Le bracelet de la République.

 

image

Par Yaaguanto Miguel Angel Martin. 

Sol. Puerta del Sol. Haut lieu du raisin pour toute l’Espagne. Chaque année, à la Saint-Sylvestre, des milliers de personnes s’y retrouvent et avalent les douze fruits de la vigne au rythme des douze coups de minuit. Une façon amusante de fêter la nouvelle année qui commence.

Sol. Puerta del Sol. Centre de Madrid. Kilomètre zéro de la dernière ville républicaine tombée aux mains des franquistes.

Sol. Puerta del Sol. Kilomètre zéro de toutes les protestations civiles de ces dernières années. Les indignés ont ouvert le bal des révoltes stériles. Depuis, toute contestation passe, commence, se termine Puerta del Sol.

La Porte du Soleil. I Torride, ce jour-là. L’été s’était invité depuis plusieurs jours en ce début de printemps.  J’étais bien, j’adore la luminosité forte que Madrid nous impose, j’adore traverser cet air d’un blanc éclatant.

Je me promenais calle Preciados, la rue commerciale de Madrid qui se jette dans la Puerta del Sol. Un orchestre jouait des tubes espagnols des années 80. Avec leur beau costume, ils étaient une vingtaine assis sur des chaises pliables. Les gens appréciaient. Les gens s’attroupaient. A la fin de chaque morceau, une salve d’applaudissements. Le soleil, la musique, la joie des gens.

« J’ai l’impression que ça va tourner au vinaigre »

Une première voiture de police s’arrête non loin de l’orchestre. Les musiciens entament un nouveau morceau pour accueillir les gardiens de l’ordre. Sans les paroles, je mets un temps à reconnaître l’air. Como pudiste hacerme esto a mi. Alaska. Alaska y Dinarama, groupe New Wave qui se torturait sur fond de Movida.

Les gens autour de moi chantonnent. Un combi de flics se gare derrière la première voiture. Les regards du public se perdent sur les engins des forces de l’ordre. Je tente de retrouver les paroles de la chanson.

No me arrepiento
volvería a hacerlo
son los celos

Je ne regrette pas, je le referais, c’est la jalousie.  Je me retourne et vois deux flics à cheval à une dizaine de mètres. Le nombre de policiers ne cesse d’augmenter. Il sont une vingtaine en quelques minutes. Les rangs du public eux aussi ont continué de grossir.

La calle desierta, la noche ideal
un coche sin luces no pudo esquivar
un golpe certero
y todo terminó entre ellos de repente

La rue déserte, la nuit idéale. Une nuit sans lumière. Il n’a pu éviter un coup précis et tout se termina entre eux.

J’ai l’impression que cela va tourner au vinaigre. Les gens vont-ils se mettre à chanter haut et fort ? A détourner les paroles pour contester cette pression policière ? Je m’écarte de la foule au cas où. Autour de moi, quelques personnes jettent un regard de dégoût aux flics. La musique continue, le morceau d’Alaska n’est pas terminé. J’ai le sentiment que plus personne ne chantonne. Cela doit être mon stress qui étouffe le fredonnement du public. Je décide de m’éloigner, tout en prenant des photos le plus discrètement possible.

« Maintenant, il y a quatre voitures de flics en file indienne »

Un peu plus loin, une femme s’agite. Elle est petite, blonde, âgée. Elle n’est pas seule, des copines l’accompagnent. Elle observe les flics. L’orchestre, elle s’en fout. Je m’approche.

Maintenant, il y quatre voitures de flics en file indienne et des motards planqués dans une rue perpendiculaire. Je n’aime pas cette ambiance. L’orchestre poursuit son concert. Cette présence policière est étouffante, arrogante de silence.

La dame est toute frêle, toute menue. Ses cheveux sont teints. Elle ne me fait pas l’effet d’une bourgeoise de Madrid chargée de maquillage. Je distingue enfin ses paroles : « Mais que font-ils ici ? », dit-elle. « Pourquoi ne partent-ils pas ? Nous n’avons pas besoin d’eux. » La dame s’en va demander aux flics la raison de leur présence. « Elle s’énerve toute seule », me dit alors une de ses copines, qui a compris que je voulais communiquer.

« Esta quemada. Con todo esto, esta quemada. » — 

« Elle est brûlée, consummée par tout ça.» dit la copine. Je reste sans voix. La critique franche de mes compatriotes m’a toujours fait sourire. Comme si à chaque fois, je retrouvais un peu de moi dans une culture qui trop souvent me répugne. La copine l’a dit tout net : celle-là, elle est brûlée par ce gouvernement, par cette crise, par cette répression policière.

Je comprends alors que la tension dans les alentours de Puerta del Sol est permanente. Le moindre attroupement est suspect pour les forces de l’ordre.

« C’est pour protéger les musiciens… »

La dame revient de son entrevue avec la police. Je lui demande ce qu’ils lui ont dit, ce qu’ils font là. « C’est pour protéger les musiciens. », me lance-t-elle. Je reconnais bien l’absurdité des raisonnements policiers. « No los creo », me dit-elle en jetant un regard sombre sur les policiers. Ses copines se sont barrées dans le Corte Ingles, l’Inno espagnol, pour faire quelques courses. « Nos tienen atados aqui », poursuit-elle. Attachés, les Espagnols sont attachés, tenus par une main qui se durcit chaque jour davantage. Puis, elle me raconte les débordements des flics lors des manifestations. « Nos meten palizas, solo por manifestar contra este gobierno de fachas. »

Soudainement, elle arrête son regard sur moi, réalisant qu’elle parle à un inconnu. « ¿De donde eres? » Je souris. Je lui explique que je vis à Bruxelles mais que je suis Espagnol —satané besoin de justifier ma nature hybride. Son visage s’éclaire un peu, ma réponse semble lui convenir. Je suis étonné. D’habitude, quand on avoue vivir fuera, vivre dehors comme on dit, cela jette un froid entre l’Espagnol du pays et moi. Mais là, c’est tout le contraire.

« Tu dois dire là-bas qu’ils nous maltraitent. Que ce gouvernement est un gouvernement franquiste. Ils nous tabassent dès qu’on manifeste. Ils détruisent tous nos moyens de subsistance et gardent le magot pour eux. Ce sont des corrompus. Franco est de retour. Ils vont nous tuer tous. Et eux, là-bas, ils sont là pour protéger les musiciens. Mais qui va croire ça ? Ils sont là pour nous taper dessus si jamais le vent de la protestation se met à souffler. Je les hais. Franco no ha muerto, estos del PP lo recusitan con cada nueva ley que votan, tienen la mayoria absoluta. Pero si son fachas todos. »

Elle insiste encore et encore, ce sont des fachistes au gouvernement, Franco n’est pas mort, le PP le rescussite à chaque loi votée.

Dans le fond, l’orchestre poursuit son concert de rue. Je suis touché par sa demande de porter son message à l’étranger. Touché et gêné. Je n’ose pas lui dire que le reste de l’Europe s’en fout de l’Espagne. Et quand ils ne s’en foutent pas, ils pensent que les Espagnols l’ont bien cherché, que ces gens du Sud sont des paresseux profiteurs qui veulent l’argent des bûcheurs du Nord. Voilà ce que je devrais lui dire. Voilà ce que je garde pour moi.

Alors, je lui donne raison. Elle acquiesce gênée à son tour. Elle répète encore. Oui ce sont des cryptofranquistes. Non Franco n’est pas mort. Il a gagné la guerre et pour longtemps.

« Regarde », me dit-elle en me montrant son bracelet aux couleurs de la seconde république, « Soy républicana ». Rouge, jaune, mauve sur un morceau de tissu effiloché. Elle brandit son poignet bien haut, « Yo soy republicana » répète-t-elle. J’ai honte pour elle. Ou plutôt avec elle. Le délabrement de son bracelet tricolore est bien en phase avec la république espagnole : un souvenir, vieux et poussiéreux. De l’histoire ancienne.

« Et moi je suis petit-fils de républicaine. », osai-je finalement répondre.

Je ne voulais pas l’abandonner dans son lyrisme usé. Je refusais d’assister au naufrage d’une dame de la République. Je ne n’entendais plus la musique. J’ignorais si l’orchestre jouait encore. Tout semblait avoir été dit.

« J’ai entendu dire que l’Histoire parfois bégaye »

Je me retournai, les flics étaient encore là. Est-ce cela une démocratie qui vire à la dictature ? Je l’ignore. J’ai entendu dire que l’Histoire parfois bégaye. D’autres m’ont dit que l’Histoire ne se répète pas mais qu’elle rime. No lo se. J’aurais été un personnage d’une fresque magico-réaliste, cette dame aurait été l’ange de la République venu me rappeler à mes devoirs de citoyen républicain. Elle me serait apparue avec ce même accoutrement qui ne paie pas de mine. Son bracelet aurait porté les mêmes trois couleurs délavées. Elle aurait tenu le même discours, peut-être un peu plus long. Les flics nous auraient nié de la même manière. Ses haussement de voix se seraient noyés de la même façon dans la version instrumentale d’un tube d’Alaska y Dinarama. Sauf qu’à l’issue de notre conversation, un bracelet de la République flambant neuf serait apparu à mon poignet gauche, miraculeusement. J’aurais dû alors entrer dans l’Histoire, cesser d’être un spectateur révolté, énervé, râleur, et devenir contributeur.

Je n’osais plus regarder mon avant-bras gauche. Je voulais juste vite saluer mon interlocutrice et partir. Quitter ces lieux. Rentrer dans le Corte Ingles, acheter une robe à ma fille et faire réparer ma montre. Adios y gracias. La dame reprit son chemin en direction des flics. Au bout de quelques secondes, elle disparut derrière un coin. J’ouvris la porte du magasin. Une bouffée d’airco vint me rafraîchir. Je transpirais. Une fois à l’intérieur, je posais ma main droite sur mon poignet gauche. Ma Swatch bleue était toujours bien là. Il ne fallait pas que j’oublie de changer la pile essentielle à la révolution. Celle des aiguilles qui donnent l’heure.



Catégories :Cuentos de Crisis

Tags:, ,

72 réponses

  1. Franco n’est pas mort.

    No trépassaran.

    J'aime

  2. Retour au post précédent :
    http://www.contrepoints.org/2014/08/02/175604-leve-toi-et-parle

    Beau texte … hélas tellement vrai. À méditer !

    J'aime

    • « Par « occidental » j’entends un de ces peuples qui, il y a quelques siècles déjà, a décidé de se défaire du pouvoir arbitraire des rois et, par la même occasion, de reléguer les religions à la stricte sphère privée. Nous avons, dit-on en terre chrétienne, séparé l’Église de l’État. »

      C’est donc fort peu de chose, selon le journaliste, un occidental : quelqu’un qui a renié sa civilisation. La nature a horreur du vide, quoiqu’en ai dit Pascal.

      En fait, au lieu de parler au nom de la civilisation occidentale, le journaliste devrait parler en tant que journaliste : « je ne suis qu’un journaliste »

      J'aime

      • @ Pfff
        Il est un fait qu’il y a une corrélation que l’on ne peut m’empêcher de faire entre, d’une part, une évolution à corps perdu vers une société de plus en plus laïcisée et donc la perte des valeurs chrétiennes dans nos sociétés dites « occidentales », et de l’autre, la montée du radicalisme musulman. Un peu comme si l’Islam tirait aujourd’hui son surcroît d’énergie dans un retour forcené à ses valeurs ancestrales face à un Christianisme qui, quant à lui, fait le chemin inverse. Dans le domaine religieux, pétri de symbolisme, rien n’arrive jamais par hasard. Aviez-vous par exemple noté que la destruction en mars 2001 des deux bouddhas de Bamiyan (Afghanistan), splendeur de l’art figuratif gréco-bouddhique, avait trouvé son pendant dans l’anéantissement six mois plus tard des deux tours du World Trade Center, symbole aniconique celui-ci de la création occidentale contemporaine ? Tout qui aurait été capable de rentrer dans les schèmes de raisonnement des Talibans auraient parfaitement pu prévoir la catastrophe du 11 septembre, car le lien logique entre ces deux événements, ne fût-ce que symboliquement, était très fort.
        Il n’y a rien tant que l’Islam ait jamais exécré que la force spirituelle des ordres religieux sur son sol. Pensez au massacre des moines de Thibirine (Algérie), épisode qui rappelle étonnamment celui des frères mineurs de Ceuta (Daniel et ses six compagnons) en 1227. C’est que probablement, cette dimension spirituelle du Christianisme, les penseurs de l’Islam savaient qu’elle était la seule véritable force à être en mesure de lui faire barrage. Cette force spirituelle et morale étant en déclin, l’Islam violent et radical renaît de ses cendres. Pourquoi donc pensez-vous que l’une des premières choses que les combattants de l’EIIL aient faite fut de dynamiter le tombeau du prophète Jonas à Mossoul (l’antique Ninive des Assyriens) ?

        J'aime

        • Vous avez parfaitement raison. Et la mort de Massoud : pour lancer un conflit, il faut d’abord éliminer les modérés. Toutes les mafias savent cela.
          J’ai le souvenir d’un policier croate qui avait essayé d’empêcher la guerre de Yougoslavie à lui tout seul. Il y a aussi l’assassinat de Maskhadov en Tchétchénie, d’Agathe Uwilingiyimana et d’Habyarimana au Rwanda, etc.

          J'aime

        • « Pourquoi donc pensez-vous que l’une des premières choses que les combattants de l’EIIL aient faite fut de dynamiter le tombeau du prophète Jonas à Mossoul (l’antique Ninive des Assyriens) ?  »

          Parce que des trois religions qui se réclament d’Abraham, l’Islam est la plus puritaine, celle où la notion de pureté est la plus importante et, donc, la plus violente.

          Mais, remarquez que nos avançistes sont eux aussi des « purs » qui ne tolèrent qu’eux-mêmes (et l’islam, surtout quand il est violent : le désir inavouable d’être subjugué, à gauche, toujours).

          Il y a de la place pour un synthèse avançiste-vert-écolo-vert-islamiste, avec une petite touche de nihilisme bouddhiste, pour que nos nouveaux parfaits soient vraiment parfaits.

          Islamisme ou relativisme : ce qui est dans le collimateur de ces braves gens est toujours la même chose, toujours la même cible.

          J'aime

      • Ben, zut, c’est Kaplan. Je suis souvent d’accord avec Kaplan.

        Mais, parfois, c’est très très très très très très dur d’être un libéral et un catholique en même temps. Les libéraux sont tellement sectaires et bornés, souvent.

        J'aime

    • Tourn’
      si vous êtiez un minimum critique vous vous méfieriez de devenir le zélote d’un blog qui prétends « niveller par le haut », un tel blog ne peut que vous faire croire que vous avez le niveau pour mieux vous flouer

      J'aime

      • Uit’zuitje
        Je vous accorde que le titre de ce blog est malheureux, et je vous accorde également que sa coloration est marquée.
        Ceci étant, il y a sur ce blog des articles de fond, même si clivés politiquement et polémiques, qui ne manquent pas d’intelligence. Et comme tout est susceptible de faire farine au moulin, quand bien même ce serait de la farine de froment et que l’on serait atteint d’une maladie céliaque, il me semble que notre ouverture critique doit à tout le moins accepter de s’ouvrir à tous les arguments, d’où qu’ils viennent.
        La posture guette tout le monde, et comme vous le savez, de posture à imposture, il n’y a que deux lettres de différence. Le dogmatisme de gauche n’a rien à envier à la doxa de droite, et vice versa. Quant aux grenouilles du marais, les tièdes pour reprendre une appellation qui courait l’assemblée législative en 1792, s’ils s’imaginent se prémunir en se tenant prudemment à équidistance des extrêmes, qu’ils fussent à l’époque Montagnards ou Girondins, ils en seront eux-mêmes pour leurs frais. Seuls à la limite pourraient encore prétendre échapper à ce choix cornélien les ignorants, mais qui peut raisonnablement affirmer être aujourd’hui ignorant ?
        Tout ceci pour vous dire que, quand j’achète la presse en France, je passe alternativement du Figaro à Libération (le Monde uniquement pour le dimanche matin, devant une tasse de café fumant et un croissant). Quant à la presse belge, je ne la lis plus, ou que si peu … je me contente du blog de Marcel (clin d’oeil). Voilà, vous savez tout, ou presque.

        J'aime

        • doxa de gauche ou de droite je vois clairement celle qui m’embarque sans illusion, et celle qui clairement se fout de ma gueule sur le quai depuis son yacht, c’est peut-être ce qui nous différencie… perso je pense que sans le ps la wallonie serait juste une terre de moujiks, je veux dire de moujiks soumis à des gens genre delpérée, davignon, de ceci, de celà, pas à l’écoute d’un fils de prolétaire immigré sicilien, homosexuel plutôt assumé en prime, par exemple, mais cela veut aussi dire que quand j’entends demotte je pense forcément quelle motte de merde ce plouc…

          au niveau belgicain : à gauche sans illusion, je préfère les arrivistes de gauche aux héritiers de droite, (perso ça m’indiffère de parler NL)

          au niveau mondial : à gauche avec espoir, l’ultra-libéralisme ambiant plonge le monde dans la catastrophe (même si celle-ci ne sera pas nécessairement la guerre en europe) je ne crois pas qu’entre iran et israël l’arme nucléaire servira d’équilibre entre tarés déséquilibrés…

          au niveau planétaire : là vraiment il n’y a pas d’autre attitude à mes yeux que la doxa écologiste…
          la mobilisation actuelle de l’histoire de14-18 comme révélation de tout le xxième me rappelle une vie militaire que j’ai vécue dans une unité nbc d’abl très pointue à une époque post three mile island et ante tchernobyl… nos enfants ne sont pas sortis de l’auberge mon cher, sans millénarisme minable et parano, je pense qu’un air de survie est en jeu

          J'aime

        • Globalement en phase avec ce que vous écrivez … à une nuance près, et elle est de taille : la démocratie ne doit pas être qu’un vain mot, il faut se battre pour qu’elle vive, et donc qu’elle évolue. La démocratie mode « fin de l’Histoire » ou « nous avons enfin posé notre sac » est de la foutaise.
          La démocratie, ce n’est ni la droite, ni la gauche, c’est une éthique qui doit dicter les équilibres à réinventer. Vous disiez que vous préfériez les « activistes de gauche » aux « héritiers de droite ». Le problème est que l’alternative ne se pose plus dans ces termes, mais bien entre « neveux ou fils de gauche » « et « neveux ou fils de droite, ceux-ci étant d’ordinaire, je vous le concède, des héritiers plus garnis.
          Ce que vous ne semblez pas comprendre, c’est qu’en matière de défense des principes démocratiques, il n’y a pas de demie mesure. Il y a un idéal d’équilibre à essayer d’atteindre, et qui ne nous laisse pas le choix des compromissions à faire, que ce soit côté droite ou côté gauche. Quand je vois un CDH rafler le ministère de l’Enseignement à la CFB et qu’en prime, c’est Milquet qui décroche la floche, ceci alors qu’elle s’est illustrée brillamment au collège Saint-Michel, je me dis qu’il y a vraiment quelque chose de pourri dans le royaume de Belgique. Mais quand, dans le même temps, je constate que contre tout ce qu’il avait affirmé, le PS s’est empressé de fermer le jeu à la Région avant la constitution du gouvernement Fédéral, et qu’en plus il a dissocié les postes de ministres-présidents à la RW et à la CFB uniquement pour permettre à une mouche en difficulté technique de vol d’atterrir sans trop d’encombre, alors là aussi, je me dis qu’il y a très loin de la coupe aux lèvres s’agissant de démocratie.
          La démocratie ne se résume pas à de la discrimination positive (qui sert toujours au passage, je tiens à vous le rappeler, quelques bons apôtres); elle est d’abord une réflexion critique permanente sur les institutions dans un esprit d’équilibre, d’équité et de progressisme bien compris, et à partir de là, une exigence dans l’application des règles nécessaires à les mettre en œuvre.

          J'aime

        • @Tourn’

          ( je sors de ma cure de désinto à mon addiction au blog d’oom Marsel juste pour vous)
          sûr que « la démocratie ne doit pas être qu’un vain mot,  » c’est pas non plus que des mots critiques pour des magots…

          « une éthique qui doit dicter les équilibres à réinventer » dites-vous, l’éthique dicte n’est possible que si votre éthique n’est qu’étiquette…
          des équilibres à inventer, les déséquilibres à peine éventés qui se réinventent sans cesse…

          « en matière de défense des principes démocratiques, il n’y a pas de demie mesure. » vous savez mon cher Tourn’ je connais des gens qui ont vécu le plus clair de leur vie (ouiouioui iccci en belgique)en prison pour avoir refusé les demi-mesures…

          je suis juste perso amusé par l’obsédé sexuel de fils (trop libéré?) de milquet dans un collège que je crois bêtement plus huppé qu’oom Marcel, mais perso ça me marre la calote chantante… franchement, sérieux là! c’est onkelynck la coupable du crime en ce qui concerne l’enseignement… pas de doute milquet ne peut être pire, et que le préfet de st michel tremble n’empêchera pas marie d’engendrer le messie. (ah merde c’est gabriel le bon…)

          « La démocratie ne se résume pas à de la discrimination positive » vous êtes la première personne à me dire qu’elle imagine qu’Elle se résume à ça… en tout cas je constate que vous ne comprenez pas vraiment votre pays côté Entités fédérées autonomes, démocratiques donc, mais perso je suis en stand by côté prétention pédagogique pour vous aider…

          vous êtes si caricaturalement anti-ps (à mes yeux je précise) que vous ne vous êtes jamais rendu compte si ça tombe, qu’appartenir au ps ne garanti pas d’être de gauche… perso je déteste le mr mais ne lui souhaite pas d’être l’agent de l’humiliation définitive des FR à l’Entité dite « fédéral », parce que je pense que l’humiliation des FR n’est pas la démocratie… je me sens plus proche d’oom Marsel que vous là-dessus pense-je, plus que miyovo, mais me trompe-je, plus qu’elle fantasme-je?

          J'aime

  3. Ca bégayera définitivement si on continue à être fascinés par les médias.

    Boycott des élections en Belgique si pas de représentation minimale au fédéral de 2 partis pour chaque communauté.
    Le francophone ne sait-il faire que des marches blanches? La démocratie n’est pas un enjeu suffisamment émotionnel? Francophone, ventre mou alors? Charles Michel ricane.

    J'aime

    • « Boycott des élections en Belgique si pas de représentation minimale au fédéral de 2 partis pour chaque communauté »

      ne vous faites pas volontairement de mal… 2 partis ça veut rien dire, imaginez le pp et le ptb dans un gvt…
      un seul parti pour les FR en fait c’est très bien (bon perso ça m’emmerde qu’il s’agisse du mr , mais ces cons tout de même démocrates, ouvrent des voies pour d’autres plus tard)
      -plus jamais les NL ne pourront nous emmerder avec l’dée d’un gvt féd majoritaire en .be et minoritaire en VL
      -si la conjoncture internationale empire, le mr disparaîtra (perso il m’emmerde moins que le nationalisme en VL) si ça marche il se fera battre et aura fait tout le sale boulot que le ps et son satellite « humaniste » n’aurait jamais osé…
      Bulaya hapana amekufa dirait le lion noir

      J'aime

  4. lorsque je suis revenu du zaïre les flics belges m’ont paru trés compliqués parce qu’ils ne fonctionnaient pas au matabich, j’ai beaucoup de mal à concevoir une dictature sans corruption des fonctionnaires… j’ai eu à faire à un ou deux sales cons, mais globalement les flics belges m’ont toujours paru peu idéologiquement dominés par les choix politiques au pouvoir… l’espagne de franco me semble plus vieille encore que le zaïre de mobutu et je ne vois pas trop où dans ce texte les flics dépassent la violence légitime dont ils sont dépositaires… ce texte me rapelle un peu ce gars qui avait hurlé vive la république au 21 juillet à la colonne du congrès…les flics l’avaient arrêté et dit qu’ils le faisait pour le protéger des réactions national(ist)es possible…
    les flics sont là pour nous protéger, ils sont peut-être pas tous capable du boulot, mais c’est plutôt pas mal que celle qui s’énerve toute seule ne pose pas de problème, me semble-t-il
    ps: un beau texte de vacances, même si perso à madrid je préfère le prado à la movida

    J'aime

    • « je préfère le prado à la movida »

      Ah, Uit’ ! Vous voyez, quand vous voulez !

      J'aime

    • « Il ne fallait pas que j’oublie de changer la pile essentielle à la révolution. Celle des aiguilles qui donnent l’heure. »

      je reviens en décalage horaire,
      il me semble qu’à la révolution une pile existentielle serait plus… en fait moins, moins dépendante de l’essence qu’on met dans les cok’mol’tofs de la révolution. les aiguilles qui donnent l’heure sont les épines qui font le moins mal

      J'aime

      • Cela se discute, votre obsession révolutionnaire pour les horloges. Le premier geste des révoltés de la Commune de Paris fut de tirer sur les horloges, pour les calmer.

        J'aime

        • en décalage horaire, après pêche à la ligne de changement de datte…
          communards premier geste de révolté survolté: calmer les horloges…
          la révolution nécessite pourtant au moins un tour complet sinon c’est même pas une révolution et bien moins encore périodique

          J'aime

  5. Décidément, ça écorcherait la plume de l’auteur d’écrire « police » au lieu de « flics ». Ou bien avait-il parié qu’il utiliserait le mot « flics » un maximum de fois dans son article?

    J'aime

  6. http://www.lesoir.be/616/article/actualite/belgique/2014-08-04/pour-l-essayiste-jules-gheude-scission-belgique-apparait-plus-en-plus-ineluctable

    Hélas (ou pas), ce n’est que bon sens au vu de l’évolution historique générale dans le cadre du processus de la construction européenne. Je l’ai déjà écrit, la Belgique sera un épisode parmi d’autres (Catalogne, Ecosse … avant bien d’autres) de la recomposition politique européenne. Et en définitive, je ne suis pas sûr que cela soit pour un mal. Une telle évolution permettra à court ou moyen terme de rebattre les cartes des jeux politiques internes, et pourrait donc (si les choses évoluent dans le bon sens) se traduire par un surcroît de démocratie.

    C’est du moins ma conviction … mais j’imagine que mon « alter ego » du rand, mon cher Uit’zuitje, aura quelques grains de poivre à y rajouter … pour ne pas parler de la pincée de sel que Marcel ne manquera non plus d’apporter.

    J'aime

  7. http://www.lesoir.be/616922/article/actualite/monde/2014-08-05/l-armee-israelienne-annonce-son-retrait-total-gaza

    C’est probablement la fin du conflit, au moins provisoirement, avant six mois, un an ou deux ans.

    L’un des problèmes – et il est de taille – est la politique israélienne des colonies. La Knesset et le gouvernement de Netanyahu sont en effet pris en otage par le lobby des colons, dont tous savent qu’ils ne sont mus que par un seul objectif : Eretz Israël. D’une certaine façon, si Israël est bien une démocratie (et ce ne sont pas notamment les Arabes israéliens qui s’en plaindront), il faut bien admettre que cette démocratie fonctionne mal (mais la nôtre, fonctionne-t-elle mieux ?). Il n’est pas admissible en effet qu’une minorité agissante (ce lobby des colons représente au sens large, avec les sympathisants, une vingtaine de % de la population israélienne tout au plus) puisse ainsi dicter sa loi à une assemblée à la proportionnelle. On en voit les conséquences à Tel Aviv, de même d’ailleurs que dans un pays comme le nôtre, mais là-bas, avec des prolongements autrement plus dramatiques.
    Il est évident que ce problème des colonies est pour beaucoup dans la crise israélo-palestinienne, et on sait aujourd’hui que ce qui a poussé depuis six mois le Hamas à harceler l’état d’Israël avec ses fusées Al-Kassem (je ne parle ici du problème des tunnels) fut, en grande partie, la décision prise par le gouvernement Netanyahu de permettre à la fin de l’hiver la création de nouvelles colonies en Cisjordanie.
    Ceci étant, cette réalité ne retire rien au « péché originel » dudit Hamas de conserver inscrit dans son programme politique la destruction pure et simple d’Israël. En une certaine mesure, force est de constater qu’aucun des deux partis n’a renoncé à son projet d’éliminer purement et simplement l’adversaire, les Palestiniens du Hamas en fondant leur communication tantôt sur la victimisation, tantôt sur la radicalisation et la déclaration urbi et orbi qu’Israël est une erreur de l’Histoire, les Juifs en se laissant (de bonne ou mauvaise grâce) prendre au jeu des colons qui, eux-mêmes, ont toujours considéré que la patrie des Palestiniens se trouvait sur la rive gauche du Jourdain, en Jordanie du nord, les Jordaniens de souche (dynastie hachémite) ayant leurs racines plus au sud, dans l’ancien pays des Nabatéens.

    Suite au prochain numéro donc, d’ici six mois, un an, deux ans au plus.

    J'aime

  8. http://www.vwc.edu/news-a-events/news-releases/meet-the-faculty-dr-alain-gabon

    http://www.ndf.fr/poing-de-vue/21-01-2014/dieudonne-valls-t-il-coule-le-ps-sans-sen-rendre-compte#.U-HwQRCF-TU

    Putain de vainqueur. Dijon.

    Qu’est-ce qu’il disait Pound, sur l’antisémitisme (qu’il avait bien connu) ? Un préjugé provincial parfaitement méprisable.

    Marcel follows, sauf le point six. Je rigole.

    Lu sur causeur.

    Valls : « La gauche peut mourir. »
    Basile de Koch : « Nous sommes bien d’accord. »

    Qui est-ce qui s’est cru très malin en attaquant les catholiques ?

    J'aime

  9. « si Israël est bien une démocratie », il est étrange qu’il faille dire « Arabes israéliens » et non « Israéliens musulmans »

    « C’est probablement la fin du conflit, » …les objectifs sont atteints tsahal a gagné, sûr qu’il ya plus de phallique roquettes ni de vaginale tunnel, gaza est à la r’hamas…
    les étasuniens sont pour rien dans la fin du conflit, gonflant cet obama

    J'aime

  10. @Marcel

    ok il n’y a plus de suivi sur votre blog depuis le 5 août après la sieste…
    souci de solidarité fonctionnaire ps walbanienne ?
    exclusivo-tweetisme?
    problème d’argent pour engager en titre-service une charmante ethnologue flamande bilingue qui pourrait au moins apporter une souplesse temporelle à votre blog?

    médecin anversois qui vous à laisser mourir parce qu’il était n-va?

    si l’écrit ne suis pas à quoi ça sert d’être le pro-pal ou l’hypo-suce-sion de service lorsqu’on se fend d’un comment taire…

    J'aime

    • Le gratuit ne suffit pas, la modération gratuite et intelligente, ce n’est pas assez, il fauta aussi un service quotidien pendant les vacances, voire engager une personne à mes frais. Bon, ça frise l’exagération la, non?

      J'aime

    • … Et je ne vois pas quelqu’un prendre la plume à la place de Marcel, pendant ses absences… ni même simplement modérer: pour modérer et avoir modéré sur différents blogs et forums, je n’ai pu que constater que chacun a SA sensibilité, SA perception des écrits… et donc SA façon de réagir: et vu l’œil aquilin (= parfaitement aiguisé) de la plupart des lecteurs de Marcel, la différence sera très vite mise en exergue! lol

      Par ailleurs, félicitations, Uit ‘t Zuiltje, pour vos jeux de mots: festival de l’été? 😉

      J'aime

    • A mon avis envoyez un copy paste de votre contribution au secrétariat du Nieuwe Vlaamse Arrogante Tea Party, vous y gagnerez certainement 5 années d’affiliation gratuite avec en prime un autographe du grote leider 😉

      J'aime

      • merci willy mon sauveur

        en tant qu’ami vous me donnez une bonne idée, je vais leur envoyer « une candidature spontanée », ces gens sont tellement pas à la hauteur niveau arrogance qu’ils leur faut un arrogant FR du rand pour essayer de leur faire comprendre… 🙂

        J'aime

  11. Pour revenir à un poste précédent …

    D’après Jean-Paul Gourévitch, spécialiste (Université de Paris 12) des flux migratoires, on peut estimer que :
    – la France métropolitaine est peuplée aujourd’hui de quelque 64 millions d’habitants ;
    – y résident environ 7,7 millions de musulmans, pour leur très grande majorité issus d’Afrique du Nord, ce qui représente environ 12 % de la population globale de la France métropolitaine ;
    – il y aurait en France métropolitaine environ 3,6 millions de musulmans pratiquants, modérés pour la plupart (soit ceux qui se contentent des « cinq piliers de l’Islam » : pèlerinage, ramadan, prière quotidienne, aumône, profession de fois) ;
    – on compterait néanmoins jusqu’à environ 160.000 musulmans radicaux, soit quelque 2 % de la communauté musulmane de France et, à l’échelle de la France métropolitaine, quelque 0,25 % de la population globale.

    Ces chiffres sont donnés par un intellectuel qui affirme n’être « ni islamophile, ni islamophobe », et sont considérés aujourd’hui par le monde « scientifique » comme ceux qui doivent être le plus proches de la réalité.

    Ce qui pose question, plus que les 12 % de la population de France métropolitaine (argument qui fait les choux gras du FN, on l’imagine), sont évidemment les quelque 160.000 musulmans radicaux vivant sur sol français, pour la plupart concentrés dans des foyers d’islamisme, d’ailleurs parfaitement identifiés par les R.G. (renseignements généraux) (Région parisienne, Marseille, Roubaix, Béziers-Narbonne …). Et ce chiffre est d’autant plus important qu’il se trouve être en augmentation constante. À l’évidence, on assiste actuellement à un phénomène d’osmose entre ces milieux islamistes et la communautés des croyants modérés. Le processus est par ailleurs aggravé par la conversion à la Jihad et le recrutement de jeunes issus de la communauté musulmane qui, pour la plupart, ne sont pas pratiquants. Ainsi assiste-t-on à une sorte de double transfert vers le radicalisme religieux, à la fois venant de certains milieux croyants modérés, mais aussi, et surtout, venant de cercles de jeunes issus de l’immigration maghrébine qui avaient quant à eux, en apparence, renoncé à la pratique religieuse. Il semblerait d’ailleurs que ce soit chez ces derniers que le radicalisme prenne le mieux.

    Il n’est de secret pour personne que nombreux sont les milieux politiques qui, aujourd’hui, considèrent cette évolution comme une bombe à retardement. Les récents incidents impliquant des radicaux à Toulouse et Montauban et à Bruxelles (Roubaix) ne sont à ce stade encore que des « épiphénomènes », mais les spécialistes s’accordent à affirmer que le mouvement va s’amplifier avec le retour programmé des djihadistes partis combattre en Syrie.
    Ce que ces jeunes en effet y ont vécu, dans un milieu hyper-radicalisé, est en effet de l’ordre de l’innommable, confrontés qu’ils y sont actuellement au summum de la violence, de l’horreur et de la déshumanisation (cfr les vidéos mises sur le web par les islamistes syriens). Une telle expérience de vie est de nature en effet à faire perdre tout repère humain, qui ne peut que contribuer à entraîner une dévalorisation de la vie et de la personne humaines. Ces jeunes, les services de renseignement occidentaux, l’ont bien compris seront tels des charges explosives, sortes d’agents dormants, qui peuvent exploser à n’importe quel moment.
    Or tout ceci correspond, dans le chef de certains idéologues de l’Islam radical, à une stratégie concertée, planifiée et voulue. Et les points d’appui de cette stratégie se trouvent bien entendu dans les foyers d’islamisme en Occident, pour la plupart dans les banlieues des mégalopoles.

    La question n’est donc pas de savoir si, en faisant ce type de constat, on est ou non islamophobe, mais bien de savoir si on est disposé, oui ou non, à ouvrir sur les yeux sur une réalité tangible et quantifiable. Les faits sont là, les chiffres sont là, les premiers symptômes concrets commencent à apparaître, qui ne sont encore à ce stade que très ponctuels et localisés certes (il n’empêche, allez expliquer cela aux parents des victimes de Toulouse ou de Bruxelles !) mais qui ne devraient que croître, du moins si on ne fait rien pour enrayer cette mécanique infernale.

    Ce problème, crucial, risque à terme de remettre en question les fondements mêmes de l’état de droit et de la citoyenneté. Si le radicalisme musulman devait en effet s’étendre et se durcir, le rejet de l’Islam par le restant de la population française ne ferait lui-même que s’accroître, ce qui finirait par aboutir à une fracture sociétale profonde. L’évolution surtout pourrait déboucher à une remise en cause, au moins par les milieux flirtant avec l’extrême-droite (pour rappel, Marine Le Pen passera sans problème au premier tour en 2017), de la citoyenneté accordée sur les fondements de la France laïque. Le risque est grand en effet de finir par voir nos pays établir des citoyennetés à échelle variable, selon que l’on serait « franco-français » par exemple, ou un Français « blanc-bleu-beurre ». Risque très réel, qui pourrait être une conséquence de la dérive à laquelle nous assistons actuellement, en relation avec ce mouvement d' »islamophobie » bien réelle auquel nous assistons, consécutif lui-même à la montée du radicalisme musulman, à l’étranger et dans nos propres pays.

    Les extrêmes s’attirent pour mieux se repousser, cela est bien connu.
    Tout cela pour dire que, si nous voulons sauver ce qui peut l’être, il ne nous faut faire aucune concession à tout ce qui serait de nature à remettre en cause l’édifice de nos propres valeurs. Le gouvernement Hollande vient de le prouver avec l’ex-députée FN de Rethel; il serait bien échu qu’il le fasse également à l’encontre de l’Islam radical.

    J'aime

    • Et Erdogan est réélu triomphalement … Mais, bon, en Europe, ce n’est plus l’autruche, c’est la taupe.

      J'aime

      • Une mention spéciale pour le Monde, qui s’étend sur l’élection d’Erdogan en évitant soigneusement de reproduire ses propos sur l’Islam et la tolérance. Au final, une façon adéquate de saluer la mémoire de Simon Leys. Mieux que des éloges convenus.

        J'aime

      • taupe qu’a pis même
        au pire, l’autruche on grille

        J'aime

      • Erdogan ? … un problème qui, là, n’a pas spécifiquement à voir avec le délire islamiste … quand bien même ses propos sur les Juifs et sur l’Islam sont évidemment inquiétants … j’y verrais plutôt, dans sa volonté de s’approprier le pouvoir en dévoyant les institutions, un scénario dont on trouve tellement d’échos dans nos propres systèmes politiques …
        Je vous donne un petit exemple, il est emblématique :
        Erdogan a modifié la constitution, transformant le poste de président non élu (et arbitre … genre président de la république italienne ou de la république fédérale allemande) en celui d’un président élu. Il est donc ainsi parvenu à transformer, d’un coup de baguette magique, un système à la proportionnelle (qui ne lui convenait plus vraiment … surtout qu’il en était à son troisième mandat de Premier) à un système présidentiel. La constitution, dont il a modifié l’article 104, lui permettra, en tant que président, de diriger le conseil des ministres s’il y a assiste. Ce qui revient à dire qu’à ce jeu-là, à bien pousser les choses, le premier ministre finira par devenir protocolaire, ce que le président était jusqu’ici. Bien joué, Tayyip !
        Si l’on compare maintenant avec ce qui se passe en Wallonie, que constate-t-on ? Le parti Ecolo, en début de la dernière mandature, avait réussi à faire voter (contre le gré du PS et du CDH, il va sans dire) ce fameux code de la démocratie locale qui commençait à emmerder pas mal de monde. Qu’ont donc fait Demotte et son compère Furlan, tous deux dans la même situation ? Ils ont tout simplement vidé la notion de « bourgmestre empêché » de son contenu, leur permettant implicitement (mais explicitement pour les administrés présents) d’assister et « de diriger » les conseils communaux (ce qui normalement leur était interdit, conflit d’intérêts potentiel oblige), voire mieux encore, d’assister à « tous » les collèges des bourgmestre et échevins (dont normalement ils sont exclus, sauf en cas d’invitations ponctuelles, pour traiter de question spécifiques et techniques), collèges qu’ils ont fini eux-mêmes par diriger.
        Vous savez, en définitive, Erdogan et Demotte, c’est à peu près le même combat, sauf que Demotte n’en est pas encore à plaider pour la Charia … quoique, à mon avis, ça ne saurait tarder. Ils sont d’ailleurs en train de restaurer les minarets … de la cathédrale Notre-Dame (smily).
        Ce qui s’est passé en Turquie, à bien y regarder, n’est guère très différent de ce qui s’est passé en Italie avec Berlusconi où tout le monde continuait à fermer les yeux, ou de ce qui se passe dans une ville comme Tournai où tout le monde se tait.

        La démocratie implique une exigence de lucidité et de vigilance. Il faut pour cela un minimum de culture politique (eh oui, mon cher Uit’zuitje … même chez moi !), et un minimum de courage. Des denrées hélas qui se font de plus en plus rares.

        J'aime

        • Cela semble (ici, je placerais bien un hélas, mais je suis un peu las) être un peu plus grave que cela.

          Si on croit ces méchants juifs-israéliens, ils viennent juste d’arrêter une centaine de membres du Hamas qui avait prévu d’éliminer Mahmoud Abbas, le tout organisé avec la complicité de la Turquie. Je propose un nouveau slogan pour les idiots utiles du Hamas : « Hamas, assassin, Tayyip, complice ! »

          J'aime

        • Oui, euh… c’est la version israélienne. Ils avaient aussi dit que l’ordre de tuer trois étudiants venaient d’en haut alors qu’apparemment, ce n’était pas le cas.

          J'aime

        • Marcel,

          Le Hamas a officiellement adressé ses félicitations aux mains anonymes qui s’étaient « occupées » des trois adolescents.

          Le Hamas s’est officiellement félicité de l’existence des sous-terrains vers Israël qui ont permis leur enlèvement.

          Et le dessin avec les trois petits souris attrapées à la canne à pêche ? Wake-up, Marcel.

          J'aime

    • « Une telle expérience de vie est de nature en effet à faire perdre tout repère humain, qui ne peut que contribuer à entraîner une dévalorisation de la vie et de la personne humaines. »

      Vous y êtes presque, Tournaisien.
      Encore un effort.
      Je vous aide pour vous mettre au diapason et que vous prépariez aux explications (rien n’est grave, une fois que c’est bien expliqué) : répétez après moi « c’est la fôt à la société ».

      Ben voilà, et votre fille est muette et sourde (la déflagration).

      J'aime

      • « de nature en effet à faire perdre tout repère humain »

        cher Tourn’ perso j’entends là une grande bienveillance catholique

        « rien n’est grave, une fois que c’est bien expliqué »

        ya trop de chinois là-dedans mon cher Pfff pour vos vieux habits chrétiens…

        …et dire que je pensais que votre putain de dieu incarné vous simplifiait la vie

        J'aime

        • @Pfff

          j’ai adoré votre « muette et sourde (la déflagration). »

          herman v rompoeil l’haïkuisse devrait se liquéfier dent sa langue sa live enz

          J'aime

        • « y a trop de chinois là-dedans mon cher Pfff pour vos vieux habits chrétiens… »

          Simon/Pierre Leys/Ryckmans était catholique et allait à la messe. Même qu’il y a vu Song Meiling, la veuve de Tchang Kaï-Check, à New York (Saint Patrick), qui était pourtant ce qui se fait mieux en matière de protestantisme yankee. Le mystère reste entier.

          J'aime

        • si c’est « à New York (Saint Patrick) »
          alors aucun mystère Pfff ces gens sont sans doute juste mélomanes, faites-y un tour un de ces jours

          J'aime

    • « Jean-Paul Gourévitch, spécialiste (Université de Paris 12) »

      Tourn’ mais wiki ‘l fait exprès!…
      wi vous le faites exprès k pour me provoquer pour je sorte de ma cure de désintox à mon addiction au blog d’oom Marsel…

      « spécialiste (Université de Paris 12) des flux migratoires » ce dr es science de l’ympho et de la com’ soit, you are ouelcom’

      que du beau monde dans sa vie intellactuelle ni qu’islamente ni islam de rasoir :
      après le « 50naire des Indépendances Africaines » (conseil sarkostique)
      rien d’untel qu’une bonne »Assises sur l’islamisation de l’Europe » organisées par :
      « Riposte laïque » (genre féminin involontaire, pas née dans l’athéisme)
      « Bloc identitaire »(super leur logo : le fascasher)
      « Licra »(la plus clairement islamicale)
      « Contribuables associés »(oh ké que c’est bas la défense du con FR d’RF tribuable de l’isf, vive les bons experts de l’upec)

      vous avez repris ses chiffres, merci de n’avoir pas pris les coûts pour nous, les (vrais) coûts de l’immigration (l’impôt des dhimmis ?) qu’il conteste lorsqu’ils ne vont pas dans son/votre (vrai) sens (frais en plus)

      ya qu’un truc malin chez ce type:
      les «grands axes de la stratégie islamophobe» qui, selon lui, «s’apparente largement par ses procédés à la stratégie des islamistes»

      c’est super de parler des stratégies islamophobes en exprimant son islamophobie sans y toucher…keffieh bas fieu

      tiens à propos des 160000 FR d’RF musulmans radicaux, encore plus ridicules que nu du gland ou voilées jusqu’aux paupières…
      vous savez combien ça représente le nombre de gens necessaires pour se faire un petit onze septembre… et… quoi!… vous savez encore dormir?

      J'aime

      • Paris 12 … l’Université la plus connotée à gauche dans l’Hexagone … une université où les moindres compromissions qui commenceraient à puer le début d’un prout de FN font dresser les cheveux sur la tête …
        Mon cher Uit’zuitje, je veux bien … mais alors à ce moment-là, rideau, il n’y a plus rien à dire sur rien, la vérité est par avance écrite … et tout le monde va cultiver ses poireaux.

        Je pensais qu’un vrai débat se faisait toujours à charge et à décharge.
        Dernière phrase : de fait, il n’en faut pas 160.000 … une vingtaine suffit largement.

        Le fond du problème : le fait que certains versets soient ultra-violents. À partir du moment où c’est dans le Coran, il y aura toujours des fous pour suivre le texte au pied de la lettre. Et même s’ils ne sont que 0,1 ou 0,01 %, ce serait encore de trop.

        Le plus gênant est que, face aux atrocités qui se passent en Irak, en Syrie, la « très grande majorité » des musulmans se tait dans toutes les langues. Si seulement ils élevaient la voix … il y a quand même là comme on dit un petit problème, vous ne trouvez pas ?

        J'aime

        • « Paris 12 … l’Université la plus connotée à gauche dans l’Hexagone »

          je suis peu sensible aux connations…
          plus sensible au fait que

          1) je doute qu’islamophobie et « gauche » soit antinomique
          2) j’ignore complètement autant que vous de la relation réelle du gars à cette université, son rôle là (quantitatif ,vous qui aimez les chiffres, et qualitatif, vous qui écoutez n’importe qu’elle andouille même intelligente qui se ou qu’on bombarde expert) etc…

          « une vingtaine suffit largement. »
          -merci Tourn’, j’entends bien, donc vos histoires d’islamistes chiffrés et gnagnagna c’est du bidon en tube,

          le vrai problème de l’islam c’est ces sales cons de capitalistes arabes bien propres sur eux avec avec bobonne(s) à la maison, et avec la larme à l’oeil devant un faucon aristocratique et un troupeau de vrais cons de chameaux quelque part sur du sable tar macqué avec du pétrole en dessous

          tout le reste n’est qu’histoire de guerre civile entre arabe un peu partout que l’empire entretient, pour qu’il n’y en ait pas un seul pour aller foutre du bordel en israël pendant qu’il bombe gaza… « il y a quand même là comme on dit un petit problème, vous ne trouvez pas ? »

          J'aime

      • Uit’zuitje
        Encore moi …

        Les chiffres ? … faut-il les donner, faut-il les taire ? Ou je pose la question autrement : le fait de décider de se lancer dans des comptages statistiques sur l’Islam en France n’est-il par avance condamné à être marqué au fer rouge de l’infamie ?
        Y aurait-il donc des sujets qu’il ne faut pas aborder, des chiffres qu’il ne faut pas donner ?

        Je formule encore autrement : des sujets glissants … que nombreux sont prompts, certes, à dévoyer. Qu’en fait-on ? On met le couvercle ? … jusqu’à ce que le couvercle vous pète à la gueule ? … ou on avance en clarté, en mettant les chiffres en discussion (principe du débat à charge et à décharge) ? À votre avis ?

        Ma conviction à moi est qu’il faut toujours tenter de partir des données les plus complètes et les plus précises qui soient … pour pouvoir mieux alimenter le débat à charge et à décharge précisément. La meilleure façon de responsabiliser tout le monde, et les brebis noires potentielles, et ceux qui crient haro sur le baudet ! La meilleure façon aussi d’essayer d’apporter des solutions réelles, des solutions de fond ! … en mettant le doigt sur ce qui cloche, et d’un côté, et de l’autre.

        Je vous donne un autre exemple, une question sensible, hyper sensible : les roms en France. Sujet glissant s’il en est … et qui est à mon avis très mal pris en compte.
        Il y a une quinzaine d’années, des responsables de la gendarmerie nationale décidèrent de faire réaliser un programme informatique complexe qui intégrait toutes les données relatives aux déplacements des groupes de roms et celles relatives aux statistiques de cambriolages en France. Eh oui ! Les résultats furent hélas éloquents : les graphiques se superposaient à la perfection. Le pouvoir, à l’époque, effrayé par ces résultats, ordonna qu’on mette tout au frigidaire. Et la presse n’en parla pas … ou si peu.
        Le résultat, c’est qu’aujourd’hui, on expulse du territoire les roms sans autre forme de procès, ou qu’on les dégage d’un campement à l’autre tous les quinze jours ou trois semaines. Une honte ! En réalité, à réagir comme cela, le monde politique n’a pas permis d’aller porter le débat au fond du problème, de pointer les responsabilités partagées des uns et des autres : l’hypocrisie des collectivités locales, la honte de terrains dégueulasses laissés à ces pauvres familles, le refus d’intégrer toute forme de politique d’intégration qui prenne en compte leur particularité culturelle liée au nomadisme (pourquoi ne pas prévoir des enveloppes budgétaires avec des travaux type entretien dans les communes pour les passages de roms ?) d’un côté, et de l’autre, l’inconséquence de ces groupes de gitans qui, quand ils volent, ne font rien, il faut bien l’avouer, pour se faire accepter par les populations locales. Du donnant donnant en quelque sorte, fondé sur une sorte de contrat moral fort, garanti par la loi, entre les collectivités locales et les groupes de roms. On a donc occulté le problème, et on n’a fait que le postposer et ce problème nous revient en plein face avec encore plus de force.

        La démocratie, c’est le débat public. Relisez vos classiques, Socrate, Platon, Démosthène. Le débat où, du moment que l’on respecte l’homme dans son intégrité morale, tout peut être dit, si c’est pour tenter d’apporter des réponses. Ce qui est insupportable avec la culture du politiquement correct, c’est qu’en définitive elle est d’une terrible hypocrisie. Les donneurs de leçons sont toujours prompts à se draper dans leur virginité, mais dès qu’il s’agit d’appliquer en cohérence leurs beaux principes, pfouittt … on ne les voit plus. D’une certaine façon, il y a beaucoup d’esprit bobo dans cette attitude. Personnellement, ce n’est pas comme cela que je conçois la politique : pour moi la politique, c’est d’abord et avant tout permettre au débat public de se déployer le plus largement possible, en respectant certaines règles bien entendu. Pourquoi par exemple, dans notre pays, le referendum est-il toujours si difficile à mettre en place ? Serait-ce donc qu’il risque de déranger les droits acquis d’une caste de politiques qui se sont arrogés l’exclusivité des leviers du pouvoir, d’une caste d’ailleurs, ceci étant dit en passant, qui de plus en plus se reproduit elle-même, ce qui n’est pas un moindre symptôme de la dérive à laquelle nous assistons ? Il suffit de compter aujourd’hui le nombre de fils de ministres qui prétendent à leur tour à des postes ministériels. Comment voulez-vous, dans de telles conditions, que le citoyen lambda ait encore du respect pour ses dirigeants ?

        Le code de la démocratie locale en Wallonie était une extraordinaire initiative politique, c’était vraiment la direction dans laquelle il fallait continuer à aller. Et que constate-t-on ? Que certains, à la tête de la RW, ont en réalité tout fait pour dévoyer le dispositif, tout simplement parce qu’ils étaient concernés par les principes appliqués dans le texte de ce code. Je trouve en ce qui me concerne que c’est vraiment à gerber !
        Demotte, aux dernières élections régionales, a perdu dans son arrondissement de Tournai-Ath-Mouscron quelque 23 % des voix qu’il avait obtenues en 2009. Il a perdu près d’un quart de son électorat ! Pas moins ! La perte est la plus sévère qu’on ait observée en Wallonie aux dernières élections (mais les médias sont restés muets, et pour cause !). Si vous voulez mon avis, il ne l’a pas volé ! Demandez aux Tournaisiens ce qu’ils en pensent, y compris chez les militants socialistes … vous verrez. C’est éloquent.

        J'aime

        • « La démocratie, c’est le débat public. Relisez vos classiques, Socrate, Platon, Démosthène. »

          perso je vous conseillerais de commencer par déjà les lire…

          la culture, l’hypocrisie, la virginité, le népotisme…mais bon sang que font les boboïdes? -parceque perso j’y avais pas vu de répondre, mais promis je vais les rerelire

          J'aime

        • Cher Uit’zuitje,
          Mais figurez-vous que je les ai lus, et même traduits … il est vrai, il y a déjà quelques années de cela. Démosthène en particulier avait fait les belles heures de mes vendredis matin en rhétorique, dans le collège « épiscopal » (excusez du peu) dans lequel j’ai fait mes « humanités » (excusez à nouveau du peu).
          Vous y allez fort quand même : je veux bien qu’on ait l’esprit critique aiguisé, mais réduire ce qui passe actuellement en Irak et en Syrie à une « simple » guerre civile, là, très franchement, il fallait quand même oser. Ceci étant, pour ce qui est des hypocrites de « capitaliste » (et en plus, pas de vrais capitalistes … juste des boutiquiers qui ont le cul sur du pétrole pour encore 50 ans), je vous accorde qu’une grande partie du problème se trouve de leur côté, à commencer par le fait qu’ils sont les principaux bailleurs de fonds de tous les terroristes islamistes que compte cette malheureuse planète.
          Décidément, je crains que votre posture (à vous de deviner à laquelle je fais allusion) ne vous entraîne de plus en plus à une forme d’aveuglement (aveuglement par goût du contre-pied, … du moins est-ce là l’analyse la plus indulgente que je puis faire).

          J'aime

        • cher Tourn’

          après avoir cru une seconde que c’est dans votre traduction de démosthène que j’avais lu tous ces trucs que j’ai malheureusement oubliés…
          comprenez un arrogant FR de la périph’, qui a vécu dans un pays où lorsqu’on vous volait c’était plutôt le contenu de votre congélateur, et ça posait une vraie difficulté ici le con de rom qui m’a piqué mon portable m’a posé moins de problème, j’en ai racheté un deux heure plus tard, et tout ce qui comptait dedans était dans mes clés, la jolie blonde de flic (appelée pour qu’elle aille voir chez mes voisins en vacances, et qu’elle me file le papier pour la vitre et mon assureur) a photographié mon propre bordel dans mon bureau, procédure, et m’a dit en montant dans sa bagnole qu’il était temps que je taille ma haie, avec un dernier sourire, elle a sûrement foutu tout ça sur yt… dire qu’il y a des gens qui râlent sur les flics (depuis mon fils est sorti de ses bouquins pour un peu couper la haie pas plus qu’il ne faut rassurez-vous)
          on a plus visité ma maison à rhodestgenèse qu’on a vidé celle où j’habitais au zaïre… vu que la propriété c’est le vol, on ne vole qu’aux riches, ya qu’à eux qu’on prête aussi…
          -je trouve intéressant comment l’argent circule chez les musulmans
          -je suis convaincu que les roms=d’inde est une invention nazie et que l’analphabétisme n’arrange rien, c’est un grand sujet de dispute pour moi avec un de mes amis NL qui doit gérer ça dans un grande commune NL
          -« une « simple » guerre civile » en fait j’ose des guerres civiles occupationnelles partout pour le containement des arabes, et vous mon cher vous connaissez des guerres civiles « simples »?
          -« aveuglement par goût du contre-pied » mes yeux ne sont pas éblouis par mes pieds, perso je veux dire
          -les islamistes bousillent pas mal de truc, si pas chez nous ça veut dire quoi pour vous? nos flics sont merveilleux ou que la cible c’est pas nous
          les islamistes ont TOUJOURS ÉTÉ LES INSTRUMENTS DES DOMINANTS il servent qui? – ben le pen(détail, je blague), bush etc
          c’est l’empire britanique qu’a donné le la avec les frères musulmans en égypte, et dites-moi dans les yeux que ben laden n’est pas une création américaine contre l’EMPIREDUMAL soviétique (j’ai un pote qui étaient dans les camps de réfugiés à peshawar dans les temps adhoc, très intéressant l’ourdou paraît-il, notre bon pognon belge volé au congolais a aussi bien servi)

          bon au fond les présocratiques c’étaient pas mal non plus

          J'aime

        • ps(wallon, à décharge wallonne) merci d’être le plus indulgent que vous puissiez faire

          J'aime

  12. http://www.lefigaro.fr/international/2014/08/10/01003-20140810ARTFIG00116-irak-les-frappes-americaines-se-poursuivent-tandis-que-les-yazidis-fuient-les-djihadistes.php

    Monstrueux … rien moins que monstrueux ! Il n’y a pas à discuter avec des animaux d’une telle espèce.
    Et je constate que la communauté musulmane reste muette.

    J'aime

    • « Il n’y a pas à discuter avec des animaux d’une telle espèce »

      -déshumaniser l’ennemi n’est pas opportun
      -fabius nous explique le génocide c’est grand c’est fort c’est…inattendu
      -une femme enceinte sans qu’on recouse un chat enragé dans son ventre ça n’a aucune valeur réelle pour l’info et la com’
      -grace à vous j’ai découvert l’existence des yézidis…et c’est très intéressant

      merci Tourn’

      ps (wallon) la syrie comme refuge… mais pourtant on m’a dit que…

      J'aime

  13. Mort de Simon Leys.

    Il n’y a vraiment plus que des connards de belges.

    Et je pèse mes mots, même si je ne suis incapable d’en mesurer les conséquences (forcément).

    J'aime

    • et je vous dis pas ce qui reste en australie…
      plus de vrai gourou plus que des camps…
      et je baisse mes maux

      J'aime

      • Il y a des jours … Je vous soupçonne d’écrire n’importe quoi, Uit´

        Je lance un appel : Di Rupo, libérez Pierre Ryckmans, 78 ans !

        Parce que, figurez-vous, Uit´, ces cochons qui nous gouvernent ont trouvé le moyen de retirer la nationalité belge aux enfants de Pierre Ryckmans.

        J'aime

        • je vous soupçonne de comprendre plus que moi ce qui importe.

          j’avoue n’avoir pas suivi l’épilogue de cette triste histoire de nationalité…peut-être ces pauvres enfants dans un camps de demandeurs d’asile déboutés au pays des kangouroux loin de la belgique con aime

          J'aime

  14. http://www.lefigaro.fr/international/2014/08/12/01003-20140812ARTFIG00259-la-crise-irakienne-rebat-les-cartes-kurdes.php

    La folie meurtrière des islamistes de l’EIL en Irak aura des conséquences considérables sur la configuration politique de tout le Proche-Orient. La première des conséquences en sera probablement qu’à court ou moyen terme, les Kurdes du nord de l’Irak, de l’est de la Syrie, voire même du sud-est de la Turquie vont enfin pouvoir accéder à leur indépendance. Ce processus semble enfin enclenché, et il est clairement repérable au travers des discours, notamment de l’horreur proclamée des massacres contre les Yazides, ces membres d’une religion d’origine zoroastrienne qui sont Kurdes en très grande majorité. D’autre part, le virage autoritaire et intolérant (y compris sur le terrain de l’Islam) de Tayyip Erdogan pourrait fort bien mettre la Turquie dans une position de faiblesse face à ses (ex-)alliés occidentaux, en particulier américains.
    Du côté de la Syrie, la défaite qui ne peut qu’avoir lieu à terme des islamistes de l’EIL entraînera la dislocation et la défaite de la révolte anti-Assad. Les horreurs perpétrées par l’EiL en effet conduisent aujourd’hui les Américains à se distancer (enfin) de tout ce qui ressemble à de l’islamisme dans la région, perçu comme un danger direct pour leurs intérêts dans la région. Ce pourrait par ailleurs être là un terrain d’accord entre Washington et Moscou, qui soutient quant à elle depuis le début le régime de Bachar-el-Assad. Remis en selle, ce dernier, de plus en plus défiant (à juste titre) vis-à-vis des « enfants de la Sunna », va s’appuyer ostensiblement sur les éléments les plus fiables de sa population, à savoir les Alaouites, adeptes d’une dissidence de l’Islam qui a intégré des éléments ismaéliens et ne sont d’ailleurs plus considérés comme des musulmans, et par les sunnites, et par les chiites, mais aussi sur les Chrétiens de Syrie, certes minoritaires, mais qui ont fourni traditionnellement les cadres de l’administration de l’état. Les sunnites, suite à la guerre civile et à la dérive monstrueuse de l’EIL, pourraient se retrouver complètement marginalisés dans un pays qui, déjà, est occupé à les mettre au ban de la nation.
    Dans le sud de l’Irak, dans la région de Bassorah, les chiites sont très largement majoritaires et exècrent (le terme est faible) les sunnites, concentrés pour l’essentiel dans le centre du pays, dans la région de Bagdad. La défaite de l’EIL pourrait à terme favoriser la formation d’un état chiite du sud, ou à tout le moins d’une région chiite jouissant d’une très large autonomie politique. Cette région, quoi qu’il en soit, est d’ores et déjà sous la protection et l’influence directe de Téhéran qui a toujours vu les sunnites, jusqu’ici majoritaires en Irak, comme leurs grands ennemis de l’ouest.
    En clair, en menant leur dijhad et leur conquête sanglante contre tous les états de la région, les islamistes de l’EIL sont occupés à faire basculer le cours de l’histoire, un basculement qui risque fort de se retourner contre l’ensemble de la communauté sunnite d’Irak, de Syrie et, par voie de conséquence, du Liban où ils sont pris en tenaille entre les chrétiens (maronites, melkites, grecs orthodoxes, catholiques) et les chiites et le Hezbollah (sans compter les Druzes, dont on parle peu). Le même mouvement est d’ailleurs repérable en Egypte où le pouvoir de l’armée, qui a renversé les frères musulmans de Morsi, est occupé à mettre en coupe réglé tous les milieux sunnites proches de l’idéologie islamiste et salafiste. Ici encore, il semble que le nouveau pouvoir qui fait tout pour rassurer la communauté copte d’Egypte (coptes, arabes chrétiens, melkites et grecs orthodoxes) veuille s’appuyer entre autres sur cette communauté jugée comme loyal au pouvoir égyptien depuis Nasser.
    La dérive ultra-violente à laquelle on assiste depuis une vingtaine d’années chez les adeptes, majoritaires, de la Sunna est manifestement occupée à se retourner contre l’ensemble de la communauté sunnite, où que l’on se trouve d’ailleurs. Ainsi par exemple, en Algérie depuis un an ou deux, les Kabyles (Berbères) de la Grande et de la Petite Kabylie remettent ouvertement en cause le dictat des préceptes du Coran; une fronde s’élève actuellement entre autres contre la pratique du Ramadan que refusent de plus en plus de Kabyles qui, pour ce faire, n’hésitent pas à s’opposer au pouvoir en place.
    Mais le clou de ce désaveu pourrait être l’organisation de la coupe du monde de football en 2022 au Qatar. Déjà, aujourd’hui, de très nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer ce choix. L’un des arguments (qui n’est en réalité qu’un prétexte, on le pressent) porte sur un climat insupportable, beaucoup trop chaud, à quoi les Qataris ont d’ores et déjà répondu en affirmant qu’ils construiraient des stades « climatisés ». Cette annonce politique a soulevé un tollé général : « comment est-il possible de claquer autant de milliards pour un tel événement alors que tant de gens de par le monde meurent de fin ! ». Argument imparable qui, certes, pourrait être opposé au Brésil, aux organisateurs précédents ou à la Russie de 2018, mais qui s’agissant du Qatar prend un tour tout à fait particulier. À vrai dire, ce qui est en jeu dans cette dénonciation n’est tant l’investissement absurde de stades climatisés que le fait, avéré, que le Qatar est le premier bailleur de fonds, avant même l’Arabie séoudite, des mouvements terroristes sunnites, l’EIL en tête. La guerre contre l’EIL que viennent de déclarer les Occidentaux par Kurdes interposés commence déjà à faire grincer des dents; les Occidentaux savent en effet – la chose commence de plus en plus à percoler dans la presse internationale – le rôle très trouble que joue le Qatar en sous-main. D’ici donc à ce que le mondial de football, si les choses devaient continuer à s’envenimer, soit boycotté, il n’y a qu’un pas ! … L’avenir nous dira ce qu’il en sera, mais je parie mon ticket qu’on entendra encore parler de ce problème dans les années qui viennent, et je ne serais pas étonné qu’on amène la FIFA à revoir le chois qu’elle a porté sur le Qatar l’année dernière.

    J'aime

    • Vous n’y êtes pas : les anglais poussent toujours pour faire entrer la Turquie en Europe. Ils ont le soutien des laïcistes européens : depuis Ferry, et le beau jour de 1904 où le gouvernement français a fait tirer sur les processions catholiques sans crier gare, on sait que la « laïcité à la française » a pour but et pour moyen l’islamisation de l’Europe. Le reste est du pipeau.

      J'aime

    • chouette Tourn’
      l’empire
      contr’attaque
      pour que plus jamais ça…: un monde qui sans foot…

      J'aime

Commentez. (Les commentaires sont modérés et n'apparaîtront pas immédiatement !)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :