qu’il faisait son boulot au mauvais moment. Deux flics parce qu’ils défendaient des citoyens, ou parce qu’ils auraient pu donner des détails gênants sur la fuite de deux lâches. On a assassiné une femme parce qu’elle écrivait dans un journal. Et les frères Kouachi, hallucinants de prétention, ont été jusqu’à déclarer qu’ils ne tuaient pas les femmes, pas les « civils ». Comme si tous les précédents nommés étaient des militaires. Aveuglés par l’idée qu’ils mènent une guerre, ils voient des ennemis partout.

Et puis, on a assassiné des Juifs parce qu’ils étaient juifs. Vieille rengaine atroce, répétée jusqu’à l’épuisement total de l’âme, jusqu’à l’holocauste, par notre « civilisation ». Aujourd’hui, reprise par un « État » qui se réclame d’Allah. Ce dernier doit avoir un plan bien dégueulasse pour ces nazis islamistes quand ils se présenteront pour réclamer leurs 72 vierges. Tout comme les Torquemada et autres fêlés de Dieu doivent tourner depuis quelques centaines d’années sur une broche huilée au tabasco.

Une semaine atroce, où les événements ont dépassé nos capacités d’analyse

Et là, comment faire ? Comment crier encore Nous Sommes Charlie quand on nous confronte, deux jours plus tard, et une fois de plus — quelques mois seulement après les assassinats du musée juif à bruxelles, au plus épouvantable crime jamais commis par notre Occident, pourtant pas avare d’horreurs, lui qui a passé des siècles à brûler, massacrer, exterminer au nom de la religion, mais aussi au nom de l’athéisme, du paganisme, de l’État, du pouvoir…

Comment servir dignement les deux causes, à la fois si semblables et si différentes ? Comment ne pas oublier, au passage, les basses vengeances de citoyens qui, en réponse à ces folies, répondent en faisant feu sur des mosquées, en cassant du beur en marge d’une minute de silence (!), en jetant des pierres sur une fillette de 8 ans (information non confirmée par la presse), en tirant sur une voiture parce qu’il y a, apparemment, des musulmans dedans.

Non, on n’a pas tué des musulmans pour le seul fait qu’ils étaient musulmans. Mais au moins un musulman est tombé dans l’attaque de mercredi. Comment, dans ces circonstances, Bernard Kanovitch, directeur du CRIF, a-t-il pu s’abaisser à déclarer à France 24 : « Il y a une détestation de la part de tous ces jihadistes, frères musulmans, organisation Daesh et toute autre, une détestation des chrétiens et des juifs, qui est une détestation historique, coranique, on peut le dire, vous entendez ? du Coran !, qui trouve son application aujourd’hui, dans des conditions absolument dramatiques. » Faisant de facto l’amalgame entre trois terroristes et ceux qui ont pour référence religieuse le Coran ?

Le CRIF, maladroit comme jamais, importe le conflit israélo-palestinien.

Bien sûr, il y avait l’émotion. Bien sûr, il est insupportable de constater que la communauté juive, en Europe, est obligée de se barricader de l’école au centre culturel en passant, maintenant, par la simple épicerie. Aucune communauté de citoyens européens ne vit de telles conditions. Les musulmans sont les plus discriminés, mais les juifs sont les plus assiégés. Qu’un leader d’une de ces deux communautés fragilisées par de multiples détestations — opposées artificiellement entre elles par un conflit extérieur qu’on n’aurait jamais dû importer, ni d’un côté, ni de l’autre — se permette, sans contradiction, de s’en prendre à l’autre d’une manière aussi imbécile au moment où des terroristes ont agi pour semer la zizanie dans notre vivre ensemble, ne doit pas susciter la révolte, mais la  plus profonde tristesse. D’autant que l’homme qui a caché plusieurs des clients de l’épicerie cacher, et a peut-être sauvé la vie de plusieurs d’entre eux, était un employé musulman d’un épicier juif. Une dame du quartier multiculturel de la Porte de Vincennes, interviewée par je ne sais plus quelle radio, et qui était peut-être juive, s’exclamait « Nous voulons faire peuple ensemble ». La sagesse est parfois aussi grande chez les gens de la rue qu’elle est absente chez ceux qui prétendent les représenter.

Cette tristesse s’ajoute à la tristesse, déjà sidérante. Ça fait trois jours que mes larmes affluent à tout moment de la journée, sans que je ne comprenne pourquoi. À chaque nouvelle info, hier, ça recommençait. Les journalistes que j’ai croisés depuis mercredi étaient tous aussi désemparés. Les nouvelles sont allées plus vite que nos capacités de réflexion. Comment mettre en perspective des événements qui s’accélèrent au moment où on commence à construire un schéma d’interprétation, le bouleversant d’heure en heure ? On s’est parfois pris la tête sur les réseaux pour un article dangereux pour l’enquête ou une réflexion déplacée. Des professionnels ont, au mépris de toute déontologie, publié la liste des suspects, avec prénom et nom, et identité de parents ! Des journaux tout ce qu’il y a de sérieux, ont fait remarquer que des entreprises profitaient de l’engouement pour vendre des mugs et des T-shirts « Je Suis Charlie ». Oubliant au passage qu’eux aussi vendent plus quand de tels drames arrivent. Qu’avant certaines séquences télé qui parlent des martyrs de la République, on se tape une pub à la noix qui alimente les caisses des médias.

Les pires drames sont ceux qui permettent aux plumes de se distinguer.

Même moralement, les pires drames sont ceux qui permettent aux plumes de se distinguer, la mienne en premier et j’assume ça, mais difficilement. Il est impossible pour moi de ne pas me réjouir du succès invraisemblable de mon billet précédent. Et impossible de ne pas être atterré par ce réjouissement. Les drames révèlent le plus grand de l’homme et simultanément le plus noir. Je ne me rassure que parce que, comme le disait Pascal Sevran (ne riez pas), il faut être d’une prétention incroyable pour se présenter dans un média, pour penser qu’on a des choses à dire qui peuvent intéresser les gens. Pour se mettre en avant au point de publier, de diffuser. Et cette prétention, aujourd’hui, s’étend à tous ceux qui se font remarquer sur les réseaux sociaux, petits auteurs de twits ou grands diffuseurs de plaisanteries ou d’idées plus ou moins bien digérées (et parfois magnifiques) sur Facebook.

On se console en se disant que sans opinion, sans journalisme, sans argent, sans retour en nombre de clics, on plongerait bien vite dans l’obscurantisme absolu. Celui-là même qui vient de tuer près de vingt fois en trois jours.

Les politiques ont souvent fait bien pire que les médias (comme toujours), se chamaillant pour savoir qui devait être là et qui pas. Et cela, parce que des gens qui ont toujours haï Charlie Hebdo, une haine que ce dernier leur rendait bien (mais avec humour) n’ont pas eu la présence d’esprit de dire simplement qu’ils étaient solidaires du drame, mais qu’ils ne trouvaient pas légitime de défiler dimanche. Marine Le Pen, entre beaucoup d’autres. Les appels de partis ou de syndicats à défiler m’ont paru tout aussi abscons. À la disparition de Charlie Hebdo ne peut répondre qu’une présence personnelle, dénuée de toute étiquette. Ou un membre de chaque parti ou syndicat, ensemble, derrière une même banderole, et ainsi de suite, banderole après banderole.

Hollande et Sarkozy ensemble, main dans la main comme François Mitterrand et Helmut Kohl, en tête de cortège. C’est ça qui serait beau. Si en plus, ils pouvaient se rouler un patin, on se marrerait là-haut !

Hollande et Sarkozy main dans la main en tête de cortège. Ça serait drôle.

Toutes ces idées se bousculaient ce matin dans ma tête. J’étais, comme beaucoup d’entre vous, désemparé. Je n’avais toujours pas compris le premier événement. J’en étais encore à me demander pourquoi nous, les Occidentaux, accumulons les grandes déclarations, Obama en tête, quand il s’agit de journalistes de chez nous (de Foley à Wolinski) et ne sourcillons même pas quand, le même jour que Charb et son équipe, deux journalistes tunisiens sont assassinés par la même hydre infâme, en Lybie ?

Et puis, je reçois un message d’un de mes commentateurs. Son pseudo, c’est Rodenbach. Il ne veut pas être publié. Il ne veut pas que son nom apparaisse. Il dit qu’il est une petite fourmi. Et pourtant, c’est lui qui m’a apporté la réponse. Il m’a écrit que je serais mieux à même de le formuler, mais non. Parce que je style, que je retravaille, que je hiérarchise. Après les grands élans plumesques, les grandes idées, les grands discours, c’est une écriture simple, directe, que je vous invite à lire. Celle de quelqu’un qui avoue avoir eu « beaucoup de mal à ne pas pleurer en permanence pendant trois jours ». Et qui a pris le temps de réfléchir.

« On parle beaucoup de liberté d’expression pour le moment, mais je ne pense pas que ce soit la raison de notre si grand malheur. On est malheureusement déjà assez habitué à voir cette liberté malmenée partout et tous les jours. Et ce n’est pas la première fois que des gens meurent au nom de cette liberté.

Par contre, il me semble que c’est la première fois dans l’histoire de l’humanité qu’on tue des clowns.

On dit que le rire est le propre de l’homme. Et je pense que c’est tout à fait vrai. Je pense que ce qui est choquant c’est qu’on ait voulu nous empêcher de rire. Comme pour nous retirer ce qui fait de nous des êtres humains. Le rire c’est aussi ce qui nous met de bonne humeur, c’est notre innocence d’enfant. C’est ce qui permet d’exorciser nos mauvais moments et notre tristesse. Vouloir nous retirer notre rire, c’est nous enlever notre humanité. Et c’est ça qui fait le plus mal.

En « tuant Charlie »,  on a tué notre innocence.

De tout temps, les bouffons ont été considérés comme sacrés, ils étaient protégés par les rois. Et aujourd’hui, des crevures illuminées ont décidé à l’autre bout du monde que nos bouffons devaient mourir. Ces gens ne sont plus humains. Tuer des politiciens pour leurs idées, ça arrive encore trop souvent, mais ça ne fait pas aussi mal à nos coeurs, même s’il s’agit aussi de liberté d’expression. Ici, il s’agit de bien plus que ça, c’est notre rire, notre bonne humeur qu’on a voulu nous enlever. On a voulu nous enlever ce qui est le propre de l’homme, la seule et unique chose qui le différencie de l’animal. Et ce qui fait que ces islamistes ne sont plus des hommes.

Mais que le rire soit le propre de l’homme est aussi une bonne nouvelle. Si nous restons humains, personne ne pourra nous enlever notre rire. Ce n’est pas en tuant nos clowns qu’ils vont tuer notre rire. Et on voit déjà d’autres clowns prendre le relais. Et ça, ça veut dire que même si on nous a arraché notre sourire pendant quelques jours, ce ne sont que quelques heures. Et seule la mort pourra nous enlever notre sourire (et encore, je ne suis pas certain de ne pas pouvoir encore me marrer après) » (« Rodenbach »)

Et voilà l’explication. Ça ne doit pas nous empêcher d’être plus attentifs, dorénavant, aux autres drames qui nous entourent. Nous, athées, chrétiens, juifs et musulmans d’Europe avons été visés au même titre et par les mêmes monstres que l’ont été les Kurdes de Kobane et d’ailleurs, les yézidis et les chrétiens d’Iraq, et — en plus grand nombre que tous les autres — les musulmans qui vivent une foi paisible que les talibans ne supportent pas. Il serait stupide autant qu’abject que nous ne fassions pas front, ensemble. Avant, il y a toutefois ce préalable, ce Nous sommes Charlie, ou ce Nous ne sommes pas Charlie, mais on a tout aussi mal. Non pas que les victimes de l’attentat de Charlie Hebdo soit plus important. Mais le texte de Rodenbach m’a aidé à comprendre que si on a tout de suite publié presque partout les photos des quatre dessinateurs-vedettes, oubliant souvent jusqu’au nom des autres victimes, c’est parce qu’instinctivement, on a compris que c’était eux qui portaient le sens de la tragédie : ils étaient le rire, et ce rire donne à leur mort un sens universel. Tous, nous possédons cette vertu commune qui est de rire. Tous, nous sommes en deuil du rire. Tous, même ceux qui haïssaient ces clowns-là.

Tous, nous sommes en deuil du rire, même ceux qui haïssaient ces clowns-là.

Et donc, je sais que demain, je défilerai pour le rire. C’est-à-dire, pour rappeler que nous sommes et serons indéfectiblement des êtres humains, solidaires des autres êtres humains. Et pour résister aux tentations de vengeance, de radicalisation, de division. Pour résister à la colère aveugle, et pour répondre à l’absurde abomination des Daesh et consorts en montrant les dents — pas les crocs, mais l’émail de ce rire qui nous sauve et nous constitue.

Peut-être même que j’achèterais un T-shirt « Je Suis Charlie », moi qui pourtant refuse les slogans que l’on m’impose. Je le ferai pour me marrer. Et sans me demander si quelqu’un en tire profit. Les victimes du massacre de mercredi ne nous ont pas prié d’arrêter le monde. D’arrêter de vivre ou de ne plus gagner notre vie. De ne plus vendre de journaux et de ne plus utiliser la publicité pour les financer. Ils nous prient d’être sincères. Du moins, le plus possible. De garder vivante cette invraisemblable cocasserie humaine. Cette fragilité d’équilibre qui nous entraîne parfois vers le mal, mais tellement plus vers le bien. Cette comédie permanente qu’ils utilisaient pour nous faire nous bidonner. Et parfois faire grincer des dents. Et parfois, pour se faire détester. Tout ça fait partie de l’exercice. On rit toujours au dépens de quelqu’un. La rancune ne devrait cependant que nous rapprocher quand c’est le propre de l’homme lui-même qui est menacé.



Catégories :Fascismes

Tags:

122 réponses

  1. L’athéisme et les athées n’existent qu’à travers le miroir des autres religions. L’athéisme n’a jamais commis de crime. Ou alors on ne m’aurait pas tout dit !

    Aimé par 1 personne

    • La révolution française (revoyez Dialogue des Carmélites), l’athéisme soviétique n’ont pas fait de victimes?

      J'aime

      • To name a very-very few

        J'aime

      • Marcel, ne pourrait-on résumer la chose en disant : être athée ne vous rend pas meilleur mais vous donne une raison en moins de tuer votre prochain ? Car les exemples que vous citez, les seuls dans l’histoire si je ne me trompe, n’étaient pas destinés uniquement à la destruction des croyants, pas en tout cas dans une dichotomie ‘nous et les autres’ (les victimes des soviétiques englobant largement bien plus que le clergé orthodoxe)… et si pas, malgré tout (je ne suis pas spécialiste de ces deux pans de notre histoire), je reste persuadé que ces exemples sont, en comparaison avec les crimes commis pour des motifs religieux, au regard de notre passé, infimes.

        J'aime

      • En ce qui concerne la révolution française, certes. Mais était-ce vraiment l’athéisme qui menait l’URSS ? Ou bien une idéologie dont l’athéisme n’était qu’une des composantes, et pas la plus importante ?

        J'aime

      • Remplacer une « divinité » religieuse par une « divinité » politique ou idéologique, ce n’est pas de l’athéisme !

        J'aime

      • Keymeulen,
        Comment peut-on écrire de pareilles conneries ?
        Avez-vous déjà entendu parler de Touquet-Tainville ? De décembre 1793 à juillet 1794, il en était en moyenne par jour à quelque 3 à 4 tombereaux de condamnés menés à la guillotine. À raison d’environ 12 condamnés par tombereaux, on peut estimer à environ 40 guillotinés par jour, et ceci sur une période couvrant environ 220 jours, soit environ 8.000 guillotinés sur cette période la plus dure de la Terreur. Ceci sans compter les décapités de 1789 et des années suivantes, dont les têtes le plus souvent se promenaient sur des piques dans les rues de Paris.
        Quant à l’athéisme des pays communistes, là, c’est encore plus affolant. On estime à environ 100 millions de morts l’aventure cumulée du communisme en URSS, au Cambodge, en Chine, au Laos, au Vietnam. Seule mention passable : Cuba (les condamnés ont d’ordinaire été envoyés plutôt à fond de geôle). La dékoulakisation, à elle seule, aurait coûté entre 10 millions et 20 millions de morts. Et je ne parle pas des purges staliniennes, antérieures à la seconde guerre mondiale et encore plus délirantes après guerre !
        Croyez-moi, l’athéisme, à la limite, c’est encore bien pire que les religions. Non, la réalité, c’est que c’est l’homme qui est une bête féroce !

        J'aime

        • Fouquet-Tainville … sorry.

          J'aime

        • Vous comparez ce qui ne peut l’être et ce pour une très simple raison : ces régimes n’ont pas cherché à éliminer les croyants (ils ont au contraire plus d’une fois collaboré ensemble, cf. Pie et les nazis). On peut éventuellement discuter sur les déportations des prêtres orthodoxes du temps soviétique, mais il n’a jamais été question de l’éradication de l’entièreté ou même d’une partie de la population orthodoxe.
          Au final, les crimes commis pour imposer l’athéisme au détriment des religions sont infimes comparés à ceux que les religions ont commis contre tous ceux qui ne croyaient pas comme eux.
          Hors-sujet

          J'aime

        • @ Yves R
          Mais lisez le « Livre noir du Communisme ». Ce que vous écrivez là sont d’incroyables contre-vérités.
          Avez-vous seulement entendu parler des guillotines qui, à Arras et à Cambrai sous la Terreur, ont « écourté » les prêtres réfractaires, à savoir ceux tout simplement qui ne voulaient pas renoncer à leurs convictions ? Ce fut une boucherie innommable : plus d’une centaine rien qu’à Cambrai, et je crois à peu près autant à Arras, deux petites villes de la province française où ces liquidations n’avaient assurément rien d’anecdotique.
          Quant aux massacres, notamment pour faits de religion, par les bolcheviques à partir de 1917 (cela a commencé très tôt), jusque dans les années ’30 (après il n’y en avait quasiment plus), ils ont été systématiques.
          Vos propos démontrent combien vous êtes peu renseignés, à moins que vous ne soyez bien sûr tout simplement d’une malhonnêteté crasse.

          J'aime

      • arrêtez de parler des crimes de l’athéisme par obsession du politiquement correct, je ne me souviens pas que les bolcheviks pensaient autre chose de la religion que ce qu’on pourrait penser d’une superstructure sans intérêt de la classe au pouvoir

        vous mettez le doigt sur le seul truc qui perso me rendrait « charlie »
        ceux-la sont mort parce qu’ils étaient athées, pas cathos, ou anars

        putain de religieux fanatiques ou bêtement inconscients,
        arrêtez d’inverser les rôles !

        J'aime

        • Uit’zuitje,
          Je crois qu’il est plus que temps que vous relisiez le « Livre noir du Communisme ». Faites le. Vous verrez, c’est édifiant.
          Le jour où vous comprendrez que le problème n’est pas dans les religions, ou dans l’athéisme d’ailleurs, mais tout simplement dans l’homme, là, vous aurez fait un grand pas en avant.

          J'aime

        • « les bolcheviks pensaient autre chose de la religion que ce qu’on pourrait penser d’une superstructure sans intérêt de la classe au pouvoir »

          des athées chimiquement purs, quoi

          J'aime

        • « Le jour où vous comprendrez que le problème n’est pas dans les religions, ou dans l’athéisme d’ailleurs, mais tout simplement dans l’homme, là, vous aurez fait un grand pas en avant. »

          bon admettons que je ne vous ai jamais dit que dieu est mort…
          et qui reste, du reste, encore pas mal d’hommes vivants…

          le jour où je comprendrez comme vous que mon monde est au bord du gouffre vous me souhaitez de faire « un grand pas en avant. »

          et vous feriez mieux de lire ,
          mark mazower : le continent des ténèbres, une histoire de l’europe au xxe,
          ou timothy snyder : terres de sang: l’europe entre hitler et staline…
          deux trucs cent fois plus intéressants que votre proposition qu’évidemment j’ai lu plusieurs fois sans jamais trouver un type qui tue parcequ’il est athée, sans doute n’était-ce pas le but des gens qui l’ont écrit…
          j’en ai 20 autres à vous proposer, mais je voudrais pas vous snober

          perso je suis né athée, mes aïeux étaient pour la plupart apostats, un de mes grands pères était catholique et c’était sans doute le plus tolérant, le seul communiste aussi

          J'aime

        • Comme le dit Tournaisien, les religions ne sont jamais que ce que les hommes en font. L’athéisme aussi.

          Une différence cependant: la séparation blanc-noir est d’autant plus simple que la religion possède un « cadre » bien délimité: soit par une autorité très structurée, soit par des règles très étendues.

          La séparation « blanc-noir » dans un régime athée se retrouve souvent dans quelques mains… mains périssables, donc moins « éternelles ».

          J'aime

      • L’athéisme seul ne me parait pas aussi responsable que cela. Il y a une idéologie derrière. L’idéologie nazie n’étais tout même pas régie par le seul « Got Mit Uns » (écrit sur les ceinturons allemands)…
        Personnellement, ce que je déteste dans la religions c’est « l’exploitation de la foi ».
        C’est pourquoi la laïcité me semble la seule issue raisonnable même si, et cela n’engage que moi, je trouve que les Saintes Écritures » ne sont que les œuvres des hommes (assez nulles et contradictoires d’un bout à l’autre, voire racistes – Jésus refusant dans un premier temps de guérir une possédée n’étant pas « issue du peuple d’Israël », par exemple).
        Certains aiment lire Closer et d’autres Kant (voir le très bon film de Lucas Belvaux « Pas Son Genre »).
        Heureusement, « Closer » ne sera jamais la Bible et malheureusement la Bible n’est pas « Closer ».

        J'aime

    • Marcel vous a répondu.

      J’ajoute que je connais personnellement un paquet de gens qui se réclament de la « laïcité » mais qui ne sont en réalité rien d’autre que des athées fanatiques et militants qui ont fait de la notion d’absence de dieu une divinité et, à ce titre, se croient autorisés à faire mal à tout bout de champ, à être immunisés contre la contradiction et à faire fi de la liberté religieuse, protégée par la Déclaration universelle et la CEDH.

      Mais soit… un « imam modéré » aurait ainsi déclaré il y a deux jours que les musulmans qui ne veulent pas vivre en Occident selon les lois en vigueur localement doivent s’en aller. Nous avons là désormais un grand sage…

      L’ennui est que si c’était Zemmour qui avait déclaré ça, je ne suis pas sûr que ce même imam aurait dit la même chose et encore moins que les bien-pensants athéo-laïcards auraient laissé passer cette ignominie. On aurait déjà de magnifiques articles avec « déportation », « heures les plus sombres de notre histoire », « bête immonde qui sommeillait »…*

      Le naufrage de la laïcité, c’est quand un Etat qui se prétend laïc mais n’est en fait rien d’autre qu’un radeau à la dérive phagocyté par des athées sectaires doit s’abaisser à demander à l’imam modéré de service d’énoncer une vérité qu’il devrait dire et assumer lui-même.

      Pour le reste, cracher sur les religions n’a jamais protégé contre rien (on le voit), surtout quand l’athéisme devient en fait lui-même une superstition qui réclame le statut de religion d’Etat.

      ——-

      *On finirait par se demander si ce n’est pas un logiciel de rédaction tels que ceux employés pour les bulletins météo qui écrit ces articles…

      J'aime

      • Début de l’article 9 de la Convention européenne des droits de l’homme : « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion. » Cet article protège les personnes, et non les religions, ni aucune autre croyance ou idéologie. Cet article implique aussi que les interdits d’une religion ne peuvent pas être imposés aux personnes qui n’y croient pas ou ne souhaitent pas les appliquer. Quand les croyants auront compris que les préceptes et règles de leur religion ne s’appliquent qu’aux personnes qui croient librement et décident librement de les observer, ils auront fait un pas en avant !

        J'aime

    • Adolf Hitler, Mao, Stalin, Pol Pot, tous des athées convaincus, avec des regimes extrêmement anti-réligieux, …. n’ont pas commis de crimes ?

      J'aime

      • Vous comparez ce qui ne peut l’être et ce pour une très simple raison : ces régimes n’ont pas cherché à éliminer les croyants (ils ont au contraire plus d’une fois collaboré ensemble, cf. Pie et les nazis). On peut éventuellement discuter sur les déportations des prêtres orthodoxes du temps soviétique, mais il n’a jamais été question de l’éradication de l’entièreté ou même d’une partie de la population orthodoxe.
        Au final, les crimes commis pour imposer l’athéisme au détriment des religions sont infimes comparés à ceux que les religions ont commis contre tous ceux qui ne croyaient pas comme eux.
        Hors-sujet

        J'aime

      • L’athéisme n’empêche pas la spiritualité
        Personnellement, qu’il y ai un ou des dieux ou pas de dieu du tout, je vois pas ce que ça change : l’Histoire de notre espèce dégouline de sang et de larmes. Les massacres et autres cruelles actions, ce sont nos semblables qui les ont commises et ceux qui prétendent qu’en aucune circonstance eux même ou les membres de leur groupe spirituel ne les reproduiraient jamais sont des menteurs et des imbéciles !

        J'aime

      • adolf athée convaincu, sans blague vous avez des preuves pour votre ami…

        J'aime

  2. Vous aurez quand même réussi à faire couler des larmes sur mes ptites joues de clown et à faire rire mes yeux au-dessus de ma triste bouche.Merci.

    J'aime

  3. Les fous du Roy lorsqu ilß déplaisait etaient supprimer. ..et en parlant d’innocence. …pas sur que cela leur eut plut…

    J'aime

  4. Je comprends votre propos et celui de votre ami Rodenbach, je vois où vous voulez en venir…. MAIS il y a une erreur flagrante : ce n’est pas le rire qui est le propre de l’homme, cela pas mal d’animaux en sont capable même si leur moyen d’y parvenir sont sans doute moins sophistiqués. NON, le propre de l’homme c’est sa capacité à trouver des raisons de tuer ou détruire les plus variées et les plus absurdes qui soient !
    et aussi cette fatuité que nous avons tous à nous croire supérieur soit des uns des autres soit collectivement par rapport aux autres espèces…. Tout vient de là

    J'aime

  5. Torquemada, castagnettes et mantiiiiiiles
    Torquemada, que ferais-je sans toi ?

    J'aime

  6. « On rit toujours au dépens de quelqu’un. » Pas toujours, heureusement 🙂

    J'aime

  7. Date: Sat, 10 Jan 2015 15:40:13 +0000 To: voldemouette@hotmail.fr

    J'aime

  8. C’est effectivement nos clowns que l’on nous a enlevés. J’avais aussi du mal a définir cette douleur.

    J’ai aussi le sentiment qu’une époque bénie s’est refermée. Ces gars-là étaient vraiment les tous derniers soixante-huitard pur et dur restés fidèles à l’idéal de leur 20 ans !

    C’est l’impression qu’un chapitre crucial de notre histoire contemporaine se referme. L’époque de tant de progrès sociaux qu’on a cru acquis mais qui semblent aujourd’hui bien fragiles.

    J'aime

  9. Encore un bon billet, Marcel.
    Moi, je suis quelque peu écœurée de voir que ce dimanche, vont défiler une quarantaine de ce qu’on appelle « les grands de ce monde » mais qui ont jusqu’ici démontré (de quelques bords qu’ils soient) leur incapacité à réaliser l’intégration notamment des jeunes ( de toutes religions).
    Le manque d’espoir provoque toujours des drames et actuellement, notre société occidentale ne parlent qu’aux riches. Chacun d’entre nous tente de construire sa vie à long terme parce qu’on a qu’une vie. Nos jeunes ont tout au plus un aperçu à 1 an pour les mieux lotis, ceux qui ont la chance d’avoir un cadre familial stable.
    Alors, les autres, qu’est-ce qu’il leur reste ? Les sectes………… la rue, la violence, les bandes car seul l’argent ou un statut dans une organisation leur donne une certaine valeur à leur propres yeux.
    On voit ce que ça donne et ce n’est pas neuf.

    J'aime

  10. C’est un besoin, c’est une nécessité : que les écrivains, que les intellectuels prennent la plume. Nous sommes affamés de mots, de sens. Nous espérons cette lumière : qu’un jour enfin apparaisse celui ou celle qui saura dire tout haut ce que nous pensons dans l’ombre et confusément. Vos idées ne vous sont pas propres, par contre il n’appartient qu’à vous d’écrire des articles et de les diffuser. Courage!

    J'aime

  11. « Je suis-je, au final? » Freddy Tougaux

    Là, j’ai envie de hurler : pas d’amalgames !

    J'aime

  12. Bonjour Monsieur Sel,
    Soyez sans crainte, je n’ai aucune envie de me faire censurer par masochisme déplacé mais je viens de lire un excellent article d’un journaliste algérien, attaché au journal Le Soir d’Algérie (le soir d’algérie.com) et qui donne le regard de l’autre côté de la Méditerranée. Contrairement à nous européens formatés à l’illettrisme et au discours fourchu, ce journaliste replace les événements et ses conséquences futures à leurs justes places; de quoi heurter les « bonnes âmes » de par ici. Vous trouverez l’article en question : « Le retour des vieux démons », par Nour – Eddine Boukrouh (noureddineboukrouh@yahoo.fr), à la page d’accueil du Soir d’Algérie, à la date du dimanche 11 janvier 2015, à la rubrique A LA UNE.
    Je vous souhaite à tous une saine lecture. Il sont bien ces Algériens et ils écrivent encore en français comme à mon époque !

    J'aime

  13. #JeSuisCatholique

    Ah-ah-ah

    J'aime

  14. Hollande va-t-il offrir un piano à Erdogan ?

    J'aime

  15. Cela me fait chaud au cœur de voir ces gens qui manifestent pour l unité,pour le vivre ensemble,pour l amour de tous nos enfants ,pour l expression libre ,pour l art de dessiner ,de s exprimer et d écrire pour nous faire réfléchir.
    Mais car il y a un mais,quand une petite fourmis essaie toute seule de s indigner et de se révolter contre les injustices dans son petite monde,la petite souris va se faire insulter,huer ,manger par les gros crocodiliens qui eux ne se bouffent pas entre eux.
    On dévalorise la médecine,l éducation,la justice ,les polices,on déstabilise les Hommes courageux afin de les faire basculer dans le mépris.
    Il ne suffit pas de défiler comme pour une marche blanche ,il faudrait surtout travailler en s écoutant ,en se respectant pour construire une société multiculturelle afin de mieux faire face à ces attaques anti démocratiques furieuses et cruelles.
    AU MOINS CES INNOCENTS NE SERONT PAS PARTIS POUR RIEN.
    VIVE LA LIBERTE DE VIVRE ENSEMBLE ET HEUREUX .

    J'aime

  16. Christophe Giltay est un bon journaliste souriant et plein d énergie ,j aime bien l écouter.

    J'aime

  17. J’ignorais que le CRIF pouvait encore s’abaisser. Ils ont acheté une pelleteuse ?

    J'aime

  18. Un clown PAS mort :

    [CENSURE : faites l’apologie de Dieudonné où vous voulez, mais pas ici, surtout quand il fait un geste pour mimer « le nez » juif »]

    J'aime

  19. Paris me remet en Amour pour la France
    L union fait la Force
    Liberte ,égalité ,fraternité
    Merci monsieur Giltay ,merci Marcel,merci P Kroll merci ‘ sieur Geluck
    je vous aime grand comme ça.

    J'aime

  20. Remettons le cours de dessin dans l enseignement ainsi qu un cours. Des morales et religions ,ENSEMBLE.

    J'aime

  21. [NOTE DU CENSEUR SEL : ce soir, Dieudonné a rendu hommage à l’homme qui a assassiné quatre Juifs hier. La mention « Vive Dieudonné », je la publie exceptionnellement tout en m’en désolidarisant absolument, mais désormais, je censurerai aussi toute apologie de Dieudonné, qui est indirectement pour moi une apologie de la haine et du terrorisme antisémite. Ce que je considère comme un délit.]

    J’ai regardé France 2 ce soir et force est de constater que j’ENCULE la mascarade Charlie, en fait. J’aimais déjà pas le canard mais là, c’est le bal des faux derches, c’est trop. Crève, monde de merde. Vive Dieudonné!

    J'aime

    • Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose. Vous êtes tout SAUF un journaliste. Continuez donc à brosser les imbéciles dans le sens du poil avec votre démagogie faux-derche.

      J'aime

      • Dieudonné a rendu hommage… 🙂 Quelle ignominie de votre part. Moi au moins je peux me regarder dans un miroir le matin. Allez, tirons la chasse sur votre blog de minable aux ordres en espoir de reconnaissance. Pauvre type.

        J'aime

        • Le « journaliste » non diplômé dont le plus grand titre de gloire est d’avoir publié dans Télépro :))) nous donne ses petits cours de morale et de maintien. C’est trop drôle, finalement…

          J'aime

    • Marcel,

      Vous disiez que Dieudonné s’est converti à l’Islam. C’est ce qui me semblait ressortir des interview en Iran.

      Cela pourrait inciter Fermla Fisikem à la réflexion, si c’est avéré.

      J'aime

    • « Crève, monde de merde. »

      Vous avez bien résumé la pensée de Dieudonné. On sait que Dieudonné est arrivé à cette pitoyable conclusion de par son éviction des médias. On sait que Soral professe la même par mégalomanie (pauvre génie non reconnu) et par appât du gain (là par contre, il se fait un max de blé). Et vous ? Pourquoi ?

      Oui, c’est un monde de merde. Mais il est quand même vachement moins merdeux que du temps des sociétés esclavagistes antiques ou même que la misère généralisée du XIXème et début du XXème. Au cours du XXème siècle, on a commis des horreurs, mais on a aussi connu la décolonisation, les succès des mouvements pour les droits civiques, la réduction des écarts de richesse, une rémunération du travail qui pour la première fois dans l’histoire permettait non seulement de survivre mais de vivre, l’apparition des loisirs de masse, le rattrapage des PVD, la primauté du politique,… Bref, on a travaillé à s’éloigner de la barbarie.

      Depuis la chute du mur, faut avouer qu’assez paradoxalement les choses régressent sur bien des plans. En Europe et au moyen-orient en tout cas (le reste du monde semble continuer à progresser). Mais les hommes ont amplement les moyens de résoudre cette crise. Crier « Crève monde de merde » n’en est pas un.

      J'aime

    •  » Crève, monde de merde » pour que ce monde aille mieux, si vous commenciez vous même par une apologie de la compréhension, de la construction et de la tolérance, plutôt qu’une apologie de la mort… de ce avec quoi vous n’êtes pas d’accord!

      J'aime

  22. Marcel je m’étais fendu d’un texte sur mon point de vue bien sûr plus pertinent que celui d’autre et je ne le retrouve pas dans votre blog, j’espère qu’il s’agit juste d’un défaut technique

    J'aime

  23. http://www.lepoint.fr/medias/quand-guy-bedos-n-etait-pas-charlie-10-01-2015-1895443_260.php

    Ca vit longtemps quand même, un bien-pensant…

    Plus longtemps qu’Ahmed, le gars qui voulait flinguer les deux incompris en souffrance…

    J'aime

  24. Quelque chose m’échappe, Monsieur Sel, des caricaturistes viennent de mourir pour des représentations jugées interdite par une religion. Il serait blasphématoire de représenter Mahomet ? Pourtant, je retrouve dans un livre édité en 1970 par Time Life, L’ aube de l’Islam, de la page 21 à la page 29, près d’une vingtaine de représentation du sieur Mahomet, de la naissance au décès, avec, toutefois, le visage voilé. Alors, où se trouve le problème?
    Deuxième point à éclaircir, les marches à travers le Monde seraient historiques mais j’ai bien l’impression que nous occidentaux sommes de nouveau trompés par nos politiques. Lorsqu’on parle de liberté de la presse dans le respect de l’autre et dans la tolérance, cela se traduit en fait par AUTOCENSURE; les tueurs ont donc gagné !

    J'aime

  25. ils auraient été probablement les premiers à en rire … mais ce rire là, je ne l’entendrai pas … pour cause de mort …
    pourtant les champs de blé quand la saison viendra me rappelleront combien le rire est bon !
    amitié .

    J'aime

  26. Merci d’épeler CRIF à la première occurence.

    J'aime

  27. Hé bin les arbitres des élégances sont de sortie… Le CRIF, Zemmour et son museau pointu… On en attendait certes pas moins des tartuffes bienpensantes – et sel n’est pas le plus salé, lire les hilarants Plenel et Joffrin.

    On a même eu droit aux larmes de crocodile de rokaya diallo, cette harpie communautariste qui conchiait les caricatures.

    L’aveuglement de cette frange d’agitateurs est coupable. Les gens comme vous, Sel, êtes coupables. D’aveuglement, d’angélisme.

    De cette horreur sortira du bon. On arrêtera progressivement d’ergoter sur l’intégration et l’on en reviendra à l’assimilation. Enfin.

    J'aime

  28. « Bien sûr, il est insupportable de constater que la communauté juive, en Europe, est obligée de se barricader de l’école au centre culturel en passant, maintenant, par la simple épicerie. »

    De plus, elle ne peut afficher le moindre signe externe de son appartenance religieuse sous peine de violences verbales ou physiques. Et ceci alors que la communauté dont certains membres sont responsable de cet ostracisme immonde adoptent une attitude victimaire dès que l’on conteste le port du voile (intégral ou non).

    Je veux voir les musulmans se lever afin de défendre le droit des belges (de religion juive) de foutre une satanée kippa sur leur tête à Schaerbeek ou à St Josse en toute quiétude. Sans peur d’agression ou d’amalgame facile Et lorsque cela arrivera je serais en paix avec cette communauté. Mais j’ai bien peur que c’est pas demain la veille.

    J'aime

    • Faut pas exagérer non plus. L’antisémitisme est ancien en Europe et est en ré-augmentation ces dernières années d’après les rapports de l’UE. Si certains juifs, comme certains musulmans d’ailleurs, évitent effectivement par peur d’afficher des des signes distinctifs, il suffit de voir la minorité ultra-orthodoxe se balader à Anvers ou à Bruxelles pour comprendre que votre propos globalisant est très exagéré.

      Votre commentaire sur le voile, contestant implicitement son port, est paradoxal avec votre premier propos. Rappelons que selon les mêmes rapports de l’UE, la communauté qui est de loin le plus victime de violences et discriminations religieuses en Belgique est la communauté musulmane.

      Par ailleurs, ce que vous voulez voir ne regarde que vous. Les musulmans ne sont pas plus tenus en tant que musulmans de défendre les droits de juifs que l’inverse. La défense des droits des minorités est l’affaire de tous, et au premier chef de la majorité dominante. La guerre communautaire que vous proclamez mener semble vous en disqualifier.

      J'aime

    • si si ya qu’à…
      main dans la main les grands mufti et rabin belges n’ont qu’à se désolidariser, l’un des tueurs de parisien et l’autre des tueurs de gazaouis
      et ainsi de tous les peuples de la gaule les belges seront les plus multiculturels

      merci j.c.

      J'aime

  29. Pourquoi ces terroristes sont chaque fois des musulmans? Comme l’a dit Martine Le Pen, il y a un problème ideologique avec cette religion puisque les autres religions ne produisent pas des terroristes.

    J'aime

    • Tous les terroristes ne sont pas musulmans.

      J'aime

      • non, mais la majorité le sont. C’est comme ça, et se cacher derrière son petit doigt ne résoudra rien.

        J'aime

      • Du choc des idées…

        (Désolé, ce lien ne me paraît pas sûr, je préfère que vous postiez des liens plus mainstream. Drôle de site, d’ailleurs, même si tout n’est pas faux)

        J'aime

      • Tous les musulmans ne meurent pas du terrorisme mais un grand nombre en sont frappés dans leur esprit et souvent aussi, hélas pour cette « majorité bienveillante et paisible », dans leur chair. Les premières victimes de l’islam voyou se trouvent dans cette majorité qui doit maintenant faire la critique de ses textes sacrés et en faire une exégèse en conformité avec les principes démocratiques qui fondent nos sociétés occidentales.

        J'aime

    • « puisque les autres religions ne produisent pas des terroristes. »… et votre conclusion me semble un peu hâtive.

      Je dirais que « les autres religions » ont des autorités qui s’adaptent à la multiculturalité du monde actuel et à la fin du « chacun vit dans son chez soi »…enfin, dans SA communauté S’adaptent parfois difficilement, certes.
      Mais je crois que la question n’est PAS la religion, qui n’est jamais que ce que les hommes en font. Mais plutôt la démocratie et la liberté d’expression.

      Je m’explique.

      Si caricaturer en critiquant un chef d’État est passible de prison, ou pis, de mort, il y a de fortes chances qu’une caricature du prophète ne passera pas mieux! Le tout est donc de « formater » les moutons pour lesquels « on » nous prend, et de définir des « limites » (blasphème, injures….) qui rendent, in fine, la dictature (au moins intellectuelle) fréquentable, même mieux, la transforme en nirvana.

      Pis, dans beaucoup (la majorité?) de pays, cette dictature intellectuelle est même considérée comme la « norme ».

      On ne critique pas le pater familias. Et surtout, on ne le ridiculise pas!!!

      Pauvre Manneken-Pis!! Il a bien du mal à faire accepter la philosophie qu’il sous-tend! Hum!
      Heureusement, il reste petit et discret, lui! lol ou plutôt, comme on dit à Bruxelles: « Lach mo ne ki » ~~~~~~~~~~

      J'aime

  30. En tout cas tuer des gens fanatiquement pour défendre sa religion n’est pas supportable.
    Je me demande pourquoi cette religion produit des terroristes fanatiques, ce qui n’est pas le cas pour les autres religions.
    Quant à s’attaquer à des juifs chez nous n’est pas justifiable par ce qui se passe au Moyen-Orient.
    C’est là-bas qu’il y a un problème entre Israël et la Palestine et l’importer chez nous ne servira pas la cause palestinienne. Au contraire on voit que MR Netanyaou se sent plus fort encore dans sa politique de colonisation. Il vient nous narguer en invitant les juifs européens à émigrer en Israël. Pourtant nous protégeons plus encore les juifs que les autres en mettant des policiers devant les écoles, les synagogues et l’ambassade d’Israël.
    Nous devrons dialoguer plus activement avec les musulmans pour comprendre pourquoi leur religion produit particulièrement des terroristes. Il y a un problème non résolu parce qu’on ne s’y est pas suffisamment intéressé jusqu’ici.

    J'aime

    • Pour rappel, il y a des Juifs, des bouddhistes, des hindouistes et des chretiens qui tuent pour la religion.

      J'aime

      • Ouais, mais y en n’a nin bramin, sais-tu, mi p’ti fi?

        J'aime

      • Des boudhistes qui tuent pour la religion ? Vraiment ? Où ?

        J'aime

      • Oui, et juste avant de tirer ou d’exploser ils crient: « Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, Amen!!! »

        J'aime

      • Et des laÏcs qui ont tué au nom de la laïcité ! Ainsi le tableau, du moins, sera complet. Merci de compléter, cher Marcel.

        J'aime

        • « des laÏcs [sic] qui ont tué au nom de la laïcité »
          « des laÏcs [sic] qui ont tué au nom de la laïcité »
          « des laÏcs [sic] qui ont tué au nom de la laïcité »
          « des laÏcs [sic] qui ont tué au nom de la laïcité »
          « des laÏcs [sic] qui ont tué au nom de la laïcité »

          TOURN’ VOUS TOUCHEZ LE FOND !

          « Pour rappel, il y a des [connards qui se prennent pour] Juifs, des bouddhistes, des hindouistes et des chretiens qui tuent pour la religion. »

          sorry marcel NaCl pour la précision laïque nécessaire

          (jambon à verviers pourquoi on voit pas plus jambon dans cette construction d’une glorieuse victoire contre un méchant jihad … comme bdw son maître on ne doit pas le voir derrière le faisan fonction)

          J'aime

      • Si je vous comprends bien, le terrorisme est universel et il y a aussi des terroristes athées ou « laïcs » qui ne se revendiquent pas d’une religion. Qu’est ce que le terrorisme? Une action de guerre menée par des « civils »?Dans ce cas, les civils qui passent à l’acte sont autmatiquement des terroristes pour l’autre camp. Il n’y a que les gens en uniforme qui ne sont pas qualifiés de terroristes. Mais de nos jours tous sont donc enrôlés, civils autant que militaires, et cette notion de terroristes n’a plus de sens. Il n’y a plus qu’un espoir d’en sortir, c’est la non violence prêchée par Ghandi.

        J'aime

      • La non- violence exprime le respect de son prochain et pas que de son intégrité physique. Les paroles et les écrits peuvent aussi être violents si plas plus. Et là la plupart d’entre nous pourraient en tirer un enseignement, à commencer par moi-même, je le confesse.

        J'aime

        • la non-violence est une stratégie parmi d’autres plutôt qu’un prêche,..
          ça nécessite des types capables de sortir du système honneur/vengeance…
          gandhi a eu en plus de la légitimité de la cause, l’éducation de la négociation (l’objectif,l’intérêt, la joue gauche etc…) et surtout l’opportunité du nombre humain dans un empire dont l’armée, empétrée en palestine par les résistants arabes indigènes et les terroristes sionistes colonisateurs, n’avait plus les moyens de conserver la domination mondiale…

          J'aime

      • http://www.huffpostmaghreb.com/abdennour-bidar/lettre-ouverte-au-monde-m_1_b_6443610.html

        Bonjour Marcel, vous avez sans doute vu ce texte, qui circule pas mal sur le web. Il s’agit d’une lettre ouverte d’un musulman et philosophe aux musuylmans en général et qui pose de difficiles questions sur les raisons qui font que l’islam produisent tant d’extrémisme. Qu’en pensez-vous?

        J'aime

        • Je pense qu’il est toujours sain qu’une société ou une communauté s’interroge en interne (comme les critiques virulentes de Wallons envers la Wallonie sont saine) mais qu’il peut être très malsain de le faire de l’extérieur (comme des flamingants s’emparent de critiques internes wallonnes pour « démontrer » que la Wallonie est sous-développée, ou comme des islamophobes s’emparent d’un débat interne dans l’Islam pour « démontrer » que celui-ci a un lien « naturel » avec le terrorisme) À lire pour comprendre les débats internes à l’islam, c’est alors de l’érudition, mais pas pour chercher des arguments islamophobes, c’est alors de la manipulation.

          J'aime

  31. Bonjour Monsieur Sel, vous faisant confiance, je vous avais récemment posé une question relative à la réalité ou non d’une interdiction de représenter ( du moins pour les croyants musulmans) le prophète Mahomet. Eureka ! Vous trouverez, comme moi, la réponse dans le journal « Le Soir » de ce 14 janvier 2015 en pages 10/11. Bonne journée!
    nb: il n’existerait aucune interdiction dans les textes et d’ailleurs les chiites ne s’opposent à aucune forme artistique contrairement aux sunnites.
    (n’oubliez pas d’effacer cette remarque au plus vite svp )

    J'aime

  32. Marcel,
    Que pensez-vous de ceci ? : http://www.article11.info/?Charlie-Hebdo-pas-raciste-Si-vous
    J’ai personnellement trouvé ce texte (écrit en décembre 2013) très interpelant.

    J'aime

  33. Jacques-Alain Miller : l’amour de la police
    Le Point – Publié le 13/01/2015 à 11:37 – Modifié le 13/01/2015 à 11:58

    Après les attentats, la population est prise d’un véritable coup de foudre pour les forces de l’ordre. De cet amour sans exemple que faut-il penser ?

    J'aime

  34. Nous sommes en guerre contre l infinie détresse ,contre l infinie haine,contre l infinie injustice de l infini,cette tristesse infinie est tel un tableau rides par les âges,par les injustices,par des enfants purs sacrifiés au nom des Dieux .
    Je ne suis pas Charlie ,j aimais ces hommes de mon époque des soixantuitars qui n’ont pas voulu vieillir avec cette époque de dingues qui les rendaient immortels,ils seront morts pour nous faire comprendre que nous vivons dans un nouveau monde.
    C est tout .bien respectueusement.

    J'aime

  35. Joli texte, Marcel et Rodenbach, mais rappelez-vous que les Nazis aussi avaient de l’humour, ils se moquaient de leurs victimes pour mieux les humilier avant de les assassiner. Leur haine était une haine de types sûrs d’eux-mêmes, persuadés de faire partie de la « race des seigneurs ». Tandis qu’ici cette haine de l’humour provient d’un très ancien sentiment d’humiliation et d’un complexe d’infériorité que nourrit le monde musulman depuis plus d’un siècle envers des pays qui ont longtemps dominé le monde et ont imposé leur mode de vie à la planète. Je conseille à tout un chacun de revoir le film de Mathieu Kassowitz, la Haine, vieux de 20 ans, pour remonter aux sources du problème. Les artistes ont parfois des visions prémonitoires.

    J'aime

    • franchement Bernard voir « l’islam des seigneurs » dans un film qui parle tout simplement de la haine qu’on peut avoir contre les connards qui « organisent » les transports en commun…

      ratez le dernier bus (ou rer, hahaha!) pour rentrer dans le « rand » de la « grande ville » vous ignorez manifestement de quoi il s’agit

      J'aime

    • Monsieur Bernard,

      Sans m’occuper de l’ancien empire britannique, pourquoi la France a-t-elle débarqué en Algérie au 19e siècle ? Simplement pour mettre fin à la piraterie en Méditerranée, sans oublier qu’il a fallu aussi, grâce à la marine britannique, faire cesser la piraterie turque à la même époque.
      S’agissait-il déjà à cette époque de haine à notre égard, affreux colonialistes que nous sommes, ou de tradition quasi millénaire de razzias sur les rivages européens de la côte méditerranéenne ( ce mot n’est pas français à l’origine), de traite d’esclaves européens (H &F) et j’en passe.
      Sans les marines de guerre britannique et française la circulation et la vie économique n’auraient jamais pu se développer harmonieusement en ce lieu du globe.
      Je ne disconvient pas que le siècle de colonisation (19e au 20e) du continent africain par les européens créa un traumatisme au sein des populations locales mais pensez-vous que les siècles de colonisation turque sur tout le Moyen-Orient, l’Egypte et l’Europe jusqu’à Vienne sans oublier les Balkans, ne laissa que d’heureux souvenirs ?
      N’oublier pas que les européens furent, à juste titre, chassés du continent africain mais où en sont – ils maintenant tous ces libérés ? Ils sont chez nous parce qu’ils auraient mieux fait, comme Mandela eut la sagesse de le conseiller à ses concitoyens d’Afrique du Sud, de garder les entrepreneurs, les ingénieurs et les agriculteurs européens qui avaient en un siècle haussé tous ces pays de l’Antiquité aux temps contemporains !

      J'aime

  36. Belgique:

    on raye des noms dans la liste des djihadistes.

    (Du coup les indicateurs ont moins de travail.)

    Jambon dans son élément.
    Charles radieux.

    J'aime

    • pourquoi on voit pas plus jambon dans cette construction d’une glorieuse victoire contre un méchant jihad …
      comme bdw son maître on ne doit voir que lui derrière le faisant fonction :
      je suis charlie l’irradié

      J'aime

      • … qui attends sa bûche de noël

        J'aime

      • @Salade

        « on raye des noms dans la liste des djihadistes »

        était fatigué hier, trop de cirque tue le cirque, mais mon dix centimes d’€ tombe aujourd’hui, vous avez malheureusement probablement raison, c’est le moment idéal pour buter toutes les têtes qui dérangent… pour les écoutes, pour l’ abl dans les rues, les vb-er de l’ n-va doivent jouir
        et le premier faisan fonction rayonne de fonctionnement

        J'aime

  37. Mon cher Pfff,

    La psycho-rigidité de Marcel Sel me rend fou. Mais je dois lui laisser qu’il publie même mes messages insultants. Je suppose que ce garçon a un bon fond. Un peu maso, même, carrément. Je ne sais pas. Il a un côté non-violent contre lequel je ne peux apparemment rien. Il doit fumer des trucs relaxant et écouter du folk, alors que perso je serais plutôt speed et j’écouterais, disons, de la trance (ou Kasabian, rien à voir, mais c’est bien Kasabian). J’espérais le faire exploser, notre Marcel Sel : rien. Je ne comprends même pas.

    Bref. Je vais répondre à l’une ou l’autre question que vous posiez, Pfff.

    A supposer que l’on puisse encore ici parler de Dieudonné, le célèbre monstre multi-branches hitlérien. Entre autres choses.

    Donc, non, sur votre question : Dieudonné ne s’est pas converti à l’islam, comme vous le demandiez. Dieudonné est catholique, un catholique dévoyé. Comme moi.

    Les catholiques dévoyés, il faut le savoir, ont un sens du beau et du juste mais un mépris total de l’ordre, de la hiérarchie, du clergé et des clichés. Ils sont avides de vérité, idéalistes et un peu naïfs (quoique leur côté plus crétin leur passe peu ou prou avec l’âge), c’est leur côté boy-scouts. En fait, ce sont de vieux ados, gentils, parfois sanguins, en gros, mis tous ensemble : une foule sentimentale qui a soif d’idéal, ce genre de bêtises. Ils sont sortis du « Dieu Père Noël » caricaturé par la gauche et voient l’enseignement. Donc.

    On y revient plus bas.

    Autre question que vous posiez, suite à mes raccourcis sur ce blog de notre impréhensible hôte : comment combiner « Je suis Zemmour » et « Je suis Dieudonné ».

    Eh bien, il faut savoir que je n’ai absolument aucune difficulté au grand écart intellectuel que vous estimez : pour moi, tout est bon tant que cela ruine le train-train confortable de nos penseurs de salon décernant leurs bons points, tantôt ici, tantôt là. Mais enfin, en général, plutôt (le chien de Mickey, je vous le rappelle) là.

    Mais ce n’est pas que de la provoc.

    Il y a actuellement à mon sens un bétonnage total de la pensée qui empêche que l’on remette en cause tel ou tel principe que d’aucuns veulent nous faire considérer comme absolument acquis, une norme à laquelle on ne peut plus déroger.

    Ceux-là se présentent en gardiens de la morale et de la vérité figée et la suite ne peut plus partir que de leurs axiomes.

    Ce n’est sans doute pas vous, mon cher Pfff, que je dois convaincre que c’est un peu chauffant.

    Le problème est bien entendu que déroger à leurs valeurs est désormais systématiquement considéré comme hérétique.

    Accessoirement, la plupart nient la religion, ou la tolère vaguement, essentiellement si elle est d’origine étrangère à nos contrées (tout le monde n’est pas bouffeur de curés ou d’imams, comme chez Charlie-Hebdo), sans se rendre compte qu’ils en ont créé une nouvelle, pire sans doute car laïque et donc à leurs yeux non suspecte d’avoir été influencée par des superstitions diverses et autres traditions « à la con ».

    Nos modernistes ont donc une science qui doit beaucoup à 68, célèbre année du big bang.
    Comme moi dans mes jeunes années, je l’avoue franchement.

    Néanmoins, nonobstant et toutefois (je mets un petit gag de temps à autre, sinon c’est chiant, et de toute façon, je sens bien que personne ne me lit déjà plus, mais, comme disait l’autre, c’est encore plus beau quand c’est désespéré), cette nouvelle religion laïque a ses limites.

    Des limites graves qui touchent, bien entendu, à la liberté d’expression. La vraie.

    Ainsi, selon leurs critères, on fera caca sur Mahomet à ce titre. Ou on dessinera le prophète, donc, en train d’enculer une chèvre. La liberté d’expression. Selon eux, ça n’incite pas à la haine.

    Moi, je dis : pourquoi pas. Je m’en fiche complètement.

    Dernièrement (une petite anecdote pour relancer l’intérêt), je conversais avec un musulman sur YouTube, le gars me dit : « C’est comme si on te disait que ta mère est une pute » car je m’étonnais de sa réaction terriblement enflammée à une connerie où un gros malin s’était encore senti obligé d’insulter Allah, Mahomet ou je sais pas tout quoi. Je lui réponds : « Je sais que ma mère est pas une pute, je peux t’assurer que je la connais bien, si tu dis ça, je considérerai simplement que t’es agressif et grossier, c’est la seule conclusion, ça change rien à quoi que ce soit ».

    Mais que Zemmour (et attention, y’a le nouveau Obertone qui sort…) la ramène, alors là non. Halte à tout ! Blasphème ! Je ne dis pas que Zemmour a raison sur quoi que ce soit. Je dis : qu’il parle. Ca change rien non plus à quoi que ce soit. Démolissez ses arguments, prouvez ses erreurs factuelles, mais le côté semeur de haine ou tête de fouine, franchement, où on est ?

    Mais c’est pas l’avis de nos zélateurs de la bonne morale qui, éventuellement avalisent les conneries de Charlie-Hebdo, mais se lèvent soudain d’un seul bond pour défendre leurs DOGMES à eux. A besoin, à coups d’anathèmes.

    De la même façon, on remarquera l’hypocrisie ultime de l’état français qui défilait en rangs serrés à la manif « Je suis Charlie » au nom de la liberté d’expression (en compagnie, soit dit en passant, de quelques beaux cas façon Bongo, un truc parce que je me rappelle pas du nom du Turc, ou Netanyahu) et qui, deux jours plus tard, fait mettre Dieudonné en garde à vue.

    Pourquoi ? Avait-il encore fait une blague grinçante sur les juifs ? Comme il en fait dans ses spectacles, que j’ai tous vus, sur les musulmans et les catholiques, tout le monde y passe.

    Non ! Revenu de la manif à laquelle il avait participé, il avait tweeté « Ce soir, au retour de la manif, je me sens Charlie Coulibaly ».

    Apologie du terrorisme. Sic. Apparemment immédiatement avalisé par Marcel Sel. Ben ouais.

    Le gars disait quoi ? Il mettait en parallèle la liberté d’expression (donc, Charlie, hum) et le fait qu’il était lui-même considéré depuis des années par les autorités françaises comme l’ennemi public numéro un – cfr différents discours ou déclarations de Valls à ce sujet, avec carrément ce phénoménal « l’avant-garde de la France » à l’occasion et tout le tuttim – (donc, ennemi public numéro un, Coulibaly).

    Voilà, t’as le truc.

    Si Marcel Sel publie, tu l’auras lu ici, pas ailleurs, mon cher Pfff.
    C’est pas les médias mainstream qui vont faire dans le détail, le mec c’est définitivement Hitler Coulibaly, y’a plus à revenir là-dessus. D’ailleurs, Marc Ladreit de Lacharrière te le confirme.

    Je m’arrête ici, mais il y aurait encore tant à dire sur la dictature de la connerie et la manipulation des masses. Y’a qu’à voir tous ces gens qui ont acheté Charlie-Hebdo cette semaine, confondant la liberté d’expression et un vieux canard débile. Their way or the highway !

    #JeSuisDieudonne

    J'aime

  38. Est-ce que les gens savent comment commencent les milices?

    J'aime

Commentez. (Les commentaires sont modérés et n'apparaîtront pas immédiatement !)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :