L’exécution d’Hervé Gourdel et de Samira Saleh, ou comment nos réflexes profitent à l’EI

Capture d’écran 2014-09-25 à 13.31.23

Samira Saleh al-Naimi, militante des Droits de l’Homme exécutée le 22 septembre à Mossoul. Et totalement absente de la presse francophone.

Hervé Gourdel est mort assassiné par des fanatiques qui se réclament de Dieu (Al-Lah en arabe) et du « soi-disant État islamique », comme je l’ai lu ce matin sur un site anglophone (so-called islamic state). Une définition qui convient mieux, reconnaissons-le, que toutes les autres (pour rappel, Daesh signifie bêtement État islamique en Iraq et au Levant.) Le débat fait rage en France pour savoir quel mot utiliser pour désigner ce nouvel ennemi de la paix. Daesh, Isis, EIIL, EI, L’Organisation, etc. Pourtant, au temps où notre grand Satan était le soviétisme, on n’a jamais proposé d’écrire la soi-disant République démocratique d’Allemagne. Devons-nous perdre du temps à ergoter sur le nom à donner à l’État islamique sachant qu’il n’est ni État, ni islamique ? Je n’ai pas la réponse, mais cette question montre à quel point cette organisation a réussi à semer le trouble en Occident.

Le simple fait qu’on discute de la manière de nommer l’Organisation État islamique est une victoire de celle-ci.

Car on ne discute pas, en général, de la pertinence des acronymes. Du statut libératoire (ou non) du « Front de libération national corse », ni de sa qualité de « Canal historique ». On ne se demande pas s’il faut écrire Front de pseudolibération pseudonationale corse. Ni canal soi-disant historique. On ne s’interroge même pas sur le nom des Jeunes Turcs, qui n’étaient ni particulièrement jeunes, ni représentatifs des Turcs, qui ont planifié et organisé le génocide arménien. Aujourd’hui encore, on n’écrit pas « les soi-disant Jeunes prétendument turcs étaient des génocidaires ». Ça aiderait pourtant les Turcs à ne plus se sentir visés quand on évoque les méfaits de ce parti dont le nom officiel était Comité Union et Progrès. Pseudo-union, et soi-disant progrès. L’Organisation État islamique (OEI) a déjà obtenu que nous nous bisbillions sur le nom à lui donner ou à lui reconnaître. Mais ce n’est qu’un début de la description du marasme.

Hervé Gourdel était un paisible Français, amical, apprécié. Il était parti faire un trekking en Algérie. Il fut enlevé. On l’exhiba, vivant encore. On prétendit que c’était pour tenter d’empêcher la France de s’en prendre à l’Organisation État islamique. À peine deux jours plus tard, on mit son exécution en scène. Un peu comme si, en deux jours, un otage français menacé de mort pouvait empêcher une intervention de la République française en Irak.

James Foley était un paisible américain, amical, apprécié. Steven Sodloff était amical, apprécié. David Haines, le Britannique assassiné de la même façon, était amical et apprécié. Dans tous ces cas, le débat a porté sur le fait de montrer ou non les images de l’exécution. Nous avons le luxe de nous poser la question. L’OEI compte là-dessus.

Dès l’annonce de l’assassinat d’Hervé Gourdel, les médias et les politiciens sont partis en vrille.

Nous avons le luxe de propager l’idée qu’il faut montrer des photos de ces innocents de leur vivant, quand ils étaient encore maîtres de leurs destins, des photos qui les mettent en valeur. Les enfants de Gaza, les martyrs de Syrie, les yézidis et les chrétiens aux têtes coupées ne l’ont pas. On montre les têtes coupées. On montre les cadavres. On montre les femmes en larmes, incapables de parler, on montrerait, si on le pouvait, les fillettes battues par les nazislamistes. Cette inégalité de traitement joue en faveur de l’OEI.

Dès l’annonce de l’assassinat d’Hervé Gourdel, les médias français sont partis en vrille, et les politiciens ont suivi. Une fois encore, ceux qui ont attendu qu’on tue un Français face caméra pour crier à l’ignominie, à la barbarie, sont très en retard. Des milliers d’Irakiens ont subi un sort similaire. Des centaines, sinon des milliers de femmes et de jeunes filles sont enlevées, séquestrées, violées aujourd’hui même par les lâches soudards de l’OEI. S’appuyant sur une phrase d’un hadith qui affirme qu’une des femmes du Prophète avait neuf ans lorsqu’il l’a épousée (une affirmation qu’il faut remettre dans un contexte historique et symbolique), les immondices humaines qui constituent cette soi-disant armée considèrent qu’ils sont en droit de violer aussi des petites filles. Les résistantes sont quelquefois, tout comme Hervé Gourdel, assassinées.

800.000 hits Google pour « yézidi », 2.800.000 pour Hervé Gourdel.

Mais cela ne fait pas la une des journaux, télévisés ou non. Et les ministres français ou belges n’en parlent pas des masses. Comment interpréter le fait que le Ministère des Affaires étrangères publie un communiqué à chaque otage occidental « exécuté », et aucun lorsqu’on apprend, par exemple, l’exécution d’une centaine d’otages irakiens ? Aucun lorsqu’on découvre le témoignage d’une jeune fille de quatorze ans qui a réussi à échapper aux griffes violeuses d’un ponte de l’OEI et raconte l’horreur totale qu’elle a vécue. Non, ils ne l’ont pas tuée, mais elle explique qu’elle voulait se tuer elle-même. Et ils ont tué son frère, sans raison, comme ça.

Le mot yézidi retourne 812.000 résultats Google pour quelques milliers de morts. Le nom Hervé Gourdel en retourne 2.800.000. L’OEI jubile.

Mon opinion est que les assassins d’Hervé Gourdel n’ont jamais imaginé que leur acte pouvait avoir le moindre effet sur la politique française d’intervention en Irak. J’éviterais de leur prêter une telle bêtise. Ben Laden nous a montré qu’il savait pertinemment comment atteindre même l’État le plus puissant du monde, comment le blesser dans sa chair, comment l’effrayer, comment lui donner un nouveau Satan contre lequel unir sa population : en abattant ce qui en faisait la fierté même, les Twin Towers, en tuant 3.000 civils dans un pays qui a déjà du mal à accepter même que des militaires soient tués dans ses guerres et privilégie l’usage d’avions et de drones, mortels pour les civils d’en face qui ne sont plus que des casualties.

Les « jihadistes » ont très bien compris comment tirer profit de nos réflexes occidentaux.

Ben Laden a tiré profit de la différence fondamentale du niveau perçu de droit à la vie, au confort, à la liberté entre l’Occident et l’Orient actuel, en utilisant des armes des plus banales — des couteaux — et un mode de transport populaire et banal aux USA, l’avion de ligne. Ce faisant, Ben Laden espérait lancer une guerre religieuse. Georges W. Bush s’est surpassé, il a été porter cette guerre en Irak, qui n’avait rien à voir avec le schmilblick. Oussama rit dans sa tombe (ou plutôt au fond de la mer) : l’Occident a largement dépassé ses espérances. Le territoire revendiqué aujourd’hui par l’OEI dépasse celui du Royaume uni, même s’il est plutôt désertique. Le talibanisme afghan était du travail d’amateur, une préparation. Qui plus est, un nombre non négligeable de ces néojihadistes qui tuent, décapitent, violent, viennent directement d’Europe. Certains ne sont même pas nés musulmans ! Ils sont susceptibles à leur tour de rentrer en Occident pour jouer les Mohammed Merah ou les Mehdi Nemmouche. Ou ces deux égorgeurs anglais qui s’en prirent un jour à un paisible passant. Un seul. Et ça suffit pour semer la terreur dans nos populations. Et semer la discorde. Ce n’est plus un attentat massif que nous craignons aujourd’hui, mais un acte isolé, ciblé. Et le venin de la peur s’insinue dans nos populations. Suffisamment pour que certains exigent des musulmans qu’ils s’offusquent ouvertement de cet État islamique avec lequel ils n’ont absolument rien à voir.

Je n’ai pas vu un seul Français dans la rue lorsque la France a laissé les Interahamwe rwandais massacrer un petit million de Tutsis et de Hutus trop peu xénophobes à leur goût. Pas un. Et pas un Belge quand notre gouvernement a ordonné à ses paras d’abandonner 2.000 Rwandais qui étaient sous leur protection à l’Institut Don Bosco, aux machettes des génocidaires. Pas un. Pourtant, il y a des victimes du génocide rwandais chez nous, et à l’époque déjà, il y avait des familles de ces victimes. Mais nous ne nous sentions pas concernés. Pourtant, ce n’était pas un État à 4000 km de chez nous qui était en cause. C’était le notre. Le gouvernement que nous avions élu.

En assassinant un Occidental à la fois, l’OEI sait très bien ce qu’elle fait.


En assassinant un Occidental à la fois, l’OEI sait que le requiem sera massif sur nos chaînes d’information. Il sait qu’on l’isolera des milliers d’autres victimes de sa barbarie. Il sait que ce faisant, on se détachera petit à petit du monde musulman, y compris de notre petit monde musulman, celui de nos concitoyens qui ont choisi l’islam pour religion et ne comprennent même pas qu’on puisse les associer à cette bande de tarés qui officie, là-bas, loin, et prend grand soin, de temps en temps, de tuer « l’un des nôtres ». Et ce n’est jamais un musulman, jamais un Arabe, toujours un blanc, de préférence un peu chrétien. En creusant le fossé entre concitoyens occidentaux, l’OEI obtient tout ce qu’elle désire : une inégalité de traitement médiatique, une stigmatisation des musulmans d’Europe, notre aide précieuse à la création de nouvelles vocations jihadistes dans nos pays, la croissance logarithmique de l’insécurité ressentie ici (inversement proportionnelle au danger réel : on risque plus à rouler en voiture qu’à fréquenter des lieux potentiellement ciblés), une intervention perçue comme américaine et présentée comme croisée en terre d’Islam. Le PowerPoint de l’OEI se gave de nos réactions.

La première chose à comprendre, c’est qu’on ne peut combattre l’islamisme qu’avec les musulmans. Coude à coude. Main dans la main. Les stigmatiser revient à alimenter la bête immonde.

Samira, exécutée par l’OEI. Une militante, une résistante, oubliée totalement par nos médias.

Bien sûr, il faut s’offusquer de l’assassinat d’Occidentaux par les nazislamistes. Bien sûr, il faut informer la population, s’émouvoir. Bien sûr, les politiciens peuvent en toucher un mot. Mais ce matin, c’était Gourdel partout et rien que lui et un concours de déclarations fracassantes à gauche comme à droite. Rien d’étonnant : le soi-disant État islamique a très bien compris comment nous faire perdre notre self-control : en décapitant. Ça, ça nous impressionne. Entretemps, la presse a totalement passé sous silence une autre exécution orchestrée par l’OEI : celle de Samira Saleh Al-Naimi à Mossul (ah, ben tiens, c’est dans cet article que j’ai trouvé so-called islamic state). Samira était avocate et militante des droits de l’Homme, à Mosoul. Selon le Centre pour les Droits humains du Golfe Persique (Gulf Center for Human Rights), elle avait osé traiter de « barbaries » les dégâts commis par l’Organisation État islamique dans la ville. Elle a été capturée la semaine passée par les soudards du régime et exécutée par balle le 22 septembre, sur une place publique. Samira était une résistante, une pacifiste. Comme Foley, comme Gourdel, Samira était amicale, appréciée. Son nom sur Google donne seulement 50.000 hits, et aucun article en français. Je ne peux pas m’imaginer une seconde qu’elle fût moins importante qu’Hervé Gourdel, que son exécution ait moins de valeur journalistique, que sa mort fût moins injuste ou moins brutale, qu’elle a moins souffert.

Bien sûr, il faut parler de ce paisible randonneur et de son sort aussi horrible qu’absurde, s’offusquer, se révolter. Bien sûr. Mais il y a lui, et des milliers d’yézidis et de chrétiens, de musulmans chiites et sunnites, et ces fillettes qu’on viole au nom de Dieu, et ces militant-e-s pacifistes qu’on tue pour un oui, pour un nom. Tous, ils étaient au mauvais endroit, au mauvais moment.

Pour cesser d’alimenter la haine et la dissension que le Salafist State réussit déjà brillamment à optimiser entre citoyens de l’Occident, il va peut-être falloir qu’on se mette à réfléchir, plutôt qu’à réagir — de bonne foi, certes, mais aveuglément. Dans cette guerre — qui oppose une bande de blasphémateurs assassins qui a pris le nom de Dieu en otage, et les gens de bien de toute confession, de toute philosophie — nos réflexes sont devenus des armes que les barbares pointent vers nous, le sourire du malin aux lèvres. Évitons d’en toucher la gâchette.



Catégories :Monde

Tags:, , , , , , , , , , , ,

133 réponses

  1. « un hadith qui affirme qu’une des femmes du Prophète avait neuf ans lorsqu’il l’a épousée (une affirmation qu’il faut remettre dans un contexte historique et symbolique) »

    Que c’est beau cette mansuétude à l’égard de la religion. Je me demande si on fera preuve d’autant de compréhension pour la mienne.

    Ah, non.

    Je sais très bien.

    « Devons-nous perdre du temps à ergoter sur le nom à donner à l’État islamique sachant qu’il n’est ni État, ni islamique ? »

    « ni État »

    Comme a du le rappeler Angela Merkel la semaine passée à des gu-gusses, appelés « Charia police », qui patrouillaient à Wuppertal (Allemagne) pour rétablir les bonnes mœurs dans l’Occident pourri : l’État a le monopole de la force publique.

    Donc, bonne définition. Si ce n’est pas (encore) la réalité, il s’agit bien du but recherché: l’État, la force, la violence, publique.

    « ni islamique  »

    Juste après les attentats du 11/09, ou du 9/11, Salman Rushdie a déclaré lors d’une interview, anticipativement, combien les gens qui allaient se précipiter pour nous expliquer que « cela n’a rien à voir avec l’Islam » étaient éreintants.

    (Alors qu’ils n’hésitent pas une seconde à nous foutre la Shoah, ou leur propre misère sexuelle, sur le dos)

    Combien est éclairante la lâcheté de l’Occident envers Salman Rushdie !

    Je me rappelle comment, lorsque la fatwa fut lancée, immédiatement, de nombreux traducteurs, sans se concerter, se lancèrent dans une course-poursuite pour traduire les Versets Sataniques, au nom de la liberté d’expression.

    De nos jours, cela ne se passerait plus comme cela.

    Nous sommes devenus bien plus respectueus-e-s.

    « ou comment nos réflexes profitent à l’EI  »

    Au sens de ce que je viens d’écrire plus haut, on ne peut plus d’accord.

    « Ce n’est plus un attentat massif que nous craignons aujourd’hui, mais un acte isolé, ciblé. »

    Ou les deux : des attentats massifs et des actes pas si isolés que cela.

    J’ajouterais bien quelque chose de bien chrétien et de bien réconfortant là-dessus.

    Mais voilà : j’en ai pas envie.

    J'aime

    • Petit détail : les Versets sataniques ont été traduits en français par des belges*, entre autres. La traduction regroupe le travail de plusieurs équipes, tout cela s’est fait dans l’urgence, l’enthousiasme.

      *nous méritons donc mille fois la mort, sans aucun doute possible
      La justice de Mr Qu’il-a-de-grandes-dents, aussi nommé Ah-la-la, va donc s’abattre sur nos têtes de chiens d’infidèles*.
      *infidèles, parce que l’Islam, c’est la nature, le naturel, le galop, le trekking, les activités de groupe en plein air

      J'aime

      • Toujours à propos des Versets sataniques*, parce que c’est à ce moment-là que le test a commencé, et que l’Occident s’est brutalement, et massivement, et de façon imprévue, et très, très, progressivement -vingt ans-, renié.

        Est-ce qu’il viendrait à l’idée d’un catholique de rejeter les Fleurs du Mal, et singulièrement, Les litanies de Satan ?

        Baudelaire, au contraire, fait figure de très rare écrivain catholique qui tient le coup, face au déluge positiviste et dix-neuvièmiste (beurk).

        Et le Rimbaud d’une Saison en Enfer, des Proses évangéliques, qui émoustillait tellement Claudel ?

        « Jésus entra aussitôt après l’heure de midi. Personne ne lavait ni ne descendait de bêtes. La lumière dans la piscine était jaune comme les dernières feuilles des vignes. Le divin maître se tenait contre une colonne : il regardait les fils du Péché ; le démon tirait sa langue en leur langue ; et riait ou niait.

        Le Paralytique se leva, qui était resté couché sur le flanc. et ce fut d’un pas singulièrement assuré qu’ils le virent franchir la galerie et disparaître dans la ville, les Damnés. »

        *En comparaison, Rushdie écrit comme un pied, mais c’est une autre question (quoique …)

        J'aime

        • Je vous recommande le Nom de la Rose.

          J'aime

        • Merci. Si cela m’intéressait, ces enfantillages, il y a aussi Alexandre Dumas (avec les cardinaux diaboliques et tortueux, comme tous les macaronis), Zola (même soupe), Sand (même soupe), Dostoievski (le méchant Grand inquisiteur), Hugo (Frollo, Quasimodo), Voltaire (même soupe), Shakespeare (Shylock – ah, non, pas Shylock) et une bonne moitié du rayon BD de la FNAC.

          Que feraient les scénaristes de BD, sans les conspirations catholiques ? Ce n’est pas comme si on apprenait à lire à Saint-Luc, orientation scénariste, sous-option bande dessinée : grosse inflation chez les nullités absolues.

          J'aime

        • Et je dis cela, malgré la peine que je sens que vais causer chez Tournaisien !

          J'aime

        • beaudelaire, rimbaud, claudel et Pfff… seul Pfff pense « En comparaison, Rushdie écrit comme un pied » soyons de bon compte c’est le seul qui aurait avoir pu avoir la capacité de lire les quatre autres, mais s’il n’a pas lu rushdie, il n’a manifestement lu des 3 autres que les bribes réaménagées par les idéologues catholiques ce qui le reconforte et je m’en réjouis

          perso rushdie est je trouve le meilleur bien que ce soit le seul (avec Pfff) dont je n’ai pas lu les oeuvres complètes…

          J'aime

        • Je crois bien avoir lu et relu Baudelaire et Rimbaud. Claudel de toutes petites bribes. Rushdie, Le Dernier Soupir du Maure, cela suffit.

          J'aime

        • Pfff
          rimbaud c’est les meilleures bribes de claudel, vous avez probablement lu baudelaire de la tête au pied (pas sûr pour les pieds) mais de rushdie vous n’avez manifestement lu que les pieds (qu’il a plus solide que d’autre et n’ayant d’ailleurs pas encore de cancer du genoux déclaré)

          J'aime

    • Ah, non. Après vérification, Merkel a bien parlé de « monopole de la violence ».
      Gewaltmonopol.
      J’ai toujours pensé qu’ils étaient un peu islamistes sur les bords, ces luthériens.

      J'aime

      • A ce propos, so-called « ainsi nommés » et soi-disant, ce n’est pas exactement la même chose.

        Les catholiques ont toujours appelés les protestants : les soi-disant, parce qu’ils se nomment eux-même, se recommandent d’eux-même (contrairement à la Sainte Allemagne, l’Espagne sur laquelle règne des rois ou reines très catholiques, la France fille ainée de l’Église, sur laquelle règne le roi très chrétien, enz.).

        Des musulmans ne peuvent pas être, dans cette optique, des soi-disant ; ou alors, ils le sont tous.

        Plutôt que soi-disant, vous devriez utiliser prétendument.

        J'aime

        • La culture à l’instant t, ou la culture selon les droits de l’homme

          Les musulmans français sont d’accord avec moi : « prétendu état islamique ».

          Très bon texte, mais sur le fond « tout ceci n’a rien à voir avec l’Islam », ce qui ne fera pas avancer le schmilblick et « sauvegarder les traditions et les cultures qui constituent chaque citoyen français dans la diversité de ses origines », pas très sûr que cela soit très rassurant pour la culture française, s’il est encore permis de proférer des obscénités.

          Parce que qu’est-ce que la culture sans la transmission ? Qu’est-ce que la culture si les droits de l’homme à revendiquer sa culture sont le seul véhicule ? Pas grand chose. Un peu moins que la pointe de l’iceberg. Il y aurait moyen de mener une véritable guerre CONTRE la culture, au nom d’une telle conception de la culture.

          J'aime

        • Dans le cas qui nous occupe, vu le contexte, soi-disant me paraît la bonne traduction : l’article en question reproche bien à l’EI de se déclarer (lui-même) État islamique. Ensuite, sur l’État, celui-ci suppose une Constitution, une administration et de préférence, une reconnaissance par au moins un autre État. Quod non.

          J'aime

  2. « une affirmation qu’il faut remettre dans un contexte historique et symbolique »

    Cela en deviendrait presque cruel.

    La première croisade. Faut replacer dans le contexte. Les chrétiens n’avaient pas conquis Jérusalem par la force. Les arabes, si.

    Une fois que Jérusalem fut tombée, croyez-vous que les chrétiens se lancèrent dans les croisades, malgré le fait qu’on leur ait pris leur terre sainte n°1 ?

    Meuh non.

    Il fallut attendre que les turcs la prennent aux arabes et que les crucifixions de chrétiens reprennent pour que le Pape se fâche tout rouge et en appelle à l’équip-é-e.

    Un peu comme Marcel aujourd’hui, qui avec ses « Waffen-ISIS », se prépare une belle postérité (pouf-pouf).

    « On ne s’interroge même pas sur le nom des Jeunes Turcs, qui n’étaient ni particulièrement jeunes, ni représentatifs des Turcs, qui ont planifié et organisé le génocide arménien.  »

    Vous voulez qu’on parle de ceux qui l’ont perpétré ?

    Ah, les ravages de la Kurdephobie primaire. Parce que, jusqu’ici, lorsqu’on parlait de Kurdes à un chrétien, il pensait plutôt « fer à cheval ».

    Comme ceux que les kurdes posaient (à l’aide de clous – on sait que pour la pose de fer à cheval, il y a deux écoles, dont une préfère le fer chaud), sur les pieds des arméniens, avant de les faire crever à coup de marche forcée. Mais maintenant, les kurdes brulent d’amour pour nous, se dépoitraillent comme des FEMEN devant la mitraille de l’ISIS. Comme ch’est beau ! Pourquoi je me méfie ?

     » Comité Union et Progrès. Pseudo-union, et soi-disant progrès. »

    C’est comme pour le communisme. Il n’y a que de mauvais exemples qui confirment la règle.

    J'aime

    • « Les chrétiens n’avaient pas conquis Jérusalem [« leur terre sainte n°1″] par la force. Les arabes, si. »
      … »les crucifixions de chrétiens reprennent pour que le Pape se fâche tout rouge »…
      « une affirmation qu’il faut remettre dans un contexte historique et symbolique »
      « meuh »oui!
      pour les kurdes les arméniens les fers à chevaux rouges et les femen enceintes éventrées avec chat vivant recousu dedans… je perds toujours le fil en con bustible dans le feu de l’amour…

      « C’est comme pour le communisme. Il n’y a que de mauvais exemples qui confirment la règle. »

      c’est beau comme du hedebouw en lingala

      J'aime

  3. « Ou ces deux égorgeurs anglais qui s’en prirent un jour à un paisible passant. »

    Un écossais, surement.

    J'aime

    • le nègre masqué à l’accent multiculturel londonien qui égraine à la télé l’égorgement de compatriotes anglosaxons fait moins désordre…
      on dirait que jack l’éventreur et les filles perdues et de retour

      J'aime

  4. « La science théologique de l’islam en rempart des fascislamistes et des islamophobes.  »

    Marcel,

    Surtout, vous n’oubliez pas de me dire quand je peux envoyer mon message au Vatican, il est tout prêt : « Marcel a fait allégeance à un barbu, il ne nous emmerdera plus. »

    J'aime

  5. Attention, « so-called » ne se traduit pas forcément par « soi-disant » dans le sens de « pseudo, faux ». « So-called » est utilisé le plus souvent en anglais dans le sens « le dénommé », « ce que l’on appelle communément » (commonly called), sans forcément induire la notion de « faux ». Il faut donc voir le contexte du texte anglais pour en tirer des conclusions. Ceci est bien futile par rapport à la gravité du sujet, je le reconnais, et n’enlève rien à la pertinence de la suite de votre raisonnement !

    J'aime

  6. Huffington Post, une ligne éditoriale

    Les juifs orthodoxes, c’est pas glop. Les catholiques, c’est pas glop. Les musulmans sont nos amis.

    Les juifs libéraux, c’est glop. La Déesse-Mère hindoue, c’est glop. L’homosexualité, c’est glop. Le satanisme (chez les goys), c’est glop.

    Il y a un livre à écrire, hilarant, sur la cathophobie chez les juifs, y compris et surtout les meilleurs.

    Mais avant qu’on puisse écrire ce genre de chose calmement, je crois qu’on va devoir attendre quelque peu.

    J'aime

    • On peut comprendre la cathophobie chez les Juifs. Le catholicisme n’a réfuté officiellement l’idée que les Juifs étaient le peuple déicide qu’en… 1965.

      J'aime

      • Mais bien sûr. Le PSC organisait des pogroms tous les week-ends. On brûlait des juifs en effigie pour la Saint-Nicolas. Etc. etc.

        L’antisémitisme de l’Eglise vient de Saint Paul, juif, antisémite et insulaire, qui a quand même dit des choses fort diverses sur la question, qui oscillait entre la haine et l’amour, ou, en tout cas, le respect.

        Simplifions, forgeons, accusons, calomnions : il s’agit d’attaquer les catholiques ; la cause est sacrée.

        De nombreux Pape se sont institués protecteur des juifs. Outre les pays de l’Est, les juifs étaient nombreux en Italie, et à Rome. Bien plus qu’en France.
        La longue présence juive en France, et l’importance des rabbis français dans la tradition judaïque, ne doit pas occulter l’importance de l’immigration (qui commence avec Napoléon) et la naturalisation (Algérie).

        Ce à quoi vous faîtes allusion, c’est la prière pour la conversion des juifs.

        Une fois par an, non ? Pas vraiment un article central de la Foi. Mais, c’est vrai. On a bien fait de la supprimer.

        Car le véritable reproche adressé aux juifs, depuis toujours, était qu’ils ne s’étaient pas convertis (cela contredit les prédictions des évangélistes). C’était notre côté nieuw alliantie, nieuw arrogantie. On en a pris conscience. On ne demande plus aux juifs de se convertir.

        J'aime

        • En 1789, il y a 40 juifs dans Paris intra-muros (où ils sont interdits) et des milliers de juifs à Rome.

          J'aime

        • On peut comparer l’attitude de l’Eglise avec celle de Luther (le grand rénovateur de toutes choses germaniques, dont Hitler et Bart se réclame), qui passe en l’espace en quelques années de l’enthousiasme (le protestantisme va tous les convertir) à l’appel à l’extermination, pure et simple et finale :

          « Von den Jüden und iren Lügen »
          « Vom Schem Hamphoras und das Geschlecht Christi  »

          Qui est-ce qui disait que le protestantisme était, dans ses prémices, infiniment supérieur (moralement, on suppose) au catholicisme ? C’est Marcel.

          J'aime

        • « En 1789, il y a 40 juifs dans Paris intra-muros (où ils sont interdits) »

          je suis trop sensible à vos chiffres ronds…
          comptez-vous les femmes et les enfants?
          s’ils sont interdits (depuis quelle date?)sur quels chiffres officiels ou -cieux se basent vos sources?
          paris « intra-muros » en 1789 ça s’arrête-t-il à l’île de la cité?

          …bien sûr il y a plus de banquiers auprès du pape

          J'aime

        • « …bien sûr il y a plus de banquiers auprès du pape »

          Ah, l’or des juifs, l’or des catholiques. Nous allons le rendre, par la gorge ? Ce serait joli si, comme folie, si vous aviez une chapelle Sixtine, ou un baldaquin de Saint-Pierre, au plafond, au lieu d’une demande de dommages et préjudices.

          J'aime

        • oui Pfff

          l’or des juifs n’a pas servi qu’à un État agressif juste capable de faire « victorieusement » la guerre aux arabes…
          l’intelligence des juifs a bien plus servi l’humanité, il y a plus de chance qu’on mette plus de temps à l’oublier

          ps(wallon) l’or des catholiques… trop de transparence : escroquerie et vol mais quel beaux gaspillages ! quel classe tout de même ces pédophiles !… très bon pour l’industrie touristique !
          miséricorde pour les cathos

          J'aime

        • Les considérations sur « l’or » ou « l’intelligence » des « Juifs » me semblent dévier. Je ne vois pas « des Juifs », je vois des citoyens. Il y a des pauvres et il y a des imbéciles. Donc, si on pouvait ne pas jouer avec ces concepts, je serais plus à l’aise. Merci.

          J'aime

        • « quel classe tout de même ces pédophiles !…  »

          1. Vous savez à quel âge on marie les petites filles au Yemen, à de vieux barbons ? Denis Mukwege pourrait ouvrir une pratique, vu les dégats irréversibles.

          2. Tous ces jeunes garçons dans les monastères bouddhistes, soumis à l’autorité absolue de vieux moines, cela ne vous inquiète pas ?

          3. Il est vrai que quand un surveillant dans une école catholique a regardé par le trou de la serrure dans la douche commune en 1950, De Brigode nous en tire un feuilleton de cinq épisodes et Delvaux se fend d’un éditorial.

          J'aime

        • « un État agressif »

          Encore une invasion de l’Arabie par les gardes suisses qui a échappé aux historiens.

          Heureusement, Marcel et Uit’ veillent !

          J'aime

        • vous avez raison farpaitement raison Marcel…comme toujours.
          je vous confesse ma culpabilité, seul ma théophobie m’a fait grogner pognon avec le méchant Pfff… le très méchant Pfff, croyant en plus!

          putain d’envie de jouer!

          « les ors de l’aiguise catholique, l’or dur transformé en plomb fondu ou en ordure de protection où le veau dort » étaient resté dans mon clavier tant j’étais mal à l’aise

          merci Marsel , vous êtes la seule cloche valable pour sonner la fin de la récré

          J'aime

      • Marcel Sel dit : « On peut comprendre la cathophobie chez les Juifs. »

        Mais l’islamophobie chez les non-musulmans, non, ça c’est inacceptable et incompréhensible.

        J'aime

        • À ma connaissance, Thomas, l’islam n’a pas opprimé les chrétiens d’Europe pendant 2000 ans et n’en a pas exterminé industriellement 6 millions. En revanche, ce sont bien des états catholiques qui ont colonisé l’ensemble ou presque du monde musulman pendant plusieurs siècles.

          J'aime

        • euh Marcel

          à ma connaissance provinciaux-uniens et royaux-uniens n’étaient pas spécialement aussi cathos que la france à la révocation de l’édit de nantes…

          J'aime

        • Des états catholiques ? La France de Jules Ferry ? Figurez-vous que LES SEULS qui se soient opposé à « la mission civilisatrice de la France » étaient les catholiques.

          J'aime

        • Mais l’air de la calomnie continue …

          J'aime

        • « L’Islam n’a pas opprimé les chrétiens d’Europe pendant 2000 ans. »

          Vous pouvez me rappeler quelle religion était professée au Maroc, en Algérie, en Tunisie, en Egypte, en Syrie, en Turquie ? Vous savez comment les chrétiens furent convertis, quand ils ne furent pas exterminés ?

          Vous réfléchiriez cinq secondes avant de dire cela à un Roumain, à un Grec, à un Bulgare, un Yougoslave, un Hongrois, un Ukrainien, un Russe, je suppose ?

          À la réflexion, évitez aussi les Autrichiens et les Polonais. Un Hussard, c’est susceptible.

          J'aime

        • J’ignorais que les Turcs étaient restés 2000 ans dans les Balkans. Mais si vous le dites…

          J'aime

        • « l’islam n’a pas (…) n’en a pas exterminé industriellement 6 millions »

          Donc, selon vous: les catholiques ont exterminés industriellement 6 millions de juifs.

          Ce n’étaient pas l’avis des nazis, visiblement :

          http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9sistance_allemande_au_nazisme#R.C3.A9sistance_catholique

          Erich Klausener, Ferdinand von Bredow, et les autres leaders catholiques, éliminé en même temps que la crapule SA (faut croire que vous êtes aussi malin que Hhhh, qui savait y faire, en matière de calomnie). Des catholiques.

          La Rose blanche. Des catholiques.

          Les Junkers du 20 juillet 1944. Des catholiques.

          Ben merde-alors, ils étaient où, les maoïstes ?

          J'aime

        • Vous ne m’apprenez rien, mon grand-père était résistant catholique antinazi. Mais l’Allemagne était bien de confession chrétienne. Même l’Allemagne nazie. C’est le monde chrétien qui a procédé au génocide. Et les catholiques et protestants qui ont résisté sont bien entendu des héros qui méritent de figurer au Panthéon chrétien. (Bizarre, toutefois, personne n’a jamais pensé à cannoniser Sophie Scholl…)

          J'aime

        • « ce sont bien des états catholiques qui ont colonisé l’ensemble ou presque du monde musulman »

          Euh, l’Angleterre : les catholiques n’ont pas pu servir dans la fonction publique jusqu’en … 1956 !

          La France de Jules Ferry. Celle qui tire sur les processions catholiques sans crier gare, qui pille les bibliothèques des religieux, qui profane les églises, qui interdit l’éducation catholique. Pourquoi De Gaulle, Apollinaire ont fait leur études en Belgique ? Pour profiter de notre intelligence exceptionnelle ?

          Et non, il y a bien une opposition à la chambre. Les catholiques sont absolument opposés au projet de colonisation. Et ils sont bien seuls.

          J’ai beau chercher, chercher. Je ne vois pas. Ah, si : Ceuta ! Honte sur nous.

          L’islamophobie, inventée par l’Ayatollah Khomeini (rendons à César-Dieu) : permet principalement aux trotskars de maintenir la confusion entre la haine des musulmans (une saloperie) et la trouille légitime du bon sens envers l’Islam, ses réalisations visibles, comme doctrine politico-religieuse.

          J'aime

        • Bien vu, j’aurais dû écrire « chrétiens ». Merci de me corriger. Je ferai deux paters, trois avé.

          J'aime

        • Enfin, Marcel, si je puis me permettre de vous recommander un livre, je vous conseille Le dix-neuvième siècle à travers les âges, de Philippe Muray. Cela pourrait éventuellement vous guérir de votre haine pathologique et pathétique du catholicisme. C’est d’une érudition ébouriffante. Autre chose que le sémillant sémiologue, tout fait pour Pivot et le panier de la ménagère.

          J'aime

        • J’aime le catholicisme, vous savez Pfff. j’en connais simplement trop bien les défauts.

          J'aime

        • m’enfin Marcel

          ne me dites pas que vous ne souvenez pas du dernier bouquin qu’à lu Pfff le mois dernier…
          les gauchistes ne parlaient que de lui sur les radios alternatives de la rue de l’inquisition il y a trente ans… faites un petit coucou à son évangile quoi, un peu de beaume à oindre le catho progressiste de service

          rien à voir mais à voir
          http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4882956

          J'aime

        • « Bizarre, toutefois, personne n’a jamais pensé à cannoniser Sophie Scholl. »

          Il n’y a pas de miracle.

          Mais Clemens August Graf von Galen & John Henry Newman sont bienheureux.

          J'aime

        • « J’aime le catholicisme, vous savez Pfff. j’en connais simplement trop bien les défauts. »

          Cela fait quand même deux fois qu’il vous « échappe » que la Shoah a été perpétrée par les catholiques. Il ne s’agit pas plus d’un défaut, que d’un point de détail de l’histoire. Dans ce conditions-là, je ne l’aimerais pas du tout.

          Je crois que vos visions découlent de l’idée que « le monde est plein d’idées chrétiennes devenues folles » (hypothèse Chesterton).

          Or l’hypothèse de Muray est que « le monde est plein d’idées non chrétiennes devenues folles ». Il met au service de son hypothèse une accumulation de faits, de citations. Il dévoile un continent immergé, enfoui, nié.

          Il démontre, preuves à l’appui, combien l’antisémitisme du 20e siècle doit à l’anti-christianisme du 19e (celui dont vous faites, en toute bonne conscience, étalage).

          Si vous cherchez des coupables, allez regarder du côté des « Lumières », et du délire positiviste français.

          Autrement dit : balayez devant votre porte, avant de parler des péchés de l’Église, qui demande bien humblement pardon (à Dieu, et pas à vous) tous les dimanches.

          J'aime

        • @Pfff

          « Il démontre, preuves à l’appui, combien l’antisémitisme du 20e siècle doit à l’anti-christianisme du 19e »
          mais pourquoi un constat pertinent me semble dans vos propos un bête truc de concurrence victimaire ?
          un truc de chrétien capable de fantasmer qu’être convaincu que dieu n’existe que crée par l’homme équivaut à un plan d’extermination (un tel plan a existé et je ne parle pas ici des quelques trucs pas sympas commis par ceux qui l’on fièrement relaté dans le livre)

          -sans doute mon côté soi-disant impartial, crapuleusement laïque et intéressé…

          J'aime

        • « un bête truc de concurrence victimaire »

          Je ne pense pas qu’il y ait la moindre concurrence victimaire là-dedans. Vous savez, Saint Paul : le tronc et les branches. La haine des juifs et la haine du catholicisme vont très bien ensemble.

          J'aime

        • Donc pour Marcel, les occidentaux doivent « comprendre », accepter et subir à l’éternité le racisme anti-occidental (ou cathophobie), parce que les nazis étaient catholiques et les colonisateurs (= la classe dirigeante, une toute petite minorité de la population qui opprimait également son propre peuple) l’étaient aussi. Tous les occidentaux/crétiens sont donc responsables pour les actes d’une minorité, dans un passé lointoin en plus.

          De l’autre côté, les musulmans n’ont pas à se distancier de l’EI, même pas dénoncer ses barbaries.

          Deux poids deux mesures, comme toujours sur ce blog.

          J'aime

        • Quand au-je écrit qu’on devait comprendre la xénophobie des jihadistes de l’Organisation état islamique? Merci de ne pas manipuler, hein.

          J'aime

        • « Je ne pense pas qu’il y ait la moindre concurrence victimaire là-dedans. Vous savez, Saint Paul : le tronc et les branches. La haine des juifs et la haine du catholicisme vont très bien ensemble. »

          Pfffvous m’avez convaincu , deux branches égales en toute égalité dans la liberté avec la fraternité… allez psaul et juda macchabi un petit effort pour un troisième branche égale libérée et fraternelle… le laïos étant le tronc

          J'aime

        • @thomas

          je reviens sur:
          «  »On peut comprendre la cathophobie chez les Juifs. »Mais l’islamophobie chez les non-musulmans, non, ça c’est inacceptable et incompréhensible. »
          chacun se protège en fonction des fantasmes que créent les situations (mais la « phobie » comme protection c’est plutôt du bidon)

          « les colonisateurs (= la classe dirigeante, une toute petite minorité de la population qui opprimait également son propre peuple) »
          voilà une idée idiote, la colonisation c’est l’affaire de TOUTE une société qui en colonise une autre (c’est la raison pour laquelle j’insiste toujours caricaturalement ici mais pertinemment je pense sur le fait que le congo belge n’a servit que la flandre dans le système belge) la colonisation sert toujours de « nouvelle frontière » aux peuples, d’aspiration pour les individus ambitieux… l’occident en a usé et abusé collectivement même si c’est surtout les déjà riches qui se sont vraiment enrichis

          J'aime

        • ‘l’occident en a usé et abusé collectivement même si c’est surtout les déjà riches qui se sont vraiment enrichis’

          Faute collective ? Mais bien sûr.

          Les ouvriers wallons préféraient fouetter leurs esclaves congolais dans les champs de coton de la Hesbaye que de descendre dans la mine. Vu que l’esclavage n’a jamais été pratiqué en Europe (solide différence avec le monde musulman, soit dit en passant), mais bien dans les colonies, il faut trouver un truc de passe-passe pour culpabiliser la quinzième génération de bucheron ardennais.

          Blanc, donc coupable. Coupable par procuration, coupable par amalgame, coupable parce que blanc, voilà. Essentiellement coupable. Mais vous serez excusé si vous reprenez en cœur le cantique progressiste de la chasse au sorcière.

          J'aime

        • « parce que les nazis étaient catholiques et les colonisateurs (= la classe dirigeante, une toute petite minorité de la population qui opprimait également son propre peuple) l’étaient aussi »

          Cela commence à bien faire les conneries. Les nazis étaient allemands (vous savez, ce pays luthérien, l’Allemagne, où les catholiques sont minoritaires). Ne tombez pas de votre chaise, je sais que c’est une énorme surprise.

          Quant aux colonisateurs, non, Jules Ferry n’était pas catholique, pas plus que chrétien. Anti-chrétien et progressiste.

          Pour ce qui est du caractère chrétien des petits lords de l’Amirauté, le respect immense que j’ai pour l’Autre*, cette merveille à cinq pattes, m’empêche de dire ce que j’en pense. J’enverrai donc Uit lire le début Du dernier soupir du Maure, où une jeune et accorte Lolita de Pondichéry fait pour un jeune pasteur anglican rougeaud la généalogie de sa religion. Je crois bien que le mot pédophilie est prononcé.

          Bon, après avoir du répondre à l’accusation de nazisme, de colonialisme et de pédophilie (tout ce qui peut bien hystériser les masses et inciter à la haine – ce que vous êtes prévisibles), je vais me reposer un peu.

          *(et l’amour des Beattles)

          J'aime

        • Vous avez raison, majoritairement, les nazis étaient luthériens. Pardon, j’aurais dû écrire « chrétiens ». Enfin, chrétien, je me comprends…

          J'aime

        • Je désespère. Les Nazis n’étaient pas un peu plus (je ne voudrais pas vous perturber) totalitaires, national-socialistes, révolutionnaires, nationalistes allemands que chrétiens ?

          Les gens qui se sont opposés au nazisme l’ont fait souvent (majoritairement ?) au nom du christianisme, et singulièrement du catholicisme. Sophie Scholl envoie à son frère, sur le front russe, l’oeuvre de John Henry Newman, qui est une réfutation du protestantisme, pas du christianisme.

          Rendez leur donc leur libre arbitre de chrétien, leur honneur de chrétien !

          Que dit Claus von Stauffenberg au moment de mourir ? Vive la Sainte Allemagne !

          Qui connait Rupert Mayer ? http://fr.wikipedia.org/wiki/Rupert_Mayer

          A l’inverse, je ne crois pas que beaucoup de gens se soient convertis au nazisme au nom du catholicisme, surtout après l’encyclique « Mit brennender Sorge »(306 prêtres déportés au camp de concentration de Dachau, en récompense), seule encyclique rédigée dans une autre langue que le latin dans toute l’histoire de l’Eglise. Que l’on me montre un acte public de protestation d’une pareille ampleur, venant d’aucun autre état, y compris démocratique, contre la politique raciale de l’Allemagne, et on reparlera.

          J'aime

        • Ah oui, Mit brennender Sorge est aussi une encyclique contre le PAGANISME germanisant, ce qui est une grave atteinte à la liberté de tout un chacun de se prendre pour Siegfried. Vous savez combien le socialo-occultisme a joué un rôle important dans la genèse du nazisme (Thulé).

          J'aime

        • Donc, je récapitule. Les nazis étaient des nationalistes allemands, barrés mystiques telluriques et racisme scientifique, avec un soupçon d’hygiénisme compulsif, dans la droite filiation du dix-neuvièmisme.

          Si y en a que cela intéresse: http://fr.wikipedia.org/wiki/Mysticisme_nazi

          J'aime

        • Le mot de la fin

          Nietzsche, sur les allemands : les mal baptisés

          Rimbaud (1854-1891), sur l’Allemagne : un pays de casernes

          J'aime

        • « vous serez excusé si vous reprenez en cœur le cantique progressiste de la chasse au sorcière. »

          Pfff, rappelez-moi où je l’ai lu celle-là, elle est très bonne

          « Si vous cherchez des coupables, allez regarder du côté des « Lumières », et du délire positiviste français. »

          Pfff, ne me dites pas que votre culpabilité vous vient des lumières

          « Autrement dit : balayez devant votre porte, avant de parler des péchés de l’Église, qui demande bien humblement pardon (à Dieu, et pas à vous) tous les dimanches. »

          d’autant plus humblement que le nombre des fidèles n’a pas trop l’air d’exploser dans les églises, bien sûr les polonais et les congolais ne sont pas concerné par l’humble pardon

          remarquez que jules ferry le quasi païen allemand à ancêtre gaulois qui parlaient pas le patois venait d’une famille catholique vosgienne de fondeurs de cloches. (pas en chaud chocolat j’imagine en ces âges de xixième)

          J'aime

        • Vous ne comptez pas nous mettre Jules Ferry sur le dos, tout de même ? Si ? Pfff

          En 1789, l’Occident a troqué sa civilisation contre rien. Et ce rien a provoqué un sacré trou noir.

          En 1945, une bande de catholiques mystiques (de Gasperi, Schumann et Adenauer) et moins mystique (Monnet, le frère de la Monnet du Pape, tout de même) se sont dit que cela suffisait les conneries.

          Maintenant, l’Europe, personne ne sait plus ce que c’est ; tout le monde s’en détourne. Peut-être parce qu’on a complètement perdu de vue le principe qui a présidé à sa construction.

          Vous ne voyez pas ?

          « Je méprise le nom de Français et d’Allemand, celui de chrétien devrait suffire. » Erasme

          J'aime

  7. Je ne vous ai pas encore lu (ça viendra) mais je vous remercie déjà pour le sujet.

    Ce n’est pas avec des frappes chirurgicales dans le désert qu’on éradiquera ceux qui tueront au scalpel en occident.

    Victimes collatérales de la résistance (oui mais celle de quel camp?)

    J'aime

  8. « il faut parler de ce paisible randonneur et de son sort aussi horrible qu’absurde »
    je suis très mauvais esprit j’ai bcp de mal à y croire au paisible inconscient…

    J'aime

  9. « La première chose à comprendre, c’est qu’on ne peut combattre l’islamisme qu’avec les musulmans. Coude à coude. Main dans la main. Les stigmatiser revient à alimenter la bête immonde. »
    @ Marcel, bien sûr que vous avez raison …

    À une nuance près toutefois. Et cette nuance est de taille.
    Certes, la très grande majorité des musulmans sont horrifiés par ce qui se passe. Certes, la très grande majorité d’entre eux est constituée de gens paisibles, qui ne demandent qu’à vivre en paix. Certes, pour cette grande majorité de musulmans, l’Islam doit être une terre de tolérance, où tous ont à vivre en bonne intelligence, musulmans, chrétiens, juifs, yésides et laïcs.

    MAIS

    L’Islam est la seule religion du Livre dont le texte de référence, qui est un recueil de préceptes religieux (donc des injonctions à suivre certains modèles de comportement), en appelle explicitement à la violence, et ce quand bien même ces fameuses sourates (celles « de l’épée ») se limiteraient à une dizaine tout au plus, soit une part tout à fait minoritaire en regard du restant du Coran.

    LÀ EST LE PROBLÈME … fondamentalement, irrémédiablement. Pourquoi ?

    Parce que, quand bien même 97 ou 98 % des musulmans paisibles ne se reconnaîtraient pas dans ces fameuses sourates, le seul fait de leur présence dans le Coran, texte de référence pour tous les musulmans, légitimera toujours aux yeux de certains, plus faibles psychologiquement ou aux profils radicalisés, le recours à la violence. Le ver est dans la pomme !

    Il ne pourra en clair y avoir de solution vraiment de fond, de solution vraiment durable, à ce problème du djihadisme que THEOLOGIQUE ou EXEGETIQUE. Le mal fondamentalement réside dans la présence de ces sourates. L’Islam doit impérativement apporter une réponse crédible et d’autorité à la question de ces sourates, soit en établissant que leur présence dans le Coran remonte à une modification du texte du Coran (ce qui est le cas) qu’il convient d’expurger, soit en y apportant une lecture de type moral ou métaphorique qui en extirpe l’essence maléfique et violente.

    Et c’est ici qu’on se trouve confronté à une AUTRE PROBLÈME DE L’ISLAM, le fait que cette religion ne se reconnaisse pas dans une autorité unique, dans une hiérarchie claire, avec une instance unique en matière théologique. La religion chrétienne (du moins le catholicisme) reconnaît en le pape de Rome son guide, son autorité unique, et elle dispose par ailleurs d’une instance unique, la Congrégation pour la défense de la foi, dont le rôle est précisément d’apporter des réponses aux questionnements de nature théologique quand s’en impose la nécessité. En clair, en admettant même que les textes sacrés des chrétiens comporteraient des versets problématiques tels ces fameuses « sourates du Glaive » du Coran, le problème de leur interprétation ou de leur historicité trouverait à être réglé au sein de cette instance légitimement instituée sous l’autorité du chef de l’Eglise.

    Pour moi, la question de fond est celle-là, pas une autre. C’est le texte en effet qui légitime les actes du croyant, et si l’Islam, aujourd’hui, est en proie à un tel malaise, d’ordre pour ainsi dire schizophrénique, c’est parce que précisément il se trouve tiraillé, dans sa très grande majorité du moins, entre l’évidence d’une condamnation morale sans faille à lancer contre de tels actes barbares, et le fait que, pourtant, le texte du Coran en apparence les légitime. En clair, si ces sourates n’existaient pas, le problème serait très vite réglé : de deux choses l’une, ou étant un croyant convaincu on ne tomberait pas dans la violence, celle-ci n’étant pas justifiée dans le Coran, ou recourant à la violence, cette dernière ne pourrait en aucun cas trouver de justification dans la religion et serait-elle condamnée au mieux à être qualifiée de « politique ». En un mot comme en cent, la violence des éventuels combattants du Proche-Orient ou d’ailleurs dans les terres d’Islam ne trouverait aucune légitimité dans l’Islam lui-même et serait donc d’une nature comparable à la violence perpétrée par exemple par des Mexicains des cartels de la drogue, par des autonomistes russes dans l’est de l’Ukraine, etc. En clair, cette violence serait devenue en quelque sorte une « violence ordinaire » (ce qui ne retire rien, je vous rassure, au fait qu’elle pourrait être tout aussi horrible), mais du moins ne trouverait-elle aucun fondement de nature morale ou religieuse.

    Je me résume (et je l’ai déjà écrit) : il est temps aujourd’hui que l’Islam accepte de soulever la question de fond de ces fameuses sourates. Comment les interpréter ? Quelle ligne d’interprétation leur donner, qui permette d’éviter les dérives que l’on connaît aujourd’hui ?

    J'aime

    • Je vous propose de lire la lettre de 120 imams (signée depuis par des dizaines d’autres) qui analyse justement ces sourates et rappellent que le Jihad ne peut jamais être qu’une guerre défensive ainsi que d’autres principes fondamentaux. Mais c’est le premier paragraphe qui est le plus intéressant : en islam, il est interdit de sortir une phrase de son contexte sans (en plus) voir ailleurs dans le coran comment le même thème est traité. Donc, sortir une sourate du coran, c’est uniquement intéressant pour les islamistes, les extrémistes, bref, ceux qui simplifient un message extrêmement complexe et ignorent la temporalité (le fait que l’islam doit se lire dans le contexte de l’époque contemporaine).

      J'aime

  10. Article complétement débile !! .

    J'aime

  11. Sur l’ISIS et le KKK, c’est une façon guère subtile de minimiser l’ampleur de la catastrophe.

    Je relève aussi l’utilisation à géométrie variable et d’un opportunisme de chacal de la dénomination « chrétien » : les noirs qui ont été lynché ne l’ont pas été parce qu’ils étaient chrétiens, ou qu’ils ne l’étaient pas, et les irlandais et italiens qui l’ont été (eh oui), l’ont été parce qu’ils étaient catholiques.

    J'aime

  12. Ce texte me met mal à l’aise, quoique j’en approuve sans réserve la thèse finale : c’est avec les Musulmans et surtout pas contre eux qu’il faut lutter contre les égorgeurs. Quant au reste, j’ai pour la énième fois l’impression de me faire donner des leçons et de me faire traiter de gros naïf qui n’a rien compris. Bien sur, je ne comprends pas tout, et certes, je suis naïf pour bien des choses. Mais ce n’est pas en se plaçant en Magister qu’on obtient des mobilisations positives, responsable et volontaires. Ni en remuant de vieilles indignations, pour légitimes qu’elles soient : pas un manifestant pendant le génocide du Rwanda, pas un pendant les exactions du Darfour…Pas un non plus pendant la Saint Barthélemy…Beaucoup de militants grossissent la résistance lorsqu’ils en sont arrivés à une prise de conscience, et celle ci prend souvent des voies détournées, voire paradoxales. Mais si l’on souhaite sincèrement la victoire d’une cause juste, on ne demande pas aux jeunes recrues leurs papiers, lettres de créance et diplôme de courage et de conscience politique (pourvu seulement qu’eux mêmes soient sincères, bien sûr). Donc, Samedi, j’associerai dans mon hommage Samira Saleh Al-Naïmi et Hervé Gourdel. Mais Hervé est mort pour une raison différente de Samira : parce qu’il était Français, point que je partage avec lui et non avec Samira, et qui ne rend la mort de Samira ni moins atroce, ni son courage moins honorable pour autant. Car à vouloir s’indigner pour toutes les victimes, on en vient à ne plus s’indigner du tout. Oui, nous fonctionnons par symbole et oui, nous avons une indignation sélective. Une indignation qui n’est pas sélective n’est pas une indignation. Donc samedi, je penserai à Hervé et à Samira, mais j’oublierai Sohravardi, Mansur Al Hallâj et Giordano Bruno…

    J'aime

  13. Bon, et maintenant ?

    Foin de vaines parlottes. On attend.

    Qui ?

    « Shock and awe », comme le disait si bien ce crétin de GWB.

    Comme le disait, bien mieux que moi, Evelyn Vaughn, pour un chrétien, il ne sert à presque rien de vouloir éviter les désastres plus que probables ; il faut plutôt préparer son esprit pour le moment où elles surviendront.

    J'aime

    • Est-ce un réflexe occidental ou simplement un réflexe humain. Les gens s’identifie à Gourdel parce qu’il est comme eux, un simple sportif pratiquant sa passion, chacun se dit ça pourrait-être moi et réagi alors qu’une résistance ou un journaliste (dans un coin obscur du cerveau ça apparaît comme normal « les risques du métier ») . En terme stratégique si le but est d’installer la crainte,c’est même pas sur que ça soit gagné c’est plus l’indignation qui prime et ils ont juste réussi a mettre tout le monde contre eux et à conscientiser les peuples pas sur que ça leur servent.

      J'aime

  14. Bonjour,
    Je trouve votre article très juste. Ils utilisent en effet nos mauvais réflexes. Et je suis entièrement d’accord avec la conclusion.

    Vous dites : « La première chose à comprendre, c’est qu’on ne peut combattre l’islamisme qu’avec les musulmans. Coude à coude. Main dans la main. Les stigmatiser revient à alimenter la bête immonde. »

    Mais justement pour cesser d’alimenter la haine, ne faut-il pas cesser de comparer la différence de réaction entre une victime et une autre? Comparer la différence diffusion de l’information entre la mort de Samira et de Hervé ne fait, il me semble, qu’alimenter la haine. Ici la haine des musulmans d’être moins considérés que les chrétiens.
    Il aurait été plus opportun à mon avis de justement les remettre sur un pied d’égalité en citant les deux morts comme un exemple : les deux communautés souffrent. Évitons de nous entretuer, si non ce sont les extrémistes qui gagnent.

    Je crois que vous faites sans le vouloir, le contraire de ce que vous préconisez.

    J'aime

  15. Excellent article. J’avoue que , comme beaucoup, mon indignation était bien plus grande quand il s’agissait d’occidenteaux épars que quand il s’agissait de nombreux « locaux » (Irakiens, Algériens,…). Sans doute parce que ce qui arrive à l’occidental pourrait m’arriver aussi. Tandis que ce qui arrive aux locaux, c’est peu susceptible de me concerner. Tellement égoïste, tellement paroissien! Un peu moins grâce à cet article. Merci, Marcel.

    J'aime

  16. C’est ce qu’on appelle et depuis bien longtemps la loi du mort kilométrique, Marcel.

    J'aime

  17. Un sujet intéressant est l’hiérarchisation de l’horreur (dans les média par ex).

    Il n’y a pas de règle, désolé.

    Combien d’intense souffrance « dégradante » équivaut à une mort « propre »?

    Cela n’a pas d’intérêt.

    La comparaison des idéologies, seule, a du sens.

    J'aime

    • je suis je pense d’accord avec vous Salade,

      perso je préciserais que dans ce marasme général il s’agit bien d’idéologie issue de religion revendiquant le même dieu… celui qui a retenu la main d’abraham

      J'aime

      • Abraham ne doit pas sacrifier son fils pour Dieu. Alliance (renouvelée avec Job, Moïse).

        Dans un autre épisode, Dieu sacrifie son fils pour la multitude (en rémissions de ses péchés).

        Dans la troisième, le peuple d’Abraham est un falsificateur et le sacrifice du deuxième épisode n’a pas eu lieu.

        Je vous ai déjà dit combien ce point de vue, soi-disant impartial, était crapuleux et intéressé.

        J'aime

        • « Dieu sacrifie son fils pour la multitude »

          ce type que vous considérez soutient da’esh c’est évident !
          – mais c’est sans doute mon côté soi-disant impartial, crapuleusement laïque et intéressé…

          J'aime

        • «  »Dieu sacrifie son fils pour la multitude »

          ce type que vous considérez soutient da’esh c’est évident ! »

          « Ecclesia abhorret a sanguine », Uit’.

          Une des règles de base.

          Les prêtres catholiques n’ont (avaient) même pas le droit d’être chirurgien.

          J'aime

    • « La comparaison des idéologies, seule, a du sens. »

      Du sens dans l’idéologie, cela serait neuf.

      Du sang plutôt.

      J'aime

  18. Intéressante analyse.
    Voici une petite contribution proposée à la réflexion.

    1. Il n’est pas surprenant d’être plus concerné par ce qui arrive à une personne qui vit dans notre pays que dans un pays très éloigné. Si cela lui arrive, cela peut m’arriver aussi. C’est sans doute regrettable, mais ce n’est pas nouveau et ce n’est pas prêt de changer.

    2. Il y a officiellement 1000 djiadistes français (les Belges ne sont pas en reste, proportionnellement ils sont même plus nombreux) en Irak. Ils sont nés en France, y ont grandi,… Ils ont été (dé)formés par des fanatiques. Cela se passe en France en 2014. Pas dans un pays de famine et d’inculture désorganisé sans structure ni information. Ils ont un point commun : l’Islam. Si ce n’est qu’une caricature de l’Islam, alors il y a un réseau dense de caricature d’Islam en France qui permet de former 1000 personnes au point de les faire monter au combat et revenir ensuite. A cette taille industrielle, il serait temps en effet que les responsables des groupes de cette confession se soucient de cette situation avec l’aide des autorités locales.

    Comment ne pas comprendre l’émoi en France quand un Français est décapité ? Après l’annonce du retour en France sans difficultés de 3 djiadistes proches de Merah. Ils reviennent directement du front.

    3. Que dit l’Islam, que dit le Coran ? Comment l’interpréter ? Il y a une confusion énorme à ce sujet. On parle de religions du Livre. On relie ainsi les 3 grandes religions monothéistes. Cette appellation apporte pas mal d’interprétation hâtive et pratique mais erronée. On ne peut mettre sur le même plan les 3 livres. La Bible est écrite par des témoins. Le Christianisme est une religion du Verbe et pas du Livre. Ceci ouvre grand la porte de l’exégèse et de l’interprétation. Ce que l’Eglise catholique fait depuis 2000 ans. Le coran est le fruit de la dictée littérale faite à Mahommet par Allah. Qui peut interpréter les mots de Dieu ? Pas étonnant que le travail d’exégèse de l’Islam se soit arrêté il y a plusieurs siècles.

    4. A l’origine, l’Islam s’est propagé par la force. C’est encore le cas dans beaucoup de pays. Quand les musulmans sont minoritaires, ils font profil bas. Quand ils sont majoritaires, ils s’imposent aux autres. Combien de non musulman en en Irak, en Syrie, aujourd’hui… ? Ils n’ont pas attendu les fous furieux de EI pour être persécutés. Idem en Egypte, en Indonésie, au Nigéria, … L’Islam ne tolère pas de conversion. Même en France, le CFCM a refusé d’inscrire la liberté de religion dans ses statuts. Mais cela ne gêne personne. Le discours de Benoit XVI à Ratisbonne en 2007 était non pas scandaleux mais prophétique.

    5. Il serait plus qu’intéressant de s’adresser aux minorités qui cottoient l’Islam depuis 1400 ans pour se renseigner sur ce qu’il est et ce qu’il vit. Pas chez les minorités musulmanes qui vivent en Europe. Comme si ceux d’Europe étaient les vrais : modérés, paisibles, démocrates et les millions d’autres dans le monde des égarés. Y compris ceux du centre spirituel international de l’université Al-Azhar du Caire.

    J'aime

    • et les guerres de religions?

      pour rappel ça ne concernait que les chrétiens!!!!

      Pas mieux au niveau de l’horreur!

      J'aime

      • Et la première guerre mondiale ?

        Pour rappel cela ne concernait que des nationalistes moustachus (déjà).

        Et le nazisme ?

        Ah, Wagner ! Le retour aux mythes ! Au sources ! Magiques ! Sacrées !

        D’avant le christianisme, bien sûr(qui a tout pollué).

        La merveille technique.

        Un art qui glorifie le peuple, enfin.

        Volkswagen ! Les Autobahn !

        Et le communisme ?

        Pour rappel, personne n’a jamais approché leur score d’horreur absolue.

        La Shoah, c’est trois ans ; Kolyma, plus d’un demi-siècle.

        Mao, recordman toute catégorie de l’horreur.

        Heureusement qu’il y a le progrès, et la Raison souveraine !

        Sinon, nous n’aurions jamais connu cela !

        J'aime

        • « personne n’a jamais approché leur score d’horreur absolue »

          Pfff je prends pitié de vous

          c-o-n-c-u-r-r-e-n-c-e des victimes!!!… arrêtez de me faire souffrir, je vous aime tant pourtant

          « Le discours de Benoit XVI à Ratisbonne en 2007 était non pas scandaleux mais prophétique. »

          Bernie, mon frère
          je sais rien et veux pas savoir plus que ce qu’on m’impose sur le calife du vatican mais ton prophète-là c’est là qu’il a pris à témoin un petit texte rigolo de voltaire, la lumière des cathos?

          J'aime

        • Non, pas Voltaire, un empereur Byzantin qui se plaignait que, si cela continuait comme cela, il allait disparaitre.

          J'aime

        • « c-o-n-c-u-r-r-e-n-c-e des victimes!!!…  »

          Ce sont des victimes concurrentes, en ce sens qu’elles sont contemporaines, et qu’elles contribuent, si on les prend toutes dans le même regard (sans en retrancher un seul groupe), à tracer le portrait sans retouches de notre époque d’utopies et de progrès.

          J'aime

    • Le ministère de l’intérieur considère qu’un sur neuf parmi ceux qui reviendront, ont dans l’intention de perpétrer des attentats, immédiatement, et qu’ils pourront compter sur plusieurs personnes sur place pour leur prêter main forte. Il est certain qu’ils pourront faire valoir leur prestige de combattant, auprès de la partie des musulmans réceptive à leur propagande.

      Et les 8 autres ?

      Il faudra vivre perpétuellement avec cette menace au dessus de nos têtes.

      La manifestation « Nous sommes tous des sales français. » a regroupé quelques centaines de personnes, à la sortie du prêche, pas même un millier, malgré le battage médiatique, les Une des journaux de gauche, malgré les appels solennels du recteur de la mosquée de Paris.

      J'aime

  19. au lieu ISIS ou DAECH leur vrai non est BRIS cad Brats convertis a l’islam ils ont toujours existé depuis le temps du prophète cést la partie jihad qui motive leur actions impliquant: couper les tètes , vols ,kidnapping de femmes le le tout sous couvert de l’islam

    J'aime

  20. Ces humains assassins sont en guerre depuis longtemps,ils ont étudié notre façon de vivre et de penser,ils nous connaissent mieux que nous même,c est une attaque psychologique et sadique.
    Notre belle démocratie va devoir se remettre en question ,l égoïsme et l indifférence devront être remplaces par l unite et la solidarité .
    Quand je pense à ces jeunes éduques dans nos ecoles partant rejoindre « ces loups »cela me fait froid dans le dos ,ils partent pour combattre les gens qui leur ont donné l accueil,pour mordre dans la main tendue !!on les transforme en Judas ,
    Il est important de mettre en évidence la mort de Samira de la même manière que toutes les personnes assassinées en direct sur la toile,
    il serait bien de ne plus laisser passer la haine sur internet ,les médias ont un grand rôle a jouer afin de calmer la colère qui monte dans tous les sens.

    J'aime

  21. Bravo Monsieur Sel! Il y a encore des gens qui réfléchissent… vous me redonnez foi en la race humaine.

    J'aime

  22. Analyse sensée et raisonnable. Mais l’histoire nous montre que l’irrationnel l’emporte souvent hélas sur le rationnel surtout en période de crise économique et sociale, et c’est bien là ce qui fait peur. Et ces types qui terrorisent le moyen-orient, s’ils connaissent les Beatles, connaissent aussi probablement leur Huntington sur le bout des doigts, ce qui ne va rien arranger. A mesure que le temps va passer et que l’action militaire là-bas va s’embourber sans que l’économie ne redémarre en Europe, il sera de plus en plus difficile de résister aux sirènes de la haine.
    Juste une remarque sur l’emploi de DAESH : certes on peut utiliser « soi-disant », ou même « prétendu » (Dès le XVIIe siècle, la RPR signifiait Religion Prétendue Réformée pour les Catholiques désireux de ne pas prononcer les mots qui fâchaient) mais, comme vous l’avez noté, le choix de cet acronyme permet d’esquiver les mots État et Islam, en pariant sur le fait que seuls les intellectuels en comprendront le sens exact. D’une part le but a été partiellement atteint puisqu’il y a eu un communiqué furieux des intéressés qui ont très bien compris l’évitement du mot Islam en français, et d’autre part, comme vous le savez bien, vous autres Belges anti-jacobins, les Français ne plaisantent pas avec l’emploi du mot État, c’est même le nœud du grand psychodrame socio-économique que vit la France actuellement. Et enfin, commentaire personnel, ce débat est aussi révélateur de la mentalité des politiques français : ils s’imaginent que leur volonté traduite en mots va s’imposer à une réalité qu’ils veulent à tout prix dominer (à savoir que le monde entier et le sens commun relayé par les média continueront malgré tout à dire « état islamique ») et aussi le mépris dans lequel ils tiennent leurs administrés : croire que presque personne ne sera capable de comprendre le sens de l’acronyme et que, partant, cela désamorcera les conflits intérieurs.

    (PS. sans grand rapport : à propos de choc des civilisations, quelles sont les règles qui président à l’usage des langues française et flamande pendant les négociations sur la formation de votre gouvernement ?)

    J'aime

  23. da’esh c’est le retour des croisades dans l’autre sens je ne vois pas un seul spécialiste pour capter le problème à l’échelle historique… c’est une tentative de « palestinisation » globale (ce qui en soi est une dénomination plus acceptable entre religion du livre que « croisade » qui ne parle que des excitations chrétiennes contre l’islam et pas de la connerie inverse)

    les frappes aériennes contre les esclaves sexuels (pour libérer je veux dire), j’ai tout compris à « mise au point » guère humanitaire d’urgence… front contre le terrorisme…

    J'aime

    • «  »excitations chrétiennes contre l’islam et pas de la connerie inverse » zut j’ai oublié les juifs résidu du colonialisme occidental pas en reste dans ce truc

      J'aime

      • j’ai dit « juif » parce que j’ai dit « chrétien » et « islam » , « sioniste » aurait été plus adéquat pardonne-moi bonne-maman

        J'aime

        • Samira Saleh al-Naimi

          ma grand-mère m’est soudain apparue au-dessus de ma crême brûlée et m’a insulté parce que je n’ai pas parlé ni même pensé à cette femme qui est morte héroïquement pour les droits de l’Homme, je me suis senti le petit enfant idiot qui n’avait encore rien lu

          J'aime

      • Juifs, résidu ? Catholiques, en voie d’extinction ?

        Je pense que vous allez commencer un club de cinéphile, avec Marcel.

        J'aime

        • résidu,résilience, extermination, extrême nation, extinction, distinction

          comment ne pas tout ramener aux catholiques, prétendus « catholiques » mais qui , d’abord d’aileurs se rappelle le sens sanglant du mot

          J'aime

    • ok croisade = jihad c’est un peu court mais j’avais abusé de la trappiste avec une FR d’FR qui voulait absolument m’expliquer que la gauche FR d’RF est nulle (perso : tous les RF d’RF sont nuls mais c’est pour ça que je les aime mieux que les surdoués NL) la gauche votera me disait-elle au 2e tour pour sarko contre marine et moi le petit belge qui comprends rien je lui dis non non la gauche se déplacera pas car sarko=marine(=bdw pense-je) et la droite préfèrera l’original à la copie… mais j’ai confiance ce sera vals-marine et la droite préfèrera voter à gauche pour un type de droite en se bouchant le nez ou s’abstenir et la gauche votera pour le seul type de droite le moins insupportable… culture FR, démocratie, la 3e guerre mondiale que nos parents nous promettaient au depuis des années 60 ça sera pour nos enfants

      le xixe ou la construction du « nationalisme », le xxie ou la construction du « choc des civilisations », le nationalisme aujourd’hui: une agitation provinciale, alors que l’islamophobie, l’antisémitisme, l’islamisme et le sionisme suffiront à faire exploser un peu partout en mitage par drône interposé de la guerre en tube avec ses victimes, avec de la restriction pour les « valeureux survivants même pas culpabilisés » et de la surveillance parano qui va avec… « La Belgique, passoire je m’en-foutiste » o mon vieux pays maladroit ta survie nous honore encore un peu…

      J'aime

  24. Vous avez parfaitement raison Marcel. A l’heure où nos brillants politiques se payent des communicants à prix d’or qui pour faire campagne, qui pour préparer un passage-clé à la télé, qui encore pour savoir quelle couleur de veston assortir à sa cravate lors d’un procès; nous ne sommes pas capables d’anticiper cette stratégie de communication pourtant claire comme de l’eau de roche de l’ISIL. On est en plein dans les guerres asymétriques du XXI° siècle décrites par Gérard Chaliand et inaugurées par la guerre du Vietnâm il y déjà plus de 40 ans…si un tigre combat une mouche avec ses griffes et ses crocs, il tombera d’épuisement avant que la mouche soit à piene fatiguée disait déjà le Général Giap. C’est toujours vrai aujourd’hui. Apparemment personne n’a rien appris.

    J'aime

  25. Marcel retwitte du Mad African qui retwitte du Alain Soral Officiel.

    Les extrêmes se touchent.

    Tous les soirs, en rentrant du boulot, j’ai droit à un « Alain Soral a raison » peint sur un pont d’autoroute.

    La propreté publique laisse franchement à désirer.

    #Gazaaufonddujardin

    J'aime

    • Vous prétendez aussi qu’il y a un problème quand Libé publié des déclarations de Jean-Marie Le Pen? Je trouve ce genre de procès détestable. Je n’aurais pas imaginé que vous useriez de ce genre de procédé. Quand Mad African, que je connais personnellement, twitte des choses intéressantes, je retwitte. Quand il twitte du Soral, je ne retwitte pas. N
      J’interdis aussi de poster du Soral, Dieudonné, ER ou Joe le Corbeau sur mon blog ou mon Facebook. Au final, vous êtes vous-même dans la mouise parce que selon vos standards, vous me fréquentez au quotidien.

      J'aime

      • Pfff et Marxel…

        fb,ça blocque chez moi,…j’ai l’horrible sensation de vous rencontrer, moins que plus, tous les jours avec plaisir dans un échange dérisoire d’idée que perso je trouve suffisamment socialement excitant pour s’intéresser à la suite…
        puis Vous Lui dites « au final, vous êtes vous-même dans la mouise parce que selon vos standards, vous me fréquentez au quotidien »… ah c’est cru et beau, mais j’ai soudain la sale impression de revivre l’instant t très inattendu pour ma part de me retrouver nez-à-nez à la piscine nudiste disons de meerbeek avec ma drh et ma collègue la plus insupportablement coincée au boulot… putain de rand, vlà deux NL qui votent sûr n-va, que dire et dans quelle langue…
        puis au fond, je suis juste là pour la récréation la GM3 c’est de l’autre côté de l’enclosure…

        J'aime

      • Pas faux, Marcel. C’est détestable, et il m’arrive d’être détestable.

        « Libé publié des déclarations de Jean-Marie Le Pen »

        A part cela, je remarque que cela s’étend et que le rouge-brun est à la mode. Tout cela communie dans l’anti-libéralisme, qui est de l’anti-démocratique qui s’ignore.

        J'aime

Rétroliens

  1. L’État islamique gagne la bataille de la communication… – Politis | Actu@lité alternative

Commentez. (Les commentaires sont modérés et n'apparaîtront pas immédiatement !)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :